Navigation – Plan du site

Hartmut Rosa, Résonance. Une sociologie de la relation au monde

Marc-Antoine Pencolé
Résonance
Hartmut Rosa, Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2018, 536 p., traduit de l'allemand par Sacha Zilberfarb, avec la collaboration de Sarah Raquillet, ISBN : 9782707193162.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010 ;comptes rend (...)

1Hartmut Rosa, parfois désigné comme un des représentants de la quatrième génération de l’École de Francfort, succédant avec d’autres à Axel Honneth, entreprend avec Résonance de prolonger ses recherches sur les contradictions de la modernité occidentale. Ses précédents ouvrages1 présentaient l’accélération comme le concept négatif clé de toute critique de la modernité, en reprenant sous une autre forme les intuitions décisives du concept plus classique d’aliénation. Cette fois, l’auteur a pour ambition d’en élaborer le pendant positif, de déterminer ce qui est mutilé et perdu lors d’une expérience d’aliénation, avec pour finalité de contribuer à orienter les efforts de transformation sociale.

  • 2 Rahel Jaeggi, Entfremdung. Zur Aktualität eines sozialphilosophischen Problems, Francfort-sur-le-Ma (...)

2Rosa, en faisant écho à des relectures contemporaines de l’appareil critique marxien2, évacue l’accusation polémique selon laquelle le pendant positif du concept d’aliénation serait une forme d’essentialisme, mais il reconnaît que les rares passages où Marx s’aventure à décrire ce que pourrait être une vie riche et émancipée restent très allusifs. L’autonomie ou la reconnaissance semblent être de bons candidats. Cependant, on peut opposer au premier que les moments de vie heureuse ne se résument pas à un état de maîtrise absolue mais comprennent aussi une certaine mesure d’abandon et de perte de contrôle. Et au second, on peut reprocher sa focalisation sur la lutte intersubjective au détriment d’autres sphères d’épanouissement potentiel, qu’il s’agisse du rapport aux choses matérielles, à la nature ou à la transcendance. C’est parce que ces concepts sont intéressants mais encore trop étroits que l’auteur propose de les intégrer dans une théorie de la résonance.

3Dans la première partie de l’ouvrage, Rosa définit la résonance comme « un rapport cognitif, affectif et corporel au monde dans lequel le sujet, d’une part, est touché […] par un fragment de monde, et où, d’autre part, il “répond” au monde en agissant concrètement sur lui, éprouvant ainsi son efficacité » (p. 187). Cette définition volontairement formelle s’empêche de donner à l’idée de vie réussie un contenu trop déterminé, donc trop situé socialement et historiquement, pour mieux en faire le résultat de la satisfaction d’un « besoin relationnel ouvert quant à son contenu » (p. 187), le plus ouvert possible à la diversité des modes de vie et pourtant non relativiste. La résonance se caractériserait par deux mouvements complémentaires : d’un côté, une ouverture au monde, une capacité à l’inviter et à se voir affecté par lui ; d’un autre côté, le pouvoir d’y agir, et de reconnaître notre activité en lui. À l’opposé d’une relation résonnante au monde, l’auteur décrit une relation muette et froide à un monde réduit à ses qualités instrumentales, ou une relation passive à un monde qui ne peut être que subi ; la résonance vient avec le sentiment d’être porté et non jeté dans le monde, de l’éprouver comme « responsif », attrayant, et non répulsif ou dangereux.

