Navigation – Plan du site

Aaron Cicourel, La justice des mineurs au quotidien de ses services

Yannis Gansel
La justice des mineurs au quotidien de ses services
Aaron Cicourel, La justice des mineurs au quotidien de ses services, Genève, IES/HETS, 2017, 606 p., 1ère éd.1968, trad. Samuel Bordreuil, ISBN : 978-2-88224-154-2.
Haut de page

Texte intégral

1C’est sous le titre La justice des mineurs au quotidien de ses services que le sociologue Samuel Bordreuil livre la première traduction française de l’ouvrage d’Aaron Cicourel, The Social Organization of Juvenile Justice, initialement paru en 1968. L’ouvrage, s’organise en deux grands volets. Le premier (chapitres 1 à 3) couvre des questions méthodologiques. Cicourel détaille son approche de l’objectivation sociologique et son choix de « l’ethno-méthodologie », qui place l’emphase sur l’intelligibilité des organisations sociales et de leurs activités de l’intérieur plutôt que sur l’appréhension de leurs structures par l’extérieur. Puis il livre une série de réflexions sur le statut des théories de la délinquance et sur l’usage des statistiques comme source empirique. Le second volet du livre (chapitres 4 à 7) explore des terrains particuliers. Cicourel a enquêté durant quatre ans dans deux villes californiennes. Il y a conduit une observation participante dans deux tribunaux, deux commissariats et deux agences de probation. Il s’est intéressé à deux temps. Le premier est celui de l’interaction entre les agents chargés de l’application de la loi (policier, officiers de probation) et leurs « clients ». Le second est celui de la production des rapports par ces agents visant à rendre objectif l’événement qui a justifié leur intervention et à l’inscrire dans le début d’un traitement institutionnel. Ces rapports prennent la forme de recueil statistique et de récit de « ce qui s’est passé ». Il se penche en particulier sur les registres discursifs et sur les orientations données aux « carrières » des délinquants, suivant les jugements moraux et les catégorisations utilisés par les agents du contrôle social. Ces jugements et catégorisations participent d’emblée à la construction de la carrière du mineur, suivant des typologies souvent profanes relatives, par exemple, à la relation à l’autorité ou à la possibilité d’un suivi probatoire. La population traitée est constituée d’adolescents, issus majoritairement de familles « désunies » de milieu populaire, dont beaucoup appartiennent à des minorités raciales. Les crimes les plus graves restent minoritaires et ces jeunes sont poursuivis le plus souvent pour des délits (« menu larcin » « cambriolage » « vol ») et pour des « contacts minimaux avec la police ». Cette dernière catégorie rend compte des marges de l'intervention policière (recueil d'un jeune en fugue, intervention dans une famille « désunie ») mais est aussi un moyen pour le policier d’inscrire l’adolescent dans un traitement extra-pénal. Cicourel consacre un chapitre spécifique à la délinquance des jeunes de classe moyenne. L’enquête est conduite à une période où le droit américain était traversé par une vague idéologique favorable à la « réhabilitation » plutôt qu’à la seule punition.

  • 1 Aaron Victor Cicourel, Le raisonnement médical. Une approche socio-cognitive (textes réunis et prés (...)
  • 2 Le raisonnement médical, p. 84.

2Bordreuil offre un avant-propos détaillé et très utile à l’ouvrage, relativement méconnu du public francophone pour qui Cicourel est surtout associé à son travail « socio-cognitif » sur le raisonnement médical1. Comme le souligne Bordreuil dans sa présentation et dans le choix d’un titre distinct de l’original, l’ouvrage de Cicourel vaut avant tout aujourd’hui par sa portée méthodologique et épistémologique. Dans son ouvrage plus récent, Le Raisonnement médical, Cicourel analysait l’opération que les médecins réalisent lorsqu’ils « recodent » les problèmes individuels « en un système symbolique, professionnel ou bureaucratique […] utilisant des mémoires externes [telles que] les manuels de médecine »2. Cette modélisation des processus d’objectivation animait déjà La justice des mineurs au quotidien de ses services. Vingt-cinq ans avant d’explorer le codage médical, Cicourel y décrit en effet les opérations de catégorisation (en « bon gars » ou « punk », par exemple) ou de jugement moral (définissant la « sale attitude » et la « défiance ») réalisées par les policiers et les agents de probation. Il analyse les facteurs de ces opérations : appartenances de classe et de race, formes d’expression langagière, etc. De telles études empiriques ont été reconduites à maintes reprises depuis par les sociologues et les anthropologues qui ont travaillé sur l’action publique. Le chapitre 6 consacré aux jeunes des classes les plus aisées montre comment les conduites déviantes sont partiellement déroutées d’un traitement pénal et orientées vers d’autres modes d’intervention (avec par exemple, des sanctions exécutées autour de tâches domestiques).

