Navigation – Plan du site

Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi, Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales

Gaspard Sénéchal
Mondes ruraux et classes sociales
Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi, Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2018, 265 p., ISBN : 978-2-7132-2764-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage part du constat suivant : parce que les outils descriptifs de la structure sociale, que sont la statistique publique et les catégories socioprofessionnelles, sont marqués par un « angle mort territorial » (p. 11), et parce que les espaces ruraux n’ont longtemps que peu suscité l’intérêt des sociologues, l’analyse de la stratification sociale est généralement appréhendée à l’échelle nationale et « repose le plus souvent sur un implicite urbain » (p. 11). À partir d’une recherche collective conduite sur le temps long, une équipe composée de chercheurs et de doctorants du CESAER de l’INRA de Dijon propose dans ce livre une analyse renouvelée de la construction des positions sociales et des manières d’appréhender les rapports de classe, en mettant en avant la centralité à accorder aux lieux de résidence et d’activité dans l’analyse des groupes sociaux.

  • 1 Ripoll Fabrice, « Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations r (...)

2L’ouvrage défend en effet l’idée que « le recours à l’analyse localisée permet de mieux caractériser les positions sociales et de saisir les relations concrètes entre les groupes sociaux » (p. 9). Il s’inscrit dans la filiation des travaux de Pierre Bourdieu qui ont permis de forger une représentation en terme d’espace social dans lequel les groupes sont définis les uns par rapports aux autres. Dans l’analyse structurale, l’appréhension relationnelle des groupes sociaux demeure limitée à une construction statistique, les relations n’étant pas observées directement, concrètement. Aussi l’ouvrage propose-t-il d’amender cette analyse en prenant en compte la dimension spatiale des structures sociales, non présente dans la sociologie de Bourdieu1, et en se situant dans une perspective résolument relationnaliste et inductive, « au plus près de la manière dont les individus se positionnent les uns par rapport aux autres » (p. 25).

3Cet héritage et cette démarche sont détaillés dans le chapitre conclusif rédigé par Ivan Bruneau, dont la lecture peut être effectuée avant celle des autres chapitres, en ce qu’il permet de mieux saisir la portée de ces études de cas. Ce huitième chapitre montre comment une ethnographie collective conduite dans un territoire rural peu dense, à distance des grandes métropoles et où les classes populaires sont surreprésentées, appelé le Germanois, permet d’observer la construction des positions sociales à bonne distance, c’est-à-dire à l’échelle locale.

  • 2 Et les termes utilisés de façon équivalente : analysée localisée, échelle locale…
  • 3 Laferté Gilles, « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol.  (...)

4Précisons tout d’abord que le « local »2 n’est ni un terrain permettant de tester la robustesse d’une théorie générale, ni une particularisation de l’espace social national, ni un produit de processus extra-locaux et des manières dont les groupes y réagissent. C’est à la fois l’échelle qui permet de « situer les phénomènes étudiés dans la configuration sociale où ils prennent forme et sens » (p. 13), et une configuration sociospatiale singulière. Cette dernière consiste en un ensemble de relations sociales concrètes, produit d’une histoire singulière qui détermine les ressources et les capitaux que les individus et les groupes peuvent mobiliser au cours de leur vie. L’étude du local demande de tenir ensemble les interactions sociales, les logiques d’interdépendance à distance, les processus socio-politiques structurels et les histoires sociales locales. Pour ce faire, les auteurs recourent à l’outil d’« espace social localisé » proposé par Gilles Laferté3, présenté brièvement en fin d’introduction (p. 24).

5Ce chapitre conclusif fait ressortir un privilège de l’enquête ethnographique, qui permet de prendre en compte, au delà de la seule position relative dans l’espace social, l’importance des interactions régulières, de l’articulation des scènes sociales et de la distribution des professions et des types de relations entre groupes sociaux à l’échelle locale dans la construction des perceptions des différences sociales et du sens de la position occupée. Le caractère collectif de la recherche permet, quant à lui, de multiplier les entrées sur ce territoire, et ainsi, par la comparaison des matériaux récoltés sur les différents terrains, de restituer tout à la fois les différenciations internes à chaque classe et les relations effectives qu’entretiennent les différents groupes sociaux investigués dans l’espace local. À l’échelle des individus, le matériau ethnographique dense permet enfin d’insister sur le caractère spatialement situé des socialisations, c’est-à-dire sur « l’inscription des expériences socialisatrices dans des possibles sociaux localisés » (p. 252). Après avoir explicité les différents enjeux d’une telle inscription localisée des processus de socialisation (p. 253-256), Ivan Bruneau achève sa synthèse en proposant de ne pas réduire, comme le faisait Bourdieu, les médiations localisées qui interviennent dans la production des (dis)positions sociales à de simples « effets de lieux » (p. 258), c’est-a-dire à de simples effets marginaux ou secondaires.

