Navigation – Plan du site

Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude, Nicolas Larchet (dir.), « Entreprises philanthropiques », Politix, n° 121, 2018

Bastien Barouh
Entreprises philantropiques
Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude, Nicolas Larchet (dir.), « Entreprises philantropiques », Politix, n° 121, 2018, 255 p., Louvain-la-Neuve, De Boeck, ISBN : 9782807392007.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicolas Guilhot, Financiers, philanthropes. Sociologie de Wall Street, Paris, Raisons d’agir, 2006.

1Le présent dossier, issu du colloque intitulé « Les Mondes de la philanthropie, XIXe-XXe siècles » organisé en décembre 2016 à Paris, a pour objectif d’appréhender le phénomène philanthropique à partir des stratégies de reproduction et de légitimation des élites économiques qui le structurent, et des effets sociaux que ce phénomène génère dans les espaces sociaux concernés. Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude et Nicolas Larchet, les coordinateurs de cette dernière livraison de Politix, développent d’emblée le programme théorique qui anime la réflexion tout le long du numéro : la philanthropie est prise ici comme une « pratique élitaire, reliée à d’autres espaces sociaux par des rapports de domination, sinon de concurrence ou de dépendance mutuelle », saisie « dans ses usages et effets de pouvoir plutôt qu’à partir d’une définition a priori » (p. 4). Le dossier se concentre sur des formes de mobilisation spécifiques de la philanthropie, entendue comme un secteur privé aux contours et aux pratiques professionnelles relativement stabilisés, dans lequel s’opère une haute concentration de capital économique. La pratique philanthropique est conçue comme le fruit d’une stratégie de reproduction, d’un investissement, au sens d’une opération de conversion de capital économique en capital d’une autre espèce1. Les contributions de ce dossier nous donnent à voir cette logique dans la variété de ses expressions.

  • 2 Catherine Duprat, Pour l’amour de l’Humanité. Le temps des philanthropes, et Usage et pratiques de (...)
  • 3 Alexandre Lambelet, Sylvain Lefèvre, « Philanthropies », Ethnographiques.org, n° 34, juin 2017, en (...)
  • 4 Nicolas Duvoux (dir.), « Philanthropies et prestige d’État en France », Genèses, n° 109, 2017.
  • 5 Teresa Odendahl, Charity Begins at Home: Generosity and Self-Interest among the Philanthropic Elite(...)

2Ce numéro témoigne de la vitalité de la recherche francophone sur la philanthropie depuis une vingtaine d’années, du travail pionnier de Catherine Duprat2 aux plus récentes livraisons d’ethnographie.org3 et de Genèses4 venues documenter le domaine, parallèlement à l’essor du phénomène philanthropique dans les pays européens, en lien avec des politiques économiques, financières et fiscales favorables aux élites et des reconfigurations de l’action publique. Dans le prolongement de ces travaux, le dossier marque sa spécificité par son approche ancrée dans la sociologie des élites et de la domination. Celle-ci permet de rendre compte des stratégies poursuivies par les acteurs privés dans le but d’entériner une vision socialement située de l’intérêt général5, mais également de restituer leurs conséquences sur la structuration des secteurs financés (culture, éducation, recherche, santé, social, etc.), ainsi que les pratiques et les relations dans lesquelles elles s’incarnent. À travers la divergence des points de vue sur l’objet, les différentes positions des enquêteur-trices vis-à-vis des organisations et la variété des sujets abordés, les contributions mettent en lumière l’envergure et la dynamique hétéronome du phénomène philanthropique.

  • 6 Linsey McGoey, No such thing as a free gift: The Gates Foundation and the price of philanthropy, Ne (...)

3Le premier article du numéro donne sa tonalité au reste du dossier, en traçant à grands traits les caractéristiques structurantes de l’objet à partir des travaux produits par les philanthropic studies aux États-Unis depuis 1950. Les auteurs entendent se focaliser sur l’engagement philanthropique en tant qu’il repose sur des stratégies de réseaux, voire d’environnement organisationnel, dans lesquels l’organisation philanthropique assoit sa légitimité pour enrôler divers acteurs à sa cause et orienter leurs activités selon sa conception de l’intérêt général. L’article de Linsey McGoey, Darren Thiel et Robin West maintient un certain niveau de généralité théorique pour explorer le processus de légitimation du pouvoir des élites à partir de la notion de philanthrocapitalisme, qui désigne les « nouveaux mouvements philanthropiques qui prétendent améliorer le bien commun en incitant les entreprises à se montrer plus responsables sur le plan social » (p. 30). À la lumière de ce concept et de celui de « crime des dominants », forgé par l’école de la criminologie critique britannique, et en s’appuyant sur des formulaires américains de déclaration fiscale de grandes organisations philanthropiques ainsi que sur des entretiens avec des responsables d’organisations caritatives, les auteur-es montrent comment certaines structures philanthropiques orientent les mécanismes de régulation au service de leurs propres intérêts en masquant les préjudices sociaux causés pour accumuler de la reconnaissance sans risquer de réprobations publiques6.

