Navigation – Plan du site

Faire de l’histoire en 2018

À propos de : Étienne Anheim, Le travail de l’histoire, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018.
Claire Lemercier
Le travail de l'histoire
Étienne Anheim, Le travail de l'histoire, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Itinéraires », 2018, 255 p., ISBN : 9791035100803.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Noiriel Gérard, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996.
  • 2 Noiriel Gérard, « Éric Zemmour tente de discréditer tous les historiens de métier », Le Monde, 30 s (...)

1Il y a un peu plus de vingt ans, Gérard Noiriel discutait l’idée d’une « crise » de la discipline historique1. En reprenant le mot « crise » dans le titre d’un livre qui présentait une histoire de l’histoire au XXe siècle, il contribuait à la diffusion de ce diagnostic, alors qu’il semblait ne pas le partager vraiment. Où en sommes-nous en 2018 ? Le consensus implicite dans la profession semble être qu’il n’y a plus de querelles entre écoles historiques – en tout cas, rien de visible dans des publications. Le rapport à l’extérieur est moins serein. Le même Gérard Noiriel a publié cet automne une tribune dans Le Monde pour réagir à un ouvrage du polémiste Éric Zemmour, dans lequel ce dernier évoque un complot de la profession historienne pour travestir l’Histoire2. Il n’est pas le seul à avoir le sentiment que de tels « historiens » autoproclamés monopolisent l’accès aux médias, au profit, de plus en plus souvent, d’un discours nationaliste. Dans le même temps, la réduction annoncée du nombre de recrutements de fonctionnaires, au CNRS, dans les universités et dans l’enseignement secondaire, alimente le sentiment d’une crise des humanités, voire de l’ensemble du système d’enseignement supérieur et de recherche.

2Dans Le travail de l’histoire, le médiéviste Étienne Anheim prend notamment position par rapport à ces deux menaces supposées. Pour lui, il faut répondre aux utilisations abusives de la discipline par une vulgarisation de l’histoire comme démarche de recherche. Pour autant, il ne peint pas la profession historienne comme une communauté idéale, qui devrait simplement se défendre contre des usurpateurs ou contre des réformes gouvernementales. Son livre s’adresse avant tout à ses collègues historien·nes (il est issu d’un manuscrit destiné à un jury universitaire), mais il ne les ménage pas toujours. Étienne Anheim accompagne toutefois ces critiques d’idées sur les manières de mieux travailler ensemble.

3Le « travail » du titre fait allusion aux différentes facettes du métier : recherche mais aussi enseignement, évaluation, administration, écriture de projets, édition. L’auteur détourne le vieux mot d’ordre de l’« histoire totale » (l’idée de reconstituer tous les aspects d’un moment du passé) en faisant référence « à Johann Cruyff et au football total des années 1970, dans lequel les joueurs doivent être capables d’occuper n’importe quelle position sur le terrain » (p. 238). Étienne Anheim souligne donc que « le travail de l’histoire » n’est pas seulement un travail de recherche, mais son livre présente aussi un « style » particulier de recherche en histoire. C’est lui qui parle de « style », affirmant sa volonté de ne pas créer d’école, ou plutôt ne pas revendiquer un « tournant ». Pourtant, il avance de véritables propositions quant au rapport historien aux sources et au temps, qui peuvent bénéficier aux travaux sur toutes les périodes.

Vulgariser l’histoire comme recherche

  • 3 Voir par exemple à ce sujet Ricklin Thomas, « Le cas Gouguenheim », Trivium, n° 8, disponible en li (...)

