Skip to navigation – Site map

Stephen P. Turner, Cognitive science and the social. A primer

Samuel Coavoux
Cognitive science and the social
Stephen P. Turner, Cognitive science and the social. A primer, New York, Routledge, 2018, 238 p., ISBN : 9780815385691.
Top of page

Full text

1Les sciences sociales ne peuvent ignorer l’avancée considérable, ces dernières décennies, des sciences cognitives. Les deux ensembles de disciplines partagent un même objet : la compréhension du comportement humain. Mais alors que les sciences cognitives s’efforcent à ouvrir la boite noire du cerveau, l’esprit étudié par les sociologues demeure impénétrable. C’est là le point de départ de l’ouvrage de Stephen Turner. S’il a pour ambition de faciliter la « mise à niveau » des praticiens des sciences sociales soucieux de prendre la mesure de l’impact des sciences cognitives sur la théorie sociale, le livre ne s’apparente pourtant pas à un manuel ou à une introduction. Il est particulièrement difficile d’accès, pour plusieurs raisons qui ont trait à la fois à la complexité de son objet – et à la grande incertitude du savoir humain en la matière – et à ses aspects formels. En effet, l’ouvrage est particulièrement confus. Son raisonnement est difficile à suivre, du fait notamment de l’absence de synthèses partielles : ni l’introduction, ni la conclusion ne résument l’ouvrage, et chaque chapitre se concentre sur un ou plusieurs problèmes sans rappeler leur place dans l’économie générale de l’ouvrage. Il intéressera cependant les spécialistes de théorie sociale curieux des avancées des sciences cognitives.

  • 1 Voir la critique récente de l’économie comportementale : Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dub (...)

2Turner propose une vision d’ensemble bien plus générale que celle des usages sociologiques classiques des sciences cognitives, ceux de la théorie de l’action rationnelle. Celle-ci il insiste en effet sur la mise en lumière des « biais » du raisonnement humain, afin d’expliquer les décalages entre ce que prédit un modèle d’action rationnelle et les observations empiriques1. Turner a lui pour ambition de questionner plus généralement la théorie de l’action, ce qui le conduit à critiquer le fondement même de l’action rationnelle, le modèle qu’il appelle « croyance-désir » (belief-desire), « psychologie populaire » (folk-psychology) ou encore la « bonne vieille théorie de l’action » (Good old-fashioned action theory). Celle-ci considère que l’action humaine est causalement liée à un état cognitif, l’intention : je souhaite faire quelque chose (parce que c’est mon intérêt, ou parce que je crois à tort que c’est mon intérêt, ou encore parce que cela correspond à ma croyance), d’où il suit que je déclenche cette action.

3L’une des principales idées directrices défendues par Turner est que les sciences cognitives mettent en évidence une capacité humaine fondamentale pour les sciences sociales : l’empathie ou la compréhension, c’est-à-dire la capacité à comprendre l’action d’autrui. Or, cette capacité prend justement la forme de la « psychologie populaire ». Comprendre une action, c’est lui attribuer une cause cognitive, c’est-à-dire la rapporter à un état mental, une intention ou une croyance de l’acteur. De ce point de vue, il faut considérer la psychologie populaire moins comme une théorie que comme un outil cognitif : il n’est pas question de savoir si elle est vraie ou fausse, mais de comprendre qu’elle nous est utile au quotidien pour agir en société. Turner affirme rejoindre ici Max Weber et propose de nommer « bulle du Verstehen » (Verstehen bubble) l’ensemble des activités humaines dont il nous est possible de rendre compte avec cette capacité d’empathie. En somme, l’erreur consisterait à croire que la façon dont nous rendons les comportements humains compréhensibles constitue un modèle décrivant effectivement l’action humaine. L’ouvrage développe longuement les fondements cognitifs de cette empathie, notamment les neurones miroirs (le fait que l’observation de l’action d’autrui active les mêmes zones du cerveau que la réalisation de cette action).

4Les différents paradigmes de la théorie de l’action sont ancrés plus généralement dans des théories du social. Pour Turner, les paradigmes principaux des sciences cognitives recoupent les oppositions entre les paradigmes de théorie sociale. Il distingue dans les deux cas un modèle standard et un ensemble de modèles alternatifs. Le modèle standard peut être décrit comme une approche computationnaliste de la cognition et correspond à l’approche hobbesienne de la société. – – Les modèles alternatifs, qui proposent une perspective externaliste de la cognition, correspondent aux approches de la société que Turner qualifie d’interactionnistes. Revenons sur ces oppositions. Le modèle standard des sciences cognitives peut être désigné comme computationnaliste et modulaire. Il considère le cerveau comme un ordinateur capable de traiter de l’information et de produire des réponses en retour. La cognition explicite – la réflexion – part d’informations acquises par les sens, les analyse et en tire des conclusions. Mais un tel modèle ne saurait décrire l’ensemble de notre cognition : il postule une puissance de calcul phénoménale pour traiter en parallèle tous les processus cognitifs nécessaires à la vie humaine, comme le montre l’importance de la puissance informatique nécessaire pour les modéliser informatiquement. La solution au problème de la vitesse de calcul proposée par le modèle standard réside dans l’existence de modules spécialisés : il y aurait dans notre cerveau des « processeurs » spécialisés dans certaines tâches spécifiques, comme l’orientation, la reconnaissance des visages, ou encore le langage. Ceux-ci permettent une cognition pré-réflexive.

