Navigation – Plan du site

Roland Canu, Johann Chaulet, Caroline Datchary, Julien Figeac (dir.), Critiques du numérique

Maxime Mécréant
Critiques du numérique
Roland Canu, Johann Chaulet, Caroline Datchary, Julien Figeac (dir.), Critiques du numérique, Paris, L'Harmattan, coll. « Humanités numériques », 2018, 230 p., ISBN : 978-2-343-14480-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conçu comme élargissement des possibles par les auteurs.
  • 2 Notons dès maintenant que, malheureusement, la notion de « numérique » n’est jamais définie dans l’ (...)

1Comment le numérique transforme-t-il l’activité critique ? La réponse à cette question ne peut être unique, tant les pratiques qui relèvent de celle-ci sont multiples et hétérogènes. L’ensemble des contributions rassemblées dans cet ouvrage a pour objectif d’explorer cette pluralité, autant dans les critiques dirigées contre le numérique que dans les critiques construites avec le numérique. L’ouvrage ambitionne de démontrer le statut ambigu du numérique, tout en évitant les deux écueils que sont la technophobie et la technophilie. La perspective d’ensemble est ainsi d’analyser les transformations de l’activité critique1 induites par le numérique ; pour ce faire, les auteurs se proposent d’effectuer une approche disciplinaire transversale et de valoriser le discours des acteurs2.

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse spécifiquement à des critiques formulées contre le numérique par des travailleurs, syndicats et universitaires, à travers des publications et des revendications (chapitres 1 et 2) ; la deuxième traite des critiques constituées depuis le numérique par des acteurs de la société civile, via des forums, blogs et réseaux sociaux (chapitres 3, 4 et 5). La troisième partie propose des contributions qui articulent les deux sens de l’expression « critiques du numérique » (chapitre 6, 7 et 8). Le dernier chapitre tient lieu de conclusion.

  • 3 Le luddisme caractérise un mouvement ouvrier du XIXe siècle qui, pour lutter contre les menaces lié (...)
  • 4 La « déconnexion » désigne la suppression de l’accès aux outils numériques professionnels, que ce s (...)
  • 5 Citons par exemple l’ouvrage d’Astra Taylor, Démocratie.com. Pouvoir, culture et résistance à l’ère (...)

3Moustafa Zouinar décrit dans le premier chapitre la manière dont les salariés négocient et critiquent la place des outils de communication numériques dans le cadre du travail. Devenus indispensables dans beaucoup d’activités professionnelles, ces technologies sont l’objet de critiques académiques, « populaires » et politiques qui se traduisent sous forme de publications universitaires, de revendications syndicales et de plaintes de salariés. L’auteur conçoit ces critiques comme la réactualisation d’une forme de luddisme3 : selon les syndicats, la connexion excessive des salariés aux outils numériques provoque une « surcharge informationnelle », impliquant de la dispersion, des pressions et un effritement de la frontière vie privée et vie professionnelle. En conséquence, les salariés pratiquent la « déconnexion »4. Le deuxième chapitre, écrit par Nikos Smyrnaios, expose les nouveaux impératifs économiques du journalisme induits par Internet : contre l’affirmation courante de l’émancipation de la profession grâce au numérique, l’auteur montre au contraire les nouvelles dépendances économiques aux plateformes (Google, Facebook, Twitter, etc.) et, par conséquent, à la publicité. Ces médiations obligées du journalisme façonnent en retour le métier, devant répondre à des logiques économiques hétéronomes : maximisation de la visibilité et valorisation publicitaire. On regrette cependant que l’article n’approfondisse pas plus cette thématique, déjà développée par d’autres5. Ces deux articles montrent comment les critiques adressées au numérique ne peuvent se comprendre sans leurs relations à d’autres champs (travail et économie ici) ; ils restent cependant assez lacunaires en termes d’analyse de ces critiques, en particulier quant aux spécificités de la médiation numérique.

