Navigation – Plan du site

Michel Brix, Libertinage des Lumières et guerre des sexes

Anaïs Guittonny
Libertinage des Lumières et guerre des sexes
Michel Brix, Libertinage des Lumières et guerre des sexes, Paris, Kimé, coll. « Détours littéraires », 2018, 338 p., ISBN : 9782841749058.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage analyse la pensée libertine depuis le siècle des Lumières afin de remettre en question l’idée, qui fait encore autorité aujourd’hui, selon laquelle la jouissance et la liberté seraient au centre du projet libertin. Michel Brix montre ainsi les incohérences qui existent entre les discours émancipateurs des adeptes du libertinage et les réelles conséquences de leur démarche. Pour ce faire, il contextualise le discours libertin par rapport à la querelle des sexes qui date des origines de l’humanité, dans le but de mesurer les réels enjeux et impacts de « l’utopie amoureuse des Lumières ». Cette utopie est fondée sur l’idée que la différence entre les sexes serait une construction sociale qui priverait les hommes de leur liberté. Elle s’y oppose donc en prônant une égalité sexuelle – et uniquement sexuelle – entre les hommes et les femmes, qui permettrait de se débarrasser de pratiques contraignantes légitimées par la morale catholique, perçue comme aliénante.

  • 1 L’auteur s’appuie sur trois œuvres en particulier : le Discours sur l’origine de l’inégalité, La No (...)

2L’auteur commence son ouvrage en présentant les rôles respectifs de l’homme et de la femme dans le processus de séduction. Il défend l’idée d’une inégalité des réactions face à l’amour ou à la sexualité, entre les hommes et les femmes. Il mène une démonstration intéressante en s’appuyant sur Rousseau1 pour qui la fonction morale de la femme comme éducatrice de l’homme doit jouer un rôle primordial afin que les hommes acceptent de renoncer à la violence. Mais depuis les libertins des Lumières, dont l’idéologie a triomphé et subsisté jusqu’à nos jours, l’idée persiste que pour être l’égale de l’homme, la femme doit lui ressembler jusqu’à imiter ses plus bas instincts. Michel Brix nous montre qu’il n’en a pas toujours été ainsi et que la séduction a d’abord été un jeu dont les règles étaient imposées par les femmes et que les hommes se devaient de suivre – la galanterie en est par exemple un témoignage. Ce schéma a fini par frustrer une catégorie d’hommes qui s’est mis en tête de changer ces règles et de transformer ce jeu en une partie de chasse. Ces libertins apparaissent dès le XVIIe siècle mais c’est surtout au XVIIIe siècle qu’on les trouve dans les hautes sphères de la société. Après une trêve amenée par l’amour courtois et la galanterie, la guerre des sexes est à nouveau déclarée mais sans que cela ne soit réellement avoué, car le principe du plaisir de cette courre tient à une habile manipulation entre intentions affichées et réels intérêts dissimulés. Ces ennemis des femmes et de leurs sentiments étudient la psychologie féminine dans le but de l’exploiter pour mieux l’annihiler et en triompher. L’auteur démonte savamment les rouages du libertinage à travers une analyse probante d’extraits d’œuvres majeurs du XVIIIe siècle. Crébillon, Choderlos de Laclos, Marivaux ou Duclos, entre autres, nous parlent de cette pratique qui proclame et encense la manipulation, le chantage, le jeu du paraître, la compromission, au profit d’une gloire personnelle dont pourra triompher l’individu libertin aux yeux de ses semblables et au détriment de sa proie qui devra souffrir une mort sociale irrémédiable. Pour convaincre sa victime de céder, le libertin se doit de discréditer la morale héritée du dogme catholique : « […] se dissimulant derrière le masque du Bien, le libertin fait état de son ambition de délivrer la femme de tous les préjugés […] ; il veut leur apprendre le plaisir et les pousse à revendiquer – pour ce qui concerne la sexualité – une liberté égale à celle dont jouissent les hommes » (p. 87). Ces beaux discours ne sont que faux semblants  puisque le libertin considère la victoire plus complète lorsqu’une femme respecte la morale et qu’il réussit à lui y faire renoncer, à l’instar de Valmont avec la Présidente de Tourvel dans Les liaisons dangereuses. Ce jeu malsain, Michel Brix nous en révèle le but : détruire la supériorité morale des femmes qui impose des règles contraignantes à la gent masculine telles que la fidélité ou la chasteté. Pour parfaire leur démonstration, ces savants débauchés ont recours à l’argument de la « nature » des femmes et disent mettre à jour leur hypocrisie puisque sous des airs chastes, leur nature serait finalement des plus lubrique.

3L’auteur consacre ensuite deux parties importantes de son ouvrage à deux libertins connus pour leurs frasques sexuelles dans la vie comme dans leurs livres : Casanova et Sade. L’historien de la littérature nous fait d’abord remarquer, citations à l’appui, la mesquinerie et la violence qui découlent des comportements libertins de Casanova, esclave de ses pulsions sexuelles, s’imaginant libre, et souhaitant asservir le sexe féminin au même destin que lui. Il corrompt ses proies pour jouir de leur humiliation. Quant à Sade, il fut un libertin qui paya cher les crimes qu’il commit mais qui, au contraire de Casanova, en aurait tiré des leçons et des réflexions sur la nature humaine à contre-pied de la pensée des Lumières. Loin de prôner la bonté naturelle de l’homme, à l’instar des philosophes du XVIIIe siècle, le marquis révèle les écueils d’une nature concupiscente, qui, incontrôlée, peut conduire à commettre des atrocités innommables. Sade souhaite montrer les penchants destructeurs de la pensée libertine en allant jusqu’au bout de leur logique : quand la volonté de puissance illimitée et le désir d’asservir et de corrompre tout ce qui vit prend le dessus et transforme l’homme en monstre. Pour parfaire sa critique, le marquis de Sade ne donne voix aux discours des Lumières qu’à travers ses personnages les plus délirants et enragés.

