Navigation – Plan du site

Marta Dominguez-Folgueras, Laurent Lesnard (dir.), « Les nouvelles configurations familiales », L’année sociologique, vol. 68, n° 2, 2018

Justine Vincent
Les nouvelles configurations familiales
Marta Dominguez-Folgueras, Laurent Lesnard (dir.), « Les nouvelles configurations familiales », L'année sociologique, vol. 68, n° 2, 2018, 228 p., Paris, PUF, ISBN : 9782130801900.
Haut de page

Texte intégral

1Vaste objectif que se donne ce numéro de L’année sociologique intitulé « Les nouvelles configurations familiales ». Le titre à lui seul laisse entrevoir l’ampleur de la tâche, d’autant qu’il ne s’agit pas uniquement de revenir sur les mutations majeures qui ont touché « la famille » depuis quelques décennies mais aussi d’articuler ses évolutions à des transformations sociales plus globales (entrée des femmes sur le marché du travail, politiques publiques, massification de l’accès à l’enseignement supérieur, etc.). L’ambition des auteur.e.s est donc de relier niveaux microsociologique, macro et plus méso, pour mieux saisir les mécanismes de contraintes sous-jacents aux « choix » des individus en matière de vie familiale.

2En introduction de ce numéro, Marta Dominguez-Folgueras et Laurent Lesnard font une synthèse efficace des grandes mutations familiales de ces soixante dernières années – évolutions aujourd’hui largement documentées par les démographes et sociologues de la famille.

3La première contribution, d’Anne Lambert, interroge la façon dont les travailleu.r.se.s du transport aérien articulent leur vie professionnelle avec leur vie familiale. Le choix de cette population paraît particulièrement fécond pour étudier cette question, du fait des fortes exigences de mobilité auxquelles elle est soumise, mais également parce qu’il apporte un éclairage quant aux normes de genre en la matière. La façon de gérer l’absence du domicile familial (contacts téléphoniques, appropriation du temps de l’escale, choix de courriers courts plutôt que longs…) est ainsi fortement différenciée entre les hommes et les femmes. De plus, les impératifs professionnels de déplacement ne sont pas sans répercussions en termes de perspectives d’ascension professionnelle : si cette mobilité participe du prestige social et de la constitution de la virilité des hommes, elle fait office de comportement déviant pour les femmes dans les représentations collectives puisqu’elle contrarie la norme de « disponibilité » féminine. Les femmes sont d’ailleurs plus nombreuses que leurs homologues masculins à tenter de « maintenir une communauté de vie » à distance (via des appels skype sur les temps des repas, par exemple) et à préparer en amont la gestion du quotidien en leur absence, en anticipant les tâches parentales et domestiques. L’auteure nuance cependant cette différenciation genrée, en soulignant la volonté des plus jeunes personnels navigants masculins de se rapprocher de leur famille.

4Le deuxième article prolonge ces réflexions sur la conciliation entre vie professionnelle et vie privée dans le contexte espagnol. Marìa José Gonzales, Irene Lapuerta, Teresa Martin-Garcia et Marta Seiz s’intéressent ainsi au regard que portent les couples bi-actifs sur l’équilibre entre ces deux sphères, après leur entrée en parentalité. Le suivi longitudinal de ces couples permet de saisir l’évolution de cette conciliation suite à la naissance de leur premier enfant. Quel regard portent alors hommes et femmes sur l’investissement de leur conjoint et sur leur propre implication dans chacune des sphères ? Les auteures insistent sur le rôle déterminant des systèmes de normes (inter)individuelles : la satisfaction éprouvée par chacun dépend des attentes initiales à l’égard de leurs rôles respectifs. Le glissement, majoritaire dans la population étudiée, d’une répartition égalitaire des tâches domestiques vers un investissement plus grand de l’homme dans la sphère professionnelle ne se traduit pas forcément par une insatisfaction des conjoint.e.s. L’appréciation de la situation par les couples s’explique tout d’abord par l’adéquation de cette répartition avec les normes de « bonne » parentalité des individus. Le contexte institutionnel et la structure du marché du travail – et, par extension, ce que favorise ou non l’entourage professionnel, en particulier pour les hommes – conditionnent également fortement cette répartition et les niveaux de satisfaction.

