Navigation – Plan du site

Frédéric Rousseau, 14-18, Penser le patriotisme

Damien Accoulon
14–18, penser le patriotisme
Frédéric Rousseau, 14–18, penser le patriotisme, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2018, 480 p., ISBN : 9782072798221.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Frédéric Rousseau est un des principaux animateurs du Collectif de recherche et de débats (CRID) 14 (...)

1Acteur important des débats qui ont agité l’historiographie de la Grande Guerre dans les années 20001, Frédéric Rousseau propose de repenser l’idée a priori évidente de patriotisme à partir du moment-clef de l’entrée en guerre d’août 1914, où le sentiment national aurait mobilisé spontanément et unanimement la société pour la faire entrer en guerre puis l’aider à tenir. En habile socio-historien, l’auteur adopte une démarche empirique pour interroger l’évidence d’un concept socialement construit : quelle(s) réalité(s) recouvre le patriotisme pour des acteurs d’horizons divers placés en contexte de mobilisation, puis de guerre ? Comment, dans ce contexte d’exceptionnelle violence, retrouver la nature profonde d’êtres humains mobilisés pour la défense de la patrie ?

2Ce n’est pas tant la guerre que les structures sociales du début du XXe siècle qui sont à l’étude dans cet essai. L’auteur soutient efficacement que « le mouvement du corps par lequel chaque mobilisé se projette dans la guerre ne dit pas grand-chose de la conscience civique des acteurs mais dit beaucoup, en revanche, de l’ordre social, politique et mental qui contraint, ou à tout le moins, qui agit(e) les individus composant la société mise en guerre » (p. 47). Le nouveau soldat est ainsi enjoint à l’héroïsme, qui lui est rappelé dans tous les secteurs de la société et jusque dans les correspondances de sa famille qui se déclare fière du devoir qu’il accomplit pour la défense du pays. L’armée, machine institutionnelle pliant les hommes à sa volonté, contribue particulièrement à ce processus de « soldatisation » des mobilisés. Sur la scène sociale où « chacun, individuellement et en groupe, fait figuration » (p. 56), le patriotisme devient « le seul mot permettant de combler l’exigence anthropologique de sens » (p. 64). Il désigne en réalité le poids des normes qui s’imposent à chacun afin de prévenir tout écart à l’attitude escomptée pour la survie de l’ordre social.

  • 2 Laborie Pierre, Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Paris, De (...)

3La centaine de témoins (listés p. 380-392) dont Frédéric Rousseau étudie les écrits sont essentiellement des civils, choisis pour représenter tous les secteurs de la société, tant géographiquement que socialement. L’analyse de leurs propos met en évidence les multiples stratégies individuelles que ces acteurs ont développées pour concilier leurs intérêts personnels aux pressions collectives. Le patriotisme qui en découle peut ainsi être apprécié comme un investissement social pour le soldat, un moyen d’affronter le danger tout en se maintenant « à un rang et dans des fonctions adaptées à ses capacités et son statut » (p. 126-127), notamment pour les membres de la bourgeoisie et des élites rurales. De la sorte, les statuts sociaux engagent chaque individu à agir en témoignant d’un patriotisme qui intègre des stratégies de « préservation du patrimoine social et symbolique des familles » (p. 134). S’appuyant sur plusieurs travaux relatifs à la Seconde Guerre mondiale pour repenser la Première, Frédéric Rousseau fait alors un usage particulièrement judicieux de la notion de « penser double » conceptualisé par Pierre Laborie pour qualifier l’attitude duale des hommes et des femmes dans la guerre2. Partagés entre la fierté d’accomplir leur devoir et la crainte mourir, les acteurs sont conduits à « agir trouble », ce qui démontre selon l’auteur que « le “patriotisme” affiché peut parfaitement s’accommoder de la mise à l’abri des êtres chers » (p. 99), autrement dit, qu’attitudes et discours peuvent diverger sans s’opposer.

4Ce patriotisme socialement contraint s’impose aux hommes au front comme aux femmes à l’arrière, maintenues sous la tutelle masculine. Les maris procurant délégation de leur pouvoir aux hommes non mobilisés ou, à défaut, aux femmes les plus âgées, la guerre marque un retour en force des patriarches et belles-mères aux commandes des familles. Ces dernières sont autant de cellules qui entravent la liberté d’action des femmes dans un système patriarcal villageois oscillant entre surveillance et solidarité. En l’absence des hommes, les travaux masculins reviennent aux femmes, s’ajoutant à leurs propres tâches tout en les contraignant à la fixité géographique. Cette situation contraste assez fortement avec celle des femmes bourgeoises qui administrent les affaires de leurs maris tout en jouissant d’une certaine liberté d’action et de mouvement. Cette liberté relative leur permet d’envoyer plus aisément et fréquemment des courriers et colis vers le front pour témoigner leur affection à leurs maris et, en creux, leur patriotisme.

