Navigation – Plan du site

Stéphane Rullac, Jean-Pierre Tabin, Arnaud Frauenfelder (dir.), La fabrique du doctorat en travail social. Controverses et enjeux

Danièle Peto
La fabrique du doctorat en travail social
Stéphane Rullac, Jean-Pierre Tabin, Arnaud Frauenfelder (dir.), La fabrique du doctorat en travail social. Controverses et enjeux, Rennes, Presses de l'EHESP, coll. « Politiques et interventions sociales », 2018, 156 p., ISBN : 978-2-8109-0663-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précisons cependant que dans le chapitre 4, « Panorama du doctorat en travail social. L’exemple de (...)

1Travail social et doctorat sont des termes dont l’accord est encore (trop) peu légitime. Telle est la ligne directrice de cet ouvrage collectif qui réunit dix-neuf contributeurs et qui présente la situation de huit pays1 différents : la France, majoritairement, le Portugal, la Suisse, l’Italie, la Grande-Bretagne, le Liban, le Québec et la Belgique.

2L’ensemble de l’ouvrage questionne la nouvelle inscription du travail social dans un processus de « scientifisation » (p. 9) au travers de la figure du doctorat en travail social (DTS) directement liée à ce processus. Les spécificités nationales des formes et débats propres au DTS ainsi que les enjeux, épistémologiques, académiques et professionnels qu’il soulève forment la colonne vertébrale des contributions.

  • 2 Lena Dominelli, Green Social Work, Cambridge (MA), Polity Press, 2012, p. 25.

3Trois textes ouvrent la question des enjeux épistémologiques mais seul l’article de Stéphane Rullac attaque de front ce qui constitue la trame de l’ouvrage, à savoir les conditions de l’élaboration d’une science nouvelle, qu’il lie à la question des « disciplines comme espaces d’institutionnalisation des savoirs scientifiques » (p. 25). Rullac questionne la définition de la science pour se demander en particulier ce que serait la science du travail social, ce qui fait la discipline universitaire et enfin quelles sont les bases épistémologiques du travail social et son paradigme scientifique. Il propose ainsi d’utiliser le concept kuhnien de « matrice disciplinaire » (p. 30) pour faire émerger, à travers l’expérimentation doctorale franco-portugaise à laquelle il participe, « sept caractéristiques épistémologiques » bien concrètes et propres au nouveau paradigme du travail social (p. 33). En parallèle au questionnement théorique, Stéphane Rullac insiste sur la dimension politique qui caractérise le développement d’un nouveau champ disciplinaire. Cette dimension est aussi illustrée par Matthieu Hély lorsqu’il montre que le néolibéralisme et le développement des logiques gestionnaires du social affectent de plus en plus le quotidien des travailleurs sociaux. Dans ce contexte, soutenir un DTS revient aussi à soutenir l’importance d’une recherche au service du social (p. 15) et, par là, à acter un positionnement politique. Lena Dominelli en présente une autre illustration avec la recherche doctorale en « travail social vert » qui « contribue à intégrer la justice environnementale à la justice sociale » (p. 42). En effet, dit-elle, le travail social vert « consiste à se pencher sur les problèmes sociaux en raison du devoir moral de protéger l’environnement2. [Sa] perspective critique et analytique est politique, car elle dénonce le caractère défaillant du néolibéralisme » (p. 36).

  • 3 Comme déjà précisé, Emmanuel Jovelin décrit un ensemble de contextes nationaux mais dans une présen (...)

