Navigation – Plan du site

Christian Mariotte, Écrire le stigmate. Une nouvelle littérature judéo-allemande

Élisabeth Schulz
Écrire le stigmate
Christian Mariotte, Écrire le stigmate. Une nouvelle littérature judéo-allemande, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2018, 254 p., ISBN : 9782878549737.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette « renaissance » se développe dans le champ littéraire et universitaire à partir des années 19 (...)
  • 2 Erving Goffman (1922-1982) est notamment connu pour son ouvrage, publié en 1963 : Stigmate. Les usa (...)

1Voici enfin en France une publication portant sur une nouvelle littérature judéo-allemande qui se déploie à partir des années 801. À travers sa thèse de doctorat dont ce livre constitue la publication, Christian Mariotte mène une réflexion sur le travail de trois écrivains juifs allemands nés après 1945 et bénéficiant d’une large réception en Allemagne : Barbara Honigmann, Rafael Seligmann et Maxim Biller. Son analyse ne porte pas seulement sur leurs romans mais également sur leurs essais, leurs textes journalistiques, ou encore, leurs textes autobiographiques. En étudiant la production littéraire des trois écrivains et leur condition d’écrivain à l’aune de la condition de « stigmatisé ». Christian Mariotte démontre que l’œuvre de Honingmann, Biller et Seligmann constitue le lieu « d’une écriture du stigmate » (p. 224). À partir de cette grille d’analyse inspirée des travaux de Erving Goffman sur le stigmate2, Christian Mariotte mène une réflexion très pertinente sur la stigmatisation de la minorité juive allemande en RDA et en RFA après la Seconde guerre mondiale telle qu’elle apparait présentée dans les productions littéraires des trois écrivains étudiés. Son étude décrit ainsi le cadre socio-historique qui structure la production de ces trois écrivains. Il met en relief l’existence d’une double marginalité chez ces auteurs et plus généralement chez les Juifs vivant en Allemagne : d’une part, face à la société allemande qui est non-juive, et d’autre part, face à la communauté juive mondiale qui ne comprend pas leur choix de vivre dans le pays « des meurtriers ». En effet, les juifs allemands « se trouvent eux-mêmes stigmatisés en raison de cette proximité avec d’anciens criminels » (p. 60).

  • 3 Ibid., p. 24.

2La thèse se découpe en trois grandes parties, chacune d’elle se divisant en quatre sous-parties. Dans la première partie, Christian Mariotte met en valeur la manière dont, après 1945, Honingmann, Biller et Seligmann font, à cause du problème de la stigmatisation en cours dans la société, le constat d’un « déficit identitaire » chez les Juifs allemands. Dans les fictions des trois écrivains étudiés, il retrouve les espaces identifiés par Erving Goffman comme entrant en cause dans le processus de stigmatisation (institutions scolaire, voisinage, lieu de travail, lieu publique et la famille)3. Ainsi, l’école apparaît-elle, dans les textes des auteurs du corpus, comme « une étape douloureuse de l’itinéraire moral du stigmatisé » (p. 43). La cellule familiale apparait également comme un espace accentuant le trouble identitaire des personnages juifs allemands, ce que les romans de Rafael Seligman et Barbara Honigmann mettent en scène. Mariotte constate ainsi que le système de valeur que la famille transmet ne leur permet pas de surmonter le regard des non-juifs (p. 86). En étudiant les scènes de fiction Mariotte esquisse ainsi une typologie de différentes formes de confrontation entre les stigmatisés, issus du groupe minoritaire, et le groupe majoritaire.

  • 4 Il étend cette réflexion au-delà des trois auteurs étudiés, venant à s’interroger sur le fait que « (...)
  • 5 Rafael Seligmann, Mit beschränkter Hoffnung, Hambourg: Hoffmann und Campe, 1991.