4L’auteur ajoute deux points essentiels. D’abord, la résonance ne peut qu’émerger momentanément, se détachant sur fond de son opposé, cette relation muette au monde : en effet, le monde, doit d’abord être appréhendé comme un autre qui résiste, fort d’une altérité irréductible à soi, pour que sa voix propre puisse ensuite être potentiellement entendue. Résonance et aliénation entretiennent ainsi un rapport dialectique : il n’y a aliénation que parce qu’une disposition à la résonance a été frustrée, et il ne peut y avoir résonance que si, sur fond d’altérité et de silence, une réponse se fait entendre. Ceci conduit ensuite l’auteur à examiner la possibilité d’une fausse résonance. La dissolution de l’individualité dans la communauté fasciste, l’épreuve de sa force dans celle du peuple fantasmé ou de l’État tout puissant ne pourraient-elles pas représenter des cas de résonances tragiques ? Selon lui, il faut noter que la relation au monde développée dans ce cadre est au fond parfaitement répulsive : c’est parce que l’autre est l’ennemi, et qu’il doit être éliminé à tout prix, que la communauté peut fusionner en réaction ; et il s’agit ici bien plus d’une chambre d’écho de sa propre identité imaginée que d’une véritable rencontre de l’autre. Dans un registre différent, les maximes de développement personnel qui irriguent le management contemporain se soucient-elles véritablement du bonheur des travailleurs ? Là encore, on a affaire à une relation pathologique, car cet apparent souci de résonance a pour horizon dernier l’augmentation de la productivité du travailleur, donc son instrumentalisation : cette « simulation de résonance » ne peut aboutir qu’à saper les fondements mêmes d’une pleine relation de résonance.

5La deuxième partie du livre analyse trois axes de résonance possibles : la résonance horizontale, qui s’exprime dans l’intersubjectivité, la résonance diagonale, qui s’opère dans le rapport aux objets inanimés, et la résonance verticale, qui se manifeste dans la transcendance. En suivant la différenciation fonctionnelle de la société, chaque axe traverse plusieurs sphères sociales, lesquelles offrent chacune leurs propres promesses de résonance : la famille, l’amitié et la politique pour ce qui concerne l’axe horizontal, puis le travail, l’école, le sport et la consommation pour la résonance diagonale, et enfin la religion, la nature, l’art et l’histoire sur l’axe vertical. La réflexion devient dès lors sensiblement plus empirique, puisqu’il s’agit de déterminer les modes de résonance ou d’aliénation propres à chacune de ces sphères, lesquelles décrivent des ensembles bien concrets de pratiques, de normes et d’institutions.

6La troisième et la quatrième parties visent respectivement à jeter une nouvelle lumière sur la modernité occidentale, et à envisager les voies de son dépassement, à partir de la critique unifiée de la résonance. Dans la lignée de la première génération de l’École de Francfort, l’auteur associe critique de la culture et économie politique pour dresser le diagnostic suivant. Le renversement du féodalisme, la structuration des rapports de production capitalistes et le mouvement européen des Lumières ont engendré deux tendances profondes : d’une part une promesse culturelle de résonance pour chacun, résultant d’un long processus d’individualisation ; d’autre part une logique structurelle d’accroissement du contrôle sur le monde. Ces deux tendances entretiennent des rapports à la fois de complémentarité (pour le sujet, accroître son contrôle, c’est ouvrir de nouveaux segments de monde avec lesquels potentiellement résonner, et la quête de résonance est aussi un moyen d’accroître ses ressources) et de contradiction (en contrôlant son objet, le sujet court toujours le risque de le réifier). Or, cette logique d’extension du contrôle n’est autre que l’accélération dont Hartmut Rosa a élaboré le concept dans ses précédents ouvrages, soit le mouvement continu de sociétés construites sur un équilibre dynamique, qui ne doivent leur reproduction qu’à leur capacité à produire toujours plus et innover, sous peine de s’abîmer dans des crises structurelles. S’il conclut que « là est peut-être la (nouvelle) contradiction fondamentale de la société moderne, qui excède largement les lignes de démarcation entre capital et travail ou entre hommes et femmes » (p. 457), l’auteur réaffirme aussitôt la centralité de la pression à la rentabilité économique. Les voies de dépassement de la contradiction qu’il propose de discuter sont certainement peu originales : la valorisation du conflit proposée par Rancière est rejetée, car trop « hors-sol », trop contraire aux attentes modernes de résonance ; c’est le réencastrement de la « machine aveugle d’exploitation capitaliste » (p. 503) dans des institutions démocratiques que suggère l’auteur, avec comme corrélat l’instauration d’un revenu universel garanti sans condition, deux éléments indispensables pour bâtir une « société de post-croissance », débarrassée de sa tendance réifiante à l’accélération.

