Navigation – Plan du site

Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), Les mises en guerre de l’État. 1914-1918 en perspective

Clément Collard
Les mises en guerre de l'État
Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), Les mises en guerre de l'État. 1914-1918 en perspective, Lyon, ENS Éditions, 2018, 362 p., ISBN : 9791036200458.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Frédéric Rousseau (dir.), La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont, Athéna (...)

1La publication dirigée par Sylvain Bertschy et Philippe Salson intervient à la suite du colloque organisé en 2014 par le CRID 14-18, dont les deux coordinateurs, et certains contributeurs, sont membres. Cette étude des « mises en guerre de l’État » s’inscrit largement dans les pratiques méthodologiques défendues par ce collectif, qui promeut une « sociohistoire » de la Première Guerre mondiale1. En dépit de la diversité des objets et des approches qui caractérise les différentes contributions, cette ambition de dialogue interdisciplinaire est palpable. L’enjeu est d’étudier les transformations de l’État en guerre, que ces mutations soient subies ou impulsées par la puissance publique. Il s’agit d’une histoire qui réserve une place majeure à l’analyse des comportements des acteurs, des groupes sociaux et des logiques institutionnelles à l’œuvre dans ces processus.

2À deux questions symétriques, « que fait l’État dans un contexte de guerre ? » et « que fait la guerre à l’État ? », répondent quinze contributions organisées en deux sections (et un contre-point qui met l’accent sur la dimension transnationale du processus d’étatisation), précédées d’une introduction et suivies de deux conclusions. L’ambition de l’ouvrage est de montrer comment les logiques d’étatisation et de nationalisation à l’œuvre en Europe depuis le XIXe siècle se recomposent et s’adaptent au contexte guerrier, à travers une multitude d’études de cas qui permettent de se placer aux échelles multiples de l’action publique en les faisant dialoguer.

  • 2 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)

3L’introduction offre un cadre rigoureux à l’ensemble, en s’appuyant notamment sur deux références importantes et fécondes. D’une part la définition (bourdieusienne) de l’État, entendu comme un « champ de forces », dit bien le refus de considérer la puissance publique comme un bloc monolithique ; elle conduit surtout à prendre en compte la dimension plurielle des acteurs concernés, les concurrences et conflictualités éventuelles entre les différents champs intéressés à l’action étatique. Une telle approche est d’autant plus pertinente qu’elle permet de se défier de conclusions péremptoires tendant à présenter la Grande Guerre comme le moment d’une étatisation totale et uniforme. D’autre part, l’introduction affirme d’emblée que l’une des problématiques de l’ouvrage est celle de la « désectorisation »2, concept emprunté à Michel Dobry, soit le décloisonnement et le rapprochement, dans un contexte critique, de secteurs sociaux jusqu’alors relativement autonomes, comme le montre l’étude de Sylvain Bertschy et François Buton sur l’influence croissante des réseaux de la médecine civile, aux dépens du militaire, au sein du service de santé.

4La mise en guerre conduit également à une redéfinition des rapports entre des sphères d’influence publiques et privées, en particulier en ce qui concerne les domaines économiques fondamentaux pour la conduite de la guerre. Pierre Chancerel et Stéphane Le Bras, dans leurs études respectives sur le marché du charbon et le négoce des vins languedociens, témoignent d’une reconfiguration au profit d’un rôle d’organisation plus important de l’État, et ce en dépit de la doxa libérale qui domine la classe politique, avec des pérennités diverses : l’interventionnisme étatique concernant le marché du charbon semble être une parenthèse due à des circonstances exceptionnelles, quand l’expérience d’un approvisionnement de l’armée en vin, contrôlé par l’État, ouvre une brèche qui permet le développement après-guerre de formes mixtes telles que les caves coopératives.

5Ce constat du caractère labile de la distinction entre privé et public soulève des problématiques – largement balayées par plusieurs contributions – qui ont trait à l’agency, aux marges de manœuvre des acteurs ; la guerre apparaît comme le contexte dans lequel des possibles s’ouvrent, des occasions se présentent, lesquelles sont diversement saisies par les acteurs. Trois contributions étudiant l’échelon municipal démontrent ainsi que l’autonomisation des communes par rapport au pouvoir central et l’extension de leurs prérogatives en matière d’assistance aux populations aboutissent à des résultats différents selon les tendances politiques et les composantes sociologiques des villes concernées (voir la contribution de Philippe Salson et la comparaison entre Laon et Saint-Quentin ou, pour un exemple étranger, celle de Fabio Degli Esposti qui étudie la municipalité – socialiste – de Bologne).

  • 3 Voir Manon Pignot, Allons enfants de la patrie : génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

6La majorité des contributions témoignent de l’impréparation de l’État aux multiples problèmes posés par la guerre et sa longue durée. C’est aussi le cas de l’Italie, dont l’entrée en guerre est plus tardive, comme le montre l’étude des foyers du soldat par Irène Guerrini et Marco Pluviano. Ceci conduit à une « improvisation » (p. 321) généralisée, qui oblige au « pragmatisme » (p. 61) et aux « bricolages » (p. 71). L’État et ses relais doivent faire face tant bien que mal aux problèmes posés par la guerre. Jean-François Condette montre comment les écoles des zones non occupées du nord de la France parviennent à concilier les exigences de la guerre et le fonctionnement « normal » des établissements. Les locaux scolaires sont en effet réquisitionnés, et la pédagogie se trouve marquée par la guerre3 (avec notamment une participation des élèves à l’économie), cependant que les examens sont maintenus. Cet équilibre fragile est rendu possible grâce à l’ingéniosité des acteurs locaux (inspecteurs, instituteurs, professeurs), alors que l’autorité rectorale est rendue inopérante du fait de l’occupation partielle des départements.