3Mariotte montre que Honingmann, Biller et Seligmann mettent en place - pour eux-mêmes en tant qu’écrivain - des stratégies afin de reconquérir une identité non stigmatisée. Dans la seconde partie de l’ouvrage Christian Mariotte analyse ainsi l’engagement politique des trois écrivains4. En évoquant la question de « la naissance d’une parole juive plus libre que celle des institutions officielles » (p. 123), Christian Mariotte nous permet de comprendre un des moteurs qui anime Rafael Seligman quand il rédige l’essai Mit beschränkter Hoffnung5. Selon Maxim Biller et Rafael Seligmann, pour échapper au sentiment d’être enfermé par la stigmatisation, seul Israël constitue une solution. Or, selon la perspective adoptée par Seligmann, lorsque les Juifs allemands sont installés en Israël, de manière paradoxale, « ils souffrent de ne pas se distinguer des autres » (p. 149.) En effet, la stigmatisation a l’avantage d’apporter une singularité à son porteur (p. 151). Pour Mariotte, l’hésitation d’un personnage juif allemand entre une partenaire israélienne et une partenaire allemande dans le roman Rubinsteins Versteigerung symbolise le choix auquel Seligmann doit faire face, lui-même, entre deux modèles identitaires.

  • 6 Andrea Lauterwein, Essai sur la mémoire de la Shoah en Allemagne fédérale (1945-1990), Paris : Kimé (...)
  • 7 Maxim Biller, Deutschbuch, Munich: Deutscher Taschenbuch Verlag, 2001, p. 93.

4Un des points forts de cette thèse réside dans le fait que le chercheur s’intéresse à la position des trois auteurs face aux choix d’écriture et plus particulièrement face au choix d’écrire en allemand. Afin de mener sa réflexion sur le champ littéraire comme espace pour surmonter - ou au contraire perpétuer - la stigmatisation, Christian Mariotte s’appuie sur « la réception de la réception » des œuvres de ces auteurs grâce à l’analyse de divers dossiers de presses. Il évoque, par exemple, le fait que Seligmann est parfois accusé de trahir les intérêts du groupe minoritaire et d’usurper le rôle de porte-parole par cupidité. Mais comme le démontre Mariotte, les essais et déclarations publiques permettent à Seligmann ou à Biller d’apporter un fondement théorique, notamment lorsqu’ils présentent dans leurs fictions leur groupe minoritaire avec un regard négatif. Selon Christian Mariotte, l’objectif de Seligmann est d’« écrire la haine » pour surmonter le silence imposé aux stigmatisés. Son écriture s’oppose ainsi à l’injonction implicite faite aux membres du groupe minoritaire de pardonner, comme on le voit dans la littérature allemande d’après-guerre où apparaît la « légende du juif qui pardonne »6. Les refus successifs d’éditeurs allemands pendant des années de Seligmann lorsqu’il cherche à publier son ouvrage Rubinsteins Versteigerung où cette vision idéalisée de la minorité juive n’est pas représentée peuvent s’expliquer ainsi. À travers l’exploitation de cette trajectoire, l’approche de Christian Mariotte permet de comprendre, du moins en partie, pour quelles raisons une littérature judéo-allemande a du mal à émerger après la guerre. Ainsi, souhaitant se libérer de la double oppression exercée par la société majoritaire en Allemagne et par la communauté juive internationale, Maxim Biller choisit d’écrire sur les Juifs comme cela lui plaît « avec colère et tendresse, rempli de haine et en même temps soumis »7. Mais c’est quand il marque « avec véhémence sa non-appartenance à la société majoritaire qu’il court le risque le plus grand de disparaitre en elle » (p. 193).

  • 8 Barbara Honingmann, Das Gesicht wiederfinden – Über Schreiben, Schriftsteller und Judentum, Munich: (...)
  • 9 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka – Pour une littérature mineure, Paris : ed. de Minuit, 1975 (...)
  • 10 Barbara Honingmann, Soharas Reise, Reinbek : Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1998.

