Navigation – Plan du site

La fabrique des mauvaises filles : une réponse à Jeanne Demoulin

Calvin Thomas Djombe
La fabrique des mauvaises filles
Calvin Thomas Djombe, La fabrique des mauvaises filles. La cité et la construction de la "féminité déviante", Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2018, 182 p., ISBN : 978-2-343-14161-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Je me sens plutôt honoré que vous ayez eu autant d’intérêt pour mon travail et particulièrement pour cette publication qu’est La fabrique des mauvaises filles. La cité et la construction de la féminité déviante.

2Votre analyse est très digne d’intérêt. Par contre, j’ai noté de petits points d’incompréhension sur lesquels il convient pour moi de revenir. Par exemple, lorsque vous affirmez : « C’est alors contre cet étiquetage que s’organise largement le travail des éducateurs ». Je me pose la question de savoir où en est l’action des jeunes filles elles-mêmes. Il n’est pas question de laisser aux autres la capacité de sortir ces filles de cet espace emprisonnant. Ce serait nier leur capacité d’action, leur prise de conscience et surtout leur liberté. Pour preuve, ce ne sont pas toutes les filles que rencontrent les éducateurs. Il y en a, et heureusement c’est le plus grand nombre, qui n’ont pas besoin de l’action des éducateurs pour s’en sortir. De même que le livre ne se concentre pas sur « les expériences de l’auteur en tant qu’éducateur », loin de là, mais sur des interrogations philosophiques et sociologiques nées alors que cet auteur vivait et évoluait lui-même dans ce type d’environnement. Ces diverses interrogations se sont renforcées à partir du moment où il a eu à rencontrer ce type de jeune fille dans le cadre de son travail d’éducateur dont a émané la prise de conscience qu’il s’agit d’un problème pour les principales concernées.

3Vous m’accusez d’être « vague sur le corpus ». Mais est-il impératif de désigner radicalement chaque environnement d’enquête où je me suis rendu ? Si tel avait été le cas, avec la disparité des problèmes auxquels j’y ai fait face, il aurait fallu alors recenser chaque espace et en indiquer les spécificités. Or, ces enquêtes et leurs résultats peuvent bien s’appliquer ailleurs ou pas du tout. De même qu’il pourrait y avoir des variations d’un lieu à un autre. D’où le fait que cette étude constitue juste une base servant à ouvrir le domaine d’exploration de la prééminence de la culture dans l’organisation de la vie des familles immigrées. Par conséquent, il est un peu exagéré de parler de « flou ».

4Peut-être que la cité et les jeunes filles n’ont pas été éclaircies comme concepts fondamentaux. Mais est-ce indispensable lorsqu’il s’agit de catégories sociales connues de tous, et surtout scientifiquement abordées de long en large ? Surtout que dans le texte, à certains endroits, le terme « adolescentes » est plusieurs fois utilisé à la place de « jeunes filles ». À moins que vous insistiez sur la propension sociologique des chiffres à laquelle je me suis abstenu ?

5À la lecture de la dernière phrase du paragraphe 5 (« Il ressort de l’ouvrage une impression étrange […] de la même manière »), j’ai peur que vous ayez promené un regard distrait sur l’ensemble de l’ouvrage. Le choix d’une catégorie sociale ou d’un groupe d’individus ne pourrait en aucun cas signifier que l’auteur ramène l’ensemble de la société à cet unique groupe. À moins que vous ayez omis (cf. p. 55) que la distinction des familles a bien été faite et affirmée de manière claire.

6Les jeunes filles dont vous parlez au paragraphe 6 ne sont pas considérées comme condamnées d’emblée par leur statut de femmes ; il n’est pas question de fondre leur existence dans une négativité absolue. Bien au contraire, dans une analyse comparative aux garçons, dont la vie se réduit souvent à rester sous les porches, elles sont présentées comme étant plus battantes, ayant des capacités et des compétences qu’elles développent en vue de réaliser une transcendance autonome de leur situation (cf. p. 138 à 144). C’est le prélude au « s’en sortir » qui émane du choix des sorties permanentes de leur environnement habituel. La volonté de s’en sortir, cette force nerveuse, constitue l’unique capital dont elles tirent leur vie et un espoir, de même qu’une possibilité de reconstruction de soi. Donc elles se battent en sortant ; simplement, il était évident d’aborder aussi l’accueil que leur réserve la société par rapport à la création de relations, et en rapport à l’impact sur leur mode d’être. Celle-ci déploiera à son tour des formes d’instrumentalisation qui ouvrent au développement d’une identité apocryphe à laquelle ces jeunes filles doivent encore résister.

