Navigation – Plan du site

Collectif des 4, Le cas Alain Soral. Radiographie d’un discours d’extrême droite

Éric David
Le cas Alain Soral
Collectif des 4, Le cas Alain Soral. Radiographie d'un discours d'extrême-droite, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2018, 179 p., ISBN : 9782356875983.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’Hector Obalk, critique d’art télévisuel, et d’Alexandre Pasche, homme de marketing et d (...)

1En 1984, un certain Alain Soral – de son vrai nom Alain Bonnet de Soral –, publiait avec deux comparses1 un livre se situant aux frontières de l’humour et de la sociologie : Les Mouvements de mode expliqués aux parents. Le ton était plutôt léger, décalé, un peu irrévérencieux ; l’ouvrage dégageait de l’originalité, tout en fournissant des informations sérieuses sur les univers de la mode et les tendances sociétales contemporaines.

  • 2 Par exemple, Comprendre l’Empire (Demain la gouvernance globale ou la révolte des nations ?, Paris, (...)
  • 3 Le portail « Égalité & Réconciliation » obtient le score record de huit millions de visites mensuel (...)

2Vingt plus tard, Alain Soral a changé de visage et de ton, et c’est ce changement – pour ne pas dire cette transformation – qui a conduit un collectif d’experts à s’interroger sur ce qu’il est désormais convenu d’appeler « le cas Alain Soral ». En effet, l’ancien étudiant des Beaux-Arts, habitué à fréquenter « la nébuleuse artistique parisienne et le monde de la nuit » (p. 7-8), a opéré un tournant radical. Délaissant la « posture du dandy provocateur », Soral a opté depuis le milieu des années 2000 pour une « rhétorique politique » et militante dont la caractéristique essentielle est d’être « passionnément, obsessionnellement antisémite » (p. 8). Si certains de ses écrits témoignent, ici et là, de sa préoccupation de la question juive2, c’est surtout sur le web et à travers son association « Égalité & Réconciliation » (créée en 2009)3 que ce compagnon de route de l’humoriste Dieudonné exerce désormais son action et son influence.

  • 4 Il est curieux que les auteurs de ce livre aient souhaité dissimuler leur nom. L’ouvrage ne porte g (...)
  • 5 Valentin Pacaud, « Quatre chercheurs décryptent le discours d’Alain Soral », Les Inrockuptibles, 18 (...)

3La particularité de diffusion de son message – le mode oral et filmé – est précisément ce qui a motivé quatre spécialistes  » (soucieux d’anonymat4) à proposer cet ouvrage inédit et de grande ampleur. En effet, deux années durant, cette mystérieuse équipe – composée d’un psychanalyste, d’un sociologue, d’un politologue et d’un spécialiste de l’extrême droite française – a scruté et analysé, en continu, dix années de vidéos (soit plus de 1 500 heures de visionnage) dans lesquelles Soral se met lui-même en scène, assis seul dans un canapé face à la caméra, pour délivrer monologues et prêches5. Loin d’adopter le ton de la vindicte et du scandale, le livre s’attache au contraire à saisir, à partir de ce « matériau secondaire », la structure et la logique d’un discours, qualifié par les auteurs de « paranoïde », discours dans lequel la mainmise du « juif » apparaît comme tentaculaire. 

4Selon nos quatre analystes, l’antisémitisme soralien est d’abord « caractéristique d’une critique actualisée du cosmopolitisme juif » (p. 15). Le « juif », c’est avant tout cet « indésirable ontologiquement apatride » qui ne peut donc, par essence, être français. Sa situation d’extraterritorialité fait de lui un être malfaisant, parasitaire, retors et hypocrite. Dans la vision soralienne, revient l’idée d’une collusion entre les pouvoirs politique et médiatique fondée sur l’appartenance commune (supposée) des détenteurs de ces pouvoirs au judaïsme. Soral mobilise d’ailleurs de manière systématique le registre de la manipulation, en expliquant que « la réalité authentique se cache derrière la fausse évidence du réel » (p. 28) ; en clair, qu’il convient de se défier des apparences et des discours institutionnels en toutes circonstances