4Un des passages les plus intéressants du livre, parce qu’un des plus précis (p. 182-191 ; l’auteur a, pour l’écrire, ressorti ses archives personnelles), est le retour sur un ouvrage, certainement cher au cœur d’Éric Zemmour, publié il y a dix ans par le médiéviste Sylvain Gouguenheim3. Ce dernier, écrivant sur un pan de l’histoire médiévale éloigné de ses spécialités, y minimisait le rôle des arabophones dans la transmission des œuvres de l’Antiquité grecque. Nombre de médiévistes, dont Étienne Anheim, avaient réagi collectivement pour affirmer qu’il ne s’agissait ni d’un livre de recherche, ni d’un véritable ouvrage de vulgarisation puisque ses thèses étaient contredites par les travaux des spécialistes. Le travail de l’histoire propose de tirer deux leçons de cet épisode.

5Premièrement, Étienne Anheim a forgé à ce moment une position personnelle en termes d’engagement avec le grand public. Il insiste sur le fait que l’intention de vulgariser ne peut pas servir d’excuse à l’invention ou la falsification pures, ni même à l’ignorance délibérée des dernières décennies d’acquis de la recherche. Allant plus loin, il promeut un effort de diffusion non pas tant des résultats que des démarches de la recherche, celles d’une histoire scientifique – non pas au sens naïvement positiviste, mais au sens de procédures particulières, appliquées à des sources, qui passent par le doute pour arriver éventuellement à des éléments de certitude.

  • 4 Anheim Étienne et Girault Bénédicte (dir.), « L’histoire, entre enseignement et recherche », Annale (...)
  • 5 Mathieu Gabella, scénariste qui a travaillé avec lui, donne une vision complémentaire de ce projet (...)

6Je vous entends d’ici dire que tout cela est bien théorique, que cela ne peut pas marcher, que cela ne sera jamais séduisant pour un large public. Mais l’intérêt de la position d’Étienne Anheim est qu’elle s’accompagne d’une pratique. Le livre parle aussi d’enseignement, ce qui est assez rare pour être souligné. Plus rare encore, cette réflexion porte non seulement sur le supérieur mais aussi sur le secondaire. Ayant été longtemps maître de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin, l’auteur décrit très bien les contradictions des historien·nes du supérieur, souvent prompt·es à négliger l’enseignement en premier cycle ou à séparer les cours d’historiographie, très théoriques, des cours d’histoire ; il promeut aussi des pratiques précises, comme le travail avec un groupe d’étudiant·es sur des « chantiers écoles » en archives (p. 75-80). Devenu rédacteur en chef des Annales, Étienne Anheim y a codirigé un dossier sur les liens entre recherche et enseignement secondaire, à contre-courant de l’image élitiste souvent associée à la revue4. Pour donner envie de lire ce dossier, il explique dans son livre comment Star Wars peut servir à enseigner l’Empire romain en sixième (p. 69). Étienne Anheim s’implique enfin dans la vulgarisation proprement dite, notamment dans le cadre de la série de bandes dessinées « Ils ont fait l’Histoire » de Fayard et Glénat (p. 194-195)5. Il explique à ce sujet comment des éléments de style propres à ce médium se prêtent à mettre en scène les procédures spécifiques de l’histoire : on peut insérer des sources originales dans une bande dessinée, ou encore utiliser le flash-back pour expliciter la position de l’historien·ne. Parallèlement, la tentative de reconstitution visuelle fait émerger de nouvelles questions de recherche.

  • 6 Voir par exemple sur ces débats Haddad Élie et Meyzie Vincent, « La littérature est-elle l’avenir d (...)

7Quand il évoque l’intérêt d’effets de style associés à un genre populaire pour vulgariser la démarche de recherche elle-même, Étienne Anheim s’oppose non seulement à des ouvrages de prise de position politique qui bénéficient indûment de l’autorité accordée aux historien·nes, mais aussi au caractère plat et lisse, ne laissant pas la place au doute, de bien des manuels d’histoire. Je lis même dans ce passage (en allant peut-être au-delà de l’intention de l’auteur) une prise de position à la fois théorique et pratique dans les débats ouverts par Ivan Jablonka. En effet, ce dernier, tout en affirmant lui aussi que la narration de l’enquête historique elle-même peut être entraînante, défend surtout l’appel à l’imagination et aux émotions, dans le cadre d’un style inspiré du roman psychologique6.

