Navigation – Plan du site

Eric Hazan, LQR. La propagande du quotidien

Thierry Tirbois
LQR
Eric Hazan, LQR. La propagande du quotidien, Raisons d'agir, 2006, 122 p., EAN : 9782912107299.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Raisons d'agir

Texte intégral

1L'ouvrage d'Eric Hazan se donne pour objet une critique sémantique de la Vème République française. Le sigle figurant dans le titre de l'ouvrage, LQR, signifie « Lingua Quintae Respublicae » : la langue de la Vème République. Or, la « langue républicaine » est immédiatement associée, par analogie, à la LTI, langue du IIIe Reich étudiée jadis par V. Klemperer, « professeur juif » chassé de l'Université par les nazis, ainsi qu'il l'a lui-même raconté. A présent, la LQR, « arme postmoderne » adaptée aux « démocraties », symbolise la domination des élites bourgeoises et capitalistes de la Vème République sur le peuple, et, au-delà, sur tous « Les damnés de la terre » (F. Fanon). La LQR dissimule sous ses abords démocratiques le sens véritablement totalitaire du pouvoir politique, non seulement dans le discours, mais également dans les pratiques. Ce bref ouvrage de 122 pages entend donc démontrer que la LQR a notamment pour fonction d'escamoter les conflits politiques et sociaux. Elle les rendrait inaudibles grâce à trois procédés : une « euphémisation » du réel, un usage particulier du déni freudien, un « essorage sémantique » de la langue républicaine (pp. 40 et 122-123). L'auteur énonce de la sorte différentes pistes de réflexion possibles, s'écartant assez souvent par digressions successives de son objet initial. Cependant, toutes ces pistes auraient pu être exploitées avec profit. Ainsi, l'ébauche de réflexion sur la nécessaire clarification des discours politiques des gouvernants actuels, dont les postulats implicites, les sous-entendus ne peuvent que désappointer l'électorat (pp. 86-87). Une telle entreprise n'est pas neuve, certes, mais elle pouvait servir de fil conducteur à un essai critique sur le régime politique en place.

2Hélas, les interrogations de l'auteur ne se transforment jamais en une question correctement traitée de manière scientifique. Eric Hazan concède d'ailleurs : « N'étant ni linguiste, ni philologue, je n'ai pas tenté de mener une étude scientifique de la LQR dans sa forme du XXIe siècle ». Préférant adopter, dit-il, « une démarche qui tient pour beaucoup à l'association d'idées... » (p. 13). A quoi s'ajoutent des procédés spécieux : analogies trompeuses, amalgames, propos elliptiques où se confondent sans ordonnancement clair une description très subjective des élites et de la décision politique, au plan national et international, le fonctionnement d'un régime particulier de l'économie, le capitalisme moderne, confondu avec la sphère politique dite « libérale » ou « néolibérale » selon les pages, sans que nous puissions obtenir une définition opératoire des termes employés, à l'exception d'une courte référence au « néolibéralisme » selon Foucault (p. 12). Pourtant, en prétendant dénoncer le faux afin de mettre le vrai en lumière, l'ouvrage tend implicitement à une certaine scientificité ; c'est donc aussi à cette aune qu'il convient d'en faire lecture.

3La LQR elle-même, objet de l'ouvrage, est définie de façon exagérément lâche, si bien que l'on ne voit guère de quelle manière ce concept pourrait servir à l'analyse du réel. Que l'on en juge : la LQR se présente comme la langue du mensonge politique, née du « gaullo- pompidolisme » (qui procéda à la modernisation « brutale » du capitalisme français) puis développée par les différents pouvoirs exécutifs jusqu'à nos jours. Le mensonge politique au sommet de l'Etat semble donc être généralisé depuis presque 50 ans, sans que le parlement, les partis d'opposition, pas plus que les citoyens et les électeurs n'aient eu la conscience de la tricherie et la possibilité politique d'amender le régime. D'ailleurs cette sorte de « novlangue » orwellienne détient les médias pour porte-parole, la presse écrite et les JT de 20h des grandes chaînes de la télévision française (pp. 13-14 sq.).

4Pourtant, la première fonction de l'euphémisation linguistique, le « contournement-évitement » des termes politiques voire des situations révélant l'existence de luttes d'intérêts au sein de la société (p.28) n'a pu empêcher les mouvements collectifs d'opposition soulevés par le CPE, jusqu'à leur succès de Pâques 2006. La seconde fonction de l'euphémisation serait de produire un effet « d'amplification rhétorique » propre à vider le réel de sens, en dramatisant à l'excès certains faits politiques à l'aide d'un vocabulaire impropre. Ainsi la mobilisation générale dont journalistes et politiques se firent l'écho en faveur de la libération des otages français retenus en Irak au cours de l'année 2004, ou la feuille de route du gouvernement relative à sa politique proche-orientale, etc. (pp. 40 sq.)