  • 6 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

4La deuxième partie s’engage avec l’article de Valérie Beaudoin à propos d’un forum de discussion d’amateurs de la Grande Guerre. Ces derniers reproduisent les codes du champ académique (sélections, preuves, référencements, hiérarchisation du savoir) dont ils sont pourtant exclus ; par leurs activités, ils critiquent l’oubli progressif d’un pan de l’histoire française. L’auteure éclaire les dynamiques relationnelles constituées par la médiation numérique dans ce cadre singulier. Dans l’article suivant, Nathalie Paton et Julien Figeac s’intéressent aux réactions postées sur Youtube à la suite de school shootings, spécifiquement ceux de Virginia Tech (2007) et de Newton (2012). L’émotion exprimée par une majorité d’internautes s’accompagne de deux autres types de réactions critiques, aux caractéristiques expressives spécifiques : les « fans de school shooting » proposent des explications alternatives aux évènements, justifiant les fusillades en milieu scolaire comme expression de l’échec du système scolaire ; les « trolls », loin de s’engager dans un dialogue argumenté, partagent par la médiation numérique insultes, montages vidéo subversifs et discours polémiques. L’intérêt de l’article tient dans l’exposition des règles implicites qui structurent de fait l’expression face à ce type d’évènements : par exemple, il faut parler à visage découvert pour assumer sa place dans le débat. Les contributions des « trolls » sont d’emblée rejetées comme illégitimes. L’expression « publique » répond ainsi à des impératifs à la fois symboliques et technologiques. Marie Laure Geoffray décrit ensuite la trajectoire d’une journaliste cubaine, Elaine Diaz, pour montrer comment le numérique a permis de créer un journalisme non étatique à Cuba. C’est une critique au sens de création d’alternatives : Elaine Diaz ne considère pas son action comme politique ou oppositionnelle. Son journal est centré sur la vie locale des gens. L’émancipation par le numérique, qui reste largement censuré et difficile d’accès, se constitue par la création de réseaux informels. Les Gafam6 servent paradoxalement d’appui à la critique et à l’émancipation des individus dans un pays « autoritaire ».

5Jérôme Ferret, dans son article ouvrant la dernière partie, s’intéresse aux usages du numérique en contexte conflictuel à partir de deux cas : celui de Nuit Debout et celui des Indignés. Les outils numériques sont employés pour enregistrer et diffuser des contre-informations médiatiques (opposée à celles des médias traditionnels) dans le but de proposer un point de vue alternatif et légitime sur le monde social. L’auteur analyse la manière dont ces mouvements élaborent, de façon complexe et parfois conflictuelle, une image pacifiste de leur mobilisation opposée aux violences policières et étatiques, par le biais des réseaux sociaux. Jessica Soler-Benonie propose ensuite d’explorer les positions critiques féministes du jeu vidéo exprimées par des joueuses et joueurs, ainsi que les conflits qui en découlent. À travers l’engagement, via le numérique, des blogueuses Mar_Lard et Anita Sarkeesian, l’auteure montre que ces conflits dévoilent des dynamiques d’empowerment amateur autant que des oppositions violentes. Il s’agit ainsi d’une critique d’un pan spécifique du numérique, proposée depuis le numérique.

  • 7 C’est-à-dire bourdieusienne. Dominique Boullier critique par ailleurs la sociologie de Bourdieu de (...)
  • 8 Fondateur du mouvement du logiciel libre.
  • 9 Voir Dominique Boullier, Déboussolés de tous les pays !, Paris, Éditions Cosmopolitiques, 2003.
  • 10 L’article de Chris Anderson est paradigmatique de cette position : Chris Anderson, « The End of The (...)
  • 11 Voir les tableaux récapitulatifs présentés aux pages 202-203.
  • 12 S’il y a pluralité d’acceptions du numérique, c’est non seulement dû à l’absence de neutralité des (...)

6L’article conclusif de Dominique tente d’élaborer le cadre théorique pour penser la pluralité de ces critiques. Dans une perspective boltanskienne de « sociologie de la critique » et non plus de sociologie critique7, l’auteur propose de différencier quatre types de critiques du numérique, chacun envisagé sous l’angle des discours et des machines constituées. Le premier type concerne les dénonciations générales du numérique, par exemple la critique d’inspiration marxiste des formes contemporaines d’exploitation par le numérique ou du capitalisme, qui trouvent leur équivalent machinique dans des pratiques technologiques comme celles de Richard Stallman8. Cette critique, assez peu développée, est décrédibilisée parce qu’elle est trop généralisante et occulte les spécificités du numérique. Le deuxième type de critiques correspond à l’exploration des possibles : il s’agit des tentatives discursives (celle de l’auteur essentiellement, qui est celle des « boussoles cosmopolitiques »9) et technologiques (Wikipedia, communauté du logiciel libre, peer-to-peer) de créer des alternatives possibles, des principes de vision différents, opposés à une supposée fatalité technologique. Le troisième type de critiques est dénonciateur, à l’instar du premier ; il se focalise sur la spécificité du numérique et son impact anthropologique. On retrouve ici les travaux de Stiegler, Moulier-Boutang, Latour, mais aussi celui de Dominique Boullier sur le « capitalisme financier numérique ». Le dernier type de critiques envisage les conditions de possibilité de la connaissance du numérique. Ici encore, l’auteur propose sa propre théorie, s’opposant à la supposée fin des sciences sociales annoncée par les Big Data10. Il préconise une réappropriation des outils numériques dans le but de constituer une nouvelle sociologie. Cela donne lieu à une relecture problématique de l’histoire de la sociologie, découpée en trois phases : la première centrée sur la société (Durkheim) ; la deuxième, sur l’opinion (Lazarsfeld) ; la troisième, sur les vibrations et réplications (Latour, Callon, Law). Au-delà du caractère contestable d’un tel découpage historique, il faut noter l’absence de définitions claires des concepts et catégories de la troisième phase (réplications, courbes temporelles, vélocité, émergence)11. Il faut aussi noter la centralité de la traçabilité numérique, qui amène des questions quant à la position du sociologue : cette troisième phase semble résulter directement du numérique ; or, n’est-ce pas réaffirmer une forme de déterminisme technologique (les sciences sociales doivent se transformer du fait des transformations technologiques), ce contre quoi s’écrit justement l’ouvrage ? Que la « numérisation de la critique » soit essentielle, comme l’auteur l’affirme en conclusion, n’implique pas pour autant que la science sociale doive prendre la trace comme nouveau paradigme. Le caractère problématique de ces thèses provient sans doute du fait que la notion de « numérique » n’est pas questionnée12.

