Skip to navigation – Site map

Eric Cline, Trois pierres c’est un mur… Une histoire de l’archéologie

Nicolas Méra
Trois pierres c'est un mur...
Eric H. Cline, Trois pierres c'est un mur... Une histoire de l'archéologie, Paris, CNRS, 2018, 442 p., trad. Jacques Dalarun, ill. Glynnis Fawkes, ISBN : 978-2-271-11910-0.
Top of page

Full text

1Longtemps confondus avec les pilleurs de tombes, les aventuriers-explorateurs et les chercheurs de trésors, les archéologues s’en distinguent pourtant en leur qualité de professionnels méticuleux et soucieux de protéger un patrimoine qui appartient à tous. C’est ce que souligne Eric Cline dans cet ouvrage qui revient sur plus de deux siècles de recherches archéologiques. Il y dissèque la discipline scientifique relativement récente qu’est l’archéologie, couche sur le papier sa genèse, ses grandes découvertes, ses errements et ses enjeux d’avenir. Le sujet est donc dense, mais l’auteur s’en acquitte avec sobriété et synthèse, à grand renfort de vulgarisation historique.

  • 1 Eric Cline, Biblical Archaeology: A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2009.
  • 2 Eric Cline, 1177 B.C.: The Year Civilization Collapsed, Princeton, Princeton University Press, 2014 (...)

2Fort de quarante ans d’expérience sur divers sites de fouilles archéologiques, notamment en Grèce, en Israël et au Liban, Eric Cline signe ici son dix-septième ouvrage. Originellement paru en 2017, sa traduction française fait suite en 2018 à celles de deux autres ouvrages, déjà traduits en 2015 : Introduction à l’archéologie biblique1 et 1177 avant J.-C. : Le jour où la civilisation s’est effondrée2. De son propre aveu, l’auteur s’adresse ici à ses lecteurs comme à des novices en archéologie, visant avant tout à transmettre sa passion du sujet. Plus qu’une discipline académique, il y voit une responsabilité : « chacun peut donner de la voix pour […] défendre le legs que nous avons reçu du passé » (p. 16), assure-t-il.

3Cet ouvrage constitue avant tout un itinéraire sur les plus grands chantiers de l’archéologie. Le lecteur y explore les sépultures de la vallée des rois, chemine parmi les ruines de Pompéi, figées dans la cendre et le temps, scrute des temples mayas et déchiffre les manuscrits de la mer Morte. Au fil d’une chronologie s’étalant sur plusieurs milliers d’années, il remonte le cours du temps depuis les balbutiements de la civilisation sur les rivages du Croissant fertile jusqu’aux découvertes fracassantes du Nouveau Monde. Chaque chapitre circonscrit un contexte historique particulier et une situation géographique propre, que l’auteur détaille dans son exhaustivité tout en rappelant le rôle des archéologues pionniers qui ont fait avancer – ou non – la science sous leurs coups de pioche.

4Ce faisant, Eric Cline offre une première initiation à la profession d’archéologue : il explicite les fondamentaux de la discipline que sont les techniques de datation, de même que l’art de la fouille et ses outils. En effet, si l’on imagine toujours les archéologues armés de pinceaux et de brosses à dents (ce qui est bien le cas en pratique sur le terrain), leur champ d’investigation n’échappe pas au progrès, comme en témoignent des technologies telles que la muographie, la télédétection, ou encore la thermographie. L’auteur en profite alors pour tordre le cou à l’idée reçue que ces scientifiques aguerris ne seraient autres que des Indiana Jones des temps modernes. Il concède certes que l’archéologique côtoie parfois la mythologie, avec des fouilles venues étayer par exemple les épisodes légendaires de la Guerre de Troie ou du Déluge biblique, mais tout en fustigeant les médias sensationnalistes et les pseudo-archéologues qui convoquent des entités extraterrestres et des forces surnaturelles pour expliquer des faits historiques.

5Par ailleurs, l’auteur fait l’effort salutaire de redonner vie aux décors des sites explorés. Il fourmille de précisions – parfois techniques – sur l’environnement, les matériaux, les reliques mises au jour et le style de vie des peuples qui les ont façonnés. Ainsi le mythe s’efface-t-il au profit de la réalité des faits, comme le souligne ce passage consacré à l’Antiquité gréco-latine : « s’asseoir dans le théâtre où s’assit Euripide, se tenir dans la prison de Socrate, visiter le temple d’Apollon où devisèrent l’oracle delphique et les envoyés de Crésus, courir sur le stade d’Olympie : c’est l’archéologie qui a permis à ces rêves de devenir réalité » (p. 202).

6Derrière cette cartographie détaillée, voire parfois même un tantinet indigeste, Eric Cline témoigne aussi de ses inquiétudes quant à l’avenir de la profession et au sort réservé aux Antiquités. Certains tristes faits d’actualité – notamment la destruction de collections muséales en Syrie et dans d’autres pays du Moyen-Orient – rappellent que l’histoire est un véritable levier idéologique. La détruire, c’est non seulement effacer un passé commun, et donc une identité partagée, mais aussi empêcher la reconstruction de la mémoire collective. À cet égard, l’auteur revient également sur le cas inverse du dictateur italien Benito Mussolini, auto-proclamé Romain par-dessus tout, qui contribua dans les années 1920 à extraire de nombreux vestiges de l’Antiquité, comme le forum de César ou le Cirque Maxime, pour marcher sur les traces des empereurs du passé et se draper de la gloire de la Rome antique. À ses yeux, il s’agit là de reconstructions idéologiques, qui fort heureusement se font de plus en plus rares : « on constate aujourd’hui un effort concerté, parmi les archéologues, pour éviter de céder à l’influence du nationalisme ou à des sentiments de ce genre » (p. 217). Mais d’autres menaces que ces actions idéologiques planent selon l’auteur sur l’avenir de l’archéologie : les pillages alimentant un marché de l’antiquité souterrain et débridé, la prolifération de théories farfelues soutenues par des pseudo-scientifiques, et l’appât du tourisme facile qui conduit sur certains sites à bâcler les projets de valorisation archéologique.

7Pour contrer ces fléaux grandissants, Eric Cline encourage tout un chacun à s’impliquer davantage dans la recherche archéologique, s’agissant aussi bien des acteurs – archéologues, volontaires, bénévoles, étudiants, pouvoirs publics – que des consommateurs de contenus historiques. Selon lui, « au fond, l’archéologie ressemble à un orchestre symphonique, qui donne le meilleur de lui-même quand chacun y joue sa partition avec cœur » (p. 230). De quoi susciter des vocations ?

Top of page

Notes

1 Eric Cline, Biblical Archaeology: A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2009.

2 Eric Cline, 1177 B.C.: The Year Civilization Collapsed, Princeton, Princeton University Press, 2014 (compte rendu de Ramses Delafontaine pour Lectures disponible en ligne : https://journals.openedition.org/lectures/20004).

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Méra, « Eric Cline, Trois pierres c’est un mur… Une histoire de l’archéologie », Lectures [Online], Reviews, 2019, Online since 10 January 2019, connection on 16 January 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30134

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page