Navigation – Plan du site

Isabelle Coutant, Simeng Wang (dir.), Santé mentale et souffrance psychique ? Un objet pour les sciences sociales

Elsa Vivant
Santé mentale et souffrance psychique
Isabelle Coutant, Simeng Wang (dir.), Santé mentale et souffrance psychique. Un objet pour les sciences sociales, Paris, CNRS, 2018, 415 p., préf.Richard Rechtman, ISBN : 978-2-271-08946-5.
Haut de page

Texte intégral

1Une personne sur quatre souffre, a souffert ou souffrira d’un trouble de santé mentale. Suite à ce rappel, ce livre collectif propose, à travers une vingtaine de contributions, un panorama des manières dont est pensée l’articulation entre le social et l’intime, qu’il s’agisse de la construction des cadres disciplinaires des sciences sociales, de l’analyse critique des institutions psychiatriques, de la compréhension des rapports de force internes au champs de la santé mentale, de la dimension sociale des troubles psychiques, de la place des usagers et de la réflexivité des professionnels. Structuré en trois parties, le livre revient d’abord sur les apports des sciences sociales à la compréhension des enjeux de santé mentale (et vice versa) puis, par des contributions mobilisant des recherches récentes, sur les transformations contemporaines du champ, et enfin sur les situations vécues par ceux qui souffrent.

2L’expression des troubles psychiques est le reflet des sociétés et renvoie aux conditions sociales de la souffrance psychique. Christian Baudelot et Roger Establet rappellent que le suicide, expérience intime s’il en est, est un aussi un fait social. Sa variabilité est un analyseur de la société et des contraintes que la réalité sociale fait peser sur les individus et leurs actions. Signe de la destruction des cadres traditionnels de socialisation et de l’anomie pour Durkheim, la prévalence du suicide dans les sociétés modernes témoigne, pour d’autres auteurs, de la difficulté à se comporter dans un nouveau cadre normatif dominé par les lois du marché et de l’injonction à l’autonomie. Michel Gollac revient sur les suicides sur les lieux de travail, qui mettent au jour les formes de souffrance au travail que génère la transformation des mondes professionnels. Didier Fassin considère pour sa part les suicides en prison, qui signalent le sentiment d’indignité et de démesure de la peine par les personnes incarcérées. En miroir de cet intérêt que les sciences sociales portent à la santé mentale, la dimension sociale et culturelle de l’expression des troubles psychiques a conduit les psychiatres à s’intéresser à l’ethnographie pour identifier des facteurs culturels du psychisme individuel, comprendre le sens social qu’une société donnée attribue à un trouble psychique et ses pratiques traditionnelles de guérison (Richard Rechtman). Mais pour éviter les risques d’ethnicisation qui ont conduit, par exemple, à sur-diagnostiquer certains troubles au sein de la population noire au États-Unis, il convient de replacer l’expression d’une souffrance psychique dans la trajectoire de l’individu et son contexte sociohistorique, comme le proposent Francine Muel-Dreyfus et Simeng Wang dans leurs contributions. Les souffrances des migrants articulent différents enjeux qui dépassent la question des différences culturelles. L’hétérogénéité de leurs trajectoires se reflète dans l’expression de divers troubles : le déracinement de l’exilé politique, les désillusions de la migration clandestine, le sentiment d’abandon des enfants restés au pays, le décalage conflictuel entre normes matrimoniales et aspirations individuelles. L’émigré/immigré est toujours déplacé, par rapport à la fois à sa société d’origine et à sa société d’accueil ; il doit négocier son statut, là-bas comme ici, et composer avec des normes sociales et des attentes parfois antagonistes.

3Le traitement institutionnel de ce qui est identifié comme relevant de la maladie mentale est le révélateur des normes et des modalités de contrôle social, formel et informel. L’analyse des pratiques en psychiatrie a contribué à l’élaboration de théories sociales sur les institutions totales, le gouvernement des conduites et la construction sociale des troubles et déviances, comme le rappellent plusieurs encadrés consacrés à divers auteurs comme Michel Foucault, Erwin Goffman ou Robert Castel. Dans les années 1960, la critique intellectuelle de la psychiatrie l’identifie comme une institution de contrôle social, dont le pouvoir s’exercerait au sein d’institution totale en vue de produire de nouvelles formes de subjectivité, par la normalisation et la transformation des comportements des individus. Les charges radicales dont la psychiatrie fait l’objet alimentent différents mouvements de réforme. La création d’instances consultatives d’éthique et d’encadrement de l’exercice de la contrainte questionne les pratiques professionnelles en psychiatrie, entre légitimation et régulation (Livia Velpry et Benoit Eyraud). Nicolas Henckes montre que l’hôpital n’est plus le seul espace de soin ; de nombreux lits d’hospitalisation sont fermés au profit d’une prise en charge ambulatoire dans des structures de soin plus petites et intégrées à l’espace de vie des patients. Porteuse d’un espoir de transformation sociale, la sectorisation de l’offre de soin se heurte aux effets de l’austérité budgétaire, au risque d’une crise du programme institutionnel de la psychiatrie. Par ailleurs, la baisse du nombre de personnes hospitalisées est concomitante de la hausse des incarcérations. Ces deux phénomènes sont indépendants, mais la pénalisation de certaines formes de déviance (notamment liées à l’usage de drogue) conduit vers la prison des individus dont la situation relèverait davantage d’une prise en charge médicale. S’il est difficile de distinguer les troubles préexistants à l’enfermement de ceux qui apparaissent en cours de détention, la souffrance psychique et les troubles de santé mentale sont bel et bien surreprésentés en prison, comme le rappelle Didier Fassin.

