Navigation – Plan du site

Gérard Mordillat, Mélancolie ouvrière

David Noël
Mélancolie ouvrière
Gérard Mordillat, Mélancolie ouvrière, Paris, Les Mutins de Pangée, 2018, d'après l'essai de Michelle Perrot.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mordillat Gérard, Les Vivants et les Morts, Paris, Calmann-Lévy, 2005.

1Romancier et réalisateur aussi prolifique qu’engagé, Gérard Mordillat s’intéresse depuis longtemps au monde ouvrier et il n’est pas rare que ses œuvres abordent le thème des luttes sociales. On se souvient par exemple de son film Vive la sociale ! (1983) avec François Cluzet et Robin Renucci ou encore de son roman Les Vivants et les Morts1 adapté en mini-série en 2010, qui racontait l’histoire d’amour de Rudi et Dallas sur fond de fermeture d’usine et de délocalisation.

  • 2 Perrot Michelle, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012.
  • 3 Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? […]
    Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer s (...)

2Dans le petit livret qui accompagne le DVD de Mélancolie ouvrière, son dernier téléfilm récemment diffusé sur Arte, Mordillat raconte son coup de cœur pour le destin de la syndicaliste Lucie Baud à la lecture de l’ouvrage de l’historienne Michelle Perrot paru chez Grasset en 2012 dans la collection « Nos héroïnes »2 qu’il a tenu à adapter et dont il a conservé le titre inspiré du poème « Melancholia »3 de Victor Hugo.

  • 4 Baud Lucie, « Document : le témoignage de Lucie Baud, ouvrière en soie », Le Mouvement Social, « Tr (...)
  • 5 Une partie des numéros sont consultables en ligne sur le portail Gallica de la BNF à l’adresse suiv (...)

3Si Gérard Mordillat et Michelle Perrot se sont intéressées à Lucie Baud, c’est que l’ex-secrétaire du syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie de Vizille (Isère) a raconté ses luttes dans un article4 publié en juin 1908 dans le Mouvement socialiste, une revue socialiste bi-mensuelle créée par Hubert Lagardelle qui est parue de 1899 à 19145.

4Dans le film c’est la comédienne Virginie Ledoyen qui interprète Lucie, entourée d’une pléiade de seconds rôles : François Cluzet joue son époux, Pierre Baud, le garde-champêtre de vingt ans son aîné. À la mort de celui-ci en 1902, Lucie Baud, qui a alors 32 ans, doit quitter le logement de fonction où elle vivait avec ses deux filles. Elle s’investit dans le syndicalisme et fonde le syndicat des ouvriers et ouvrières de la soie du canton de Vizille. Sa rencontre avec Charles Auda (interprété par Philippe Torreton), syndicaliste d’origine italienne qui l’aide à organiser un mouvement de grève dans les filatures de Vizille, est déterminante et Lucie en tombe amoureuse. La grève déclenchée en mars 1904 à l’usine Duplan contre l’augmentation des cadences et la baisse des salaires dure 104 jours et marque les esprits.

5Figure de ce conflit social, Lucie Baud est déléguée en août 1904 au 6e congrès national des ouvriers de l’industrie textile, à Reims. Invitée à la tribune pour lire un message au nom des ouvrières de Vizille et rapidement coupée, Lucie est reléguée en bout de table. Ce sont les hommes, comme Émile Morel (joué par l’excellent François Morel) qui s’expriment. Lucie assiste en spectatrice aux querelles qui opposent les syndicalistes qui souhaitent une collaboration étroite avec les socialistes et les anarchistes, emmenés par Auda. Ces débats qui divisent alors la CGT aboutissent deux ans plus tard à l’adoption de la Charte d’Amiens en 1906. Les mouvements de caméra qui alternent contre-plongées depuis la salle et gros plans sur le visage de Virginie Ledoyen mettent en évidence la déception de Lucie – seule femme parmi 70 délégués – qui, dans la scène suivante s’en prend à Auda : « Le syndicat, c’est pas mieux que l’usine ! […] Si t’es une femme, t’existes pas, ta voix compte pas. […] Tous ces types qui s’engueulent sur Proudhon et Guesde, mais qu’est-ce qu’ils savent de la condition des femmes dans les filatures ? ».