7L’ensemble de la démarche de Hartmut Rosa entretient un rapport double à la Théorie critique dont il revendique l’héritage. C’est d’abord un retour à la première génération de l’École de Francfort qu’il opère, en conservant les grandes lignes de la théorie marxienne – sinon le détail de son économie politique – et en reprenant et discutant largement les concepts de Lukacs et d’Adorno, la psychanalyse de Fromm et de Marcuse, ou encore la théorie de l’aura de Benjamin. Habermas a selon lui le mérite d’esquisser une théorie de la responsivité de la sphère politique de la délibération, mais sur un mode beaucoup trop cognitif et désincarné, et surtout en ignorant l’ensemble des autres sphères de résonance. Le travail d’Honneth est également jugé trop partiel pour véritablement articuler la critique. Plus généralement, Rosa cherche bien à formuler l’arrière-plan normatif immanent à la modernité pour unifier les critiques qu’elle s’adresse à elle-même, répétant par-là le geste fondamental de ses prédécesseurs, mais cette fois en en exprimant la dimension positive. Ensuite, dans sa reprise de l’héritage francfortois, l’auteur, très influencé par Heidegger et Merleau-Ponty, accorde beaucoup plus d’importance que ses prédécesseurs au moment phénoménologique : de longs chapitres sont consacrés au corps vécu et aux affects, à l’apparaître des choses et d’autrui ou encore à la tonalité du fond de monde sur lequel ils se détachent. De manière surprenante, alors même qu’il mobilise des perspectives et des traditions théoriques très diverses, Rosa cède à la tentation de vouloir rendre compte de manière systématique de tous les phénomènes éthiques et sociaux à partir d’un seul méta-concept, quitte à forcer certaines analyses.

8Toujours dans le sillage de l’École de Francfort, et malgré son systématisme philosophique, l’auteur affirme dès le sous-titre son ambition de faire la sociologie de la relation résonnante au monde, ce qui le conduit d’une part à toujours rappeler la constitution sociale de ce rapport, et d’autre part à chercher des moyens de l’objectiver – par des comportements, des postures corporelles, voire des réactions neurologiques – pour donner une prise à l’enquête empirique. Or, s’il faut saluer la finesse de ses concepts éthiques, le travail d’Hartmut Rosa n’offre guère de réelles perspectives de recherche aux sociologues. À la fin du livre, par exemple, il se risque à dégager les facteurs sociaux les plus susceptibles de conduire à une relation de résonance : « la résonance serait-elle donc tendanciellement catholique, féminine, jeune et de surcroît rurale ? » (p. 455). L’auteur reconnaît l’impasse de cette caractérisation positive.

9Ainsi, la dimension proprement sociologique reste tout juste programmatique, et l’on voit mal en quoi les perspectives de dépassement bien peu originales qui sont finalement suggérées nécessitaient d’en passer par tout ce travail, avec lequel elles entretiennent un lien vague. C’est pourquoi il nous semble que la richesse de l’ouvrage réside en fait dans son explicitation, sans doute pas révolutionnaire mais tout-à-fait stimulante, de l’horizon normatif immanent à la modernité, dans ce qu’il a de positif.

Haut de page

Notes

1 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010 ;comptes rendus de Pascal Décarpes et d’Elodie Wahl pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12609 et : https://journals.openedition.org/lectures/990. Hartmut Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012 ; compte rendu de Sébastien Broca pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8447.

2 Rahel Jaeggi, Entfremdung. Zur Aktualität eines sozialphilosophischen Problems, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Pencolé, « Hartmut Rosa, Résonance. Une sociologie de la relation au monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29658

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page