Navigation – Plan du site
Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir

Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir

Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Bibliothèque du Mauss », 2019, 122 p., ISBN : 9782356876171.
Notice publiée le 07 janvier 2019

Présentation de l'éditeur

Ceux qui utilisent la notion de « post-vérité » considèrent que le monde est entré dans une nouvelle ère au cours des années 2000 : l’empire des fake news. Cette ère se caractérise selon eux par la multiplication des contre-vérités outrancières professées par les dirigeants politiques (séquence inaugurée par le flacon de Colin Powell) et par l’indifférence des peuples à l’égard de la vérité. Extrémisme, complotisme et populisme seraient les preuves irréfutables que la vérité est en train de s’éroder.

Faut-il croire cette analyse ? Pas selon Manuel Cervera-Marzal.

En retraçant la généalogie de cette notion, ce livre soutient une thèse forte : cessons de craindre l’avènement de la « post-vérité ». Car la première vertu d’un citoyen est de savoir mentir, de déformer la réalité afin de la transformer. Et si la post-vérité – et son frère jumeau : le populisme – ne constituaient pas une menace pour la démocratie mais, au contraire, la possibilité de sa régénération ?

Haut de page

Auteur

Manuel Cervera-Marzal

Manuel Cervera-Marzal est philosophe et sociologue, chargé de recherches au FNRS (Belgique) et post-doctorant à l’Université d’Aix-Marseille. Il est l’auteur de six ouvrages, parmi lesquels Pour un suicide des intellectuels (Textuel, 2016) et Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ? (Bord de l’eau, 2016). Il mène actuellement une étude comparée de trois partis politiques européens : Podemos, la France Insoumise et le Parti du Travail de Belgique.

Haut de page