Navigation – Plan du site

David Aubin, L’élite sous la mitraille. Les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre. 1900-1925

Martin Dutron
L'élite sous la mitraille
David Aubin, L'élite sous la mitraille. Les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre, 1900-1925, Paris, Rue d'Ulm, coll. « Figures normaliennes », 2018, 360 p., préface de Claude Viterbo, ISBN : 9782728806034.
Haut de page

Texte intégral

1Comment s’est construite la mémoire d’un sacrifice particulier des mathématiciens de l’École Normale Supérieure pour la France lors de la Première Guerre mondiale ? C’est à cette question que David Aubin, professeur d’histoire des sciences à Sorbonne Université, se propose de répondre. L’ouvrage fait suite à une série de recherches que l’auteur a entreprise, depuis deux décennies, sur l’histoire des institutions savantes et de leurs rapports à la guerre, au premier XXe siècle. Il est également à replacer dans la vague des études produites à l’occasion des quatre ans de commémorations de 14-18 et permet de présenter des figures de normaliens peu connues.

2Articulé autour de neuf chapitres (« L’incompréhensible hécatombe », « Deux thèses historiographiques à propos des sciences mathématiques de l’entre-deux-guerres », « Les pertes dans l’enseignement supérieur : analyse quantitative », « La vie mathématique des normaliens avant guerre », « Œuvre interrompues : approche prosopographique », « Des pertes non fatales : prisonniers, blessés et aliénés », « La guerre des normaliens », « Mémoires normaliennes pendant la guerre : construction », « Mémoires normaliennes de la Grande Guerre. 1919-1925 »), le parcours propose, en un peu plus de deux-cent-cinquante pages, un essai d’histoire des institutions savantes et d’histoire de la mémoire. L’auteur revient peu sur le champ historiographique dans lequel il situe l’ouvrage mais souligne néanmoins qu’une histoire des institutions scientifiques passe à la fois par une approche statistique, pour rendre compte des spécificités de la catégorie « normalien mathématicien », et une approche qualitative afin de déconstruire les discours de l’institution elle-même et de ses membres, et ceux du pouvoir politique français, sur le sacrifice. C’est dans ce cadre que l’auteur entend revenir sur la thèse historiographique du groupe de mathématiciens francophones, dit Bourbaki, qui à partir des années 1930, a vu dans le conflit la cause ultime du « désert mathématique » de l’entre-deux-guerres. Sa démarche mobilise un panel assez large de sources, allant des Annales de l’ÉNS, aux numéros du Bulletin des sciences mathématiques, en passant par les écrits des mathématiciens eux-mêmes, et par l’Annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves, et à travers lui les notices nécrologiques des normaliens morts à la guerre.

3Selon les deux thèses historiographiques majeures de l’histoire des mathématiques de l’entre-deux-guerres, celle du groupe Bourbaki (mis en place en 1934-1935) d’un côté, et celle de Paul Forman (1971) de l’autre, l’école de la rue d’Ulm, et spécialement ses mathématiciens, ont payé le prix d’un sacrifice particulier au conflit mondial. La première thèse est à replacer dans une historiographie en histoire des sciences qui a recours à la rhétorique de l’« hécatombe » d’une génération française. Ce champ étant donc plus préoccupé par l’évolution des idées mathématiques que par les acteurs et les contextes d’émergence. Mais selon Aubin, quatre éléments mis en avant par Bourbaki ne sont pas valides. Dans un premier temps, l’argument démographique d’une plus grande perte française ne tient pas car l’Allemagne a également perdu un nombre significatif de scientifiques durant le conflit. L’Empire allemand n’aurait ainsi pas mieux géré la mobilisation de ses mathématiciens que la France. Ensuite, les discours exprimés par le groupe Bourbaki à partir des années 30 sont relativement similaires à ceux exprimés au Sénat à la même période. Ceux-ci reviennent tous sur le « manque d’enseignants » dans les collèges et lycées. Mais c’est bien ce manque qui explique, en partie, la volonté du pouvoir politique de trouver sa cause dans la Grande Guerre. Troisièmement, la thèse rend compte d’une approche trop générationnelle et ne prenant pas suffisamment en compte le contexte de production des mathématiques, et les parcours individuels des normaliens tombés au combat. Et enfin, une étude des trajectoires des mathématiciens en question révèle que peu étaient, en réalité, enclins à poursuivre une carrière académique. Pour Bourbaki donc, les effets négatifs du conflit viennent de la perte d’une génération de mathématiciens, là où d’après Forman, le retard provient d’une perte des valeurs d’avant guerre et d’une perte de confiance dans le rationalisme.

4Pour comprendre comment ces thèses se sont développées après la guerre, il s’agit d’analyser la vie et l’œuvre des normaliens morts au combat. C’est dans ce cadre que l’auteur décrit celles de vingt-deux mathématiciens, soit 16% des 239 mathématiciens agrégés de 1899 à 1914. Quatorze d’entre eux meurent en 1914, quatre en 1915, trois en 1916 et un en 1918. Concernant le profil des normaliens plus généralement, 43% des promotions 1912-1924 étaient agrégés, mais la présence de docteurs dans le corpus de mathématiciens étudiés est en réalité faible. C’est justement à l’aide de ces statistiques que David Aubin, contre les thèses de Bourbaki et de Forman, souligne que le taux de mortalité des normaliens scientifiques est comparable voire inférieur à celui des polytechniciens – école militaire dont un grand nombre d’étudiants était plus exposé, du fait de leur statut, que des professeurs agrégés.

