Navigation – Plan du site

David Graeber, Bullshit Jobs

Agathe Lelièvre
Bullshit jobs
David Graeber, Bullshit jobs, Paris, Les Liens qui libèrent, 2018, 408 p., traduit de l'anglais par Élise Roy, EAN : 9791020906335.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans la présente recension, nous conservons l’appellation anglaise bullshit jobs.

1Dans ce livre dédié à « tous ceux qui préfèreraient être utiles à quelque chose », David Graeber expose sa recherche sur le phénomène des bullshit jobs, traduits par « jobs à la con »1 dans la version française d’Élise Roy. L’anthropologue s’interroge sur l’ordre social, politique et économique qui amène de nombreux employé·es dans les sociétés occidentales à exercer un travail qu’illes estiment inutile, superflu, voire néfaste à la collectivité. Cette anomalie du système capitaliste permet à l’auteur de questionner la légitimité d’une « civilisation » fondée sur le travail où tout se passe « comme si nous avions collectivement consenti à notre propre asservissement » (p. 23).

  • 2 David Graeber, « On the Phenomenon of Bullshit jobs », STRIKE Magazine, 2013, en ligne : https://st (...)
  • 3 Yougov, « 37% of British workers think their jobs are meaningless », 2015, en ligne : https://yougo (...)

2Cet ouvrage fait suite à un article que l’auteur avait publié dans la revue contestataire Strike! en 2013, intitulé « On the Phenomenon of Bullshit Jobs »2, dans lequel il s’interrogeait sur l’échec de l’utopie de l’économiste Keynes, qui prédisait en 1930 la généralisation de la semaine de quinze heures d’ici la fin du siècle, grâce aux progrès de la technologie. Or, les emplois prolifèrent et « c’est comme si quelqu’un s’amusait à inventer des emplois inutiles, dans le seul but de nous garder tous occupés » (p. 12). Il cible les emplois de consultant·es, de responsables de communication, de lobbyistes ou encore d’avocat·es d’affaires, qui se multiplient notamment dans le secteur de la FIRE (finance, investment and real estate). Suite à cet article, David Graeber a reçu de nombreux témoignages d’employé·es se sentant concerné·es par le phénomène. Un sondage de l’institut Yougov3 sur la population britannique a d’ailleurs corroboré son intuition : 37% des répondant·es estiment que leur emploi n’apporte pas « quoi que ce soit d’important » au monde. L’article a également suscité des réactions négatives qui déplorent entre autres le manque de preuves empiriques à son argument. L’anthropologue a donc décidé d’investiguer la question plus en détail dans ce livre, qui poursuit deux objectifs. Premièrement, l’auteur adopte une approche systématique pour questionner les facteurs économiques, politiques et sociaux qui amènent des travailleurs·euses à effectuer des tâches inutiles. Deuxièmement, il cherche à comprendre l’asymétrie entre la valorisation sociale et la rémunération de ces emplois, par rapport à d’autres dont la valeur sociale est évidente mais souvent dépréciée, comme ceux des professeur·es ou des infirmières. Ses données sont issues des commentaires de son article (124 publications) et de conversations avec des employé·es estimant avoir un bullshit job (250 témoignages), faisant ainsi de ce livre une œuvre collaborative entre le chercheur et les participant·es. Le style d’écriture percutant et audacieux de l’auteur, ainsi que l’alternance entre les témoignages et les analyses, en rendent la lecture fort plaisante.

3Le premier chapitre s’attèle à la définition d’un bullshit job en tant que « forme d’emploi rémunéré qui est si totalement inutile, superflue ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu’il se sente obligé pour honorer les termes de son contrat de faire croire qu’il n’en est rien » (p. 37). Ces emplois se trouvent tant dans le secteur public, du fait de l’allongement des chaînes de commandement et du recours à la sous-traitance, que dans le secteur privé, où les dirigeant·es embauchent dans les emplois de bureau en dépit des licenciements qui touchent les travailleurs·euses du bas de la chaîne.

