Navigation – Plan du site

Questes, Le Bathyscaphe d’Alexandre. L’homme et la mer au Moyen Âge

Stéphanie Pirez-Huart
Le Bathyscaphe d'Alexandre
Questes, Le Bathyscaphe d'Alexandre. L'homme et la mer au Moyen Âge, Paris, Vendémiaire, coll. « Chroniques », 2018, 211 p., ISBN : 978-2-36358-312-3.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où le discours historique et ses canaux de diffusion auprès du grand public sont âprement discutés au sein de la communauté scientifique, une équipe de jeunes chercheurs s’invite dans le débat en proposant un ouvrage de démocratisation d’un thème très peu répandu jusqu’alors : le monde maritime à l’époque médiévale. L’ouvrage, centré sur l’Europe avec des incursions en terre d’islam, est issu d’une aventure à treize paires de mains, et l’initiative est originale. Le processus d’écriture est d’autant plus innovant que si les auteurs sont nommés et présentés en fin d’ouvrage, les personnalités individuelles s’effacent dans l’ouvrage au profit du collectif : c’est l’association Questes qui figure comme auteur sur la couverture, et les chapitres se présentent comme écrits d’une seule plume, sans qu’on sache précisément qui est intervenu dans la rédaction et la correction de chaque paragraphe. Ce primat du collégial est à mettre en corrélation avec les fondements de l’association, qui vise à fédérer les jeunes médiévistes, venus de toutes les disciplines : on compte six historiens et sept littéraires pour cette contribution.

  • 1 Mollat Michel, L’Europe et la mer, Paris, Seuil, 1993.
  • 2 Guizard Fabrice, « Retour sur un monstre marin au haut Moyen Âge : la baleine », Échanges, communic (...)
  • 3 Jouanna Jacques, Toubert Pierre, Zink Michel, L’eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge, Ca (...)

2L’ouvrage n’est pas tant un livre de recherche qu’un outil de diffusion des acquis de la recherche, une démarche volontaire des auteurs. Cela se traduit par le positionnement des notes rejetées en fin d’ouvrage, qui répond à un éventuel besoin de précision du lecteur, sans gêner le non-spécialiste qui n’est pas forcément familier de l’appareillage scientifique. On note d’ailleurs que le format retenu est de taille réduite, tant dans ses dimensions que par son nombre de pages, suggérant une lecture plaisir qui invite au voyage. Au centre du livre se trouve un dossier d’illustrations en couleurs, sourcées et rapidement commentées, qui permet au lecteur d’associer le texte à l’image. Une seule carte conclut le texte, celle du port de Gênes, et on regrette de ne pas trouver davantage de représentations cartographiques pourtant évoquées dès l’introduction. En revanche, les auteurs prennent soin d’insérer des citations régulièrement et donnent ainsi au lecteur l’accès aux sources textuelles. Ces dernières sont présentées dans des dimensions systématiquement raisonnables, entre deux et cinq lignes, afin de ne pas rebuter le non-spécialiste, tout en lui offrant une ouverture sur la pensée des contemporains. Enfin, le curieux et le scientifique trouveront en fin d’ouvrage une bibliographie de plus de cent vingt références afin de poursuivre les investigations dans quatre langues. On y trouve les grands noms de l’historiographie médiévale de ce champ d’études (Stéphane Lebecq, Alban Gautier, Jean-Claude Hocquet, Christophe Picart, etc.), mais on s’étonne de ne pas trouver certains classiques comme L’Europe et la mer de Michel Mollat1, auteur pourtant cité pour ses ouvrages plus anciens, ou les travaux plus récents de Fabrice Guizard2 et le colloque à propos de L’eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge3.

