Navigation – Plan du site

Sarga Moussa et Serge Zenkine (dir.), L’Imaginaire raciologique en France et en Russie, XIX-XXe siècles

Liliya Dyachenko
L'imaginaire raciologique en France et en Russie, XIXe-XXe siècles
Sarga Moussa, Serge Zenkine (dir.), L'imaginaire raciologique en France et en Russie, XIXe-XXe siècles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Littérature et idéologies », 2018, 210 p., ISBN : 978-2-7297-0932-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage rassemble les actes d’un colloque organisé à Moscou en mai 2012 avec des contributions en français et en russe, ces dernières s’y trouvant reproduites dans la traduction de Serge Zenkine. Un volume identique a également paru en russe en 2016. Cette recherche collective se propose d’explorer les rapports entre la France et la Russie sous l’angle de la notion de race. Elle compare sur deux siècles l’évolution dans ces deux pays de l’imaginaire raciologique, en tant qu’« ensemble de représentations de la race comme construction idéologique », dans « la littérature, les sciences du vivant, les essais philosophiques ou les discours politiques » (p. 6).

2L’essor de la pensée raciale au XIXe siècle est indissociable de l’avènement de la modernité, du progrès industriel, des colonisations, du triomphe du positivisme et du développement des États-nations. Selon Serge Zenkine, l’émergence de la théorie raciale, contemporaine de celle de la démocratie, s’offre comme une réponse paradoxale et contradictoire aux nouveaux problèmes posés par la société démocratique. Le rejet des catégories hiérarchiques structurant la société d’ordres sous l’Ancien régime aboutit dans la France post-révolutionnaire à une crise épistémologique, dont témoigne la quête des types réalistes dans la poétique de Balzac. D’autres critères sont alors recherchés pour classer les individus et surmonter l’instabilité et les inquiétudes ontologiques. Construite sur le modèle d’une évidence biologique, la notion de race permet de créer des classes empiriques sur la base d’un déterminisme physiologique et héréditaire. Celui-ci devient un sujet incontournable dans la pensée et l’art de l’époque, comme on le constate chez Zola. La montée de l’idée d’une division raciale entre les humai provoque ensuite des attaques violentes contre les principes démocratiques, comme dans L’Essai sur l’inégalité des races humaines (1853) de Gobineau où la démocratie est assimilée à l’effacement total des différences qui conduit l’humanité à sa dégénérescence.

3D’après Philippe Régnier, la question de l’existence de différences ontologiques entre les individus joue aussi un rôle majeur dans la formation de la pensée libérale française, après la proclamation en 1789 de l’égalité comme principe fondamental au sein des droits de l’homme. Philanthrope universaliste et partisan de l’abolition de l’esclavage, l’abbé Grégoire soutient que l’existence des races est causée les inégalités sociales, tous les êtres humains partageant par ailleurs une origine commune. Il explique ainsi l’« infériorité » des Juifs comme l’effet naturel de siècles de persécutions. Le projet de leur « régénération physique et morale », pour reprendre le titre de son essai, passe d’après lui par l’interdiction de toute pratique religieuse et professionnelle « typiquement juive » susceptible de les enfermer dans un communautarisme maladif (selon un discours comparable à celui de l’extrême droite en France aujourd’hui). Seul un métissage à la fois physique et culturel permettrait de réaliser le rêve d’une humanité unifiée. À l’inverse, Saint-Simon estime que l’application irraisonnée du principe d’égalité explique l’échec de la Révolution et sa violence : en effet, selon lui, les peuples n’ont pas les mêmes capacités physiques et intellectuelles au départ. Le discours colonial fonde la supériorité des Européens sur l’idée que ceux-ci sont porteurs d’un progrès qu’ils doivent désormais apporter au reste du monde. Le concept initialement biologique de race est alors de plus en plus investi d’une dimension sociale. Sarah Al-Matary situe ce passage au tournant du XXe siècle, en lien avec l’institutionnalisation de la sociologie, qu’elle étudie à travers la trajectoire de Jacques Novikow. Selon ce sociologue franco-russe, dans la société mondialisée, la race échappe au seul domaine anthropologique pour régir aussi l’économie et le droit internationaux.

4Si les idéologies racistes opèrent souvent de façon dissimulée, la race est présente « dès qu’un groupe d’êtres humains se voit assigner des traits particuliers pensés comme immuables et transgénérationnels » (p. 22). Il s’agit d’un des codes majeurs du bio-pouvoir dans l’État-nation. À partir du cas russe, Marlène Laruelle réfléchit ainsi à la multiplicité des formes possibles du racisme d’État. Historiquement, le concept de race a eu un succès bien moindre en Russie qu’en Europe occidentale : il n’a jamais dépassé, dans l’Empire russe, le cadre strict de l’anthropologie physique. En URSS, le racisme a d’ailleurs été banni comme idéologie capitaliste ou encore en raison de son association au nazisme, ennemi historique. Cependant, la Russie contemporaine, qui se proclame avec fierté multiethnique, appuie sa politique sur deux concepts clés : la nationalité, qui consacre les Russes comme étant seuls à l’origine de la nation au sens politique, et l’ethnie, qui désigne les autres populations. La tolérance n’est jamais fondée sur l’égalité ou l’hybridité entre les peuples, mais sur l’idée d’une hospitalité prétendue des Russes qui acceptent sur leur territoire des ressortissants divers comme les Ukrainiens ou les Tchétchènes. Toute revendication d’autonomie est alors perçue comme une ingratitude et une menace qui justifie le racisme culturel. Ce modèle rappelle celui de l’Empire romain ou des Empires coloniaux européens.