4Le deuxième chapitre propose une typologie des bullshit jobs, divisés en cinq catégories. Les larbins permettent de visibiliser la supériorité de leurs employeurs, ainsi que d’octroyer des signes de respectabilité et d’importance à leur organisation. Les emplois qui n’ont pas de valeur sociale positive et qui induisent des comportements manipulateurs ou agressifs sont l’apanage des portes-flingues. Les rafistoleurs s’attèlent quant à eux à la gestion des dégâts de problèmes organisationnels, sans en réparer la cause. Les cocheurs de case remplissent des formulaires à partir de mesures et d’indicateurs mis en place par leur organisation, n’ayant d’autre but que de créer de l’information, sans aucun effet concret. Enfin, les petits chefs génèrent et assignent des tâches inutiles aux autres employé·es.

5Les chapitres trois et quatre traitent de la « violence spirituelle » subie par les employé·es qui occupent un bullshit job. David Graeber retrace l’histoire des régimes de travail pour montrer le détachement progressif entre le travail et la personne qui l’exerce, d’une part, et entre le travail et le produit de celui-ci, d’autre part. Le travail devient donc une fin en soi, déconnecté de sa finalité sociale. S’appuyant sur des travaux en psychologie du travail, Graeber explique la souffrance des employé·es par des mécanismes de dissonance cognitive. En effet, en plus de se sentir inutiles, les acteurs peuvent souffrir d’avoir conscience de nuire, et également de blâmer un emploi qui les fait pourtant vivre. L’auteur aborde enfin les stratégies de résistance offertes aux employé·es. Certain·es choisissent l’action collective pour tenter de réformer leur organisation, notamment avec le militantisme syndical. D’autres optent pour des stratégies individuelles qui se traduisent par des pratiques informelles : utiliser leur temps de travail pour apprendre des langues étrangères ou encore limiter discrètement leur présence au bureau au profit de leur temps libre.

6Les chapitres cinq et six s’intéressent aux facteurs économiques, politiques et culturels qui rendent possible une telle situation. L’existence des bullshit jobs se justifie au niveau structurel par l’essor de la finance et du capitalisme de la grande entreprise, ayant entraîné la prolifération d’emplois d’administrateurs·trices, de consultant·es, d’employé·es de bureau, de comptable et d’informaticien·nes. Dans une approche marxiste, Graeber met en lumière les similarités entre la féodalité classique et la « féodalité managériale », dans laquelle les pouvoirs économique et politique tendent à se confondre et où le profit est généré par la gestion de la production. De plus, seul le travail productif est pris en compte, au détriment du travail de care effectué par les femmes et les catégories de population subalternes. Selon Graeber, cela s’explique par les racines chrétiennes du concept de production, pensé exclusivement au masculin. L’ascétisme puritain qui accompagne l’essor du capitalisme amène ensuite à associer l’accomplissement des individus au dur labeur, et permet de comprendre la relation inverse entre la rémunération d’un emploi et son impact social « positif ». Si les emplois « authentiques », dans les domaines du soin ou de l’éducation par exemple, sont dépréciés financièrement et socialement, c’est en raison du plaisir que peuvent en retirer les salarié·es, qui rompt avec cet ascétisme puritain. Dans le contexte politique actuel, les gouvernements de droite comme de gauche adhèrent à cette éthique du travail comme fin en soi et la souffrance au travail devient quasiment une forme de discipline et d’abnégation à la base de la citoyenneté économique.