3L’ouvrage se divise en six chapitres de taille homogène, précédés d’une longue introduction qui met en exergue la complexité et la richesse du sujet. Le premier chapitre « Percevoir la mer » donne à voir l’histoire des représentations liées à l’espace marin. Objet de peur, en référence au Déluge, ou de sauvetage avec l’exemple du passage de la Mer Rouge lors de l’Exode biblique, la mer suscite les réactions. Elle éveille la curiosité, comme le représente la couverture de l’ouvrage avec un Alexandre revisité au XIIe siècle qui se fait construire un sous-marin, le bathyscaphe. Outre la diversité des émotions liées à l’univers marin, les auteurs montrent combien les gens du Moyen Âge y perçoivent et fantasment la diversité de ses occupants. Monstres marins, sirènes, baleines, mais aussi animaux moins impressionnants, il est difficile de dénombrer les espèces, ce qui fait de la mer un espace de mystères. Elle semble être un univers à la fois éloigné des habitants qui vivent sur ses rives, et familier si l’on considère la transposition du monde terrestre au monde marin, par l’intermédiaire des poissons-chevaliers ou de la flore qui ressemble aux arbres. La mer fait réfléchir, puisque les auteurs s’interrogent sur son caractère salé, et fascine, en particulier les îles lointaines comme Avalon, « espace magique et domaine des fées » (p. 45). En somme, la mer est perçue de manière ambivalente au Moyen Âge : dangereuse et salutaire.

  • 4 Technique de navigation qui consiste à suivre la ligne de côte.
  • 5 Carte de navigation.

4Le second chapitre, « Prendre la mer », aborde le sujet d’un point de vue matériel. Il est ici question des procédés de navigation et des innovations techniques de la période. Les auteurs mettent en évidence les apports linguistiques des navigateurs venus de Scandinavie et citent les mots « esquif », « crique », « houle » et « flotte », aujourd’hui utilisés dans le langage courant, mais d’étymologie nordique. Les bateaux sont présentés selon leur origine géographique, à l’exemple des langskips équipés de têtes de dragons et des cogues aux descriptions multiples pour la mer du Nord, ou encore des galères et des nefs, respectivement à usage militaire et commercial, pour la Méditerranée. Au sein de ces deux espaces, la maniabilité, souci constant des navigateurs, est facilitée par l’invention majeure du gouvernail d’étambot, fixé sur les nefs. L’art de la navigation reste empirique et relève surtout du cabotage4 jusqu’à l’apparition des cartes marines au XIIIe siècle et des portulans5 dans les manuels de navigation, qui permettent aux équipages de gagner en précision.

5Les auteurs s’intéressent ensuite à la vie en mer. Le quotidien des gens de mer est peu documenté, excepté via des récits de pèlerins. Les équipages, qu’il faut tenir avec une discipline stricte, sont majoritairement masculins. Outre les rameurs, on y trouve des spécialistes : musiciens, barbier, charpentier, etc. L’alimentation est simple et faite principalement de produits non périssables pour tenir tout au long du voyage. Les dangers de la mer sont omniprésents (maladies, naufrages) et conduisent à une grande religiosité lors des traversées, qui va des messes régulières jusqu’à la christianisation des noms des navires. Les auteurs s’attardent sur la violence : raids normands, auxquels participent exceptionnellement les femmes, et actes de piraterie en Méditerranée font de la mer une source d’enrichissement, aussi bien pour de pauvres hères que pour des nobles, à l’exemple de Louis de la Trémoille, amiral de Guyenne à la fin du XVe siècle.

6Le quatrième chapitre questionne l’aspect nourricier de la mer. Les auteurs passent en revue les différentes activités et richesses tirées de la mer par les gens du Moyen Âge. La pêche occupe une large place : essentiel en période de jeûne ou de Carême, le poisson est recherché en pêche côtière (par exemple en Bretagne) comme en pêche plus lointaine (jusqu’en Galice), à tel point que des foires annuelles sont constituées dès le XIIIe siècle. Cela conduit les autorités urbaines à réglementer le transport à longue distance dans une visée sanitaire, comme c’est le cas pour Rouen en 1422. La mer est également exploitée pour ses produits précieux : coquilles Saint-Jacques pour identifier les pèlerins, coraux, perles, seiches pour leur encre noire, etc. Elle nourrit la population médiévale et en fait vivre une part importante.