Beautés et lâchetés du collectif

  • 7 Il l’a développé dans un entretien ultérieur. « Étienne Anheim : « L’histoire ne peut pas répondre (...)

8Étienne Anheim a tiré une deuxième leçon de la réception du livre de Sylvain Gouguenheim : il évoque les critiques dont ont fait l’objet, voire font encore l’objet les médiévistes qui ont osé publier un texte collectif à ce sujet – rapidement taxé de « pétition », un vocable apparemment pensé comme dépréciatif. Pour certain·es universitaires, critiquer collectivement et en public un collègue reste inacceptable. Sylvain Gouguenheim n’est en effet pas Éric Zemmour : maître de conférences au moment de la parution de son livre, il pose un problème qu’on ne peut pas facilement résoudre en disant que les seules personnes autorisées à se dire historien·nes sont les docteur·es en histoire. Son cas rappelle que des docteur·es, et même des enseignant·es titulaires du supérieur, ignorent parfois délibérément les résultats et la démarche de la recherche (de leur domaine ou d’un autre) et usent de leur diplôme ou de leur poste comme d’un argument d’autorité. J’ajoute, point moins commenté par Étienne Anheim dans son livre7, que l’ouvrage de Sylvain Gouguenheim a été publié dans une prestigieuse collection d’histoire, disposant en théorie d’un véritable comité de lecture.

9Le travail de l’historien est traversé par le constat de ce type de contradictions entre les valeurs affirmées par la communauté historienne. L’auteur lui-même n’y échappe pas, et il le reconnaît. Ainsi, il défend et illustre le collectif dans toutes ses dimensions, y compris certaines qui sont rarement pratiquées, voire souvent critiquées dans sa discipline : se lire mutuellement en amont des publications, mais aussi en coécrire (p. 57) ; ou encore pratiquer une recherche réellement collective, sinon interdisciplinaire, parfois dans le cadre de gros ou même d’immenses projets : d’un travail en cours qui envisage sous tous les angles le matériau « albâtre » (p. 219-220) à la Fondation des sciences du patrimoine, dotée de plusieurs millions d’euros (p. 131-138), en passant par une reconstitution en 3D du Palais des Papes qui laisse place aux lacunes et hypothèses (p. 195-196). Mais les lâchetés qu’expose l’auteur, à plusieurs échelles, sont souvent tout aussi collectives. Il épingle par exemple « nombre de collègues surdiplômés qui prétendent ne pas savoir faire un budget ou remplir un tableau » (p. 124) pour laisser à d’autres les tâches dites « administratives », et revient sur le comportement d’une partie de son propre jury de thèse. Étienne Anheim consacre en effet une dizaine de pages à sa soutenance douloureuse (p. 92-100), au cours de laquelle on lui reprochait alternativement d’avoir consulté trop ou pas assez d’archives et où certaines réactions dénotaient une « lecture étroite », ignorant son projet général au profit d’un chapitre en particulier.

  • 8 Les faiseuses d’histoire, « Sortons du Blois », 15 octobre 2018, disponible en ligne : https://lesf (...)

10D’aucun·es pourront trouver indécent qu’un directeur d’études à l’EHESS paraisse ainsi se plaindre d’une expérience initiale douloureuse. L’exercice est en effet délicat, mais l’écriture très tenue de l’auteur lui permet de s’en tirer. Le « travail » du titre de l’ouvrage est supposé renvoyer aussi à la psychanalyse ; on retrouve en tout cas chez Étienne Anheim l’exigence de réflexivité des sociologues et la volonté d’objectiver ses propres trajectoire et position. Il assume ainsi « l’historien » du titre en soulignant que son expérience n’est pas celle d’une femme. La précision est particulièrement bienvenue au moment de la parution de la tribune des « Faiseuses d’histoire » – encore un texte collectif particulièrement mal reçu par certain·es médiévistes8. Conjoint d’une historienne, Étienne Anheim fait allusion aux manières pour partie genrées dont leurs trajectoires ont un temps divergé (p. 173-174, p. 233). Plus généralement, il évoque les violences symboliques, souvent collectivement infligées, qui accompagnent même les carrières ultimement les plus réussies.