7Le dernier chapitre aborde les conséquences puis les solutions envisageables à ce problème social. Les effets de l’éthique morale du travail sont nombreux et peuvent diviser les travailleurs·euses. Le consumérisme compensatoire devient pour certain·es une manière de compenser leurs trop longues de journées de travail, notamment en déléguant les tâches domestiques à d’autres employé·es. Une jalousie morale peut aussi se développer envers celles et ceux qui ont un travail qui a du sens. Du côté des mouvements sociaux, il n’existe pas (encore ?) de mouvement anti-bullshit jobs. Après avoir réaffirmé son allégeance à l’anarchisme et son scepticisme quant à la possibilité d’une réponse venant des États, Graeber se positionne toutefois en faveur du revenu universel de base. Proposant une théorie foucaldienne de la libération sociale, il termine son livre par une analogie entre le rôle du mot magique dans la culture BDSM (bondage, discipline et sado-masochisme) et la mise en place du revenu universel dans les sociétés occidentales. Ce revenu fournirait ainsi un safe-word à tous les employé·es pour mettre fin aux relations de domination dans le travail, et leur permettre de s’en émanciper.

  • 4 Bertrand Russel, Éloge de l’oisiveté, Paris, Allia, 2002 [1935].
  • 5 André Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, 1997.
  • 6 David Frayne, Le refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail, Paris, Éditions (...)
  • 7 Geneviève Pruvost, « L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement », Terrain, n° 60, 201 (...)
  • 8 Maud Simonet, Travail gratuit, la nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, coll. « Petite encyclopé (...)

8Avec ce livre, David Graeber lève le tabou du travail inutile et met en lumière l’éthique morale du travail à l’œuvre dans les sociétés occidentales. Sa réflexion sur la privation de temps libre des travailleurs·euses par les classes dirigeantes rejoint les écrits critiques de Bertrand Russel sur le culte de l’efficacité4 et ceux d’André Gorz sur l’insécurité généralisée5, phénomènes qui conduisent à une moralisation du travail et enferment les salarié·es dans une voie sans issue. Des travaux récents questionnent cette perte de sens du travail et amènent certains au « refus de travail »6, tandis que d’autres expérimentent des modèles orientés vers des logiques alternatives à la productivité7. Les recompositions actuelles du travail se traduisent également par la multiplication des formes de travail gratuit. Maud Simonet a montré en ce sens les faiblesses du modèle du salariat pour inclure les activités bénévoles et le travail de care, accomplies sous le registre du dévouement8. Reliant les problématiques contemporaines du travail gratuit aux luttes féministes des années 1970, elle invite à poser la question de l’appropriation du travail faite par les hommes, l’État ou les entreprises capitalistes. Cette approche s’avère pertinente tant pour le travail gratuit que pour les bullshit jobs parce qu’elle permet de montrer celles et ceux qui tirent profit de ces formes d’exploitation mais aussi d’imaginer des solutions collectives pour redonner au travail soit de la valeur, soit du sens. En cela, le livre de David Graeber est une invitation à la construction de solidarités entre les travailleurs·euses pour imaginer une « société authentiquement libre » (p. 393).

Haut de page

Notes

1 Dans la présente recension, nous conservons l’appellation anglaise bullshit jobs.

2 David Graeber, « On the Phenomenon of Bullshit jobs », STRIKE Magazine, 2013, en ligne : https://strikemag.org/bullshit-jobs/.

3 Yougov, « 37% of British workers think their jobs are meaningless », 2015, en ligne : https://yougov.co.uk/topics/lifestyle/articles-reports/2015/08/12/british-jobs-meaningless/.

4 Bertrand Russel, Éloge de l’oisiveté, Paris, Allia, 2002 [1935].

5 André Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, 1997.

6 David Frayne, Le refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail, Paris, Éditions du Détour, 2018, p. 305 ; compte rendu de Guillaume Ollivier et Anaïs Clerc-Bedouet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24745.

7 Geneviève Pruvost, « L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement », Terrain, n° 60, 2013, p. 36-55.

8 Maud Simonet, Travail gratuit, la nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, coll. « Petite encyclopédie critique », 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Lelièvre, « David Graeber, Bullshit Jobs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29421

Haut de page

Rédacteur

Agathe Lelièvre

Doctorante au département de science politique de l’Université de Montréal, membre du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page