Navigation – Plan du site

François Audigier et Pascal Raggi (dir.), Les syndicats face à la violence militante des années 1980 à nos jours

Amandine Tabutaud
Les syndicats face à la violence militante
François Audigier, Pascal Raggi (dir.), Les syndicats face à la violence militante. Des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve, coll. « Violences et radicalités militantes », 2018, 162 p., préface de Xavier Vigna, ISBN : 978-2-36013-499-1.
Haut de page

Texte intégral

1Lancé en 2016, le programme de recherche pluridisciplinaire Vioramil sur la violence et la radicalité politique depuis les années 1980, s’est donné pour ambition de recenser l’ensemble des actes de violence militante commis en France et d’en élaborer une base de données inédite. Ce traitement quantitatif se double d’une démarche qualitative à travers l’étude des modalités de radicalisation violente et du fonctionnement de ces organisations radicales. L’analyse s’intéresse également à la façon dont les médias perçoivent de ces phénomènes de violence militante et à la façon dont les pouvoirs publics (police, justice) les gèrent. L’organisation de manifestations scientifiques dont l’ouvrage se fait ici l’écho, est l’occasion de valoriser l’avancée de ces recherches.

2Issu d’un colloque tenu en décembre 2017 à Nancy, l’ouvrage réunit sept contributions qui explorent chacune, des violences militantes en milieu industriel, écartant volontairement les autres mondes du travail (agricole et tertiaire), la violence patronale et la violence d’État. Ces dernières apparaissent cependant en filigrane dans certaines contributions, étant à l’origine ou le réceptacle de la violence militante. En introduction, François Audigier précise la définition adoptée pour qualifier la violence militante, à savoir : « l’usage illégal de la force par les militants d’une organisation contre des personnes et/ou des biens », ne retenant ainsi que le « cadre juridique sans [se] prononcer sur le caractère légitime ou non de l’action en question, ce qui […] entrainerait […] des considérations morales et/ou politiques trop subjectives » (p. 13).

3Des questionnements communs traversent l’ensemble des contributions : les auteurs interrogent les formes, les modalités ainsi que les effets de la violence militante déployée dans un contexte socio-économique secoué par la désindustrialisation et en proie à de profondes mutations. Les auteurs questionnent également la perception de l’action militante radicale par le public et son traitement médiatique, dans le contexte d’une société dont le seuil de tolérance de la violence s’est affaibli.

4Découpé en trois parties, l’ouvrage débute par la présentation des premiers résultats statistiques issus de la base de données et relatifs aux actes de violence syndicale survenus lors de manifestations. Le nombre de grèves a chuté depuis les années 1980. Cette baisse est corrélée au processus d’invisibilisation de la protestation ouvrière et, plus largement, du monde ouvrier. Avec la résurgence de conflits longs et radicaux dans les années 2000, la contestation ouvrière, et particulièrement les faits de violence, retiennent à nouveau l’attention des médias. En se plaçant à l’échelle de la manifestation publique, Antoine Chapoutier, Vincent Heurtebise et Memphis Krickeberg cherchent à objectiver la violence en tant que modalité de résistance participant d’un répertoire contestataire plus large. La violence militante apparait alors comme un registre d’action parmi d’autres. Néanmoins, son usage entraine une remise en cause de la nature du militantisme syndical et en redessine les limites. Au lieu de voir dans les manifestations de « simples réceptacles et arènes d’expression publique », les auteurs proposent de les considérer « comme des cadres d’interaction sociale relativement autonomes pouvant, sous certaines conditions, pousser les acteurs présents à entrer dans une logique violente » (p. 47).

