Navigation – Plan du site

Nicolas Sueur, La Pharmacie centrale de France. Une coopérative pharmaceutique au XIXe siècle

Alexandra Hondermarck
La Pharmacie centrale de France
Nicolas Sueur, La Pharmacie centrale de France. Une coopérative pharmaceutique XIXe siècle, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2017, 411 p., ISBN : 978-2-86906-498-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, son chiffre d’affaire avoisine les 60 millions de francs au milieu des années 1860 (p. (...)
  • 2 Olivier Faure, « Les pharmaciens et le médicament en France au XIXe siècle », in Christian Bonah et (...)

1L’ouvrage de Nicolas Sueur, issu de sa thèse soutenue en 2012, propose une immersion au sein d’une institution fascinante : la Pharmacie centrale de France (PCF dans l’ouvrage). L’auteur explore ce projet d’apparence utopique né en 1852 de l’initiative du pharmacien François Laurent Marie Dorvault, qu’il dirigea jusqu’à sa mort en 1879 afin de sauver une profession qui se pensait alors menacée. Cette institution a connu en seulement quelques années un succès commercial impressionnant1. Toutefois, l’auteur souligne le décalage entre ses ambitions initiales et ses résultats. En effet, conçue au départ comme un moyen pour les pharmaciens de défendre leur identité professionnelle, la PCF a finalement accentué un mouvement en cours depuis la première moitié du XIXe siècle : le « déplacement de l’activité du pharmacien du laboratoire vers le comptoir » (p. 9), rendant les apothicaires dépendants de grossistes et de fabricants parfois sans diplôme, et achevant de transformer les officines en débits de produits issus d’une fabrication centralisée2. La PCF tient son originalité, mais aussi son ambiguïté, de son statut hybride : elle possède à la fois les attributs d’une coopérative et ceux d’une société commerciale. Ainsi, l’auteur interroge la manière dont elle a concilié deux objectifs antithétiques : la défense de l’officine et l’industrialisation du médicament. Il se focalise sur les transformations de l’identité socio-professionnelle des pharmaciens engendrées par cette nouvelle entité, « assurant à la profession une place centrale dans le système de santé industriel […] alors que, parallèlement, elle perd ce qui fonde son monopole : la préparation du produit » (p. 12).

2Avec l’ambition d’étudier la PCF « non pas comme une organisation économique mais plutôt comme une force sociale et collective au service d’une profession » (p. 11), autrement dit une association fondée sur un certain corporatisme, l’ouvrage présente tout d’abord de manière approfondie la genèse de la PCF en retraçant l’évolution de la profession tout au long du XIXe siècle, ainsi que son organisation économique et sociale. L’auteur se penche dans une deuxième partie sur la fabrication et la commercialisation des produits pharmaceutiques par la PCF. Enfin, la troisième partie explore les manières dont la PCF organise la défense des intérêts professionnels des pharmaciens. Le travail se fonde principalement sur les archives de la PCF, en particulier sur ses comptes rendus d’assemblée générale, ainsi que sur des archives diverses (archives de facultés de pharmacie, archives fiscales, etc.), permettant leur mise en contexte.

  • 3 Elle suit ainsi l’essor des coopératives d’achat ouvrières qui se développent à partir de la premiè (...)

3Dans l’esprit de son fondateur, la Pharmacie centrale de France a pour rôle de résoudre la crise traversée par les pharmacies d’officine – dans lesquelles les pharmaciens fabriquent une partie des médicaments vendus –, alors majoritaires en France. Celles-ci se trouvent confrontée à plusieurs problèmes : une demande croissante et de plus en plus diversifiée en médicaments et substances thérapeutiques, des difficultés d’approvisionnement, une opacité du marché du médicament sur lequel plane l’ombre du charlatanisme, une guerre des prix entre pharmaciens, le sentiment d’une dégradation des revenus et du métier, etc. Afin de résoudre ces tensions, Dorvault propose de centraliser la production des médicaments dans des usines parisiennes et d’organiser un réseau de succursales et de factoreries. Ce modèle a l’avantage de faciliter l’approvisionnement des officines, tout en permettant à la PCF de mieux contrôler le marché des médicaments et des remèdes. La production industrialisée et standardisée des médicaments doit du même coup résorber les différences de qualité et de prix entre les officines. Ainsi, la PCF est conçue par son fondateur comme une « arme industrielle au service du pharmacien d’officine » (p. 49) qui peut s’y fournir en produits pharmaceutiques difficiles à trouver ou à préparer en petites quantités. Nicolas Sueur souligne les différents traits qui font de la PCF une coopérative d’achat et de distribution3, permettant de réaliser des économies d’échelle en centralisant la production et de supprimer les intermédiaires dans l’approvisionnement des officines.

  • 4 Alain Chatriot, Claire Lemercier, « Les corps intermédiaires », in Vincent Duclert et Christophe Pr (...)

