Navigation – Plan du site

Florence Bourillon, Nathalie Gorochov, Boris Noguès et Loïc Vadelorge (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle.

Christophe Point
L'université et la ville
Florence Bourillon, Nathalie Gorochov, Boris Noguès, Loïc Vadelorge (dir.), L'université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2018, 306 p., ISBN : 978-2-7535-7438-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bender Thomas., University and the City : From Medieval Origins to the Present, Oxford, Oxford Univ (...)

1S’il était possible de remonter le temps et que nous choisissions de visiter la ville de Göttingen au XVIIIe siècle, nous serions peut-être surpris de remarquer le long des murs et des trottoirs de longues éraflures, trace d’une épée ayant, ici ou là, frappé la pierre. Vestige d’une ancienne bataille urbaine ? D’un duel sordide ? Point du tout. Ces éraflures sont en réalité le signe d’une pratique étudiante de l’époque, le « Degenwetsen », c’est-à-dire le fait d’aiguiser son épée et de frapper les murs pour que des étincelles en jaillissent avec fracas. Manière commune pour les étudiants de se faire remarquer et d’effrayer les bourgeois de la ville. Ce type d’anecdote émaille la lecture de ce livre issu d’un colloque tenu en 2014 aux universités Paris-Est de Créteil et de Marne-la-Vallée. Celui-ci s’attache à explorer la question des relations entre université et ville tout au long de l’histoire européenne (du XIIIe au XXIe siècle). En effet, à part quelques exceptions1, dont cet ouvrage, cette question ne fut que peu abordée par les historiens. Le développement concomitant des villes et des universités, la dynamique corporative des premières universités et le fait que ces dernières dépendent structurellement d’une économie de l’échange ont paradoxalement éclipsé la réflexion sur la présence des universités au sein des villes, comme si ce fait allait de soi. Or, cette réalité, semblant trop évidente, a empêché les historiens d’interroger l’interaction spécifique du développement, en Occident, des villes et des corporations universitaires. Ainsi, les deux traditions historiographiques, celle des villes et celle des universités, se sont longtemps ignorées, ou alors ne se sont croisées que sur des considérations limitées. À rebours de ce constat, cette étude souhaite penser toute la ville (et non pas seulement les décisions relevant du fait du prince, de la nation ou encore de la région) en relation avec toute l’université (et non pas seulement les étudiants Erasmus, les rixes d’étudiants ou les biographies des maîtres) en interrogeant le concept d’« espace universitaire ».

2Ainsi, les dix-sept contributions de cet ouvrage nous font voyager dans toute l’Europe – de Bologne à Lille en passant par Lisbonne et Göttingen –, pour nous offrir une très belle variation géographique et historique autour de cette notion d’« espace universitaire ». Celle-ci rassemble en effet une grande diversité de réalités spatiales. Premièrement, des espaces concrets, comme les salles de cours, les rectorats, les cantines ou encore les logements étudiants. Qu’ils soient des lieux opulents ou misérables, rassemblés ou dispersés, utilitaires ou symboliques, ils marquent la place de l’université dans la ville. Mais cette place ne peut se confondre avec son territoire. En effet, les espaces universitaires sont, deuxièmement, des espaces traversés et potentiellement appropriés par les universitaires au sein de la trame urbaine. Des rues où festoient les étudiants aux quartiers où sont logés les maîtres, en passant par les échoppes des libraires spécialisés, ces espaces montrent les échanges quotidiens entre universitaires et citadins. Ainsi, cette notion est particulièrement intéressante pour penser les relations entre la ville et l’université, car elle regroupe, d’une part, les espaces dédiés à l’université et d’autre part les espaces traversés par les universitaires.