5Malgré cette mise en garde, l'auteur cède lui-même au travers de la dramatisation et de l'exagération qui rend la réalité plus opaque - au contraire du travail du chercheur, qui est de rendre la réalité intelligible, d'en comprendre et d'en expliquer les nuances à chaque niveau de la matière historique qui la constitue. Il en va ainsi de sa définition de la LQR, qui « vise au consensus et non au scandale, à l'anesthésie, et non au choc du cynisme provocateur. C'est pourquoi l'un de ses principaux tours est au contraire l'euphémisme - point commun avec la langue des nazis qui formaient un euphémisme pour chacun de leurs crimes, avec pour finir (...), la solution finale » (p. 27).

6Or, comparer la langue et les pratiques de la classe politique d'un pays démocratique avec celles d'un régime totalitaire, sans définir la nature propre de chacun des régimes, conduit à des résultats ineptes. En effet, cela revient à tenir pour identique un Etat de droit et un Parti- Etat, un régime qui gouverne par l'idéologie et la terreur et un autre où le pouvoir s'enracine in fine en chaque membre de la société, un Etat qui méconnaît la séparation des sphères publiques et privées puisque tout est son affaire et un Etat qui instaure les libertés publiques, se fixe pour objectif la paix et la justice. Enfin, c'est comparer les injustices commises dans une démocratie, toujours imparfaite, aux crimes majeurs suscités par la Shoah et le Goulag.

7Mais au final, l'ouvrage défend une thèse très simple et même simpliste : la LQR est la langue des élites, des dominants issus de tous les horizons. Cette langue est un moyen parmi d'autres de faire régner un ordre immémorial où les dominants asservissent les dominés. Au plan national, certes, mais aussi à l'échelle de la planète entière, au cœur de la « guerre civile mondiale » (p. 39). Guerre mondiale où le libéralisme politique et économique moderne fait figure de nouveau totalitarisme, dans un univers mondialisé, où le nord s'oppose au sud, l'ouest à l'est, les riches aux pauvres, les PDEM au PED, où « l'homme blanc » mène combat contre tous les autres... Au fond, l'auteur présente avec des habits neufs les thèses déjà anciennes de l'exploitation marxienne, de l'impérialisme américain et occidental et de l'échange inégal au cœur de la division internationale du travail.

8Proposition résumée par cette courte phrase : « Dans la stratégie du maintien de l'ordre, [le] but est double : faire croire que la modernisation est un processus mené dans l'intérêt de tous et qu'il n'y a ni raison ni moyen de s'y opposer ; et masquer le fait inquiétant que, parmi « l'élite dirigeante », personne ne sait où l'on va »( p.62).

9Au cœur de la mondialisation qui se présente comme un jeu à somme nulle( de même que le capitalisme ou certains progrès scientifiques...), la LQR ne sert que les intérêts dominants : « La LQR établit un divorce qui sert les intérêts dominants » (p.66). En effet, ses procédés auraient pour fonction de présenter « les élites dirigeantes » comme « une sorte de bon papa collectif » (p. 75).

10Dirigeants/dominants, volontiers raillés, qui sont, au gré des chapitres : « les théoriciens et les journalistes du maintien de l'ordre »(p.71), les « chefs d'entreprise déterminés », « les financiers aux âmes sensibles » (pp. 77-80), les intellectuels libéraux soupçonnés d'être favorables à Israël et au néoconservatisme américain, inquiets de l'état du monde après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, ceux qui tiennent la chute du mur de Berlin comme une avancée de la démocratie (p.105), etc. La liste est longue.

11Les victimes sont bien sûr : les pays émergents, les ONG utilisées pour fournir à la France le « supplément d'âme » dont la démocratie libérale aurait besoin (p. 70), les faucheurs d'OGM, le délinquant -victime (p.77), les pauvres de tous les pays, les analystes critiques de l'Islam politique (avec ou sans majuscule, p. 87), les immigrés assimilés à tous les « basanés » (p.84), les étrangers, puisqu'ils ont été « au mieux harcelés et au pire persécutés » par la 5ème République comparée ici au régime de Vichy.

12De surcroît, les auto-critiques du monde politique ou de la science, les arguments énoncés au sein de la démocratie, afin de créer des comités d'éthique, d'encadrer les activités de la biologie moderne, les découvertes liées au génome humain, ou les règles de la direction d'entreprise...sont jugés irrecevables par l'auteur. « L'argument éthique » n'est qu'un tour supplémentaire de la LQR pour faire supporter aux populations des règles du jeu qui ne font de bien qu'aux « dirigeants » issus des différentes sphères d'activité (pp. 114-118). Nulle chance ici que le Bien commun ou l'intérêt général puisse avoir quelque réalité.

