Navigation – Plan du site

Benoît Godin, La science sous observation. Cent ans de mesure sur les scientifiques 1906-2006

Mathieu Quet
La science sous observation
Benoît Godin, La science sous observation. Cent ans de mesure sur les scientifiques 1906-2006, Laval, Presses de l'Université Laval, 2005, 81 p., EAN : 9782763782973.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Présentation

Texte intégral

1Depuis les années 1970, les études sur la science se sont multipliées, et de nombreux travaux tentent d'expliquer sociologiquement, historiquement, ou économiquement la pratique scientifique. Par contre, le contrôle statistique dont la science fait l'objet a été peu analysé. Dans cet ouvrage, qui regroupe une série de conférences données au CNAM en 2005, Benoît Godin remédie à cette lacune et montre que l'étude de la scientométrie a beaucoup à nous apprendre sur les conceptions courantes de la science, sur la fonction instrumentale qui lui est souvent attribuée dans notre société, ou de façon plus générale sur les rapports entre science et milieux de décision. La construction du livre suit les conférences : après un chapitre introductif sur les origines de la scientométrie (1), Godin explique la définition de la science donnée à travers cette pratique (2), et la fonction effective qu'elle remplit, ainsi que certains de ses effets économiques et sociaux (3). Le dernier chapitre est consacré à la notion d'innovation qui occupe une place importante dans les statistiques sur la science (4).

2Le chapitre 1 revient sur les origines de la scientométrie. Les premières tentatives de mesure de la science sont réalisées dans la deuxième moitié du XIXème siècle, mais c'est le travail de James M. Cattell, American Men of Science, publié en 1906, qui est généralement retenu comme origine. Cattell retravaille deux concepts de mesure forgés par un prédécesseur anglais, Francis Galton : la productivité, qui correspond au nombre de scientifiques produits par une nation, et la performance, qui mesure les contributions significatives de la science. Pour mesurer la performance, Cattell demande à 120 experts de classer par mérite les scientifiques du répertoire qu'il établit. Son objectif est de mettre en avant le manque de scientifiques, à la fois aux Etats-Unis et de façon plus globale. Les statistiques qu'il produit et les analyses qu'il en tire jouent donc un rôle de promotion de la science, et c'est à travers cette idéologie que la scientométrie va d'abord se définir.

3Dans le chapitre 2, Godin analyse plus précisément la statistique « officielle » qui, après un premier mouvement dans les pays anglo-saxons entre deux guerres, prend un essor important à la fin la seconde guerre mondiale. Dans un contexte d'encadrement fort de la recherche, la mesure de la science s'étend internationalement : en 1962, l'OCDE publie un manuel méthodologique de mesure de la recherche, le manuel de Frascati, qui connaîtra de multiples rééditions et sera, jusque dans les années 1990, « le représentant fidèle d'une conception unanimement partagée de la science et de sa mesure » (p. 19). Les gouvernements trouvent alors nécessaire de mesurer la science afin de mieux en contrôler la production. La conception de la science qui se dégage des travaux de scientométrie est donc très instrumentale, même si elle se diversifiera avec les années : accent sur la systématicité de la recherche et son encadrement institutionnel, importance donnée à la fonction de « développement » qui sous-entend un modèle linéaire de l'innovation (recherche fondamentale - recherche appliquée - développement). Plusieurs tentatives d'élargir cette définition ont échoué, en particulier celle de l'UNESCO, qui a été pendant quelques années un concurrent direct de l'OCDE en matière de mesure de la science. La définition proposée par l'UNESCO tentait de prendre en compte un certain nombre d'activités, dites « connexes », comme l'activité de documentation, ou encore l'éducation et la formation. Mais ces standards n'ont finalement pas été adoptés et, bien que la définition de l'activité se soit complexifiée peu à peu, la seule activité connexe retenue a été l'innovation, qui relève elle aussi d'une vision instrumentale de la science.

4Bien que la fonction essentielle de la statistique sur la science soit, selon les gouvernements, de servir l'action, il est difficile d'avoir une idée claire de la productivité scientifique et donc d'orienter les décisions de façon rationnelle. La mesure principale de la science reste l'investissement financier des états, et non le produit de l'activité scientifique. Par conséquent, la « prétention pratique » de la statistique (déterminer les investissements nécessaires à effectuer dans la recherche, répartir rationnellement les investissements entre recherche et développement, etc.) est perpétuellement remise en cause, car la mesure du savoir reste souvent un vœu pieu. La fonction remplie par la mesure de la science diffère donc de celle que les gouvernements lui attribuent généralement. En effet, plutôt que de participer à une rationalisation de la prise de décision, la statistique joue souvent un rôle rhétorique, en servant par exemple un discours sur la pénurie de personnel qualifié, discours presque indissociable de l'existence de la scientométrie. Mais au-delà de ce rôle rhétorique, elle contribue à forger une idéologie de la centralité du savoir scientifique dans notre société. Pour cela, elle s'appuie sur des expressions telles que « économie des connaissances » ou « société de l'information », qui sont autant de cadres conceptuels normatifs, et soutiennent un certain type de discours sur la modernité.

5Dans le dernier chapitre, c'est la notion d'innovation qui est étudiée, car elle est devenue un terme incontournable de ce discours sur/de la modernité. Godin explique comment son statut particulier s'est élaboré, à partir des années 1980. Dans les années 1960, l'innovation est considérée en tant que produit, mais dans les années 1980, elle est de plus en plus considérée comme une activité, pour des impératifs de mesure : le critère précédent ne permettait de prendre en compte que les avancées décisives, et empêchait les entreprises de valoriser une « activité » d'innovation qui n'a pas de retombées systématiques. En conséquence directe de ce changement de définition, certains rapports statistiques aujourd'hui font état de 80 % d'entreprises innovantes : une surévaluation qui tend à vider de son sens la notion d'innovation, mais alimente le fantasme d'une économie du savoir, et renforce la « demande d'innovation » du côté des pouvoirs publics.

6Au terme de ce parcours, Godin a désamorcé les discours habituels qui présentent la mesure de la science comme une aide rationnelle à la décision. L'intérêt de son ouvrage est de montrer que cette aide n'intervient pas là où l'on pense. En effet, les statistiques sur la science participent à créer un lien entre science et action, mais plutôt qu'un lien direct, c'est un lien indirect où interviennent diverses médiations qu'il nous invite à reconstituer : usages rhétoriques, élaboration d'un régime discursif sur la modernité et la place que doit occuper le savoir scientifique dans notre société, etc. Un ouvrage relativement court, qui ouvre de nombreuses pistes intéressantes, et permet de mettre à distance bien des conceptions de la science, surtout en cette période de crise de la recherche française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Benoît Godin, La science sous observation. Cent ans de mesure sur les scientifiques 1906-2006 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 25 mai 2006, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/295

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page