11Il en vient ainsi à souligner le paradoxe du rapport des universitaires à l’évaluation : ils et elles tendent à mal la prendre lorsqu’elle les vise (ainsi, nombre d’historien·nes ont encore peu l’expérience de soumettre des articles à des revues, de recevoir des suggestions critiques ou des refus, même polis et argumentés), mais ont moins d’états d’âmes lorsqu’il s’agit de l’appliquer aux étudiant·es (p. 85-86) ou aux collègues sans poste permanent. Étienne Anheim ne prétend pas qu’il est possible d’échapper à ces contradictions, mais il met en évidence la tension nécessaire, en science, entre travail collectif et établissement de hiérarchies d’autorité (question qui l’intéresse d’autant plus qu’il travaille entre autres sur la construction de hiérarchies artistiques). Il propose quelques pistes pour éviter certaines violences symboliques, en particulier dans les situations de recrutement (p. 88-92). Il suggère également des salles de cours ouvertes, où l’on puisse enseigner à plusieurs ou apprendre en voyant des collègues enseigner – une perspective inimaginable pour beaucoup d’universitaires (p. 71-72).

Les archives : produits de pratiques plutôt que réservoirs d’informations

12Alors même qu’Étienne Anheim a fait le choix délibéré de ne pas parler que de recherche, ses propositions en la matière constituent pour moi l’apport le plus original et stimulant de son livre. Original parce que ces propositions lient deux éléments : non seulement une position sur le rapport aux archives, qui est partagée par d’autres médiévistes (sans l’être par tou·tes) et (en moins grand nombre) par des spécialistes d’autre périodes, mais aussi un rapport précis et bien argumenté à la temporalité. Stimulant, parce que ces propositions peuvent être utilisées par des historien·nes spécialistes de toutes les périodes et pas uniquement du Moyen âge. Et parce qu’elles promettent une sortie du dilemme des dernières décennies (qui n’est sans doute qu’une variante d’un dilemme plus ancien en histoire, et présent plus généralement en sciences humaines et sociales) : il s’agit d’éviter à la fois le péril du positivisme et celui de la déconstruction. Plus concrètement, me direz-vous ?

  • 9 Smith Darwin, Devenir historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 ; Boucheron Patrick, Fair (...)

13Le rapport aux archives d’abord. Dans la même collection que celui d’Étienne Anheim, deux autres connaisseurs de la vie culturelle du Moyen âge tardif ont chacun publié un livre. Sans se citer directement, ils exemplifient deux attitudes opposées à cet égard9. Darwin Smith s’est consacré à des éditions de sources, qui l’ont amené par exemple à élucider le sens de certaines notations marginales dans des textes destinés au théâtre. La question de l’écrit – dans son rapport à l’oralité, au jeu, à la transmission des œuvres – est au centre de ses recherches. Patrick Boucheron, lui, avoue volontiers ne pas avoir pris part au regain d’intérêt pour la matérialité des sources revendiqué par certain·es médiévistes ; il assume les lire avant tout pour y trouver des éléments sur tel ou tel thème. Certes avec une critique de la source, mais seulement comme un préalable pour l’accès au contenu – on désignait ainsi classiquement les savoir-faire propres à l’analyse matérielle des archives comme les « sciences auxiliaires de l’histoire ».

  • 10 On retrouve par exemple cette démarche en histoire contemporaine chez Karila-Cohen Pierre, « Les pr (...)

