Navigation – Plan du site

Caroline Fayolle, Le féminisme. Histoire et actualité

Amélie Puche
Le féminisme
Caroline Fayolle, Le féminisme. Histoire et actualité, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L'opportune », 2018, 64 p., ISBN : 978-2-84516-805-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fayolle Caroline, La femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, Éditions du C (...)

1Les travaux de Caroline Fayolle, spécialisée en histoire du genre et de l’éducation, mettent en relief la fabrication de l’identité sexuée par l’école entre 1789 et 18301. Dans ce livre, elle brosse un tableau du féminisme, principalement français, depuis ses origines. Elle part du constat simple que le féminisme dérange car « il vient rappeler que la domination masculine, loin d’appartenir au passé, est encore une réalité aujourd’hui » (p. 5). En outre, le féminisme « désigne l’ensemble des théories et des luttes politiques visant à l’égalité entre les sexes dans tous les domaines » (p. 6).

  • 2 Poullain de la Barre François, De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit (...)
  • 3 Condorcet Nicolas (de), Sur l’admission des femmes au droit de cité, Paris, Firmin Didot frères, 17 (...)

2Le terme « féminisme » nait à la fin du XIXe siècle mais la pensée qu’il recouvre est antérieure. Au XVIIe siècle, émerge une critique des préjugés sur l’infériorité des femmes2. Ces discours se multiplient au XVIIIe siècle, avec l’idée que l’acquis prime sur l’inné et qu’il suffit de réformer l’éducation pour établir l’égalité des sexes. Pendant la Révolution, Condorcet tente de mettre en pratique cette idée3. Il affirme qu’une éducation égalitaire effacerait les différences entre les sexes. De ce fait, il considère que les femmes doivent accéder au suffrage. Si les femmes obtiennent peu de la Révolution, l’idée d’égalité ne disparait pas. Toutefois l’Empire, peu favorable aux femmes, met un terme aux revendications pour plusieurs années. Elles ne reprennent que vers 1830 : « Des femmes, issues de tous les milieux sociaux, osent alors prendre la parole : elles contestent le Code Civil, réclament le droit à l’instruction et le droit pour les femmes d’accéder aux nombreux métiers qui leurs sont refusés » (p. 15). Très décriées et peu soutenues, les féministes disparaissent de la vie publique jusqu’en 1848 et la Seconde République. La journaliste Eugénie Niboyet réclame pourtant le rétablissement du divorce et le droit de vote. Mais la République se pense au masculin et ferme les journaux et clubs féminins. Le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte met fin à aux diverses revendications, qui ne renaissent qu’à la fin de l’Empire et se développent sous la Commune. « Avec la répression des communardes, prend fin en France la tradition d’un féminisme révolutionnaire héritier de la Révolution française et des utopies socialistes. Commence alors une nouvelle ère : celle des féministes dites de la première vague » (p. 22).

  • 4 Bijon Béatrice, Delahaye Claire (dir.), Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote (...)

3La Troisième République relance le débat sur l’accès à la démocratie pour tous. La militante et journaliste Hubertine Auclert s’inspire des méthodes des suffragettes4 anglaises pour rendre le mouvement visible dans la presse. Tandis qu’en 1914 les féministes semblent proches d’obtenir gain de cause, la guerre éclate. Dans l’entre-deux-guerres, le féminisme réformiste devient numériquement important et de nouveaux mouvements émergent. C’est le cas du courant radical qui réclame pour les femmes le droit de voter, d’avorter, de travailler et de s’armer. Ces deux mouvements, désormais constitués en associations institutionnalisées qui défendent des intérêts précis, sont en contradiction sur un certain nombre de points : la place des femmes au foyer, la prostitution et l’avortement. Si les courants radicaux n’ont pas survécu aux années 1920, les réformistes se sont développés dans les années 1930 sous l’impulsion de la militante Cécile Brunschvicg. Malgré les soutiens politiques qu’elles reçoivent, les féministes ne font pas aboutir leurs revendications, la montée des fascismes s’accompagnant d’un antiféminisme accru. Le régime de Vichy met fin aux associations. « Il faut attendre la Libération pour que le droit de vote soit finalement accordé aux françaises. Mais cette avancée est loin d’établir une égalité réelle entre les sexes dans la société » (p. 30). Débute alors la deuxième vague du féminisme.

  • 5 Beauvoir Simone (de), Le Deuxième Sexe, 2 tomes, Paris, Gallimard, 1949.

