Navigation – Plan du site

Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot

Jacques Guilhaumou
Individualisme
Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot, Paris, CNRS, 2018, 192 p., ISBN : 9782271095237.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Seuil, 1998. Texte o (...)
  • 2 Gilbert Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme, Grenoble, Éditions Jérôme Mill (...)

1Charles Taylor, dans son ouvrage sur Les sources du moi. La formation de l’identité moderne1, et Gilbert Simondon, dans son livre sur L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information2, ont contribué à construire l’étude du processus d’individuation. Ce processus concerne essentiellement le « soi », défini comme l’ensemble des attitudes adoptées vis-à-vis des autres et que les autres adoptent à notre égard, un autrui généralisé en quelque sorte. Leurs travaux conduisent à considérer le soi comme une structure sociale permettant à l’individu d’agir de manière différente dans les diverses phases du processus social. C’est au sein de cette perspective que se précise une histoire de l’individualisme, dans le trajet allant de la révélation du soi augustinien à la construction du soi sous la figure de l’homme moderne. Le cadre général d’une telle histoire pose au départ le sujet assujetti du Moyen Âge, c’est-à-dire soumis au joug de la féodalité, et à l’arrivée, avec l’invention d’individualisme, le sujet en quête de sa liberté individuelle. Individualisme est donc un terme qui recouvre l’individu dans son rapport à soi-même et à l’autre. Marie-France Piguet nous fournit une synthèse discursive de l’apparition, dans divers textes des premières décennies du XIXe siècle, du néologisme d’individualisme. Attesté en français à l’époque de la Restauration, s’imposant à partir de débats au sein de revues intellectuelles, ce néologisme devient par la suite une composante lexicale majeure du discours de la modernité. Marie-France Piguet répond, dans son ouvrage, aux questions suivantes : quand, comment et pourquoi le mot individualisme s’impose-t-il ; selon quelles observations, quelles expériences ? Ce faisant, elle saisit le temps court de la vie d’un néologisme qui a bien réussi. Elle décrit, de chapitre en chapitre, les diverses configurations discursives où le terme individualisme s’affirme dans un champ lexico-sémantique précis, en particulier dans son rapport à l’égoïsme, tout en s’inscrivant dans des horizons politique et religieux, mais aussi en s’attachant à des attributs plus divers.

2L’auteure procède d’une démarche sémasiologique cernant la signification d’une forme lexicale saisie dans son contexte d’utilisation, en lien avec d’autres unités lexicales. La construction en français de mots en -iste et -isme par dérivation d’une unité lexicale est particulièrement importante dans la première moitié du XIXe siècle. Ainsi en est-il d’individualisme dérivé de l’adjectif individuel. Apparaît individuellisme en 1815 sous la plume du baron de Fremilly, dans ses Considérations sur une année de l’histoire de France. En 1823, il est fait mention d’une « société d’individualistes » constituée par des membres de la Charbonnerie appartenant à la loge des « Amis de la vérité ». En 1825, un usage religieux est attesté dans les Tablettes des amis du clergé et de la religion, au sein d’un article anonyme sur « De l’individualisme considéré par rapport à la religion et la morale » qui qualifie le mot de néologisme en le désignant comme une extension de l’égoïsme. Quant au recueil des Documents pour servir à l’histoire des conspirations publié en 1831, il utilise l’expression de « propagation de l’individualisme » en lien avec la doctrine propagée par les « Amis de la vérité », sans que l’on sache s’il s’agit d’un usage politique assumé par cette loge ou d’une dénomination négative. Marie-France Piguet précise la valeur négative du mot, en considérant un temps la plage sémantique commune à individualisme et égoïsme. Terme largement diffusé au siècle des Lumières, égoïsme est présent en particulier sous la forme de l’énoncé « l’esprit d’égoïsme » (Helvétius). L’auteure signale aussi un usage d’égoïsme contemporain d’individualisme, qui plus est à valeur définitoire, dans L’Echo de la fabrique en 1832 : « L’égoïsme est la plaie la plus profonde du corps social » (cité p. 59). Marie-France Piguet considère aussi les usages d’individualisme dans Le Producteur (1825-1826), journal des saint-simoniens où plusieurs intervenants s’intéressent à la « liberté individuelle ». Un compte rendu par P.-I. Rouen de l’ouvrage de Charles Dunoyer, L’Industrie et la Morale considérées dans leur rapport avec la liberté (1825), présente plusieurs usages d’individualisme, sans que Dunoyer l’utilise dans son ouvrage. Ces usages ne s’accompagnent d’aucune définition, et ne témoignent donc pas d’une création lexicale réfléchie.