14Où situer Étienne Anheim ? Le reste du livre le place dans la partie la plus proche des sciences sociales de sa discipline – il assume et défend le fait que l’histoire soit une science, cite des sociologues, a écrit relativement peu de livres et beaucoup d’articles, parfois à quatre mains, sur des sujets variés. On caricature souvent ce style d’histoire comme éloigné des sources. De fait, Étienne Anheim raconte des premières visites décevantes, dans des fonds où travailler demande une véritable initiation à des règles implicites (ces pages sont particulièrement utiles pour les débutant·es et pour qui veut les encadrer efficacement : p. 36, p. 160-163). Il souligne aussi que « l’archive » n’est pas la seule source utile. Il parle par exemple de l’intérêt et des spécificités des œuvres conservées dans des musées : elles ont, plus souvent que les archives, voyagé depuis leur production, ce qui peut influencer plus ou moins consciemment leur interprétation (p. 165). Et pourtant, sa spécialité, à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire intellectuelle, a rapproché de plus en plus Étienne Anheim d’une histoire, y compris matérielle, du travail de production et de transmission des savoirs à la fin du Moyen âge. Dès lors, l’écriture même des archives – des comptabilités par exemple – devient un véritable objet. Cette trajectoire souligne que le tournant archivistique évoqué par certains est autre chose qu’un retour à l’érudition. S’interroger sur les motivations, les circonstances et les modalités de l’écriture de ce qui a été conservé jusqu’à aujourd’hui permet de renouveler l’histoire des scripteurs principaux des archives – donc, en particulier, l’histoire intellectuelle, administrative et du commerce10.

Une (trop) brève histoire de temps

  • 11 Étienne Anheim a d’ailleurs contribué à ma réflexion sur ce sujet, avec l’ouvrage de Philippe Berna (...)

15Étienne Anheim va plus loin en s’attachant aussi à la carrière ultérieure des archives et des autres « traces » du passé. Si l’archive est arrivée jusqu’à la personne qui la lit, les moyens de cette arrivée sont autant d’éléments de son histoire – que la dernière lecture, en réalité, ne fait que prolonger. Nous faisons ainsi partie de l’histoire que nous écrivons. C’est en développant ce point que l’ouvrage fait le plus avancer la cause de la réflexivité. Il ne s’agit pas uniquement d’assumer, classiquement, le fait que les questions posées aux sources viennent nécessairement du présent. Étienne Anheim propose, dans une métaphore qui revient souvent, de « boucler la boucle » : ces questions du présent à des archives du passé plus ou moins lointain, elles sont elles-mêmes le produit de savoirs, d’un fonctionnement universitaire et d’une esthétique, construits progressivement, pour partie depuis l’époque même des sources. C’est sans doute un peu plus évident pour lui que pour d’autres, parce qu’il travaille sur la Renaissance, donc en partie sur la constitution de cet « humanisme » qui fait encore référence pour bien des universitaires d’aujourd’hui. Mais la proposition vaut au-delà de l’histoire des intellectuels. Par exemple, comme historienne de l’apprentissage au XIXe siècle, j’ai longtemps eu tendance à lire mes archives et sources imprimées comme si la notion de « métier » allait plus ou moins de soi. C’est une conception de sens commun, qui imprégnait ma vision de mon propre métier d’historienne aussi bien que de ceux, artisanaux ou autres, que j’étudiais. Or, elle est le fruit d’une longue histoire : certaines de mes propres sources ont fortement contribué à construire cette évidence de la notion de « métier »11.

  • 12 Qu’il appelle démarche « généalogique » p. 227-228, ce qui me paraît peu adapté, car cela fait pens (...)
  • 13 On peut trouver des éléments préliminaires dans un dialogue à distance autour de la métaphore de la (...)