5Vouant à son essai une fonction théorique, Frédéric Rousseau propose un cadre analytique des attitudes à l’égard de l’ordre social en identifiant quatre « fractions » de la société au sein desquelles les acteurs se meuvent, ou non, avec les circonstances. Les consentants forment la première fraction, étroite et essentiellement constituée de dominants dont les forts capitaux sociaux et culturels leur permettent d’impacter la société. L’auteur y comprend l’ensemble des gradés, soit environ 10 % de l’armée française. Suivent les a-senteurs, « les plus extérieurs au système en ce sens qu’ils participent peu, ou pas, au jeu politique » (p. 362), ce que manifeste la faible place qu’ils accordent aux considérations politiques et militaires dans leurs correspondances. « Citoyens passifs » qui agissent « en deçà de la surface publique », ils sont aussi « les moins dotés socialement et culturellement » (p. 364), donc les plus dominés par les consentants auxquels ils obéissent. Dans un entre-deux social, les dissenteurs sont caractérisés par le penser et l’agir double. Ils ne partagent pas tous les sentiments des dominants et cherchent à profiter des opportunités pour s’extraire d’une situation peu à leur avantage, ce qui les pousse parfois à rejoindre la catégorie la plus radicale des dissidents. Ces derniers refusent l’ordre social et résistent en s’engageant contre lui dans l’espace public, ce qui nécessite une capacité d’émancipation importante et explique qu’ils sont la fraction la plus réduite du corps social : les réfractaires, déserteurs et mutins face à la guerre.

  • 3 George Mosse, à partir de l’étude de la société allemande du temps des deux guerres mondiales, a co (...)
  • 4 Seuls les témoignages écrits de Jean Norton Cru, des Allemands Hans Rodewald, Ernst Jünger et de l’ (...)

6La troisième partie du livre analyse plusieurs scènes de guerre pour en comprendre la violence et en établir les logiques causales dans un approche situationnelle, avec pour questions centrales celle de la nécessité de survivre et celle des marges de manœuvre des individus dans ce contexte guerrier. Si elle offre des pistes de réflexion riches en liant la perception de la violence à la distance des combattants ou en analysant l’euphorie qui atteint le « survivant » lorsqu’il tue l’adversaire qui le menaçait, cette partie affiche toutefois quelques faiblesses. Ainsi, le « phénomène de débrutalisation » des combattants (p. 313) qu’identifie Frédéric Rousseau, prenant le contre-pied de la thèse de George Mosse, nous paraît contestable puisqu’il déduit d’une baisse de la violence observée dans certaines correspondances l’idée que la guerre rend les hommes moins brutaux. Or, cette diminution de la violence verbale n’empêche pas l’habituation à la violence physique et, dans une certaine mesure, sa banalisation3. Mobilisant d’ailleurs six témoins étrangers, Frédéric Rousseau affaiblit son propos alors qu’il décortique les mécanismes d’un patriotisme nécessairement rapporté à un contexte national4.

  • 5 C’est la principale faiblesse de l’ouvrage, selon Le Gall Erwan, « Frédéric Rousseau: le sociohist (...)
  • 6 Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal(...)
  • 7 Notamment Pignot Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

7Souhaitant dépasser le seul cadre de la guerre, Frédéric Rousseau tient sans doute insuffisamment compte du contexte militaire de ces témoins intervenant sur différents fronts à différents moments et dans des fonctions variables5. Il nous semble que l’auteur fragilise sa démarche en n’intégrant pas les approches militaires et (surtout) culturelles de la Grande Guerre, c’est-à-dire des champs les plus renouvelés ces dernières années de l’historiographie de la période. Ces approches n’apparaissent pourtant pas exclusives mais bien au contraire complémentaires de la démarche sociohistorique. Frédéric Rousseau confirme ainsi les travaux de Clémentine Vidal-Naquet sur la « censure de la douleur » de l’endeuillée rappelée à ses devoirs par les proches qui l’encadrent quand il constate qu’« à l’annonce de la mort violente de l’être cher, les liens de la camisole des mots ne se desserrent pas autour de celle qui reste » (p. 86)6. Comment faire l’économie de cette thèse de référence sur les liens entre époux et amants en 1914-1918 quand on consacre plusieurs dizaines de pages aux couples dans la Grande Guerre (p.78-150) ? De même, alors que l’auteur évoque la mobilisation des enfants (p. 229-231), pourquoi ignore-t-il les apports de Manon Pignot7 ?

  • 8 Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000.
  • 9 Soulignons l’absence des trois volumes de référence de la Cambridge History traduits en français, q (...)
  • 10 On lira avec profit l’ouvrage collectif qui invite à repenser la dichotomie classique entre consent (...)