5Mariotte se demande si les membres d’un groupe stigmatisé peuvent inventer un rapport à la langue « leur permettant d’échapper aux structures de pensée parfois oppressives de la société majoritaires ? » (p. 208). Ainsi l'auteur met-il l’accent sur le fait qu’en déclarant que ses textes sont écrits dans une langue qui n’est « pas vraiment de l’allemand »8, Barbara Honingmann vient illustrer les critères définis par Deleuze et Guattari quand ils soulignent que dans les littératures mineures, « tout prend une valeur collective »9. Le roman Soharas Reise10 vient alors illustrer l’exemple d’une complicité à l’intérieur du groupe minoritaire juif grâce à l’usage de l’hébreu. Pour Biller, il s’agit de parler un allemand « qui entre en léger décalage avec celui de la société majoritaire » (p. 225).

  • 11 Nous reprenons ici l’expression de Shmuel Trigano lors de la conférence « Émancipation et construct (...)

6Le chercheur parvient donc à appliquer avec efficacité la méthodologie goffmanienne aux œuvres de son corpus. La condition de l’homme stigmatisé a été soigneusement analysée dans son environnement social et familial ainsi que les solutions mises en place par les auteurs pour rompre le processus de la stigmatisation. Cet ouvrage offre l’avantage de nous faire connaître des recherches publiées en allemand qui n’ont pas été traduites en français. Si l’auteur exploite avec succès le large éventail de publications produites par les auteurs de son corpus et les croise avec pertinence, on pourra juste lui reprocher de parler d’une « religion juive » quand dans certains cas, il devrait parler de « peuple juif », en vertu de la condition « bifocale » juive11 (c’est-à-dire à la fois un peuple et une communauté religieuse). Mais ceci n’enlève rien à la pertinence et à la qualité de cette thèse de doctorat.

Haut de page

Notes

1 Cette « renaissance » se développe dans le champ littéraire et universitaire à partir des années 1980. Parmi les recherches en allemand, nous pouvons citer : Thomas Nolden, Junge jüdische Literatur, Würzburg : Königshausen und Neumann, 1995.

2 Erving Goffman (1922-1982) est notamment connu pour son ouvrage, publié en 1963 : Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, (trad. par Alzin Kihm), Paris : Éditions de minuit, 1975. Il y aborde « le vécu et les stratégies d’individus faisant partie de minorité victime d’ostracisme et de rejet » (p. 17).

3 Ibid., p. 24.

4 Il étend cette réflexion au-delà des trois auteurs étudiés, venant à s’interroger sur le fait que « En cherchant à se réapproprier leur histoire et le parcours de souffrance de leurs parents ou de leurs familles, les Juifs allemands d’aujourd’hui ne risquent-ils pas de s’enfermer dans une fixation sur la condition stigmatisée ? » (p. 104).

5 Rafael Seligmann, Mit beschränkter Hoffnung, Hambourg: Hoffmann und Campe, 1991.

6 Andrea Lauterwein, Essai sur la mémoire de la Shoah en Allemagne fédérale (1945-1990), Paris : Kimé, 2005, p. 107.

7 Maxim Biller, Deutschbuch, Munich: Deutscher Taschenbuch Verlag, 2001, p. 93.

8 Barbara Honingmann, Das Gesicht wiederfinden – Über Schreiben, Schriftsteller und Judentum, Munich: Hanser, 2006, p. 11

9 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka – Pour une littérature mineure, Paris : ed. de Minuit, 1975, p. 30.

10 Barbara Honingmann, Soharas Reise, Reinbek : Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1998.

11 Nous reprenons ici l’expression de Shmuel Trigano lors de la conférence « Émancipation et construction identitaire » tenue au Collèges des Études juives, AIU, Paris, novembre 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Christian Mariotte, Écrire le stigmate. Une nouvelle littérature judéo-allemande », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 décembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29306

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Le Dr Schulz Élisabeth est actuellement chercheuse associée au CIRPaLL de l’Université d’Angers (EA 7457). Titulaire d'un doctorat d'histoire et sémiologie du texte et de l'image, effectué sous la direction de Julia Kristeva à l'Université Paris VII, elle a donné cours sur la littérature francophone à l'université hébraïque de Jérusalem. Ses recherches portent essentiellement sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale de langue française. En 2014, sa thèse intitulée Identité séfarade et littérature francophone au XXe siècle a été publiée chez l'Harmattan.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page