Navigation – Plan du site
L'écriture de l'histoire : sciences sociales et récit

L'écriture de l'histoire : sciences sociales et récit

Anaïs Fléchet, Élie Haddad (dir.), « L'écriture de l'histoire : sciences sociales et récit », Revue d'histoire moderne & contemporaine, vol. 65, n° 2, avril-juin 2018, 240 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01398-6.
Notice publiée le 20 novembre 2018

Présentation de l'éditeur

La parution récente de plusieurs romans se situant à la frontière de la discipline historique invite à reprendre à nouveaux frais la question de l’écriture de l’histoire et de ses rapports à la littérature. En témoignent de nombreuses publications et l’expérimentation de nouvelles formes d’écriture par quelques historiens qui ont suscité discussions et critiques. Une idée semble dominer les débats actuels : la littérature serait un enjeu central dans la possibilité de transmission de l’histoire. Le récit en serait la clé, et un récit agréablement écrit.
Ce dossier pose le débat en explorant les tensions possibles entre récit et inscription de la discipline dans les sciences sociales – à ce titre, fondée sur un appareil critique, une démarche interprétative et un langage savant. En replaçant le questionnement du côté de l’écriture de l’histoire, ce numéro souhaite sortir d’une appréhension binaire – littérature et histoire, pour ou contre le brouillage des frontières, etc. – pour mieux déployer les enjeux d’une question qui touche à l’historicité des catégories, aux pratiques scientifiques des historiens, à l’expérimentation de formes d’écriture novatrices, à l’importance prise par les notions de témoignage et de mémoire dans la réflexion sur l’histoire, mais aussi aux dynamiques du marché éditorial et à la place de l’histoire dans le débat public. Avec comme fil directeur une interrogation : quel contexte social, intellectuel et historiographique a pu déstabiliser la discipline historique au point que des historiens puissent voir dans la littérature actuelle qui une menace, qui une chance de salut ?

SOMMAIRE

L’ÉCRITURE DE L’HISTOIRE : SCIENCES SOCIALES ET RÉCIT

- Introduction. Écriture de l’histoire et récit littéraire : actualités d’un débat ­­– Anaïs Fléchet et Élie Haddad

- La littérature manifestement – Philippe Artières

- Historiens et littérature, romanciers et histoire : autour de quelques livres récents – Monica Martinat

- Histoire et littérature : un regard depuis l’édition – Richard Figuier

- Les mots et les récits des morts – Judith Lyon-Caen

- L’histoire au risque du récit – Stéphane Michonneau

- Histoire, littérature, vérité. Sur la littérature comme geste historiographique – Laurence Giavarini


FIGURES D’INTERMÉDIAIRES RELIGIEUX

- Un pasteur français au service des Provinces-Unies. Le ministère de Samuel Des Marets à Maastricht (1632-1636) – Julien Léonard

- Un pour tous : essai sur l’utilité publique des régents d’école (Champagne, vers 1650 – vers 1770) – Xavier Bisaro


LECTURES

COMPTES RENDUS

Haut de page

Auteurs

Anaïs Fléchet (dir.)

Anaïs Fléchet est agrégée d'histoire. Membre de l'UMR IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l'Europe) et associée au département d'anthropologie de l'université fédérale de Rio de Janeiro, elle enseigne actuellement à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Élie Haddad (dir.)

Après une thèse soutenue à l’université de Limoges en 2005 intitulée Les comtes de Belin. Fondation et ruine d’une « maison » (1582-1706), Élie Haddad poursuit ses recherches sur les liens entre parenté, pouvoir seigneurial et puissance sociopolitique de la noblesse dans la France d’Ancien Régime. 

Haut de page