3Le fonctionnement du procédé de dérivation de l’adjectif en substantif procède du contexte d’usage de nombreuses occurrences de l’adjectif individuel, et se concrétise sémantiquement par condensation de l’expression « conception de l’homme individuel » en subsumant les traits sémantiques principaux, de l’homme individuel à la liberté individuelle, d’individualisme. La dimension politique de l’individualisme relève d’une rationalisation d’ordre linguistique de l’usage d’individualisme. Des usages plus dispersés se centrent autour de l’expression d’« abus de l’individualisme » dans le cadre d’une critique du courant libéral, conférant une connotation négative au terme d’individualisme dans son opposition à celui d’association. Pour sa part, Benjamin Constant réagit à cette critique, dans son propre compte rendu de Charles Dunoyer dans la Revue encyclopédique en 1826, en considérant qu’individualisme a pour référent non pas un élément du monde réel, mais le discours de l’autre, de surcroît à valeur négative. Il propose de se situer par rapport à un nouveau référentiel du mot, le système du libre développement des facultés humaines. Il ressort des premiers emplois majoritairement négatifs d’individualisme un enjeu, la reconnaissance de la liberté individuelle par un système politique, autour duquel se manifestent des stratégies discursives diverses de nature le plus souvent polémique, en dépit des efforts de ceux qui veulent mettre l’accent, dans le contexte des discussions de la « société des individualistes », sur le caractère positif de l’individualisme. Ainsi Marcelin Desloges, polémiquant avec Le Producteur, précise en 1828 dans Le Globe que, au-delà des droits de l’homme, « La doctrine beaucoup plus profonde de l’individualisme devint la base de la nouvelle politique rationnelle » (cité p. 87).

4Si on élargit le champ sémantique des substantifs dérivés en -isme et -ité de l’adjectif individuel, on trouve aussi le mot individualité dans le combat contre la « secte nouvelle » des saint-simoniens. Individualité apparaît comme un terme morphologiquement mieux adapté à la désignation d’un état, ne serait-ce que dans l’expression d’« esprit d’individualité ». Il revient à Benjamin Constant de situer l’individualité du côté du principe de liberté en considérant, dans ses Mélanges de littérature et politique (1829), que « Par liberté, j’entends le triomphe de l’individualité » (cité p. 93). Quant à Alexandre Vinet, il précise, dans Le Semeur du 13 avril 1836, que « l’individualité n’est pas l’individualisme », qu’elle est « vouloir être soi », alors que l’individualisme « rapporte tout à soi » (cité p. 104).

5Marie-France Piguet s’intéresse également à la double antonymie entre individualisme, association et socialisme, avec la figure de Pierre Leroux au centre. Dans « De la philosophie et du christianisme » (1832), cet auteur précise que « le but de la société n’est pas l’individualisme, mais l’association » (cité p. 109). Il revendique en 1857 l’usage nouveau de socialisme par opposition à individualisme : « C’est moi [...] le premier qui me suis servi du mot socialisme. Je forgeai ce mot par opposition à individualisme » (cité p. 110), tout en définissant le socialisme comme « l’exagération de l’idée d’association, ou de société » (cité p. 114). L’usage du néologisme d’individualisme, sous forme de désignation négative, s’étend à ceux qui critiquent la pluralité des autorités individuelles, au nom de la nécessité d’une autorité spirituelle, au sein du discours ecclésiastique. Il s’agit alors, selon Philippe Gerbet, dans le Coup d’œil sur la controverse chrétienne (1831), de « faire prévaloir le principe social d’autorité sur l’individualisme », manière de condamner le protestantisme (cité p. 124). L’usage en négatif se retrouve également du côté des philosophes. Ainsi Théodore Jouffroy, élève de Victor Cousin, écrit dans son Cours de droit naturel (1834) : « Tout principe ayant été détruit, toute règle fixe de jugement se trouve supprimée [...] ce temps-ci est donc le règne de l’individualisme, et de l’individualisme le plus exagéré et le plus complet » (cité p. 130).

