Navigation – Plan du site

Mireille Cifali, S’engager pour accompagner. Valeurs des métiers de la formation

Sébastien Bauvet
S'engager pour accompagner
Mireille Cifali, S'engager pour accompagner. Valeurs des métiers de la formation, Paris, PUF, 2018, 370 p., ISBN : 978-2-13-081036-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Préserver une intériorité. Éthique des métiers de la relation et S’éprouver en présence. Responsabi (...)

1Professeure honoraire en sciences de l’éducation de l’Université de Genève, et retraitée de l’université depuis 2010, Mireille Cifali, ancienne élève de Michel de Certeau, propose un recueil de textes publiés – et retravaillés – depuis une vingtaine d’années, qui porte sur l’accompagnement pédagogique. Découpé en quatre parties, ce livre – qui est le premier d’une série de trois volumes1 – prend la forme d’un essai tissé des réflexions, expériences et impressions qui ont jalonné la carrière professionnelle de l’auteure. S’appuyant également sur des auteur.e.s appartenant à plusieurs champs des sciences humaines et sociales et de la littérature, elle élabore son propos par le prisme de la démarche clinique, interrogeant du début à la fin les implications de l’engagement (un terme qu’elle dit ne jamais avoir vraiment utilisé) dans la transmission du savoir – ce dernier étant pensé non comme un capital mais comme un processus ouvert, où la relation à l’enseignant.e joue un rôle essentiel.

2La première partie est composée de deux articles traitant respectivement de la formation en milieu professionnel (1999) et de l’encadrement de recherche (2010). Mireille Cifali se saisit de la « rencontre » comme d’un élément fondamental de la transmission et rappelle que la dimension relationnelle de l’accompagnement n’est pas une contingence de la professionnalité, mais son facteur déterminant. S’inscrivant dans l’approche psychosociologique, défendant une « pédagogie de l’occasion » (p. 60) qui rend la relation humaine nécessaire à l’apprentissage, elle donne du sens aux difficultés (doutes, conflits) rencontrées tant par la personne qui encadre que pour celle qui est encadrée. On peut déjà noter que certaines parties du livre constituent un témoignage rare et intéressant, celui des réflexions et des émotions qui traversent l’accompagnement du point de vue professoral, et qui sont souvent invisibilisées par le besoin de « garder la face » dans les relations académiques. Un apport central de cette partie porte sur la notion d’autorité et sur la recherche d’une voie médiane entre scientisme et relativisme : l’auteure établit le principe – la « valeur » – de la « bonne » autorité qui, selon elle, « permet, sécurise, guide, est fiable, accepte les difficultés éprouvées, ne joue pas avec les faiblesses, n’a pas peur pour sa position, se sait compétente et ne se sent jamais menacée par les progrès d’un autre. Elle évite de promettre et de ne pas tenir son engagement, ne retient pas d’informations afin qu’un autre ne réussisse pas, rejetant la faute et provoquant de la culpabilité, brouillant les pistes, changeant d’humeur, déstabilisant pour garder le pouvoir » (p. 100). Ce passage fait devise.

3La deuxième partie contient trois textes (2006, 2004 et 2014) animés par une attention particulière à l’écriture dans le processus d’accompagnement. Alors que l’écriture demeure trop souvent rattachée au « pouvoir » des « théoriciens » et des « universitaires » (p. 196) dans les représentations collectives, l’auteure en fait un outil d’analyse des pratiques et cherche – implicitement – à travailler sa réappropriation par les personnes qu’elle accompagne. De la lecture de récits ouvrant les contenus de cours aux émotions, jusqu’à la construction de dispositifs d’enseignement impliquant pour les étudiant.e.s d’écrire « l’événement » à partir de leurs propres mots et schèmes pour les retravailler progressivement à l’aide des auteur.e.s – suscitant au passage leur lecture active –, Mireille Cifali donne à voir des pratiques pédagogiques orientées vers la mise en « mouvement » (p. 156) d’étudiant.e.s de plus en plus difficiles à impliquer dans les situations pédagogiques. Il s’agit non seulement de contribuer à la construction d’un savoir original, mais aussi de nourrir un engagement dans les postures et les démarches professionnelles, en accordant (enfin) une place véritable à la sensibilité. Par un jeu de miroirs, l’auteure active les mêmes leviers de motivation intrinsèque – sans faire référence à ce concept issu de la psychologie du développement – que ceux qu’elle décèle dans son propre rapport à la pratique.