4En 1949, Simone de Beauvoir publie Le Deuxième Sexe5. L’ouvrage impulse une nouvelle génération de militantes qui vont lutter pour la maitrise de leur corps. En 1956, nait l’association Famille heureuse, qui devient quelques années plus tard le Planning familial. Grâce à ses antennes régionales, l’association divulgue des conseils pour limiter les naissances et distribue des moyens de contraception, bien que ces pratiques soient encore punies par la loi. L’association est à l’origine de la loi Neuwirth qui libéralise l’usage de la pilule en 1967. Le Mouvement de libération des femmes (MLF) nait en 1970 pour défendre le droit à l’avortement. Le 5 avril 1971, Le Nouvel observateur publie un manifeste regroupant 343 signatures de femmes affirmant s’être faites avortées. L’avocate Gisèle Halimi crée alors l’association Choisir pour défendre les signataires, susceptibles d’être inquiétées. Elle est contactée par la mère d’une jeune fille qui a avorté après avoir été violée par son petit ami. L’affaire donne lieu au procès de Bobigny, « procès le plus emblématique de la lutte pour l’avortement » (p. 37). En parallèle, 331 médecins signent un manifeste affirmant qu’ils ont pratiqué des avortements. Le gouvernement s’empare alors de la question et Simone Veil fait voter en 1975 la loi qui libéralise l’interruption volontaire de grossesse. Au cours de ces années, le MLF s’institutionnalise et perd progressivement son identité avant de disparaitre au début des années 1980.

  • 6 Butler Judith, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte 1990.

5Des avancées sont obtenues dans les années 1980-1990 dans le combat pour l’égale représentation des femmes dans la vie politique et le marché du travail. Mais les lois sur la parité sont peu appliquées. Une nouvelle génération de féministes apparait alors, prenant conscience que les droits obtenus par les militantes des générations précédentes ne sont pas pour autant des acquis. Elles se mobilisent contre l’inégalité des salaires, pour le partage des tâches domestiques, et surtout contre les violences faites aux femmes. Mais le mouvement féministe reste divisé, notamment sur des questions telles que le port du voile et sur la gestation par autrui. Ce féminisme est nourri par les travaux de sciences sociales sur le genre qui visent à « différencier le sexe biologique du sexe “social” ou “genre”, qui renvoie à l’ensemble des représentations, des rôles et des comportements associés à chacun des deux sexes » (p. 53). À ce titre, l’ouvrage Trouble dans le genre de Judith Butler6 engendre un impact important aussi bien pour les sciences que pour le féminisme. C’est à partir de ce livre que naissent les théories queer qui « proposent une fluidité dans le genre » (p. 55) et prônent la sexualité comme moyen de lutte contre l’emprise hétéro-normée. Cette théorie divise les féministes, qui y voient une tendance à nier l’existence concrète des rapports de domination.

6Le féminisme aujourd’hui sort du cadre purement militant, comme en témoigne le succès de la journée des femmes. En outre, il sort du cadre occidental avec la naissance de mouvements en Afrique, en Amérique latine, dans les pays arabes ou encore en Inde.

  • 7 Les premiers titres publiés traitent de l’économie de l’immigration, de l’extrême droite française, (...)

7L’ouvrage de Caroline Fayolle est très clair et va à l’essentiel, répondant bien à l’objectif de la nouvelle collection « L’Opportune » des Presses universitaires Blaise Pascal. Très utile et bien conçue pour une première approche, la collection entend porter « un éclairage opportun sur les sujets d’actualité »7. De petits encarts mettent en exergue la vie de certaines personnalités ou des moments clés de l’histoire. Enfin, le livre permet d’approfondir par soi-même le sujet grâce à une bibliographie importante compte tenu de la taille de l’ouvrage (64 pages). Dans ce petit ouvrage sur le féminisme, Caroline Fayolle réussit avec brio à synthétiser plus de trois cent ans d’idées et de luttes.

Haut de page

Notes

1 Fayolle Caroline, La femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017. On peut lire la présentation que l’auteure donne de cet ouvrage issu de sa thèse : http://www.chartes.psl.eu/fr/conferencier/caroline-fayolle.

2 Poullain de la Barre François, De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés, Paris, Jean Du Puis, 1673.

3 Condorcet Nicolas (de), Sur l’admission des femmes au droit de cité, Paris, Firmin Didot frères, 1790.

4 Bijon Béatrice, Delahaye Claire (dir.), Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis, Lyon, ENS Éditions, coll. « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », 2017 ; compte rendu de Charles des Portes pour Lectures, https://journals.openedition.org/lectures/24868.

5 Beauvoir Simone (de), Le Deuxième Sexe, 2 tomes, Paris, Gallimard, 1949.

6 Butler Judith, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte 1990.

7 Les premiers titres publiés traitent de l’économie de l’immigration, de l’extrême droite française, de l’intelligence artificielle, des séries télévisées et de la bande dessinée contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Puche, « Caroline Fayolle, Le féminisme. Histoire et actualité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28930

Haut de page

Rédacteur

Amélie Puche

Doctorante en histoire contemporaine à l’université d’Artois, rattachée au laboratoire CREHS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page