16Étienne Anheim propose donc « une symétrie de traitement entre sources historiques, historiographie et écriture contemporaine de l’histoire » pour « mettre l’historicité de l’historien au cœur de sa propre démarche » (p. 155). L’idée peut permettre de sortir d’un dilemme qui a beaucoup (trop ?) tourmenté ma génération d’historien·nes, qui est aussi la sienne. Ceux et celles qui nous ont appris à faire de l’histoire attribuaient à la génération encore précédente une tendance à l’anachronisme par projection naïve dans le passé des questions et surtout des catégories du présent (par exemple, la croissance économique ou la lutte des classes). Dès lors, on m’a souvent enjoint, et avec raison, d’écrire l’histoire par le début plutôt que de faire seulement la généalogie des vainqueurs, de porter attention au langage de l’époque, de ne pas employer des concepts alors impensables. Mais il est vite apparu qu’on ne pouvait pas faire semblant de ne pas avoir de questions venant du présent, ni se dispenser de traductions entre le langage des sources et celui de l’analyse. L’histoire en boucle d’Étienne Anheim12 ne résout bien sûr pas définitivement ce problème, mais donne de véritables pistes sur les manières de chercher – même si j’aimerais en lire une version plus systématique dans un article qui, je crois, n’existe pas encore13.

De la belle ouvrage – bien loin du chantier

  • 14 Abbott Andrew, Digital paper. A manual for research and writing with library and internet materials(...)
  • 15 Un autre mémoire d’habilitation, pour moi exemplaire, propose à la fois une objectivation (et une r (...)

17Bref, ce livre fait penser qu’Étienne Anheim doit bien diriger les thèses. D’ailleurs, cet ouvrage est issu de son « mémoire de synthèse », une des composantes du diplôme d’« habilitation à diriger des recherches ». Pour autant, je n’en recommande pas la lecture intégrale aux masterant·es (comme l’a fait sur Twitter André Loez), ni même aux doctorant·es. Pour évoquer en 240 pages toutes les facettes du métier, il n’y a guère d’autre chemin que l’allusion. Étienne Anheim se tire de l’exercice d’une façon moins intimidante que d’autres auteurs de la collection : il ne glisse pas « acribie » au milieu d’un paragraphe, ne multiplie pas les « comme on le sait bien » dans des développements philosophiques de haute volée, explicite en général ses références avec des notes de bas de page. Mais le plus souvent, dès que son propos devient vraiment intrigant, original, substantiel, il passe à autre chose. Parfois par excès de pudeur, sans doute, quand il évoque les effets du travail historien sur le caractère – que ce travail rende désagréable ou parfois sage – et la manière dont il a réagi, juste après les attentats de 2015, dans le cadre d’un cours adressé à des enseignant·es du secondaire (p. 235-236). D’autres fois parce qu’il y aurait tout un livre à écrire peut-être : sur le travail au sein des revues (p. 141-156), sur l’inanité qu’il y a à parler du christianisme médiéval en termes de « fait religieux » plutôt que d’organisation sociale (p. 79). Je me régalais d’avance de lire et de pouvoir donner à lire, après quelques pages d’Andrew Abbott14, un nouveau chapitre sur les manières... de lire des universitaires : je suis restée sur ma faim, faute de comprendre vraiment comment l’auteur lisait et prenait des notes. Bref, j’ai regretté qu’Étienne Anheim ne mobilise pas, parmi les nombreuses sociologies qu’il cite, celle du travail (ou celle de la science au laboratoire, ou de l’enseignement supérieur). Et tout bêtement qu’il ne nous montre ou ne nous décrive pas d’archives de son propre travail (photos de notes, d’écrans, etc.). Quoi de plus pédagogique pour donner à voir les réalités d’un métier à des étudiant·es, et plus encore à de futur·es collègues15 ? En l’état, le travail qu’il évoque reste épuré, stylisé, vu de loin – tous les échafaudages ont été enlevés.

18Ce regret tient sans doute aux limites de l’exercice qui consiste à faire d’une série de mémoires de synthèse d’habilitation une collection de livres imprimés (dont l’édition est subventionnée par l’Université). Si j’ai beaucoup appris en lisant celui-ci, et deux autres dans la foulée, cela n’a pourtant fait que multiplier mes doutes sur l’entreprise. Ces mémoires sont écrits pour un public très spécifique : le jury et quelques collègues proches. Il faudrait un très grand travail éditorial pour en faire des ouvrages vraiment utiles et accessibles pour des non-historien·nes et même pour des historien·nes en formation ; ce n’est manifestement pas le but de la collection. Qu’à cela ne tienne : on peut se dire qu’il est utile que des universitaires se lisent entre eux et elles, et que les mémoires de synthèse ont pour cela un bon format : des textes assez courts, où l’auteur·e essaie de dégager l’essentiel après 15, 20 ou 25 ans de recherche.

