Navigation – Plan du site

Denis Merklen et Étienne Tassin (dir.), La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France

Anders Fjeld
La diagonale des conflits
Denis Merklen, Étienne Tassin (dir.), La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2018, 352 p., ISBN : 978-2-37154-115-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.
  • 2 Leonardo Eiff explore cette conception dans son article « Débats autour de la démocratie, de l’État (...)
  • 3 Comme Étienne Tassin le développe dans « Conflits au cœur du politique, violence au-delà ? ».

1Ce livre collectif composé de 26 contributions est issu d’un projet de recherche ECOS-Sud entre chercheurs argentins et français. Dans un registre résolument interdisciplinaire entre philosophie, sociologie et anthropologie, il propose une triple interrogation sur les « formes », « forces » et « forums » de la démocratie contemporaine à travers des comparaisons entre les démocraties argentine et française. Son ambition consiste en aller au-delà des compréhensions plus étroites de la vie démocratique, en termes de « société civile », d’arrangements institutionnels, d’État de droit ou d’espace public, pour appréhender la démocratie comme une « composition labile des conflictualités qui organisent dynamiquement les rapports sociaux, en exposant les êtres et les relations à des risques parfois destructeurs où s’éprouve une concitoyenneté sauvage, rebelle, autonome, socialement impropre, mais proprement politique » (p. 12). Philosophiquement, cette approche fait fortement écho à celle de Jacques Rancière qui définit la démocratie comme « l’infondé de tout régime politique »1, à celle de Claude Lefort qui souligne « l’indétermination démocratique »2, ou encore à celle d’Hannah Arendt concernant l’agir politique3.

2Les études anthropologiques réunies dans l’ouvrage portent surtout sur les terrains populaires, contestataires et marginaux, là où la parole circule en dehors des codes institués et des places assignées et où la démocratie s’avère être l’expérience non d’un encadrement institutionnel ou d’une autonomie critique, mais d’une citoyenneté « impropre » et agissante qui ouvre la société démocratique sur elle-même en multipliant ses surfaces et ses « diagonales ». Comme le disent Merklen et Tassin dans l’introduction : « On s’attache donc aux pauvres, aux sans-abris, aux immigrés, aux squatteurs, aux locataires impécunieux, aux adolescents, aux banlieusards, à ceux dont on dit qu’ils sont dans la débine », entendus comme des « co-acteurs d’une démocratie en acte et non sujets prétendument autorisés d’une pratique institutionnelle » (p. 13).

3À partir de ses enquêtes de terrain, Valentine de Boisriou analyse les continuités et divergences entre un collectif de sans-papiers à Paris et un groupe de femmes boliviennes politisées à Buenos Aires, questionnant la place du conflit dans les sociétés démocratiques. Entre la lutte contre la clandestinité des uns et celle contre les conditions de vie indignes des quartiers populaires des autres, de Boisriou révèle une langue « commune » : commune non seulement au sens d’une étrangeté vis-à-vis de la langue du pouvoir, mais aussi par son inscription conflictuelle dans l’ordre social de façon à étendre les « limites de la prise de la parole au cœur de l’espace public » (p. 260).

  • 4 Cf. par exemple Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris (...)

4Cette étude démontre bien une des préoccupations centrales du livre, celle d’une redéfinition de la citoyenneté – qui n’est pas sans entrer en résonance avec les travaux d’Étienne Balibar4. Comme le dit de Boisriou : « Les sans-papiers, qui adoptent une pratique politique citoyenne avant d’en avoir obtenu le droit, s’affranchissent des arrêtés préfectoraux et montrent que la pratique démocratique en précède la règle » (p. 260). Étienne Tassin développe une lecture arendtienne de la citoyenneté en tant que « mode de l’agir ensemble » (p. 133), qui ne saurait se réduire à un statut d’appartenance ou à un dispositif juridico-politique. Selon Tassin, un citoyen n’est pas un individu doté de droits garantis par l’État-nation, mais un sujet qui agit et qui, en agissant, participe dans la création collective d’un espace public instable et fragile, caractérisée par la pluralité et la contingence. Autrement dit, la citoyenneté n’est pas un pacte d’allégeance, elle s’exerce, et c’est pour cette raison même que les sans-papiers qui contestent publiquement leur clandestinité sont à entendre, et à traiter, comme des citoyens.

5C’est d’une autre manière, complémentaire, que Denis Merklen et Charlotte Perrot-Dessaux élucident la question de l’espace public en revenant sur leurs enquêtes sur les bibliothèques de quartier en France. Ils montrent comment ces bibliothèques, en tant qu’institutions étatiques qui symbolisent la démocratisation culturelle et politique, sont des théâtres de conflits sociaux entre l’État républicain et les banlieues, et encore entre les municipalités, les bibliothécaires et les classes populaires. Mais, disent-ils, c’est précisément leur ouverture aux conflits qui leur permet d’être aussi des espaces de résistance et de déstigmatisation. La citoyenneté ici ne se laisse pas réduire aux droits dont elle est porteuse, mais doit être saisie dans les processus conflictuels entre individus et institutions : « Lorsqu’un espace institutionnel est conçu comme non conflictuel, lorsqu’il exclut la contestation et l’opposition aux normes, il cesse d’être un espace public, car celui-ci est nécessairement conflictuel et la contestation des normes est consubstantielle à son existence » (p. 230). L’espace public apparaît ainsi non pas en termes de règles consensuelles de l’ordre social ou du tissu intersubjectif des rationalités communicationnelles, mais comme lieu de conflits traversant les institutions.