13Pour conclure, en forme de bilan, il convient de s'arrêter sur trois composantes essentielles de l'ouvrage que le lecteur devrait prendre en compte pour évaluer sa lecture : la méthode d'analyse utilisée, la conception de la nature humaine et de l'histoire qui sont au cœur de l'ouvrage.

14Tout d'abord, il faut bien reconnaître que la méthode de l'association d'idées n'est guère concluante ; elle permet des sortes de « collages » qui conviennent à la rigueur au pamphlet, au billet d'humeur, mais pas à un travail à vocation scientifique. En effet, le comparatisme historique doit être pratiqué avec soin. Or, l'auteur compare les phénomènes les plus divers, s'appuie sur une pléiade d'auteurs, utilise des sources variées ( articles de presse, émissions télévisées, textes scientifiques, essais, etc.) sans jamais nous indiquer comment différencier et hiérarchiser ces sources ni préciser leur fiabilité respective ou les raisons de leur usage dans telle ou telle partie du texte ; sans jamais, du reste, s'interroger sur la portée heuristique de sa méthode, de ses choix, parfois reconnus, peut-être, comme arbitraires (p. 104).

15Ensuite, l'humanité et ses représentants tels que les conçoit Eric Hazan sont irrémédiablement différents des modèles de l'acteur responsable que l'on peut trouver en philosophie et en sociologie, depuis Aristote et Montesquieu jusqu'à Max Weber. Aujourd'hui, chez Raymond Boudon (Raison, bonnes raisons, Paris, PUF, 2003) ou Jean Baechler (Nature et histoire, Paris, PUF, 2000). Ce dernier, au terme d'un long travail anthropologique, fort documenté, définit les individus comme plutôt libres, rationnels, faillibles certes, mais aussi capables de poursuivre, individuellement et/ou collectivement, des fins politiques et éthiques.

16Alors que chez Eric Hazan transparaît une conception paradoxale et imprécise des individus qui font peut-être l'histoire, sans jamais savoir l'histoire qu'ils font. Citant Marx, l'auteur adopte une vision de l'humanité qui fait de l'homme un être non-conscient des déterminismes qui pèsent sur ses épaules, membre d'une « société imaginaire » qu'il croit réelle, alors qu'il est « dépouillé de sa vie réelle d'individu et empli d'une universalité irréelle » (K. Marx, Sur la question juive, Philosophie, Paris, Gallimard, Folio, 1994, pp. 58-59). Pourtant, même si l'auteur se défend de croire à la théorie du complot, son analyse en termes de luttes des classes, où s'opposent en dernière instance dominants et dominés, attribue aux « dirigeants » ou aux « élites » complices une capacité de calcul et d'action dont, manifestement, les autres catégories sociales sont privées. C'est à tout le moins un manque de rigueur logique, sauf à penser qu'il existe des types différents d'individus, qui n'appartiendraient pas à la même espèce humaine. Enfin, la vision de l'histoire portée par l'ouvrage s'avère irrémédiablement pessimiste, déterminée et semblable à une mécanique invariable.

17Au total, l'auteur produit là un ouvrage qui laisse le sociologue sur sa faim mais qui satisfera sans doute une demande idéologique anti-moderne ou post-moderne. Par « idéologie » nous entendons les passions humaines, productrices de sentiments, de croyances et d'opinions, qui se parent d'un vernis logique, d'apparence plus ou moins scientifique. En l'espèce, une conception du monde où la démocratie, le libre-échangisme et les progrès de la science apparaissent si imparfaits, qu'il vaut mieux les combattre, et, s'agissant de la 5ème République, changer de régime politique. L'ouvrage est en cela un contre-exemple à la thèse de la pensée unique. Après la chute du mur de Berlin et l'implosion de l'URSS, on pouvait parier que de nouvelles passions idéologiques allaient émerger contre les démocraties toujours imparfaites, sans cesse en construction. Ce à quoi les idéalistes et les extrémistes de tout bord ne pourraient que se rallier. En ce sens, l'ouvrage d'Eric Hazan signale de l'idéologie l'éternel retour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Tirbois, « Eric Hazan, LQR. La propagande du quotidien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 14 mai 2006, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/290

Haut de page

Rédacteur

Thierry Tirbois

Thierry Tirbois est PRAG en Sociologie à l'Université de Paris IV- Sorbonne et membre du GEMAS -CNRS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page