5Les deux contributions suivantes s’intéressent à de nouvelles « morphologies » familiales : des familles séparées au Québec et des familles homoparentales en Italie. Élisabeth Godbout, Marie-Christine Saint-Jacques et Hans Ivers abordent le contexte de post séparation dans une perspective novatrice : plutôt que de rendre compte des discours d’experts et des vives controverses entourant la résidence alternée, ou sa mise en application par les couples et/ou par l’institution judiciaire, les auteurs s’interrogent sur la perception globale de la population québécoise : quelles sont les modalités de garde des enfants qui sont les mieux perçues et quels sont les facteurs à prendre en considération ? L’analyse des réponses d’un panel web de 200 000 personnes – non représentatif de la population québécoise – révèle une perception majoritairement favorable de la résidence partagée. L’égalité parentale stricte est souvent prônée, bien qu’une réserve soit parfois exprimée quant à la période de la très jeune enfance : l’enfant en bas âge demeure de l’ordre des prérogatives maternelles une part des répondants. Plus généralement, les écarts de positionnement constatés résultent essentiellement de facteurs générationnels.

6Alice Sophie Sarcinelli revient quant à elle sur les stratégies des familles homoparentales (et notamment du parent non statutaire) pour créer de la parenté, face à la non-reconnaissance de leur place par les institutions italiennes. À travers des processus juridiques ou plus symboliques (faire du coparent le parrain ou la marraine de l’enfant par exemple), il s’agit pour ces parents de jouer entre stratégies d’invisibilisation ou au contraire de recherche de visibilité, selon les contextes et les interlocuteurs notamment. Les situations de « désemparentement » peuvent être fréquentes, et ce d’autant plus que la parentalité fait l’objet d’un traitement institutionnel (par la loi, l’école, etc.) ou que des visions différentes de la parenté se confrontent au sein même du couple gay ou lesbien. Les cas les plus conflictuels illustrent que l’intentionnalité est loin d’être seule fondatrice de la parenté dans les situations homoparentales, alors même que l’on tend fréquemment à faire de ces familles un cas paradigmatique de ce que l’on nomme aujourd’hui « parenté d’intention ».

7Les deux dernières contributions quittent le prisme des logiques individuelles pour prendre une entrée plus institutionnelle. Emanuele Ferragina propose tout d’abord d’éclairer une évolution paradoxale des interventions étatiques contemporaines : l’expansion des politiques familiales depuis les années 1970, alors même que l’on constate un net recul de l’État providence dans tous les domaines. Elle met en exergue cinq régimes différents de politiques familiales dans les pays riches et questionne les conséquences de leur évolution sur l’emploi des femmes. Sa conclusion synthétise l’ambiguïté de telles politiques : si elles semblent permettre une émancipation des femmes qui sortent ainsi du modèle « traditionnel » du « male breadwinner », elles les incitent à accepter des salaires bas, le plus souvent dans une économie de services, reconduisant un ordre genré plus traditionnel.

8Enfin, la note critique de Claude Martin permet de retracer l’histoire récente des politiques familiales et des conceptions de la parentalité qui les sous-tendent. Penser l’articulation de la construction des problèmes publics et des pratiques parentales conduit à nous interroger sur l’émergence ou non d’un nouveau régime de régulation de la vie familiale. Il semblerait ainsi que l’on soit passé progressivement à un « parentalisme narcissique », qui accompagne une nouvelle vision de l’enfance à protéger. Le vrai tournant se situe dans les années 1990, à partir desquelles il s’agit moins de changer les comportements et d’éliminer ceux jugés « indésirables » que d’inciter les parents à se changer eux-mêmes, dans une logique de plus en plus managériale. La valeur heuristique de ces analyses tient en ce qu’elles mettent particulièrement en lumière la « normativité cachée » (p. 469) des interventions à destination des parents.

9La pluralité des approches et des méthodes (ethnographies, entretiens, traitement statistique) donne ainsi un éclairage assez large des « nouvelles configurations familiales ». Un des reproches pouvant toutefois être fait aux approches les plus empiriques, renvoie à un constat largement déploré dans tout le champ de la sociologie de la famille : celui d’une surreprésentation des classes les plus favorisées, diplômées du supérieur, parmi les populations enquêtées.

10La grande richesse de ce numéro est de croiser perspectives institutionnelles (plutôt macrosociologiques) et microsociologie. La famille étant une affaire éminemment publique et politique – ce que soulignent bien de manière plus ou moins explicite l’ensemble des contributions –, ce détour par les contextes sociaux et politiques, nationalement et historiquement situés, apparaît particulièrement éclairant ; c’est à cette tâche que s’attelle ce numéro, alors même que ces approches ne sont pas toujours systématisées dans les recherches actuelles en sociologie de la famille. Les contributions sont ainsi édifiantes pour une compréhension des représentations normatives entourant les définitions et les modalités du « faire famille » aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Vincent, « Marta Dominguez-Folgueras, Laurent Lesnard (dir.), « Les nouvelles configurations familiales », L’année sociologique, vol. 68, n° 2, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29834

Haut de page

Rédacteur

Justine Vincent

Doctorante en sociologie à l’ENS de Lyon, Centre Max Weber (UMR 5283). Chargée de cours à l’université Lumière Lyon 2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page