4L’évolution des pratiques thérapeutiques, des modes de légitimation des interventions des soignants et des modes de catégorisation des comportements reflète les enjeux politiques et les rapports de pouvoir propre à ce champ. La psychanalyse a été très importante dans la formation des élites intellectuelles des années 1960, en particulier pour une génération de psychiatres, contribuant à l’expérimentation de nouvelles modalités de prise en charge et de relation soigné-soignant. Mais l’évolution de son paysage doctrinal et son morcellement entre plusieurs écoles de pensée alimentent les controverses et les velléités régulatrices du législateur (Maïa Fansten). Comme le souligne Nadia Garnoussi, dans le même temps les offres de travail sur soi se diversifient, les pratiques de soin se muent en techniques que chacun peut arranger pour bricoler sa propre thérapie. Pour Baptiste Moutaud, e champ de la santé mentale a été bouleversé par l’apparition des traitements médicamenteux et la diffusion des pratiques diagnostiques qui identifient et classifient les troubles selon les symptômes (et non les causes). La biologisation des troubles psychiques par les neurosciences, dont l’objet est d’identifier et d’objectiver les fondements neuronaux des émotions, des comportements et des troubles psychiques, contribue à reconfigurer la hiérarchie des savoirs et des catégories cliniques, en termes neurochimiques et non plus psychologiques. Elle conduit à une conception physiologique de la maladie sans prise en considération du contexte et de l’environnement du patient. Or, Stéphanie Pache montre que l’identification des troubles psychiques est aussi socialement construite et contribue à la perpétuation de préjugés (de classe, de race et de genre). Si les catégories diagnostiques sont a priori neutres, elles se réfèrent à des normes de comportement socialement situées, ce qui expliquerait la différence diagnostique entre les catégories sociales, raciales et de genre. L’identification d’un trouble de santé mentale peut aussi résulter de l’intérêt des groupes industriels pour créer de nouveaux marchés, comme l’analyse Jean-Paul Gaudillière. Les modèles d’innovation ayant cours dans l’industrie pharmaceutique se caractérisent par la pratique du screening, c’est-à-dire la synthèse de nouvelles molécules testées en laboratoire pour identifier leur potentialité clinique, puis le déploiement du marketing pour comprendre les comportements des patients et médecins et mobiliser les résultats de la recherche dans l’argumentaire promotionnel destiné à les influencer. Ces pratiques conduisent à une extension des catégories nosographiques visant à créer un besoin et à augmenter la taille du marché d’une nouvelle molécule. Ainsi la pathologisation de la tristesse ordinaire sous la notion de dépression cachée est-elle concomitante avec la mise sur le marché d’un nouveau médicament.

5Les discours et pratiques en santé mentale influencent les individus, leur manière de se penser eux-mêmes et leurs relations aux autres. La souffrance psychique nourrit des revendications pour la montée en puissance de l’usager et des familles dans la redéfinition du cadre de la relation entre soignants et soignés (Aude Béliard et Jean-Sébastien Eideliman). Face à la psychologie, les neurosciences sont mobilisées par certaines associations de patients ou de familles pour faire changer les modalités de prise en charge, revendiquer l’accès au droit et à l’inclusion sociale, et redéfinir les causes mêmes du trouble. Certains patients se réapproprient les savoirs médicaux pour s’opposer à la pathologisation de leur condition et revendiquer la reconnaissance de la neurodiversité, c’est-à-dire d’une identité nouvelle marquée par un fonctionnement neurobiologique spécifique. Le cas des familles d’enfants autistes étudié par Brigitte Chamak, rappelle toutefois que, si la déculpabilisation et la demande de participation au choix thérapeutiques et aux décisions médicales sont des revendications largement partagées, les formes que ces transformations doivent prendre et les activités de lobbying elles-mêmes sont socialement situées. Dans un contexte d’austérité, les aidants sont encouragés à devenir les professionnels du trouble psychique de leur proche, en particulier les personnes à faible revenus qui ne peuvent déléguer ce rôle à de vrais professionnels.

6Par la rencontre radicale avec l’altérité, la psychiatrie demeure un laboratoire de la pensée politique et sociale. En filigrane, ce livre met aussi en lumière la réflexivité des professionnels de santé mentale, qu’il s’agisse de leur capacité à analyser leur propre trajectoire biographique et professionnelle (dans l’analyse des récits de vie d’éducateurs spécialisés rencontrés par Francine Muel-Dreyfus), à questionner leur propres pratiques (en posant le consentement au soin comme élément de la relation de soin, comme le font Livia Velpry et Benoit Eyraud), à faire entrer d’autres acteurs dans la relation thérapeutique (comme les familles et les intervenants sociaux), à transformer leurs institutions (par le déploiement de démarche de psychothérapie institutionnelle) et à résister au rôle de maintien de l’ordre social qui leur est parfois délégué (par le refus de la pathologisation des déviances juvéniles qu’a observé Isabelle Coutant). Se pose alors en miroir la question de la capacité du sociologue à comprendre l’expérience même du trouble psychique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Vivant, « Isabelle Coutant, Simeng Wang (dir.), Santé mentale et souffrance psychique ? Un objet pour les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 janvier 2019, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30093

Haut de page

Rédacteur

Elsa Vivant

Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Est Marne-la-Vallée.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page