3Pour explorer la dualité de ces espaces universitaires, l’ouvrage se déploie en trois parties qui explorent la genèse de ces espaces, leurs permanences dans le temps et enfin leurs disséminations dans le réseau urbain croissant, siècle après siècle. Suivre cette logique permet de sortir d’un simple plan historique ou géographique et rassemble davantage les contributions par questions : 1/ Comment, à la création des universités, la ville décide, refuse ou dédie certains espaces à des fonctions universitaires ? 2/ Une fois installées et reconnues, comment les universités échangent avec la ville pour partager, intensifier ou contrôler la sociabilité urbaine des universitaires ? 3/ Sur le long terme, comment les pouvoirs publics cherchent à penser l’expansion, la concentration ou la dissémination de ces espaces universitaires par une véritable politique de la ville universitaire ? Ce faisceau de problématiques permet ainsi de questionner très largement les relations entre les villes et les universités et exprime bien l’originalité d’une telle étude.

4Partons tout d’abord faire un tour du côté de Bologne, Strasbourg, Göttingen, Messine ou encore Lille avec la première partie de l’ouvrage intitulée « Fondations et refondations universitaires ». On y trouve l’étude du processus complexe et progressif de fondation de ces cinq universités au sein de leurs villes respectives. Si au Moyen Âge l’université est avant tout faite d’hommes sans que des bâtiments lui soient dédiés, les villes prennent peu à peu conscience de leurs conditions et mesurent l’intérêt de leurs activités pour valoriser certains quartiers. Se construisent alors progressivement des bâtiments spécifiques au cœur des villes, surtout à partir de la période moderne, grâce à des pouvoirs politiques variés. Par exemple, si l’on peut faire remonter l’existence de l’université de Bologne au XIIe siècle, elle restera jusqu’au XVIe siècle une « université bâtie en homme » sans posséder d’édifice propre. Les étudiants et les professeurs empruntaient des structures privées ou publiques comme des hôtelleries ou des églises pour faire cours. Il fallut attendre l’année 1562 pour qu’un jeu complexe d’alliances politiques entre le pouvoir papal de Pie IV et le sénat aristocratique de la ville se mette en place pour enfin bâtir le premier palais universitaire de Bologne (l’Archiginnasio, désormais symbole de cette université). Aussi, ces nouveaux espaces sont souvent le signe d’une rupture à la fois pédagogique et confessionnelle, ou alors d’une démonstration de force de la part de certains acteurs. Dans le cas de Bologne, la construction du palais universitaire a été un moyen éclatant pour le pouvoir papal de reprendre la main sur la hiérarchie universitaire en réduisant drastiquement celle des nationes étudiantes qui s’auto-géraient quasiment avant l’entrée en jeu du pape dans l’organisation des cours, le financement des professeurs, etc. Ainsi, on voit comment ces espaces universitaires italiens, français, allemands et espagnols deviennent les cases d’un véritable échiquier politique.

  • 2 Dans cette expression, « gown » désigne la cape noire que portaient historiquement les étudiants de (...)

5La deuxième partie, intitulée « Les effets urbains de la présence universitaire », cherche à dépasser la représentation classique des relations conflictuelles « town and gown »2, pour se demander quelles sont les conséquences territoriales de ces conflits au sein des espaces universitaires. De plus, si ces conflits sont bien réels et reflètent une certaine complexité des relations entre les différents acteurs de la vie urbaine de chaque université, l’intérêt de cette partie consiste aussi dans l’exposition des synergies, des coopérations et des échanges entre villes et universités pour maîtriser cette population si particulière que sont les étudiants de l’époque (parfois doté de privilèges bien réels, comme le port de l’épée par exemple). On peut également se représenter ces coopérations dans le cas des universités allemandes du XVIIIe siècle, où les pouvoirs publics et universitaires ont travaillé ensemble à réduire les déviances « licencieuses » des étudiants, comme la prostitution, le tapage nocturne, les fêtes étudiantes et autres débordements. Ainsi les logeurs de ces étudiants ont été obligés à un moment par le conseil municipal de la ville de veiller au bon comportement de leur locataire et, en cas de transgression, de le dénoncer aux autorités académiques sous peine d’une amende importante. Les villes de Padoue, Paris et d’Heidelberg ne sont, dans ces chapitres, pas que des décors, mais de véritables acteurs de la vie universitaire qui hésitent à voir en celle-ci une potentielle source de troubles ou une opportunité de croissance et de prestige. L’étude de ces hésitations forme une histoire que l’on suit ici avec plaisir et clarté.