5Avec la contribution de Vincent Gay, on sort du cadre de la manifestation publique pour pénétrer celui du quotidien des usines automobiles Citroën et Talbot de la région parisienne au début de la décennie 1980. Exceptionnelle en apparence, la violence exercée par le patronat est au contraire « partie prenante des techniques de commandement et des modes de soumission qui visent à faire intégrer aux ouvriers les positions de chacun, les frontières et les règles qui régissent la vie d’usine » (p. 54). Bien qu’elle vise d’abord les ouvriers affiliés à un syndicat, la violence quotidienne fonctionne comme un dispositif disciplinaire et politique instaurant un climat de terreur et impactant indirectement l’ensemble des ouvriers. Récupérée par les militants syndicaux et les ouvriers en général, la dénonciation de cette violence patronale devient une modalité de contestation contre l’autorité et l’ordre établi. La lutte pour la dignité ouvrière en est un exemple. Aussi, l’affrontement physique et moral entre les salariés et les membres de la direction sur le terrain se prolonge à travers la violence sémantique des productions écrites ou filmiques des organisations militantes, lorsqu’il s’agit de dénoncer l’adversaire et de le décrédibiliser.

6En avançant dans les années 1990, la violence militante s’épanouit à l’occasion des luttes qualifiées « de la dernière chance » (p. 45) et « souvent désespérées » (p. 106). Le conflit des mineurs de Carmaux en 1991 et celui des ouvriers de l’équipementier automobile Chausson (1992-1995) sont emblématiques. Dans la lutte carmausine qui « renoue avec les pages les plus fastes de son histoire » (p. 75), Romain Castellesi observe une forte cohésion des ouvriers, qui n’hésitent pas à se tourner vers les actions violentes à mesure que le conflit se durcit, au risque de leur intégrité physique et morale. On assiste à la médiatisation culturelle de « l’homme charbon » dont la virilité est mise en scène lors des actions coup de poing, telles que des séquestrations ou des occupations. Cette violence militante répond à la violence de l’État, qui a failli à ses responsabilités en rompant le contrat social et moral qui liait ces ouvriers à leur travail ainsi qu’à leur territoire. Pascal Depoorter observe des ressorts identiques auprès des salariés de Chausson, pour lesquels le recours à la violence semble la dernière alternative alors que le conflit se trouve dans l’impasse. Des groupes commandos à effectif réduit cherchent à médiatiser leur combat en organisant des actions spectaculaires. Ils ont, par exemple, envahi le plateau du journal de France 2.

7On retrouve ces commandos militants à l’occasion des conflits qui ont secoué la sidérurgie lorraine, d’abord à Pompey entre 1982 et 1986, puis à Florange entre 2011 et 2013. Pierre Toussenot observe qu’à travers ces groupes, qui entretiennent un rapport parfois paradoxal avec les médias, se joue un « esprit de corps qui les anime et qui véhicule, y compris peut-être de façon mythique, les valeurs constitutives de l’éthos ouvrier : discipline, solidarité dans le combat, glorification de la force physique, virilité » (p. 118-119).

8L’ouvrage s’achève avec les témoignages de trois acteurs syndicaux, qui révèlent les dissensions somme toutes assez classiques entre les deux centrales syndicales, la CGT et la CFDT, sur la légitimité du recours à la violence militante.

9La lecture de cet ouvrage rappelle combien la désindustrialisation met à mal l’unité du groupe ouvrier et remodèle les liens entre ses membres. Il s’agit d’un groupe hétéroclite aux motivations individuelles superposées, qui n’hésite pas à se désolidariser des directives syndicales venues d’en haut dans la temporalité immédiate de la lutte.

10Comme le souligne Pascal Raggi en conclusion, ces études centrées sur des violences militantes visibles, relayées et circonscrites aux seuls secteurs industriels masculins (le milieu minier, la sidérurgie et l’automobile, symboles du déclin industriel de la France), ne reflètent pas l’étendue de la conflictualité ouvrière au travail. On peut regretter que l’ouvrage ne décentre pas le regard vers les luttes féminines, dans lesquelles des violences militantes se sont également exprimées pour défendre l’emploi. Une telle approche permettrait d’ouvrir de nouvelles discussions, notamment autour de l’éthos ouvrier et du caractère supposé viril de la violence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Tabutaud, « François Audigier et Pascal Raggi (dir.), Les syndicats face à la violence militante des années 1980 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29196

Haut de page

Rédacteur

Amandine Tabutaud

Doctorante en histoire contemporaine, IDHES Evry, Univ Evry, Université Paris-Saclay.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page