  • 2 L’auteur mentionne par exemple des auteurs qui pensaient que Casanova était « l’ami des femmes » (p (...)
  • 3 L’auteur cite entre autres les surréalistes (André Breton, Maria de Naglowska…), Gérard de Nerval, (...)

4Ainsi Michel Brix, en consciencieux historien de la littérature, défait une à une les interprétations2 qui font autorité aujourd’hui sur de nombreux auteurs. Le cas de Baudelaire est, par exemple, analysé dans le contexte du discours des romantiques du XIXe siècle sur le libertinage, afin de suivre l’évolution de l’esprit libertin et de souligner les correspondances entre les constats de l’auteur du Spleen de Paris et ceux du marquis de Sade concernant les dangers du Mal qui sommeille en chacun de nous. Puis c’est au tour de Freud d’être mentionné pour ses réflexions autour de la libido, ou encore Michel Houellebecq, qui s’applique à démontrer dans son œuvre les liens entre la libération sexuelle et le libéralisme économique. L’auteur finit par analyser le devenir de ces discours libertins hérités du XVIIIe dans les sociétés occidentales du XXIe siècle. Car ces discours loin d’avoir disparu sont plus vivants que jamais : développer et éprouver sa libido est aujourd’hui un impératif de sociabilité si l’on veut montrer que l’on est un individu normal et en bonne santé. D’autre part, le combat pour l’émancipation sexuelle des femmes ne cesse de trouver de nombreux défenseurs3. Étrangement, note l’auteur, lorsqu’il s’agit de vouloir conquérir des droits politiques, ou l’égalité salariale, la verve se fait moins inspirée.

5Ainsi, en retraçant l’histoire du libertinage des Lumières jusqu’à aujourd’hui, cet ouvrage lève le voile sur un système qui a su, de façon pernicieuse, relancer une guerre des sexes dans laquelle l’homme a pu reprendre sa place de dominant. Comprendre ce processus est à la fois troublant et passionnant. Les réflexions de l’auteur sortent des sentiers battus et rebattus par de nombreux chercheurs sur la question ; son histoire du libertinage est dénuée d’a priori et s’arme de sources consciencieusement étudiées pour construire un propos original et fascinant. Il balaie, par des démonstrations probantes, tous les discours des féministes contemporaines défendant l’idée que les libertins des Lumières auraient aidé les femmes à s’émanciper, alors que dans les faits ils ont, d’après lui, contribué à détruire peu à peu leur pouvoir moral – celui que décrit Rousseau et qu’atteste l’usage de la galanterie – pour les transformer en objet de désir sexuel, au profit des hommes.

  • 4 Sur le sujet, lire : Alain de Libera, L’invention du sujet moderne. Cours du Collège de France 2013 (...)

6Étude passionnante donc, et on regrettera seulement que l’auteur ne s’appuie pas sur la naissance de la pensée moderniste construite à partir de courants philosophiques tels que le nominalisme, le matérialisme cartésien, ou le naturalisme, pour expliquer l’émergence des discours libertins, plutôt que de les justifier uniquement par l’ennui dont auraient souffert les aristocrates après la centralisation du pouvoir par Louis XIV. Ces courants philosophiques ont notamment conduit à une libéralisation totale des comportements et à l’individualisme, que condense immanquablement la pensée libertine4.

Haut de page

Notes

1 L’auteur s’appuie sur trois œuvres en particulier : le Discours sur l’origine de l’inégalité, La Nouvelle Héloïse, et le livre V d’Émile.

2 L’auteur mentionne par exemple des auteurs qui pensaient que Casanova était « l’ami des femmes » (p. 110) : Robert Desnos, Stefan Zweig, Félicien Marceau, Alfred de Musset, Francis-L. Mars, Francis Lacassin, L’Encyclopaedia Universalis, Philippe Sollers, Guy Chaussinand-Nogaret, Alain Buisine, Helmut Watzlawick, Chantal Thomas, Lydia Flem et Marie-Françoise Luna ; ou ceux qui comprenaient Sade comme un auteur faisant l’apologie des comportements dont il faisait la narration dans ses œuvres, comportements soit disant « libérés » : Jules Michelet, Apollinaire, Breton, Éluard, Aragon, Char, Robbe-Grillet, Barthes, etc.

3 L’auteur cite entre autres les surréalistes (André Breton, Maria de Naglowska…), Gérard de Nerval, Tom Wolfe…

4 Sur le sujet, lire : Alain de Libera, L’invention du sujet moderne. Cours du Collège de France 2013-2014, Paris, Vrin, 2015, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Guittonny, « Michel Brix, Libertinage des Lumières et guerre des sexes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29492

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Guittonny

Étudiante en dernière année de doctorat de littérature française et Teaching Fellow dans le département de français de l’université de Limerick en Irlande. Écrit une thèse à partir d’un corpus de cinq œuvres du XVIIIe siècle dans lesquelles les auteurs masculins imaginent des utopies matriarcales pour évoquer la question des rapports homme femme selon le nouveau paradigme cher aux philosophes des Lumières qui oppose la nature à la culture.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page