7Ce pragmatisme étatique se double d’une tendance à l’activation de mécanismes anciens. Loin de susciter l’innovation et des réponses originales à des problèmes d’un nouvel ordre, la guerre conduit l’État à réutiliser, sous des formes remaniées, des politiques préexistantes. Valériane Milloz pointe ainsi l’incapacité de l’État à innover en ce qui concerne la gestion des détenus militaires, dont le nombre croissant pendant la guerre pose pourtant un problème d’une ampleur inédite. Le cas étudié par Peggy Bette est également éclairant ; afin d’acquitter sa dette envers les veuves de guerre, l’État étend le système des emplois réservés à leur endroit, système qui existe depuis la période révolutionnaire. Si la guerre induit un changement, il est plus à trouver dans le comportement des acteurs, en l’occurrence des actrices, face à l’adaptation de cette mesure ancienne au contexte de la Grande Guerre ; les veuves requérant un emploi à la manufacture des tabacs de Morlaix évoluent progressivement d’une attitude de demande de faveur à une exigence de respect d’un droit opposable, ce qui témoigne de l’incorporation par les veuves de guerre d’une mutation paradigmatique d’une politique d’assistance individuelle vers un droit collectif à réparation.

8C’est un des grands mérites de l’ouvrage de ne pas enfermer l’étude des mises en guerre dans une chronologie resserrée autour du temps de la guerre, mais de les insérer dans un temps plus long, avec des conclusions très diverses. Le chapitre rédigé par Marie Derrien montre ainsi que la problématique du partage des coûts qu’induisent les personnes aliénées, déjà présente en temps de paix, ne fait que s’accentuer en temps de guerre. On aurait pu postuler que l’afflux de blessés psychiques revenant du front conduirait à une réforme et à un changement de regard mais le constat est celui d’une incapacité – ou un refus – de l’État de s’adapter à une situation nouvelle. À l’inverse, l’irruption de nombreux invalides de guerre est l’occasion pour la ville de Lyon, comme le montre Gérard Bodé, de renforcer son œuvre d’enseignement technique, notamment en se montrant pionnière dans le domaine de la rééducation professionnelle.

9Cette perspective chronologique plus large permet également d’entrevoir des ruptures nettes provoquées par la guerre. Nicolas Mariot postule ainsi que la « mise en guerre » de l’ENS-Ulm précède largement l’éclatement du conflit, grâce au volontarisme patriotique du directeur Ernest Lavisse, qui tient, depuis les années 1900, à ce que ses élèves soient exemplaires face au service de la patrie. Devant le constat d’une mortalité importante des normaliens durant les premiers mois de la guerre, cet enthousiasme de la direction est progressivement tempéré si bien que, le conflit progressant, les réseaux normaliens et l’influence des dirigeants de l’école sont bien plus utilisés pour tenter de diriger les élèves vers des postes moins exposés. Le travail de Marie-Bénédicte Vincent sur le contrôle des civils dans la ville allemande de Fulda témoigne de stratégies de résistances à la mobilisation plus importantes encore, de la part des travailleurs comme des employeurs, qui conduisent à l’échec du « service patriotique » institué en 1916.

10Au total, cet ouvrage dresse un panorama complet et stimulant des différentes « mobilisations » étatiques durant la Grande Guerre, à l’exception notable de la mobilisation militaire, comme la conclusion le concède. En dépit de la diversité des approches et des objets, il évite l’effet « catalogue », écueil qui guette classiquement les publications d’actes d’un colloque. Cela tient à une rigueur méthodologique, et plus encore au souci constant d’interroger la guerre non comme une simple période, mais bien comme le catalyseur des champs de forces qui composent l’État, et se redéfinissent de manière inégale dans un contexte aussi exceptionnel. L’un des enseignements majeurs est que la guerre n’est pas le moment d’une fermeture des perspectives, d’un verrouillage par l’État des rapports sociaux, et de mise sous l’éteignoir des capacités d’agir des acteurs au profit d’une « guerre totale », mais bien un contexte propice aux expérimentations et aux entreprises réformatrices. En cela, il s’agit d’une contribution fondamentale à l’histoire sociale de l’État et des institutions publiques, dont l’intérêt excède largement les études sur la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Frédéric Rousseau (dir.), La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont, Athéna Éditions, 2014.

2 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 1986.

3 Voir Manon Pignot, Allons enfants de la patrie : génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Collard, « Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), Les mises en guerre de l’État. 1914-1918 en perspective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29841

Haut de page

Rédacteur

Clément Collard

Professeur agrégé d’histoire et doctorant au Centre d’Histoire de Sciences Po, Clément Collard réalise depuis 2015 une thèse sous la direction des professeurs Jean-François Chanet et Anne Rasmussen. Son travail porte sur la rééducation et la réintégration professionnelles des mutilés français de la Grande Guerre, entre 1914 et 1940.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page