5Une des thématiques portées par Soral est justement celle du « théâtre de formes ». Partant du postulat que « la réalité » est un artefact produit par la domination juive, Soral a recours aux notions de « masque » et de « cachette », lesquelles prennent « l’allure de catégories sociologiques tranchées » (p. 41), surtout en matière de politique étrangère. Si, comme le dit Soral, le monde est un « théâtre de formes », ce théâtre a alors pour coulisse le sionisme (qui domine en Israël s’étend aux États-Unis ainsi que dans les communautés juives de la diaspora) ; et pour support la finance internationale (p. 44). À suivre Soral, qui prétend élaborer une anthropologie du judaïsme – citant Werner Sombart (Les Juifs et le capitalisme moderne) pour rappeler que capitalisme et judaïsme sont consubstantiels –, les évènements politiques de la scène internationale ne seraient que les symptômes d’une réalité falsifiée par l’omnipotence juive. Malgré cette hégémonie qu’il dénonce, Soral alterne entre terreur et fascination concernant les juifs. En effet, si les « juifs du commun » n’existent pas car, selon lui, tous les juifs appartiennent à l’élite et ils la forment, sa position reste assez ambigüe face au « génie juif » : n’admet-il pas, par exemple, sa reconnaissance intellectuelle envers certains théoriciens comme Karl Marx, Georg Lukács ou Lucien Goldmann ? Dès lors, comment comprendre ce magnétisme qui s’accompagne d’une détestation envers une « communauté » décrite comme exerçant un « pouvoir dictatorial », notamment au sein de l’édition et du show-biz ?

6Les auteurs du livre font observer que la logique soralienne est une « systématique ». Ainsi, tout phénomène – même local et contingent – est articulé autour du mécanisme global de la domination sioniste : il existerait un plan d’ensemble et une coopération naturelle et préconstituée entre les juifs/les sionistes, les francs-maçons et les grands capitalistes. Clairement, Soral développe une vision du monde qui s’apparente à un cercle fermé. Une caractéristique de son mode de pensée est d’ailleurs l’absence de médiations : un fait particulier est toujours, selon lui, l’exemplification de la vérité générale. Si un phénomène surgit c’est que, derrière son apparente autonomie, il sert directement les intérêts de la domination oligarchique (l’Empire). Pour Soral, il n’y pas de hasard mais un complot dans lequel tous les niveaux s’articulent à l’intérieur d’une réalité unique – le Diable, la Banque… –, une réalité toujours orchestrée, dans l’ombre, par l’hydre judéo-sioniste.

7Dès lors afin de se réapproprier la mère-patrie, une nécessité se fait jour pour Soral : mettre en garde contre ces sujets non intégrés à la communauté nationale (les juifs) mais qui feignent d’en être ; et savoir débusquer leur génie construit à partir du maniement du verbe, de la ruse sophiste et du mensonge. Frontal, Soral fonctionne par « opposition polaire » : le « juif » contre le « goy » ; la nébuleuse Rothschild contre la France profonde et chrétienne ; l’enracinement contre l’extraterritorialité, les prédateurs nomades étant à la base du plan de destruction de la France, débuté avec Mai 68 et perpétué jusqu’à aujourd’hui au travers de réformes sociétales visant à saper les bases anthropologiques de la filiation (le « mariage pour tous »). Accablé par cet air du temps dans lequel il voit l’annonce d’une fin de civilisation, Soral est saisi par la nostalgie. Se référant au passé glorieux de la France, il prophétise un nouvel âge d’or pour mieux annoncer la renaissance du pays, laquelle se fera par le biais d’une réconciliation nationale, par-delà les communautarismes. Cette optique de réconciliation est chez Soral une idée capitale, tenant lieu de programme politique : il s’agit en effet d’en finir avec l’idée d’une France dont l’identité serait judéo-chrétienne, combinaison de termes en soi contradictoires, selon l’essayiste. Car la France est fille de l’Église et le christianisme est une entreprise historique visant précisément à dépasser le judaïsme dont l’essence est la récusation du Christ. Dans son projet de reconquête, Soral se donne un but : réconcilier le peuple contre le « judaïsme politique ».

8Au passage, notons que Soral, s’il se dit diabolisé et victime de la censure, n’oublie pas d’alimenter sa propre mythologie : se rêvant dans la lignée des génies solitaires et héroïques, revendique un idéal, l’idéal grec (p. 109) : être à la fois un penseur et un combattant. En quête d’authenticité, de vérité, Soral a une ambition fondamentale : organiser un processus d’objectivation critique visant à démontrer que les dominants sont en fait ceux qui se disent persécutés, à savoir les juifs. Ainsi, pour lui, le diner annuel du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) est-il la preuve incontestable de la toute-puissance du sionisme (cette « ambition de domination tribale vétérotestamentaire ») dans une France mise au pas par une culpabilisation « shoatique » permanente.