8Le Centenaire de la guerre de 1914-1918 paraissait avoir (enfin) permis un dialogue constructif entre des écoles historiques opposées. Ce livre montre que celui-ci n’est pas encore complètement réalisé. L’essai de Frédéric Rousseau a été élaboré contre une thèse que la grande majorité des spécialistes ne défend plus depuis sa formulation en 20008 : celle d’un consentement à la guerre unanime, spontané et durable en raison du patriotisme, théorie réductrice et effectivement « digne d’Épinal » pour reprendre les termes de l’auteur (p. 14). Reste la triste évidence que ce livre néglige l’évolution que l’historiographie de la Grande Guerre a connue ces dix dernières années9. C’est d’autant plus regrettable que plusieurs objections formulées dans cet essai ont déjà été intégrées aux travaux d’autres historien.ne.s, lesquels ne sont pas discutés par Frédéric Rousseau10.

9Les problématiques soulevées dans l’ouvrage 14-18, penser le patriotisme n’en demeurent pas moins riches et stimulantes. La rigueur méthodologique de l’auteur et la finesse de ses développements convainquent de l’intérêt d’une sociohistoire bien conduite pour faire émerger les réalités sociales que couvrent des concepts aussi abstraits que celui de patriotisme. Au-delà du seul patriotisme dans le contexte de la guerre, cet essai invite à repenser le monde social au premier XXe siècle pour davantage prendre en compte la pluralité des attitudes au sein d’un collectif qui ne peut se réduire à son caractère « national ».

Haut de page

Notes

1 Frédéric Rousseau est un des principaux animateurs du Collectif de recherche et de débats (CRID) 14-18, prônant une approche sociale du conflit pour observer les cadres contraignant les soldats à la guerre. Ce groupe d’historiens a été fondé en 2005 en opposition à l’histoire culturelle de la guerre portée par le Centre de recherche international de l’Historial de Péronne depuis les années 1990, qui analysait les faibles résistances à la guerre comme un témoignage du consentement de la majorité de la population. Sur ces débats trop schématiquement exposés ici, nous renvoyons à la synthèse proposée par Julien Élise, « Tenir en guerre, au front et à l’arrière », in Julien Élise, König Mareike, Rivalités et interdépendances 1870-1918, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018, p. 319‑323.

2 Laborie Pierre, Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

3 George Mosse, à partir de l’étude de la société allemande du temps des deux guerres mondiales, a conclu à la brutalisation des sociétés européennes à partir de la Grande Guerre. Habitués à la violence, les individus en auraient plus aisément fait usage entre-deux-guerres, ce qui explique en partie la montée des violences de rues, des ligues et des totalitarismes. Mosse George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, trad. fr. Edith Magyar, Paris, Hachette Littératures, 1999. Très débattue, cette idée de brutalisation a récemment été comprise comme le résultat non pas des combats sur le front ouest mais plutôt de ceux, fortement idéologisés, qui ont émaillé les sorties de guerre de la Baltique à la Mer Noire de 1917 à 1923. Est ainsi expliquée la moindre présence de cette violence en Europe de l’ouest. Voir notamment : Robert Gerwarth, Les Vaincus: Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923, trad. fr. Aurélien Blanchard, Paris, Seuil, 2017 ; Jay Winter, « The Second Great War, 1917-1923 », Revista Universitaria de Historia Militar, vol. 7, no 14, 2018, p. 160‑179.

4 Seuls les témoignages écrits de Jean Norton Cru, des Allemands Hans Rodewald, Ernst Jünger et de l’Alsacien Dominik Richert font l’objet d’une analyse dans l’ouvrage. Celui de Stefan Zweig est cité une fois pour évoquer l’entrée en guerre et celui d’Erwin Rommel seulement mentionné dans la liste des témoins.

5 C’est la principale faiblesse de l’ouvrage, selon Le Gall Erwan, « Frédéric Rousseau: le sociohistorien insoumis? », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, 2018, disponible en ligne : http://enenvor.fr/eeo_actu/livres/frederic_rousseau_le_sociohistorien_insoumis.html.

6 Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014, p.522‑528.

7 Notamment Pignot Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

8 Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000.

9 Soulignons l’absence des trois volumes de référence de la Cambridge History traduits en français, que connaît pourtant l’auteur puisqu’il en a produit une recension : Winter Jay (dir.), La Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2013-2014, 3 vol. ; Rousseau Frédéric, « Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale. Cambridge History, Volume 1, Combats (Annette Becker dir.), Paris, Fayard, 2013, 847 pages », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 1, 2016, disponible en ligne : http://cairn.info/revue-annales-2016-1-page-195.htm.

10 On lira avec profit l’ouvrage collectif qui invite à repenser la dichotomie classique entre consentement et contrainte (voir notamment l’introduction et les conclusions) : Beaupré Nicolas, Jones Heather et Rasmussen Anne (dir.), Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Accoulon, « Frédéric Rousseau, 14-18, Penser le patriotisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29088

Haut de page

Rédacteur

Damien Accoulon

Doctorant agrégé d’histoire, Université Paris Nanterre (EA 4414) et Technische Universität Braunschweig.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page