6Individualisme en vient alors à désigner un état d’esprit du moment, un moment de transition. Lamartine souligne que « notre malheur est d’être né dans ce maudit temps où tout ce qui est vieux s’écroule, et où il n’y pas encore de neuf » (cité p. 133). Dans « De l’individualisme » publié dans le Journal des connaissances utiles (1836), un autre auteur précise que « chacun convient qu’il vit dans cet isolement moral qu’on pourrait appeler individualisme » (cité p. 133). Là encore, la critique entre dans la polémique. Répondant à l’interrogation de Chateaubriand, « quel aspect la société offrira-t-elle lorsqu’elle ne saura plus qu’individuelle ? », Richelot précise, dans La Revue du progrès social (1834), que « Chateaubriand n’a pas compris que [...] l’individualisme n’est qu’une transition d’un ancien ordre à un nouvel ordre » (cité p. 139). L’extension rapide du terme se fait alors sous la forme d’« une manière d’être ou d’agir » perceptible dans la diffusion des expressions d’« esprit d’individualisme », et surtout « de l’individualisme », jusque dans des titres d’articles de journaux tels le Semeur du 6 novembre 1839. De plus en plus, les usages d’individualisme attestent que ce mot est traversé de tensions axiologiques dans le champ balisé par les termes connexes d’individuel et d’égoïsme. Cet ouvrage se termine par une analyse lexico-sémantique des modalités d’enregistrement du mot dans les dictionnaires du XIXe siècle.

  • 3 Voir à ce sujet Vincent Descombes, Le parler de soi, Paris, Gallimard, 2014 et Vincent Descombes, C (...)

7Certes, l’enquête lexico-sémantique de Marie-France Piguet s’adresse en premier lieu aux linguistes et aux analystes de discours. Mais son approche sémasiologique, mettant l’accent sur la portée de la signification des premiers usages d’individualisme, permet de circonscrire un espace idéologique dominé par l’inquiétude des auteurs de la première moitié du XIXe siècle face à l’émergence discursive d’une modernité exprimée dans le registre du moi. Nous percevons alors mieux la différence entre égoïsme et égotisme, mots du XVIIIe siècle, soit entre un terme qui désigne l’amour excessif de soi et un terme proche en apparence mais renvoyant à la manie de parler de soi3. Dans la mesure où le mot individualisme est déchiré entre sa dimension philosophique et sa dimension morale, entre la quête de l’épanouissement de soi et le refus de l’amour de soi, il reste à distance de tout usage égotiste et massif du Je au profit d’une réflexion toujours d’actualité sur la diversité des manières de se rapporter à soi.

Haut de page

Notes

1 Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Seuil, 1998. Texte original, Harvard University Press, 1989.

2 Gilbert Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 2005. La nouvelle édition de cet ouvrage comporte un inédit sur L’histoire de la notion d’individu.

3 Voir à ce sujet Vincent Descombes, Le parler de soi, Paris, Gallimard, 2014 et Vincent Descombes, Charles Lamore, Dernières nouvelles du moi, Paris, PUF, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28917

Haut de page

Rédacteur

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche honoraire au CNRS en sciences du langage, chercheur associé au sein de l’UMR «Triangle » (ENS-LSH Lyon) et de l’UMR « Telemme » (MMSH, Aix-Marseille Université). Analyste du discours, historien du discours et des concepts. Dernier ouvrage paru : Cognition et ordre social chez Sieyès. Penser les possibles, Paris, Kimé, 2018.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page