  • 3 Les travaux d’Ernest Burgess sont emblématiques de ces conceptions. Voir Ernest W Burgess, « The st (...)
  • 4 Le livre de Howard Becker sur les Outsiders parait en 1963, et Becker ne manquera pas de prendre se (...)

3Le livre de Cicourel recèle une originalité inattendue par sa mise en abîme de la théorie sociologique dans le chapitre consacré aux « théories de la délinquance ». Ici, « le chercheur est aussi un objet d’étude » (p. 47). Sur le terrain de la justice des mineurs, on retrouve les conceptions alors très répandues aux États-Unis qui, depuis les années 1920, proposent une synthèse éclectique sur les causes du crime. Combinant la sociogenèse de Tarde et la biogenèse de Lombroso, ces conceptions tentent de cerner le comportement du délinquant « en tant que personne »3 et s’intéressent en particulier aux enfants et adolescents. Chez les agents du contrôle social que rencontre Cicourel, les notions de « familles et quartiers désorganisés » servent de voie commune où se forme ce rapprochement entre sociogenèse et biogenèse. Cicourel porte un regard horizontal, non surplombant, sur la théorie, ne cherchant pas à distinguer sa forme profane (impure et partiale) de sa forme savante (pure et scientifique). « Je fais mienne l’idée de montrer au lecteur comment les matériaux sont toujours compris en référence à des attentes d’arrière-plan », explique-t-il (p. 77). Et les matériaux sur lesquels il se fonde sont tout autant des rapports des policiers ou des registres statistiques de la Justice que ses propres notes ou enregistrements en « bandes vidéo » (p. 53). Cette posture renvoie à la critique du « structuro-fonctionnalisme » que Cicourel formule en introduction et à la mise en garde contre la tentation objectivante inhérente à l’usage de technologies (vidéo, enregistrements statistiques) qui connaissent à cette période leur premier essor (moyens technologiques pour filmer et développement des calculateurs automatisés qui préfigurent l’informatique moderne). Théorie savante et profane sont, comme il l’argumente, toutes deux produites à partir d’opérations de codage de « l’événement » quelle que soit sa nature. Ici, les policiers décrivent ce qui s’est « vraiment passé » à l’aide des sources légales, de procédures, d’arrangements locaux. Les sociologues d’alors attribuent une existence propre à la déviance comme à la conduite normale. Ces deux registres théoriques tendent l’un et l’autre à attribuer une substance ontologique aux « faits » sur la base de pré-requis que le chercheur se doit d’expliciter (p. 587). On voit ainsi se dessiner dans la pensée de Cicourel l’importance de « l’étiquetage »4 des déviances, en contre-point des conceptions dominantes de la délinquance qu’il critique et de la recherche sociologique de son étiologie (p. 21).

Haut de page

Notes

1 Aaron Victor Cicourel, Le raisonnement médical. Une approche socio-cognitive (textes réunis et présentés par Pierre Bourdieu et Yves Winkin), Paris, Seuil, coll. « Liber », 2002,

2 Le raisonnement médical, p. 84.

3 Les travaux d’Ernest Burgess sont emblématiques de ces conceptions. Voir Ernest W Burgess, « The study of the delinquent as a person », American Review of Sociology, vol. 28, n° 6, 1923. p. 657680.

4 Le livre de Howard Becker sur les Outsiders parait en 1963, et Becker ne manquera pas de prendre ses distances avec l’expression « théorie de l’étiquetage » dans les années 1970. Voir Howard S. Becker, Outsiders, Free Press, 2008 [1963].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannis Gansel, « Aaron Cicourel, La justice des mineurs au quotidien de ses services », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29585

Haut de page

Rédacteur

Yannis Gansel

Psychiatre et anthropologue, chercheur associé à l’IHRIM (UMR 5317, ENS Lyon).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page