6De retour dans sa région, Lucie Baud, qui avait été licenciée après l’échec de la grève de Vizille, est embauchée dans une filature de Voiron. En 1906, une nouvelle grève éclate contre les diminutions de salaires. Un comité de grève est mis en place avec des cantines populaires. Lucie Baud et Charles Auda se rendent à l’usine de la Patinière, près de Voiron, pour mobiliser les ouvrières italiennes dont les conditions de travail misérables sont bien rendues dans le film. Harcelées par les contremaîtres, logées dans un dortoir insalubre, elles jettent à la figure du directeur Duplan le seau d’excréments dont elles se servent pour la nuit. Le personnage de l’abbé Salamito, venu racoler dans le Piémont la main d’œuvre étrangère et qui tente de dissuader les ouvrières italiennes de rejoindre le mouvement de grève incarne la collaboration de l’Église et de la bourgeoisie et apparaît particulièrement odieux. Le directeur refuse de négocier, le préfet fait appel à la troupe et 3 000 chasseurs alpins arrivent en ville. La tension est réelle dans les scènes où l’on voit Lucie Baud et ses camarades avancer face aux soldats prêts à faire feu.

7La grève des filatures de la région de Voiron se termine début juin 1906, après plus de deux mois de conflit. Le patronat du textile doit concéder un barème pour unifier les prix. Toute entière investie dans le militantisme syndical, Lucie Baud, qui n’a plus de travail, néglige ses deux filles. Le film s’achève sur sa tentative de suicide, en septembre 1906. Lucie Baud survit, mais la balle de revolver lui laisse la mâchoire fracassée. Par la suite, elle quitte Voiron et meurt en 1913 dans l’oubli.

8Le film de Gérard Mordillat est réussi dans sa volonté de reconstitution. Les scènes dans la filature ont été tournées dans une ancienne filature de Saint-Julien-Molin-Molette, à la frontière de la Loire et de l’Ardèche. C’est d’ailleurs une chorale du village qui interprète les chansons des ouvrières italiennes. Le réalisme du film est renforcé par sa musique, qui mêle chansons d’époque et hymnes révolutionnaires tels que « La semaine sanglante », « Le temps des cerises » ou « L’Internationale » interprétés avec justesse et simplicité par les comédiens. On retrouve tous ces morceaux sur la bande originale orchestrée par Jean-Claude Petit qui est disponible dans le coffret DVD.

9Syndicaliste engagée à une époque où on envoyait la troupe contre les grévistes, Lucie Baud a ému Michelle Perrot et Gérard Mordillat. Le témoignage qu’elle a laissé est rare et précieux. Il illustre aussi le combat d’une femme pour s’imposer, à la fois face aux patrons du textile, mais aussi face à la condescendance des dirigeants de son syndicat qui entendent organiser les femmes sans leur donner la parole.

10Intéressant par son sujet, Mélancolie ouvrière déçoit par sa réalisation. Les personnages des patrons sont conformes au portrait qu’en a tracé Lucie Baud dans son témoignage, mais réduits au rang de caricatures. Les répliques sonnent faux. Les collègues de Lucie occupent une place trop marginale dans le film. On peine à ressentir de l’émotion pour l’héroïne dont le personnage est malheureusement desservi par l’interprétation excessivement solennelle de Virginie Ledoyen. On ne parvient pas non plus à s’intéresser à l’histoire d’amour, toute en pudeur, entre Lucie et Charles Auda. Gérard Mordillat et Virginie Ledoyen transforment Lucie Baud en icône figée du syndicalisme et du féminisme, au risque de lui enlever l’humanité qu’était en droit d’attendre le téléspectateur. Au fond, on est plus proche, parfois, du docu-fiction que d’un film. Dommage…

Haut de page

Notes

1 Mordillat Gérard, Les Vivants et les Morts, Paris, Calmann-Lévy, 2005.

2 Perrot Michelle, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, 2012.

3 Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? […]
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ? […]
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre, […]
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,

Qui produit la richesse en créant la misère, […]
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Victor Hugo, « Melancholia », Les Contemplations, 1856.

4 Baud Lucie, « Document : le témoignage de Lucie Baud, ouvrière en soie », Le Mouvement Social, « Travaux de femmes dans la France du XIXe siècle », présentation par Michelle Perrot, n° 105, octobre-décembre 1978, p. 139-146.

5 Une partie des numéros sont consultables en ligne sur le portail Gallica de la BNF à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34425483v/date.r=.langFR.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Gérard Mordillat, Mélancolie ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29156

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, et membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page