  • 16 De manière tout à fait subjective, je recommande parmi bien d’autres blogs : pour tout le monde, pl (...)
  • 17 Déclaration de non-conflit d’intérêts : mon propre mémoire de synthèse ne mérite aucun lectorat, ni (...)

19Mais pour moi, la question demeure : pourquoi publier ces mémoires sous forme de livres imprimés ? Patrick Boucheron, directeur de cette collection « Itinéraires » des Éditions de la Sorbonne, ne fait qu’une brève allusion dans son propre ouvrage à l’alternative évidente que serait une mise en ligne, refusée au nom des « vrais modernes » et de la « magie des livres » (p. 188). Pourtant, cela offrirait un lectorat incomparablement plus large ; plus de possibilités de circulation entre textes (on pourrait par exemple comparer ce qu’un plus grand nombre de médiévistes disent de leur rapport aux archives, ou de la réception de l’ouvrage de Sylvain Gouguenheim) ; et des discussions, des commentaires, des rebonds sur les propositions de chacun.e. Du reste, bon nombre d’historien·nes utilisent déjà des blogs, ou encore Twitter, pour parler de leur métier, de ses joies et peines administratives et enseignantes, comme de ses outils, voire de son épistémologie16. Les prochaines personnes que Patrick Boucheron sélectionnera pourront ajouter un livre sur leur CV ; celles qui mettront en ligne leur mémoire, en tireront des billets ou bien écriront simplement à propos de leur travail, avant ou après le moment étrange de l’habilitation, auront plus de lecteur·trices et pourront plus directement produire de l’intelligence collective17. Espérons que des passeur·ses introduiront dans ces débats-là quelques propositions d’Étienne Anheim – et qu’il ira lui-même y parler plus en détail des aspects plus concrets de son travail.

Haut de page

Notes

1 Noiriel Gérard, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996.

2 Noiriel Gérard, « Éric Zemmour tente de discréditer tous les historiens de métier », Le Monde, 30 septembre 2018.

3 Voir par exemple à ce sujet Ricklin Thomas, « Le cas Gouguenheim », Trivium, n° 8, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/trivium/3974.

4 Anheim Étienne et Girault Bénédicte (dir.), « L’histoire, entre enseignement et recherche », Annales HSS, vol. 70, n° 1, 2015, p. 141-214, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-annales-2015-1.htm.

5 Mathieu Gabella, scénariste qui a travaillé avec lui, donne une vision complémentaire de ce projet dans « Ils ont fait l’Histoire : Philippe le Bel », BDgest, 10 mars 2014, disponible en ligne : https://www.bdgest.com/news-908-BD-Ils-ont-fait-l-Histoire-Philippe-Le-Bel.html. Pour d’autres points de vues de médiévistes, y compris d’autres conseiller·es de cette série, on peut également écouter la journée d’études « Moyen Âge et bande dessinée » (12 juin 2014) du « Labo junior sciences dessinées » de l’ENS de Lyon : http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/moyen-age-et-bande-dessinee-230601.kjsp?RH=1371111571575.

6 Voir par exemple sur ces débats Haddad Élie et Meyzie Vincent, « La littérature est-elle l’avenir de l’histoire ? Histoire, méthode, écriture », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 62, n° 4, 2015, p. 132-154, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2015-4-page-132.htm.

7 Il l’a développé dans un entretien ultérieur. « Étienne Anheim : « L’histoire ne peut pas répondre à toutes les difficultés de la société française vis-à-vis de son passé » », AOC, 6 octobre 2018, https://aoc.media/entretien/2018/10/06/etienne-anheim-lhistoire-ne-repondre-a-toutes-difficultes-de-societe-francaise-vis-a-vis-de-passe/).