4Plus encore, Dorvault souhaite faire de la PCF une « maison commune des pharmaciens » (p. 322) dont l’accès est fondé sur le diplôme : ses statuts originels stipulent que seuls les pharmaciens diplômés peuvent prendre part à son capital, celui-ci étant découpé en suffisamment d’actions pour permettre à un grand nombre de pharmaciens de participer. Autrement dit, les pharmaciens sont destinés à être à la fois actionnaires, coopérateurs et clients de la PCF. Cette dernière constitue ainsi un exemple intéressant d’associationnisme des classes moyennes et cet ouvrage offre en cela une riche contribution à l’histoire des corps intermédiaires4. Cependant, dans les faits, les ambitions corporatistes de la Pharmacie centrale se trouvent limitées : le capital de l’entreprise finit par être concentré entre les mains de sociétaires fortunés, ce qui « accroit le fossé entre une élite pharmacienne capable d’acheter massivement de nombreuses actions » et des pharmaciens plus modestes qui préfèrent investir leur épargne dans leur officine (p. 73). De plus, ce mode de financement externe de la PCF accroit la pression sur les rendements de l’entreprise, qui doit dès lors vendre toujours plus de médicaments et étendre son marché pour éviter la baisse des intérêts et des dividendes. Cette logique capitaliste rentre en tension avec les principes corporatistes et coopératifs du projet originel et accélère la transformation des officines en lieux de dépôt-vente des produits de la PCF. Par ailleurs, l’augmentation de la taille de l’entreprise l’amène à rompre peu à peu avec les principes corporatistes, étant donné que la « fabrication des médicaments relève [dès lors] d’une main-d’œuvre ouvrière » (p. 145) et que la PCF finit par admettre des employés comme coopérateurs.

  • 5 Olivier Faure, Les Français et leur médecine au XIXe siècle, Paris, Belin, 1993.
  • 6 Patrice Bourdelais (dir.), Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XXsiècles), Pari (...)
  • 7 Guillaume Carnino, L’Invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Seui (...)

5L’ouvrage se focalise dans une deuxième partie sur les produits pharmaceutiques eux-mêmes, en interrogeant la porosité de la notion de médicament au travers de l’évolution de l’activité de la PCF dans la seconde moitié du XIXe siècle5. Alors qu’à sa création en 1852, la PCF défend son monopole sur les médicaments à proprement parler, à partir de la moitié des années 1870, les logiques économiques la conduisent à commercialiser des produits hygiéniques et alimentaires. En effet, ces derniers fournissent à l’entreprise l’occasion d’étendre son marché des seuls malades aux individus bien-portants. La PCF suit en cela une demande forte des consommateurs pour les produits qui permettent de préserver la santé (articles « hygiéniques » et « semi-médicaments »), dans un contexte de diffusion des principes de l’hygiénisme6. Cette diversification a cependant pour effet de brouiller l’identité professionnelle des pharmaciens, pourtant au cœur du projet de la PCF. Dès lors, celle-ci met en œuvre des dispositifs visant à assurer la cohésion du corps, ou du moins une certaine solidarité en son sein. Plusieurs initiatives de la PCF visent à imposer l’image du pharmacien comme un homme de science plutôt qu’un commerçant7. Les pharmaciens se trouvent cependant pris entre diverses injonctions : tenir leur officine, produire des écrits savants ou encore entretenir une sociabilité scientifique, ce qui a pour effet de fragmenter toujours plus la profession. De plus, la PCF fait l’objet de nombreuses critiques de la part de pharmaciens attachés aux principes du libéralisme et à l’indépendance de leur petit commerce, en ce qu’elle accroit leur dépendance à un système centralisé.

6En définitive, la Pharmacie centrale de France témoigne d’une tentative originale de réconciliation entre des logiques industrielles, commerciales, professionnelles et scientifiques. Nicolas Sueur ne dresse pas ici une histoire des médicaments et de leurs propriétés thérapeutiques ni une histoire sociale des pharmaciens, mais il aborde ces objets du point de vue de l’institution étudiée. Au travers de l’exploitation intensive des archives de la PCF, il en propose une analyse très internaliste qui parvient cependant à restituer finement les logiques à l’œuvre dans sa genèse et son fonctionnement. Le principal apport du travail de Nicolas Sueur est de réussir à mener de front analyse économique et analyse sociale, au sujet d’une institution à la jonction de l’histoire d’un groupe socio-professionnel et de celle du capitalisme.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, son chiffre d’affaire avoisine les 60 millions de francs au milieu des années 1860 (p. 106).

2 Olivier Faure, « Les pharmaciens et le médicament en France au XIXe siècle », in Christian Bonah et Anne Rasmussen (dir.), Histoire et médicament aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions Glyphe, 2005. 

3 Elle suit ainsi l’essor des coopératives d’achat ouvrières qui se développent à partir de la première moitié du XIXe siècle afin de résoudre les problèmes liés à l’alimentation.

4 Alain Chatriot, Claire Lemercier, « Les corps intermédiaires », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Flammarion, p. 691-698, 2002

5 Olivier Faure, Les Français et leur médecine au XIXe siècle, Paris, Belin, 1993.

6 Patrice Bourdelais (dir.), Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XXsiècles), Paris, Belin, 2001. Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, Seuil, 1985, coll. « Points ».

7 Guillaume Carnino, L’Invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Seuil, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Hondermarck, « Nicolas Sueur, La Pharmacie centrale de France. Une coopérative pharmaceutique au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28847

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Hondermarck

Doctorante en sociologie au CSO (Sciences Po), agrégée de SES.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page