4Les six textes qui composent la deuxième partie, « Enjeux académiques », permettent alors de découvrir comment la question du DTS se pose dans le monde de la formation. De ces textes qui présentent des contextes nationaux3, le lecteur peut dégager trois pôles : la formation, le terrain et la discipline. Tous trois sont marqués de tensions internes autant qu’ils sont en tension les uns avec les autres. Le pôle de la formation questionne essentiellement les légitimités liées aux lieux de formation (universitaires ou supérieurs non universitaires) et à l’impact du processus de Bologne sur les concurrences nouvelles entre ces types de formations. Le pôle du terrain met en avant l’importance des savoirs pratiques liés au métier. En effet, et la dernière partie du livre renforce encore ce point de vue, la scientifisation du travail social ne doit pas faire disparaître son ancrage dans la pratique de terrain et dans l’innovation sociale. Ainsi, les professionnels de terrain ont un rôle important à jouer dans l’élaboration du DTS. Et plusieurs articles questionnent la place à leur réserver pour penser la formation doctorale. D’autres articles soulignent encore le rôle des professionnels comme porteurs de légitimité pour cette nouvelle science lorsqu’ils reconnaissent l’intérêt des analyses et propositions d’action issues des thèses en travail social. Leurs points de vue, parfois fort loin des logiques académiques, pèsent donc leur poids dans le combat pour la reconnaissance d’un cursus doctoral comme dans le débat autour de la forme et de l’ancrage à lui donner. Enfin, le pôle discipline fait lien avec les enjeux épistémologiques déjà développés puisqu’il relaie la difficulté, politique et scientifique, d’ouvrir les champs disciplinaires existants, particulièrement la sociologie et les sciences de l’éducation, à une nouvelle discipline, à un nouveau paradigme.

5S’il est intéressant de pouvoir comparer ainsi des réalités nationales aux prises avec ces différentes lignes de faille, il n’est malheureusement pas toujours aisé, pour le lecteur non averti des systèmes éducatifs mentionnés, de faire apparaître les parallélismes pertinents ou les impossibilités comparatives liées aux différences de contexte. Et finalement, le seul véritable « enseignement » commun qui ressort de ces situations nationales c’est que les choix qui déterminent existence et formes du DTS renvoient à des réalités contextuelles et politiques. Et c’est peut-être ce qui étonne au fil de ces pages. Les textes expriment, tous ou presque, une seule et même revendication du travail social comme discipline scientifique à part entière. Mais il y manque un questionnement sur ce qui fait l’unité de cette discipline. Certes, des expériences doctorales ainsi que des convictions et constructions disciplinaires sont présentées. Et la référence au contexte national est souvent mise en avant pour expliquer la diversité des modes opératoires à l’œuvre derrière l’établissement (ou non) d’un DTS. Mais les différences isolées ne sont pas tressées pour proposer l’élaboration partagée d’un contour disciplinaire homogène et unificateur qui pourrait servir de base commune à la science du travail social, avant de se colorer des particularités d’écoles, aussi bien nationales que théoriques.

6Enfin, dans la troisième partie, cinq textes abordent la question des enjeux professionnels. À nouveau, en synthèse, le lecteur peut isoler quatre éléments qui en forment le cœur. Dans un premier temps, l’article de Guy Noël Pasquet montre combien le travail doctoral, quel qu’il soit, a un impact identitaire sur le doctorant : entrer dans la sphère de l’expertise apporte une légitimité utile tant dans les mondes scientifique et professionnel que dans le monde social. L’ouverture d’un DTS c’est donc l’accès à de nouvelles légitimités. Dès lors, deuxième impact majeur pour le docteur en travail social, sa légitimité nouvelle lui donne un double pouvoir d’agir : d’une part, par ses analyses et publications, il peut augmenter le pouvoir d’action des usagers ; d’autre part, grâce au développement d’expertises légitimes, les formateurs en travail social conquièrent l’attention des sphères administratives et politiques et dès lors deviennent des personnes de référence, renforçant par là leur légitimité. Ainsi, troisième impact souligné par Nadia Zeghmar, le DTS est un outil qui redonne vie au travail social, aujourd’hui trop souvent vu comme inutile ou inadapté (p. 125). De ces trois conséquences que les auteurs prêtent au DTS surgit, comme une évidence, l’idée que ce DTS peut rendre à l’intervention sociale ses lettres de noblesse. En effet, indissociablement lié à la pratique de recherche, le cursus doctoral se joue dans une articulation essentielle entre praticiens, terrains et académies, comme le montrent bien Pablo Alvarez-Pérez, Maria Inês Amaro, Jorge M. L. Ferreira et Maria Joao Pena. Le travail scientifique de l’intervention sociale ainsi que les pistes d’actions qui ressortent de cette pratique de recherche inscrite dans le terrain permettent de fournir de nouvelles voies d’action aux professionnels qui, eux-mêmes, via leurs pratiques, renvoient de nouveaux questionnements aux chercheurs du travail social. Et c’est en cela que l’article d’Aurélien Carotenuto-Garot, Léo Farcy-Callon, Lydie Gibey et Wajdi Liman apparaît tellement essentiel à l’ouvrage. Ces quatre professionnels, « doctorants-salariés intégrés au sein de dispositifs d’action sociale » (p. 127) qui développent leurs recherches à partir de leurs terrains professionnels, proposent une voie de spécificité au DTS. En regard de l’ensemble de l’ouvrage, celle-ci apparaît d’une grande justesse et semble, finalement, bien simple au regard des questionnements traversés. En effet, les quatre auteurs montrent finement que, lorsque le doctorant est aussi un professionnel en acte, il est pris en tension entre une logique d’action, d’une part (celle du terrain) et une logique d’abstraction et de compréhension, d’autre part (celle de l’académie). Deux logiques qui s’opposent, a minima, sur des questions de temporalité et d’objectivation. Arriver à concilier ces tensions, les considérer comme ce qui fait le cœur de la recherche en travail social et se donner les outils de cet aller-retour entre mondes qui se complètent serait tout simplement la base, toute en spécificité et en richesses, de la recherche en travail social.