8 Les faiseuses d’histoire, « Sortons du Blois », 15 octobre 2018, disponible en ligne : https://lesfaiseusesdhistoire2018.wordpress.com/. Sur quelques réactions de médiévistes, https://twitter.com/CathKikuchi/status/1050689218262036480.

9 Smith Darwin, Devenir historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 ; Boucheron Patrick, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (2éd. 2016).

10 On retrouve par exemple cette démarche en histoire contemporaine chez Karila-Cohen Pierre, « Les préfets ne sont pas des collègues. Retour sur une enquête », Genèses, n° 79, 2010, p. 116-134, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-geneses-2010-2-page-116.htm, et chez des spécialistes de différentes périodes dans Coquery Natacha, Menant François et Weber Florence (dir.), Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Rue d’Ulm, 2006. Elle n’interdit pas de revenir aussi d’un œil neuf sur les personnes qui ont plus rarement été scripteurs – notamment, en histoire contemporaine, les administré·es, l’archive étant parfois le produit direct d’une interaction avec eux ou elles. Les travaux en histoire de l’identification ou de l’administration au guichet le montrent : par exemple Zalc Claire, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Le Seuil, 2016, livre largement fondé sur l’analyse d’annotations griffonnées et de papiers agrafés sur d’autres papiers – et qui réfléchit sur la disparition d’autres archives produites par le processus étudié.

11 Étienne Anheim a d’ailleurs contribué à ma réflexion sur ce sujet, avec l’ouvrage de Philippe Bernardi qu’il discute dans Anheim Étienne, « Les hiérarchies du travail artisanal au Moyen Âge entre histoire et historiographie », Annales HSS, vol. 68, n° 4, 2013, p. 1027-1038, disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-annales-2013-4-page-1027.htm.

12 Qu’il appelle démarche « généalogique » p. 227-228, ce qui me paraît peu adapté, car cela fait penser à un seul sens, celui de la remontée dans le temps.

13 On peut trouver des éléments préliminaires dans un dialogue à distance autour de la métaphore de la « trace » et de l’épistémologie des archives : Anheim Étienne, « Le statut des archives dans l’épistémologie historique une discussion de La Mémoire, l’histoire, l’oubli de Paul Ricœur », Revue de synthèse, vol. 125, n° 1, 2004, p. 153-182 et Morsel Joseph, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste », Revue historique, n° 680, 2016, p. 813-868, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-historique-2016-4-page-813.htm.

14 Abbott Andrew, Digital paper. A manual for research and writing with library and internet materials, Chicago, University of Chicago Press, 2014, p. 134-148.

15 Un autre mémoire d’habilitation, pour moi exemplaire, propose à la fois une objectivation (et une relativisation) chiffrée de la « crise des humanités » dans l’Université et des photos du quotidien d’un maître de conférences, assorties de légendes explicitant par exemple pourquoi l’accès à une imprimante peut représenter un véritable privilège : Gabriel Galvez-Behar, Les mutations de l’histoire économique : place, pratiques et enjeux, 2017.

16 De manière tout à fait subjective, je recommande parmi bien d’autres blogs : pour tout le monde, plutôt sur les pratiques concrètes de recherche, Devenir historien·ne (animé par Émilien Ruiz) et La boîte à outils des historien·nes (par le même et Franziska Heimburger) ; pour les déjà docteur·es, plutôt sur le quotidien du métier, le blog de Gabriel Galvez-Behar et Academia (animé par Christelle Rabier).

17 Déclaration de non-conflit d’intérêts : mon propre mémoire de synthèse ne mérite aucun lectorat, ni sur papier ni en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « Faire de l’histoire en 2018 », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29704

Haut de page

Rédacteur

Claire Lemercier

Directrice de recherche CNRS en histoire au Centre de sociologie des organisations (Sciences Po Paris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page