7La lecture de l’ouvrage laisse ainsi un sentiment ambivalent. Les contributions sont très instructives et intéressantes (particulièrement celles de Marie Laure Geoffray et de Jessica Soler-Benonie). Elles permettent d’envisager des relations singulières entre activité critique et numérique, en évitant des thèses englobantes. On peine cependant à trouver une cohérence d’ensemble à l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Conçu comme élargissement des possibles par les auteurs.

2 Notons dès maintenant que, malheureusement, la notion de « numérique » n’est jamais définie dans l’ouvrage.

3 Le luddisme caractérise un mouvement ouvrier du XIXe siècle qui, pour lutter contre les menaces liées à la révolution industrielle, sabotait et détruisait des machines dans des usines.

4 La « déconnexion » désigne la suppression de l’accès aux outils numériques professionnels, que ce soit par le débranchement d’Internet ou le fait d’éteindre son téléphone professionnel.

5 Citons par exemple l’ouvrage d’Astra Taylor, Démocratie.com. Pouvoir, culture et résistance à l’ère de la Silicon Valley, Montréal, Lux éditeur, 2014.

6 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

7 C’est-à-dire bourdieusienne. Dominique Boullier critique par ailleurs la sociologie de Bourdieu de façon allusive. Selon l’auteur, Bourdieu réduit tout à des déterminations sociales et historiques (les agents « ne sont que », p. 174 et 179). Mais cette critique nous paraît erronée : Bourdieu ne propose pas un déterminisme de la position, mais une dialectique entre position et disposition (voir les Cours de sociologie générale, 1 et 2). Les outils conceptuels semblent au contraire permettre une compréhension importante des phénomènes étudiés dans l’ouvrage. Par exemple, l’évolution du journalisme à Cuba ne pourrait-il pas se comprendre à travers les concepts de champ et d’habitus ? Le champ journalistique étant monopolisé par l’État, le numérique fournit une marge d’indétermination suffisante pour créer, à partir de dispositions, de nouvelles positions qui transforment en retour le champ journalistique cubain. Des analyses similaires pourraient être déployées autour d’autres configurations, tout en conservant la spécificité du numérique dans les relations à l’intérieur d’un champ spécifique.

8 Fondateur du mouvement du logiciel libre.

9 Voir Dominique Boullier, Déboussolés de tous les pays !, Paris, Éditions Cosmopolitiques, 2003.

10 L’article de Chris Anderson est paradigmatique de cette position : Chris Anderson, « The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete », Wired magazine, 23 juin 2008, en ligne : https://www.wired.com/2008/06/pb-theory/.

11 Voir les tableaux récapitulatifs présentés aux pages 202-203.

12 S’il y a pluralité d’acceptions du numérique, c’est non seulement dû à l’absence de neutralité des technologies (sur cette notion, voir Don Ihde, Technology and the Lifeworld, Bloomington, Indiana University Press, 1990), mais aussi parce qu’il n’y a pas « un » numérique. Qu’est-ce que « le » numérique : de l’algorithmique, de l’électronique programmable, du calcul automatisé ? Smartphones, ordinateurs, Internet, jeux-vidéos, forums, plateformes : chacune de ces notions renvoient au « numérique » sans qu’il soit possible d’en extraire des caractéristiques communes claires. C’est sans doute ce défaut de questionnement de la notion même qui engage l’auteur dans des considérations aussi problématiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Mécréant, « Roland Canu, Johann Chaulet, Caroline Datchary, Julien Figeac (dir.), Critiques du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28904

Haut de page

Rédacteur

Maxime Mécréant

Doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page