5Le « modèle standard » qui prétend expliquer le fonctionnement de la cognition ne fait pas consensus. Pour Turner, il est seulement plausible mais n’est pas démontré : il repose principalement sur le fait que les recherches qui mobilisent l’imagerie par résonance magnétique ont mis en évidence une différenciation des zones d’activité du cerveau en fonction des tâches réalisées. Par ailleurs, il pose un certain nombre de problèmes. Turner insiste sur l’un d’entre eux, la diversité cognitive, mise en évidence par les sciences sociales. En effet, le modèle postule que les capacités cognitives sont universelles, car les modules cognitifs ne peuvent être que le produit de l’évolution, forgés durant des millions d’années. Or, certaines capacités cognitives ne sont pas universelles, dans la mesure où elles varient d’une culture à l’autre. Un exemple classique est celui de la langue. La rapidité avec laquelle les enfants acquièrent le langage à partir de stimuli faibles incite Noam Chomsky à penser que cette capacité n’est pas tant apprise qu’activée. Mais quid, alors, de la diversité des langages ? La perspective de Chomsky n’a toujours pas dégagé de consensus quand à une structure universelle du langage. Plus généralement, le fait que le modèle standard ignore la diversité cognitive limite l’application directe de ce modèle dans les recherches de sciences sociales.

6Turner présente donc des théories alternatives au modèle standard qui prennent en compte la diversité de la cognition humaine. Ces théories sont cependant moins des modèles complets que des ensembles de perspectives plus ou moins intégrées. Elles réintègrent l’idée que certaines capacités cognitives ne sont pas pré-codées mais soit apprises, soit externalisées. En effet, par rapport au modèle standard, internaliste (toute la cognition se fait dans le cerveau), les approches alternatives sont souvent externalistes. Les dispositifs sociaux et techniques qui proposent des affordances, c’est-à-dire qui donnent des capacités d’action, doivent alors être considérés comme des organes de cognition. Ces théories correspondent, écrit Turner, à deux conceptions de la société. La première est hobbesienne : le modèle standard des sciences cognitives renvoie à cette vision considérant l’individu comme l’unité fondamentale de la société, et le contrat comme l’interaction fondamentale. La seconde est « interactionniste », sans que Turner explicite ce que signifie ce terme dans ce contexte.

7L’ouvrage réinterprète alors un certain nombre de questions empiriques des sciences sociales à l’aune de ces théories : le langage, la morale, mais aussi les inégalités sociales. Les écarts de charge cognitive qui touchent différents groupes sociaux constituent un exemple parlant. Turner évoque les inégalités raciales aux États-Unis. Un certain nombre d’actions pour lesquelles la majorité blanche peut s’appuyer sur une cognition rapide, pré-réflexive, demandent aux minorités une cognition lente, réflexive. Par exemple, payer par chèque ou carte de crédit expose une personne racisée à anticiper le risque de se voir demander plus de garantie, le risque d’être accusé de fraude, ou de se voir refuser une transaction. Ces risques l’obligent par conséquent à tenir un raisonnement conscient, coûteux en termes cognitifs, alors qu’un membre de la majorité blanche, pour qui ce risque est moindre, peut simplement ne pas y penser et laisser agir des processus cognitifs pré-réflexifs.

8Turner prévient dès l’introduction que Cognitive science and the social pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. L’ouvrage recèle en effets de pistes passionnantes, à défaut de proposer une route principale suffisamment droite, et sa lecture, pour ardue qu’elle soit, est particulièrement stimulante.

Top of page

Notes

1 Voir la critique récente de l’économie comportementale : Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Étienne Nouguez, Olivier Pilmis, Le biais comportementaliste, Paris, Presses de Sciences Po, 2018 : compte rendu de Marion Clerc pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/29593.

Top of page

References

Electronic reference

Samuel Coavoux, « Stephen P. Turner, Cognitive science and the social. A primer », Lectures [Online], Reviews, 2019, Online since 11 January 2019, connection on 16 January 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30139

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page