7Le chapitre « Ports et sociétés littorales » montre la transformation des sociétés et des paysages liés à la mer. De l’exploitation des ressources maritimes émergent des ports, qui servent d’interface avec l’arrière-pays, raison pour laquelle ils sont souvent situés à l’embouchure d’un fleuve, à l’exemple de Rouen et Hambourg, et parfois favorisés par l’édification de ponts comme à Nantes, transformant la ville en carrefour commercial. L’essor des activités portuaires voit même la création de villes nouvelles, comme Lübeck et Riga au XIIe siècle, et l’apparition de piliers politiques et commerciaux, parmi lesquels Venise, qui développe son commerce maritime dans un contexte de « guerre de course ». Les auteurs développent l’exemple de Gênes, en repli durant le haut Moyen Âge, qui connaît un essor économique au tournant de l’an mil et voit progressivement son front de mer occupé par les grands lignages urbains qui s’y font construire de grandes demeures, conduisant les autorités à édicter des règlements d’urbanisme. Lieu de passage des marchandises, le port est aussi un lieu de transit des populations : les immigrants économiques côtoient les pèlerins, faisant des espaces portuaires des lieux de brassage linguistique. La densité de population y va croissant, et des plaintes s’élèvent contre la pollution, à Acre en 1185 par exemple. On y trouve également les changeurs et banquiers, figures indispensables du commerce à partir du XIIe siècle, qui manient monnaie de banque et lettres de change. Enfin, le paysage du littoral est modifié en raison de son exploitation, notamment par le biais des marais salants développés en Camargue à partir du XIe siècle.

8La question de la propriété de la mer, objet du dernier chapitre, se présente comme épineuse : le nombre de batailles navales et leur violence en attestent. Ici et là, on tente de taxer le commerce, sans grand succès, notamment en raison de la complexité des juridictions. De même, il est difficile pour l’ensemble des pouvoirs politiques de mettre en place une législation commune pour régir les relations en mer, à l’exception de concertations entre cités, comme on le voit entre Hambourg et Lübeck en 1259.

9En résumé, cet ouvrage qui se veut accessible au grand public tient ses promesses. Nous avons toutefois relevé à plusieurs reprises des termes peu courants non expliqués et qui obscurcissent quelque peu la démarche, en dépit du soin minutieux accordé au style, perceptible à la lecture : « tératologique », « cogue », « dulcaquicoles », « malacologique », et nous ne pouvons qu’inviter les auteurs à redoubler de vigilance lors d’une nouvelle publication de ce genre, que nous appelons de nos vœux. À la fin de notre lecture, nous souhaitons également saluer le pari qui consistait à unir treize plumes en une seule, et au terme de ce voyage, nous avons presque envie de réécrire notre recension en remplaçant « les auteurs » par « l’auteur ».

Haut de page

Notes

1 Mollat Michel, L’Europe et la mer, Paris, Seuil, 1993.

2 Guizard Fabrice, « Retour sur un monstre marin au haut Moyen Âge : la baleine », Échanges, communications et réseaux dans le haut Moyen Âge, Mélanges offerts à Stéphane Lebecq, 2012, p. 261-276.

3 Jouanna Jacques, Toubert Pierre, Zink Michel, L’eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge, Cahiers de la villa de Kérylos, n° 23, Beaulieu-Sur-Mer, Paris, 2012.

4 Technique de navigation qui consiste à suivre la ligne de côte.

5 Carte de navigation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Pirez-Huart, « Questes, Le Bathyscaphe d’Alexandre. L’homme et la mer au Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29161

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Pirez-Huart

Doctorante en histoire médiévale sous la direction de Corinne Beck à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France, ses travaux portent sur les interactions entre espace rural et espace urbain à partir de l’exemple de Valenciennes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page