  • 4 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

7Il y a une certaine ironie à ce que le compte rendu de cet ouvrage soit rédigé par un docteur en sociologie. Et Howard Becker4 lierait sans doute la critique principalement retenue au regard de l’entrepreneur de morale. Mais assumons ! Et regrettons deux choses. D’une part, il est dommage que les notions épistémologiques mobilisées en lien direct avec le travail social (discipline scientifique, paradigme et bases épistémologiques propres, …) renvoient plus souvent au performatif qu’à une réelle élaboration conceptuelle en précisant la spécificité. D’autre part, l’objectif même de reconnaissance du travail social comme une discipline propre nous semble fragilisé par ce que nous percevons comme l’absence de définition commune d’une base épistémologique ou d’une spécificité disciplinaire. Jean-Pierre Tabin et Arnaud Frauenfelder le soulignent d’ailleurs lorsqu’ils disent qu’« un programme international sur ce que recouvre la recherche en travail social serait souhaitable » (p. 137).

8Il n’en reste pas moins que l’ouvrage donne voix à un mouvement important tant pour le travail social que pour la formation en travail social. Il a le mérite de mettre à plat les questionnements ouverts par le DTS et de présenter la richesse et la diversité des situations et expériences nationales que ce dernier révèle. En cela, le livre est une belle présentation des premiers pas sur un chemin scientifique et politique qui reste partiellement à conquérir.

Haut de page

Notes

1 Précisons cependant que dans le chapitre 4, « Panorama du doctorat en travail social. L’exemple de l’Europe et du Québec », Emmanuel Jovelin évoque de nombreux pays d’Europe.

2 Lena Dominelli, Green Social Work, Cambridge (MA), Polity Press, 2012, p. 25.

3 Comme déjà précisé, Emmanuel Jovelin décrit un ensemble de contextes nationaux mais dans une présentation qui les aligne plutôt qu’elle ne les articule à travers une comparaison approfondie.

4 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Peto, « Stéphane Rullac, Jean-Pierre Tabin, Arnaud Frauenfelder (dir.), La fabrique du doctorat en travail social. Controverses et enjeux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29502

Haut de page

Lieu

Belgique

France

Italie

Liban

Portugal

Royaume-Uni

Suisse

Haut de page

Rédacteur

Danièle Peto

Docteur en sociologie, Danièle Peto est chargée de cours et directrice de la recherche à l’ISFSC, catégorie sociale de la Haute École « Groupe ICHEC-ISFSC », à Bruxelles (Belgique). Une partie de ses enseignements sont destinés aux étudiants en baccalauréat d’assistant social.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page