9Le maniement décomplexé de la parole, le style jeune et décontracté, le franc-parler viril et parfois vulgaire de Soral lui confèrent une image subversive et anarchisante. La parole soralienne, expliquent les auteurs, n’a pas de retenue : sans respiration, sans scansion, elle est une logorrhée, un flot intense et circulaire qui opère par glissements ou passerelles en érigeant, en dernier lieu, la domination juive comme « phénomène planétaire implacable et surplombant » (p. 148)

10Les auteurs du livre, qui plaident « pour une clinique du nationalisme extrême » (p. 171), concluent que Soral est l’un des idéologues majeurs de l’extrême droite. Cette dernière expression nous paraît sujette à caution. D’abord parce que, devenue attrape-tout, cette étiquette relève parfois d’une instrumentalisation polémique à visée disqualificatoire. Ensuite, parce qu’à plusieurs égards, Soral a une trajectoire politique et intellectuelle pour le moins éloignée du parcours traditionnel des militants de l’extrême droite. Certes, il a adhéré un temps au Front national et se rapproche périodiquement des royalistes de l’Action française. Également partisan d’un catholicisme religion d’État, il n’hésite pas à se définir comme national-socialiste, bien que rejetant toute forme de racialisme pour préférer en fin de compte un nationalisme d’esprit français ! Mais dans le même temps, Soral se réclame aussi du philosophe Michel Clouscard, et plus largement du marxisme dans son analyse sociale. Ancien adhérent du Parti communiste, l’admirateur de Poutine qu’il est va même jusqu’à trouver sérieux – crédibles – les régimes socialiste et totalitaire de Cuba et de la Corée du Nord ! Si Soral s’astreint à établir une synthèse entre nationalisme et marxisme, à construire un pont entre la « droite des valeurs » et la « gauche du travail », il n’est pas non plus infondé de dire que son discours, qui souvent « s’autonomise de toute expérimentation empirique », est « fou » : la tonalité mystique du personnage et les accents eschatologiques de ses propos peuvent prêter à ce diagnostic.

11En dernier lieu, il demeure un point qu’il conviendrait de creuser : celui de la nature exacte du couple inédit, iconoclaste, que forment Soral et Dieudonné. De quoi cette alliance entre un intellectuel blanc, européen et catholique, et un clown noir d’origine camerounaise, converti à l’Islam, est-elle le nom ? Est-ce la question juive et celle du sionisme qui parviennent à les réunir ou d’autres aspects interviennent-ils : course effrénée à la transgression, quête éperdue de notoriété, recherche d’un destin « christique » ou de martyr, à la manière d’un Faurisson… ? Ou s’agit-il plutôt d’une banale entreprise financière ? À ce stade, les réponses restent en suspens.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’Hector Obalk, critique d’art télévisuel, et d’Alexandre Pasche, homme de marketing et de communication (Obalk Hector, Soral Alain, Pasche Alexandre, Les Mouvements de mode expliqués aux parents, Paris, Robert Laffont, 1984)

2 Par exemple, Comprendre l’Empire (Demain la gouvernance globale ou la révolte des nations ?, Paris, Éditions Blanche, 2011) dont le thème essentiel est la domination grandissante de l’oligarchie judéo-sioniste à travers l’histoire (p. 48).

3 Le portail « Égalité & Réconciliation » obtient le score record de huit millions de visites mensuelles.

4 Il est curieux que les auteurs de ce livre aient souhaité dissimuler leur nom. L’ouvrage ne porte guère de jugement moral et se révèle être un travail d’ordre universitaire de bonne facture, sachant adopter une vraie hauteur de vue, évitant ainsi le travers des opus déjà publiés sur le personnage, lesquels, bien souvent, se contentent de le dénigrer (p. 10, n. 1).

5 Valentin Pacaud, « Quatre chercheurs décryptent le discours d’Alain Soral », Les Inrockuptibles, 18/09/2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Collectif des 4, Le cas Alain Soral. Radiographie d’un discours d’extrême droite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28882

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique, ministère de l’Éducation nationale (Paris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page