4Regroupant quatre textes écrits entre 2011 et 2017, la troisième partie s’attèle aux microprocessus à l’œuvre dans la démarche de formation, en particulier les « débuts » et l’« étonnement ». Ce qui se joue dans les débuts mérite notre attention notamment parce que l’expertise présentée et les compétences attendues (par exemple) par l’enseignant.e ne se réduisent pas à la présentation neutre d’objectifs, mais constituent des épreuves : étudiant.e.s et enseignant.e.s doivent faire face aux peurs du bouleversement, de la méconnaissance, de l’incompétence. Mireille Cifali propose de s’emparer de ces séquences, d’en faire des d’opportunités pour inventer, réfléchir et adopter une posture de « naïveté critique ». Il ne s’agit pas d’éluder ses peurs mais de les étudier dans la perspective d’un nécessaire « travail sur les forces et faiblesses des idéaux » (p. 239). On comprend aussi que l’énergie réflexive consacrée à l’expérience des débuts contribue à limiter un autre risque, éloigné en apparence : l’enfermement dans une routine, qui peut mener à l’ennui. L’auteure nous invite à penser une posture qui (re)place autrui au cœur de l’activité : « Faire un geste pour la énième fois peut ennuyer […] Avec cet ennui, notre geste risque d’être brusque, même maussade. Alors que si nous sommes d’abord en lien avec cet autre à qui s’adresse notre geste, une répétition engage dans une relation singulière. Elle a la valeur d’un commencement, comme pour la première fois. Sans cela nos gestes deviennent mécaniques, vides de nous et de notre engagement. Même les gestes dits “techniques” auraient à garder ce goût du commencement » (p. 227)

5En ouvrant sa dernière partie sur un texte (2016) qui dévoile ses origines sociales et le rapport (social et psychologique) qu’elle entretient à son corps, l’auteure propose de nouveaux liens à la fois avec la sociologie et la littérature, sans perdre de son écriture intimiste. Elle avance pour elle-même l’hypothèse d’un « ethos de la maladresse » (p. 289) dont elle défend la valeur. Tout comme la peur, il faut accepter sa vulnérabilité plutôt que de la fuir. Ce chapitre contribue à prendre la pleine mesure de ce que signifie l’investissement dans la « position de transmission » (p. 290), comme forme singulière non pas de retournement du possible stigmate, mais de son ouverture, de son partage jusqu’à ce que la fragilité devienne légitime. Celle-ci est possible à travers le corps engagé, prolongé et amplifié par la voix qui « traduit le sensible, socle d’humanité » (p. 303). Cette voix, thème central du deuxième texte (2018) de la partie, apparaît comme une forte instance de transmission, à rebours de la neutralisation à l’œuvre dans les codes de l’enseignement universitaire. L’auteure s’étend longuement sur le rapport à sa voix, puis achève la partie sur un chapitre qui plaide plus franchement pour la conservation de la démarche clinique et l’apport de l’art (par le travail sur les émotions et les affects dont le rôle doit être repensé et valorisé, sans pour autant tomber dans la manipulation) dans les démarches et les dispositifs d’éducation et de formation. Mireille Cifali n’offre pas de conclusion – on peut imaginer qu’elle garde cet exercice pour le troisième tome – mais une « note d’écriture » (p. 337-348) qui vient éclairer les coulisses du montage de son œuvre (le style, les temporalités, l’écriture en tant que telle).

6La « forme » constitue une bonne entrée pour prendre du recul sur un ouvrage qui peut susciter trois légères frustrations latentes : d’abord, Mireille Cifali, dans son écriture, interroge et associe abondamment – au point que les séries de questions qui reviennent au fil des pages puissent parfois gêner la lecture – ; ensuite, si l’écriture ne se plie pas aux concepts (qui sont très peu présents au fil du texte), elle demeure parfois complexe et abstraite par son style littéraire (formation initiale de l’auteure et champ qu’elle mobilise régulièrement dans son travail) ; enfin, les exemples sont abordés avec des niveaux de profondeur inégaux et, pour stimuler pleinement l’intelligence, il manque des situations, pourtant valorisées tout au long de l’ouvrage. Ces quelques limites peuvent toutefois être abordées d’une autre manière et, d’une certaine façon, constituent en creux une leçon : parce que la transmission nécessite l’engagement du corps, parce que le doute constitue un élément fondamental de l’élaboration du savoir, et parce que l’éthique au cœur de la responsabilité pédagogique passe par la fiabilité plus que par l’infaillibilité et par l’acceptation d’une « solitude dans l’action » (p. 45) qui empêche de (se) faire croire à une méthode universelle de transmission, alors l’écriture, en tant que telle, peut assumer les circonvolutions d’un style personnel. Ainsi, Mireille Cifali soutient d’un même geste sensible, de cette même « poétique » qu’elle défend tout au long de l’ouvrage, les valeurs de la créativité et de la fragilité dans chaque instance de transmission – écrite comme orale.

Haut de page

Notes

1 Préserver une intériorité. Éthique des métiers de la relation et S’éprouver en présence. Responsabilités de l’enseignement sont à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Mireille Cifali, S’engager pour accompagner. Valeurs des métiers de la formation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29962

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Bauvet

Sociologue, responsable de recherche chez Article 1 / Frateli Lab, chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page