5Dans l’orientalisme romantique français et russe, se forge peu à peu au XIXe siècle un discours sur l’Autre, dont le but est avant tout d’affirmer sa propre identité. Comme le montre Sarga Moussa, les représentations des Bohémiens, race mystérieuse venue d’Orient, sont significatives d’un point de vue comparatiste. La répulsion envers les Bohémiens qu’expriment les récits de voyageurs français contraste avec la fascination à leur égard dont témoignent de nombreux textes russes. Bien plus, cette fascination est à son tour interprétée par la critique française comme révélant le caractère oriental de l’identité russe elle-même. Ainsi, l’empathie qui traverse les vers des « Bohémiens » (1824) de Pouchkine s’expliquerait par les origines africaines du poète, invitant dès lors à lire toute son œuvre dans cette perspective. Marie-Laure Aurenche revient sur une mission d’anthropologues français au Turkestan russe en 1876-1878. Elle explique que les travaux de craniométrie et de mensuration réalisés pour étudier les races de l’Asie centrale avaient pour but ultime d’établir l’origine des peuples européens. D’autre part, l’anthropologie physique a aussi été mobilisée afin de fonder la légitimité politique des revendications d’autonomie des peuples étudiés. Marine Mogilner montre ainsi comment, dans l’Empire russe, les initiateurs de recherches sur la race juive étaient souvent eux-mêmes des anthropologues juifs guidés par l’enthousiasme des débuts du mouvement sioniste. Au cours du XIXe siècle en France, les Russes sont eux-mêmes l’objet de représentations qui pointent leur étrangeté. Eugène-Melchior Voguë, diplomate et écrivain, popularise ainsi le grand roman russe en France à travers la notion mythique d’une âme russe essentielle. Charlotte Kraus met toutefois en garde contre cette approche univoque de la « russité » – employée encore aujourd’hui dans la critique littéraire française – dont le caractère national renvoie à la fois aux concepts de race, de culture, de religion et d’âme. Selon Victor Shnirelman et Konstantin Bogdanov, une exaltation similaire de la race russe dans la Russie contemporaine provient principalement de courants ésotériques, inspirés par diverses pensées aryanistes qui proclament le destin messianique des Russes en leur inventant un passé glorieux, aux origines de l’humanité. Ces spéculations s’adossent à des pratiques pseudoscientifiques comme la linguoculturologie qui fait converger déterminismes racial et linguistique. Largement diffusée dans les médias patriotiques, cette pratique tente d’établir des correspondances entre la culture et la langue par le biais de rapprochements et de paronymies fantaisistes : ainsi, la proximité entre race [rasa] et Russie [rossiya] prouverait que les Russes appartiennent à une race originelle.

6Les dernières contributions de l’ouvrage s’intéressent plus spécifiquement à la littérature, partant de l’idée que « la théorie raciale n’obtient sa force persuasive que grâce à l’emploi de schémas narratifs plutôt que conceptuels » (Serge Zenkine, p. 19). Ilya Kukulin étudie, dans la science-fiction soviétique, le rôle de personnages inquiétants qui, comme les extraterrestres, appartiennent à la poétique de ce genre littéraire. Il les analyse à la lumière des discours idéologiques sur les étrangers en URSS qui, tout en exaltant l’amitié entre les peuples, insistent sur la supériorité de l’homme soviétique et sur le danger de tout contact extérieur. Or, la littérature peut aussi être un espace de « critique idéologique » et une « force de résistance » (p. 10). Urs Urban voit dans le roman de Jonathan Littel Les Bienveillantes (2006) une déconstruction du discours nazi : narré à la première personne par son personnage principal, un officier de la SS, le texte pousse la logique de la pensée raciale jusqu’à ses propres limites, révélant par là même sa vacuité.

7Grâce à sa perspective comparatiste, le recueil parvient donc à montrer la variété et les contradictions des imaginaires raciologiques. Il étudie la circulation des idées entre la France et la Russie et dévoile l’universalisme paradoxal des arguments racialisant, qui se prêtent aisément à défendre toute idéologie. Cette analyse appelle à son tour une comparaison entre les discours racistes et les discours sexistes, qui invoquent les mêmes arguments biologiques. Tel était d’ailleurs l’objet de l’intervention de Maurice Olender intitulée « Race, sexe et destin : trois concepts sans histoire », prononcée lors du colloque en Russie mais absente du présent ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliya Dyachenko, « Sarga Moussa et Serge Zenkine (dir.), L’Imaginaire raciologique en France et en Russie, XIX-XXe siècles  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29209

Haut de page

Rédacteur

Liliya Dyachenko

Diplômée d’un master 2 de littérature comparée à l’Université Paris-Nanterre, Liliya Dyachenko est actuellement étudiante en master 2 de russe, spécialité traduction littéraire, à l’Université Paris-Sorbonne. Elle est l’autrice d’un mémoire sur le motif du masque dans Princesse Brambilla d’E.T.A. Hoffmann et Pétersbourg d’Andreï Biély et travaille cette année sur une traduction en russe du roman Les Dernières Nuits de Paris de Philippe Soupault.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page