5Si la guerre a en effet interrompu le parcours des normaliens mathématiciens morts, une analyse prosopographique des individus et de leurs productions d’avant-guerre révèle qu’aucun, à l’exception de René Gateaux peut-être – professeur au lycée de Bar-le-Duc (1889-1914) dont les travaux avaient impressionné le mathématicien Volterra –, ne suivait un chemin particulièrement brillant pour accéder à des postes dans le supérieur. Pourtant, cette génération de victimes est bien au centre de la thèse d’un sacrifice particulier des mathématiciens. C’est en réalité, dans l’expérience de guerre de ces normaliens et leurs mises en scène, davantage qu’à partir de leurs productions scientifiques, que va se cristallier cette idée. En effet, durant le conflit déjà, les discours renvoient une image du normalien en tant que fantassin, là où le polytechnicien est présenté comme l’artilleur. C’est d’ailleurs bien cette dichotomie qui est mise en scène dans les notices nécrologiques de l’Annuaire. Une mémoire d’un engagement différent dans le conflit, entre l’ÉNS et Polytechnique, commence à circuler. Si les notices nécrologiques présentent singulièrement les normaliens comme meneurs d’hommes, plus que comme des scientifiques dont les compétences et les savoirs sont mobilisés, le déroulement des morts relatées dans ces récits n’a rien d’exceptionnelle ou de particulièrement héroïque, comparativement aux autres tués non normaliens. C’est donc la place donnée sur le champ de bataille qui nourrit l’imaginaire d’un sacrifice particulier durant la « guerre des normaliens ». Et c’est déjà durant cette dernière que la construction des mémoires débute. En effet, alors que l’ampleur du désastre ne frappe pas plus les mathématiciens, les discours des autorités présentent la mort des élèves de l’ÉNS, moins comme un acte patriotique, que comme une voie de rédemption pour une génération d’intellectuels chez qui la guerre avait provoqué un certain malaise du fait de leur condition d’élite sociale.

6Dès 1915, les mémoires du sacrifice normalien se nourrissent du choc provoqué par les chiffres des individus disparus. En effet, les pertes humaines sont considérables et l’école de la rue d’Ulm s’engage dans un décompte minutieux des disparus. Ce décompte est aussi une manière de redorer le blason de l’institution, et les chiffres qui en découlent viennent renforcer le discours de son engagement particulier dans le conflit. En faisant cela, l’école tend à se repositionner vis-à-vis d’autres établissements scientifiques, en soulignant que les futurs normaliens devront dès lors, plus que les autres, participer à la reconstruction du pays. À partir de 1916, les autorités déclarent se rendre compte de la dette de la France vis-à-vis de cette génération de jeunes hommes. À la rentrée académique 1919 par exemple, Raymond Poincaré (1860-1934) revient d’un côté, sur le rôle tenu par l’ÉNS dans la « défense de la civilisation » et de l’autre, sur celui de l’école Polytechnique à avoir œuvré pour la « modernité scientifique » (p. 246-249).

7Tout comme les discours prononcés au crépuscule du conflit et à la sortie de guerre, entre 1919 et 1925, la thèse du groupe Bourbaki – dont l’essentiel des mathématiciens qui le composent n’avait pas été mobilisés parce qu’appartenant aux promotions 1922 à 1926 de l’ÉNS – porte peu d’intérêt à la production scientifique des normaliens disparus. La thèse des mathématiciens Bourbaki est avant tout celle d’une génération traumatisée par la mort de la précédente. Une génération, sans maitres directs, se définissant comme la restauratrice d’une école mathématique française dont le premier conflit mondial aurait provoqué le déclin.

8On aurait pu apprécier que l’auteur situe plus clairement sa démarche dans le champ historiographique auquel l’ouvrage, à en lire le titre tout du moins, renvoie : l’histoire des sciences et des savoirs. Les dynamiques de construction du savoir mathématique pendant la guerre, les réseaux des normaliens mathématiciens (et la place de l’ÉNS sur la carte du savoir mathématique du début du XXe siècle), ou encore les pratiques et conditions matérielles de production des mathématiques des normaliens, ne sont pas abordées. On regrettera aussi pour les néophytes en histoire des mathématiques que l’auteur ne propose pas un tableau présentant les courants ou écoles « majeures » de la discipline mathématique dans la chronologie considérée. Néanmoins, l’ouvrage offre un excellent aperçu du contexte de construction d’une mémoire normalienne et à quel point, dans ce cas, la Première Guerre, en fut le foyer principal. En cela, l’auteur réussit l’objectif de s’attaquer à la thèse historiographique de Bourbaki et déconstruit les discours mettant en avant un « désert mathématique » dans l’entre-deux-guerres en France. C’est donc plus au croisement d’une histoire des institutions scientifiques et d’une histoire de la mémoire que se situe cette étude de l’ « élite sous la mitraille ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Dutron, « David Aubin, L’élite sous la mitraille. Les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre. 1900-1925 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29600

Haut de page

Rédacteur

Martin Dutron

Martin Dutron est doctorant en histoire à l’Université catholique de Louvain. Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie au XXe siècle, dans une perspective d’histoire des sciences et des savoirs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page