4Les trois articles suivants prennent le parti pris méthodologique d’étudier la philanthropie à travers ses émanations locales, du point de vue des relations sociales et des pratiques professionnelles et organisationnelles qu’elle contribue à produire. Le resserrement de la focale sur les configurations professionnelles conduit à appréhender les manières de composer localement avec la domination philanthropique. Le travail de Sylvain Lefèvre sur la philanthropie de changement social vient fortement contraster les articles précédents en restituant des stratégies de subversion de la reproduction. Les organisations de ce courant alternatif, à l’instar du Haymarket People’s Fund et de Funding Exchange, rassemblent ainsi en partie de riches héritiers-ères en lutte contre l’hégémonie de leur propre classe sociale, sur le plan organisationnel et personnel. Ces derniers-ères s'organisent ensemble à partir d'un retour critique sur leurs privilèges et sur « les modalités d’exercice, d’existence et de reproduction de l’activité philanthropique traditionnelle » (p. 56), en vue d’en amenuiser les effets de domination en pratique. La démarche tranche avec l’enquête de terrain d’Anne Monier, qui observe la « mise en scène » (p. 82) du rapport de domination intra-élitaire entre donateurs-trices et récipiendaires, une domination à la fois servicielle et économique qui prend la forme de contraintes pesant sur les récipiendaires, enjoints à satisfaire l'exigence de traitement distinctif des donateurs-trices. Dans une démarche également ethnographique, Sylvain Bordiec est frappé par « l’indépendance relative » (p. 124) qui lie une entreprise de la grande distribution, sa fondation et une association de solidarité, toutes trois différentiellement engagées dans une démarche de « grande redistribution » (p. 108) de denrées alimentaires. L’article retrace la circulation spatiale et sociale de ces denrées ainsi que la division du travail philanthropique qui la structure. Dans ce processus de production de biens philanthropiques, le sens donné au travail n’est pas le même pour les employé-es de l’entreprise de distribution, « petites mains de la philanthropie » (p. 116), pour les bénévoles et pour la fondation d'entreprise.

5Les trois derniers articles adoptent une perspective davantage organisationnelle, qui vise à dévoiler les fondations comme autant de « boîtes noires » (p. 130), et à reconstituer, à partir d’archives et d’entretiens, les processus qui conduisent à la formation d’espaces organisationnels aux frontières des États, au sein desquels les fondations en viennent à occuper une position centrale. Les contributions restituent les stratégies de mobilisation des entités philanthropiques qui, en « entrepreneurs institutionnels » (p. 178), orientent États, entreprises et associations vers leurs propres priorités en impulsant l’émergence de réseaux. Ces acteurs sont alors progressivement enrôlés dans des pratiques gestionnaires inspirées du jeu des marchés. Étudiant la genèse d’une agence sanitaire, François Buton analyse le rôle des investissements philanthropiques de l’industriel Charles Mérieux et de sa fondation. Il observe un double travail de légitimation du savoir par la formation et de sollicitation des élites étatiques, dans l’imposition d’un corps de pratiques sanitaires, la field epidemiology et la vaccinologie. Enfin, dans leurs contributions respectives, Oriane Calligaro et Tim Bartley (traduit de l’anglais par Hélène Boisson) travaillent le concept de « field building » pour expliquer comment les organisations philanthropiques investissent les mouvements sociaux, et les effets de professionnalisation du militantisme et de canalisation des revendications qui en résultent. D’un côté, l’Open Society Foundations a su légitimer la lutte contre les discriminations comme domaine de compétence de l’Union européenne. De l’autre, les Sustainable Forestry Funders parviennent à coordonner les organisations autour de la certification forestière pour remédier à la déforestation massive, alternative modérée qui supplante peu à peu la lutte par boycott.

  • 7 Sabine Rozier, L’entreprise-providence. Mécénat des entreprises et transformation de l’action publi (...)

6Ce dossier offre en somme un bon aperçu des possibilités théoriques et méthodologiques à la disposition des chercheurs-euses en sciences sociales qui étudient la philanthropie. Il constitue une invitation à se saisir des instruments de la sociologie des élites et de la domination pour analyser les pratiques philanthropiques à la fois en tant que produits d’un style de vie élitaire, en tant qu’investissements liés à des stratégies de légitimation et de reproduction, et en tant que résultats de « luttes internes aux classes dominantes » (p. 16). Ces luttes engagent des agents qui investissent différents modes d’appropriation de l’intérêt général : les fondations familiales et les fondations individuelles, mais aussi le mécénat d’entreprise7, l’entrepreneuriat social ou encore le paternalisme économique.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Guilhot, Financiers, philanthropes. Sociologie de Wall Street, Paris, Raisons d’agir, 2006.

2 Catherine Duprat, Pour l’amour de l’Humanité. Le temps des philanthropes, et Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1997.

3 Alexandre Lambelet, Sylvain Lefèvre, « Philanthropies », Ethnographiques.org, n° 34, juin 2017, en ligne : http://www.ethnographiques.org/2017/Lambelet-Lefevre.

4 Nicolas Duvoux (dir.), « Philanthropies et prestige d’État en France », Genèses, n° 109, 2017.

5 Teresa Odendahl, Charity Begins at Home: Generosity and Self-Interest among the Philanthropic Elite, New York, Basic Books, 1991.

6 Linsey McGoey, No such thing as a free gift: The Gates Foundation and the price of philanthropy, New York, Verso Books, 2015.

7 Sabine Rozier, L’entreprise-providence. Mécénat des entreprises et transformation de l’action publique dans la France des années 1960-2000, thèse de doctorat de science politique, Université Paris I, 2001 ; Anne Bory, De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat des salariés dans les grandes entreprises en France et aux États-Unis, thèse de doctorat de science politique, Université Paris I, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Barouh, « Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude, Nicolas Larchet (dir.), « Entreprises philanthropiques », Politix, n° 121, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29029

Haut de page

Rédacteur

Bastien Barouh

Étudiant en deuxième année de master de sociologie à l’EHESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page