6La troisième et dernière partie de l’ouvrage a pour titre « Dissémination des espaces universitaires » et s’ancre majoritairement dans le XXe siècle pour étudier comment les universités renoncent progressivement à la fois à leur centralité urbaine et à l’idéal du campus « à l’américaine » extérieur et étranger à la ville. Ce double renoncement leur permet alors d’élaborer de véritables stratégies urbaines et universitaires avec les différents acteurs institutionnels de cette politique, là où auparavant la concertation et les dispositifs de décision collective restaient lacunaires. Bien que les acteurs de cette élaboration hésitent souvent entre la réaction d’urgence (à l’explosion démographique de la population étudiante par exemple) et la planification sur le long terme (mais variant au rythme des acquisitions foncières), on voit peu à peu se développer une véritable intelligence des expansions des villes et des universités. Par exemple, dans le cas du site universitaire rennais, on observe comment le dispositif multi-sites actuel résulte d’une oscillation entre un projet initial de « campus unique » en périphérie de la ville et les difficultés d’acquisition foncière des terrains ciblés, également convoités par un autre projet soutenu par le ministère de l’Agriculture. Oscillation qui aboutit en 1950 à un compromis où le maire de Rennes finit par accepter le projet de construction de la nouvelle faculté de droit en centre-ville pour réduire la surface nécessaire au campus périphérique du projet initial. Renonçant à ce dernier, la ville de Rennes parvient ainsi à répondre aux besoins criants de nouvelles surfaces pédagogiques tout en composant avec le budget alloué par le ministère. Ici, les études de Paris, Madrid, Lisbonne, Rennes, Amiens, Lille et Créteil nous offrent leurs universités et leurs villes en exemple de cette réflexion.

7Enfin, la conclusion de Jacques Verger s’ouvre sur de nouvelles questions, toutes plus fertiles les unes que les autres. Premièrement, en prenant en considération que les espaces universitaires oscillent entre deux tendances, la dispersion et la concentration, ne peut-on imaginer une troisième tendance grâce aux nouvelles technologies où les espaces universitaires du futur deviendraient virtuels, sans réalité physique ? Cela transformerait la représentation de l’université en quelque chose de similaire à l’université médiévale primitive, qui ne se déployait spatialement que dans l’espace privé (maisons particulières) ou des espaces publics d’emprunt (église, palais princier, etc.). Deuxièmement, si l’histoire des espaces universitaires semble être une alternance de dispersion et de concentration, qui a de nombreuses causes (hasard, nécessité, idéologie, etc.) et de nombreux acteurs (universitaires, pouvoirs publics, société civile, etc.), force est de constater que les effets de cette alternance sur l’enseignement même des universitaires sont encore peu étudiés. Un professeur de métaphysique fait-il le même cours en centre-ville et dans un campus périphérique ? dans un bâtiment historique ou un nouvel espace urbain ? Bref, quelle influence l’espace urbain universitaire a-t-il sur le contenu et la manière même de faire cours ? L’étude des relations entre les villes et les universités est encore riche de nombreuses recherches à venir, cet ouvrage collectif en est la preuve.

Haut de page

Notes

1 Bender Thomas., University and the City : From Medieval Origins to the Present, Oxford, Oxford University Press, 1988 ; The university and the city : a centennial view of the University of Chicago, Chicago, University of Chicago Library, 1992 ; Vassal Serge., L’Europe des Universités, Caen, Editec, 1988 ; Mazzi Giuliana. (dir.), L’Università e la città. Il ruolo di Padova e degli altri atenei italiani nello sviluppo urbano, Bologne, CLUEB, 2006.

2 Dans cette expression, « gown » désigne la cape noire que portaient historiquement les étudiants des universités britanniques. Ce terme a fini par désigner l’ensemble de la communauté étudiante, par contraste avec les autres citadins. Ainsi, cette expression anglaise fait référence aux conflits d’intérêts entre les universitaires et les citadins d’une ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Point, « Florence Bourillon, Nathalie Gorochov, Boris Noguès et Loïc Vadelorge (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28912

Haut de page

Rédacteur

Christophe Point

Doctorant en philosophie de l’éducation, cotutelle à l’Université de Lorraine et l’Université Laval.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page