6Le livre est aussi sensible à l’histoire contemporaine des démocraties argentine et française, avec l’ambition d’aborder chaque pays comme « un laboratoire où s’expérimentent des peuples pris dans les contradictions d’une démocratie qui se cherche, ou qui cherche à se réinventer, et d’une globalisation qui précipite les effets dévastateurs du capitalisme financier » (Merklen et Tassin, p. 16). Eduardo Rinesi analyse quatre « périodes » de la démocratie argentine après la fin de la dernière dictature (1976-1983) : d’abord comme utopie (la promesse d’un bon système de « règles du jeu » à consolider), ensuite comme coutume dans les années 1990 (une démocratie représentative routinière et « minimale » sans ouverture participative ou délibérative), pour arriver à un spasme avec la crise en 2001 (la répudiation généralisée de l’élite gouvernante et des aspirations de prises en charge populaires et autogestionnaires de la vie démocratique), et actuellement à un processus (des tendances de démocratisation sans « horizon final »). Lucas Martín étudie un autre aspect des suites de la crise en 2001, crise qui « avait mis en évidence le défaut de légitimité de toutes les institutions publiques du pays » (p. 63) : les nouvelles modalités de judiciarisation de la politique en Argentine. Il montre comment les juges commencent à se doter de rôles davantage politiques par la mise en avant des droits exigibles, par la suivie plus étroite des politiques publiques relevant des mesures juridiques, et par la médiatisation plus importante du pouvoir judiciaire et de leurs actions. Martín parle en ce sens d’une « mobilisation judiciaire citoyenne » (p. 69), débouchant sur une légitimité duelle de la démocratie entre celle propre à l’État et celle mise en œuvre dans l’espace public – toutes deux sources de droits.

7On peut regretter cependant que l’histoire contemporaine de la démocratie française n’ait pas été traitée avec la même attention et la même profondeur que l’aventure de la démocratie post-dictatoriale en Argentine, ce qui aurait enrichi et renforcé davantage le propos du livre.

  • 5 Ariana Reano et Nuria Yabkowski approfondissent le populisme en Argentine dans leur article « L’eff (...)

8La quatrième partie du livre consiste en un « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » qui traite les résonances, sous-entendus et histoires différentes des mots politiques entre l’Argentine et la France. Comme le disent encore Merklen et Tassin : « Il faut avouer que nous nous sommes bien amusés à ne pas nous comprendre ou à nous mécomprendre, à découvrir toute une série de mésententes insoupçonnées et d’équivoques déroutantes derrière la traduction du vocabulaire politique d’un côté et de l’autre de l’Atlantique » (p. 17). Retraçant la riche histoire du mot « jacobinisme » en France et ses « voyages » de l’autre côté de l’Atlantique, comme jacobinismo, Martine Leibovici et Leonardo Eiff montrent comment les différentes traditions politiques des deux pays sont à l’origine de la divergence des connotations et d’accentuations. Si, en France, le jacobinisme évoque avant tout la centralisation administrative d’un État fort, l’unification des citoyens et l’uniformisation du territoire et de la population, en Argentine, le jacobinismo met plutôt l’accent sur l’avant-garde révolutionnaire d’en haut. Ces différences transparaissent aussi entre les termes populisme et populismo : en France, le populisme est entendu surtout comme une menace démagogique à l’ordre républicain tandis qu’en Argentine, populismo est une forme politique à part entière – l’histoire du péronisme est particulièrement déterminante à cet égard5. On peut encore citer quelques couples d’entrées du lexique : ciudadanía et citoyenneté, banlieue et conurbano, peuple et pueblo, SDF et persona en situación de calle, classes populaires et sectores populares, marche et marcha… Particulièrement fascinantes et riches, ces études bilingues, loin de se réduire à un simple travail de définition, partent de la volonté d’immerger les mots dans leur concrétude historique, dans leurs contextes et problématiques politiques. C’est un travail autant méthodologique que philosophique et historique, qui témoigne sensiblement de l’intérêt de regards croisés entre des traditions qui, de par leurs divergences, ouvrent la démocratie sur de multiples pistes.

9Les va-et-vient dans ce livre entre les disciplines, les mots politiques, les contextes nationaux et les sujets sociaux dressent une riche topologie de la démocratie contemporaine. Celle-ci apparaît comme une étoffe de tensions, de mouvements et de conflits qui n’est ni simplement maîtrisée par les institutions ni constitutive d’une société civile à gouverner, mais bien plutôt traversée par des citoyennetés agissantes et caractérisée par un espace public fragile et ouvert dont les possibilités et les destins ne peuvent être déchiffrés en avance.

Haut de page

Notes

1 Cf. Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.

2 Leonardo Eiff explore cette conception dans son article « Débats autour de la démocratie, de l’État et de la république : action politique et gouvernement populaire ».

3 Comme Étienne Tassin le développe dans « Conflits au cœur du politique, violence au-delà ? ».

4 Cf. par exemple Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris, La Découverte, 2013.

5 Ariana Reano et Nuria Yabkowski approfondissent le populisme en Argentine dans leur article « L’efficacité populiste : les relations entre populisme, démocratie et institutions ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anders Fjeld, « Denis Merklen et Étienne Tassin (dir.), La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29946

Haut de page

Rédacteur

Anders Fjeld

Docteur en philosophie politique. Chercheur post-doctoral (Move-In Louvain), Centre de recherche interdisciplinaire – Démocratie, institutions, subjectivité (CriDIS), Université catholique de Louvain. Chercheur associé au Laboratoire du changement social et politique (LCSP), Université Paris Diderot.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page