7Dans le cadre des immigrés, la culture implique des paramètres et mécanismes extrêmement complexes. Certains choix culturels imposés par une forme de « surveillance paternaliste » fonctionnent comme un appareil corrosif de la déconstruction identitaire à travers l’édifice mythique et autoritaire du traditionalisme par lequel ils tendent à museler les jeunes filles. C’est pourquoi la posture culturaliste constitue un choix de l’auteur et qui est loin d’être anodin, parce qu’ainsi affirmée la culture détermine à son tour une autorité symbolique qui sera à la base de nombreux problèmes auxquels elles vont faire face. Je vous invite à aller sur le terrain, à entrer en contact avec ces familles dont vous ignorez sûrement les modes de vie. Le simple aspect décoration du domicile éveillera en vous la conscience de la place de la culture dans la vie de ces familles, et surtout les modèles éducatifs qui président à l’organisation générale de la structure familiale.

8Votre conclusion (« on ne peut donc […] ou intervenir auprès d’elles »), me donne l’impression que vous prodiguez des conseils ou donnez une leçon – à moins que je me trompe. Néanmoins, bien que conscient d’avoir reconnu et affirmé cette diversité, je vous en remercie et veillerai à en tenir compte lors de mes prochains écrits, en cas de nécessité.

  • 1 Cf mon livre : Cultures viriles et identité féminine. Essai dur le genre en Afrique subsaharienne, (...)

9Mon problème dans ce texte, que vous avez ignoré de part en part, est essentiellement philosophique, et c’est le souci d’objectivité qui m’aurait contraint à glisser vers la sociologie et le domaine éducatif. Abordant la question du genre, et particulièrement celle de l’identité féminine1, il fallait ici examiner les facteurs in situ qui président à sa construction, ou du moins qui en favorisent l’émergence consciente et la mise en place. Il était impossible d’aborder cela sans des descentes sur le terrain en vue de toucher du doigt la réalité de la vie de ces jeunes filles, de la vivre au quotidien et en leur présence. Il s’est agi de voir comment elles parviennent à recouvrer leur identité féminine après avoir été amputées de la réalité de leur être féminin, d’un univers où la féminité ne pouvait s’exprimer que dans son ersatz. Et les conclusions sont elles aussi philosophiques, parce qu’en se projetant et en entrant dans la société, elles constatent et prennent conscience qu’il s’agit exactement du lieu où cette identité pourrait se manifester dans son authenticité ou encore se (re)construire.

10Le but de la dernière partie consiste à affirmer la nécessité d’une refiguration politique du social qui en fait déploie une forme d’individualisme anarcho-sadique dans lequel elles ne se retrouvent plus de la même manière que dans la cité. D’où l’affirmation d’une possibilité d’incorporation asymétrique. Il y a donc une dialectique, mais elle n’est pas achevée, parce que ce monde nouveau est un univers de l’extériorité mais aussi de la superficialité. Dès lors, les conditions sociales m’ont obligé à constater que les possibilités du progressisme positiviste que je voulais affirmer au départ ne sont pas réelles. Je me suis par conséquent plié au diktat de l’expérience.

11Ce projet, philosophique au départ, n’aurait pu se réaliser sans enquêtes (trois ans), sans une descente sur le terrain. Le but était d’éviter la pure spéculation. Comme vous avez pu le constater, la méthode est parfois sociologique, parfois anthropologique ou philosophique (en respect à ma formation de base). J’ai ainsi évité de sombrer dans l’ultra-unilatéralisme qui prône l’univocité du déploiement de chacune des disciplines des sciences humaines et sociales.

12En vous remerciant de votre intérêt.

Haut de page

Notes

1 Cf mon livre : Cultures viriles et identité féminine. Essai dur le genre en Afrique subsaharienne, L’Harmattan, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Calvin Thomas Djombe, « La fabrique des mauvaises filles : une réponse à Jeanne Demoulin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 janvier 2019, consulté le 21 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/29975

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page