6Les sept contributions rassemblées dans le livre « illustrent certaines des possibilités qu’offre l’analyse localisée des positions sociales » (p. 257). Elles mettent également en évidence certaines propriétés saillantes des mécanismes contemporains de construction des positions sociales. Aussi proposons nous, plutôt que de résumer individuellement chaque étude de cas, d’expliciter certains de ces apports théoriques à la sociologie de la stratification sociale.

  • 4 Pour une présentation et une discussion de la notion de « capital d’autochtonie », nous renvoyons à (...)

7En premier lieu, l’enquête collective permet de préciser les conditions dans lesquelles l’intégration dans un réseau de relations localisées peut-être mobilisée comme ressource par des individus issus des classes populaires dans une stratégie d’ascension sociale4. Dans le chapitre 3, à partir de la présentation du cas d’Éric, fils d’ouvrier, lui-même ouvrier salarié mais qui parvient à s’extraire du travail usinier pour s’installer à son compte comme bûcheron de manière stable, Julien Gros montre que si l’autochtonie constitue une ressource déterminante pour la stabilisation de sa situation professionnelle, c’est parce que l’Office National des Forêts valorise l’appartenance locale comme critère de sélection des bûcherons qui travaillent pour lui. Ils bénéficient donc des travaux les moins pénibles, les plus nobles et les plus protégés de la concurrence des travailleurs détachés. À l’inverse, Julian Mischi observe comment le tournant managérial au sein de la SNCF dans les années 1990, qui valorise la mobilité géographique et les titres scolaires contre le recrutement-formation-promotion locale, a conduit à une « démonétisation des ressources liées à l’autochtonie » (p. 165) dans le recrutement des cadres de l’usine du bourg, fermant les possibles ascensionnels pour les individus issus des classes populaires locales (chap. 5).

  • 5 Les pôles scolaires sont le produit d’une politique de concentration de l’offre scolaire dans les c (...)

8Ceci est corrélé à un second phénomène mis en avant par l’enquête, celui d’une distance croissante entre les différentes classes sociales à l’échelle locale. Dans le cas étudié par Julian Mischi, cette transformation du recrutement des cadres conduit à une modification de l’économie des relations sociales locales. La raréfaction des cadres d’origine populaire et locale au profit de responsables recrutés sur titres scolaires qui ne s’installent pas dans le bourg et qui « ne font que passer » (p. 167) conduit au creusement d’une distance sociale et spatiale avec le groupe ouvrier. Julian Mischi note par exemple que si dans les années 1950-1960 il était possible de voir des cadres locaux qui militaient à la CGT, cela n’est plus du tout le cas à partir des années 2000. Dans un autre contexte, celui des fermetures de classes dans les écoles rurales, Lorenzo Barrault-Stella met en évidence une transformation des formes d’encadrement des classes populaires, en lien avec les politiques d’offre scolaire et de gestion de la main-d’œuvre enseignante (chap. 6). La comparaison de deux cas, celui de Robert, 50 ans, d’origine ouvrière locale, enseignant dans une école de village depuis 25 ans, qui s’est mobilisé aux côtés des familles populaires contre la fermeture d’une classe, et celui de Benjamin, issu d’une famille de classe moyenne urbaine, faiblement ancré localement du point de vue résidentiel (il ne souhaite pas devenir propriétaire dans le bourg), professionnel (il enseigne dans un pôle scolaire5), qui fréquente peu les scènes sociales locales, et n’ayant pas pris part aux mobilisations, met en lumière la progressive substitution de la figure du notable local proche des familles populaires par celle de l’enseignant distant des populations locales et peu disposé à les soutenir, et donc à une distance croissante à l’échelle locale entre la petite bourgeoisie culturelle et les classes populaires.

  • 6 Beaud Stéphane, « L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l' « entretien ethnog (...)

9L’accent mis sur la « saisie relationnelle des frontières de classe » (p. 24) permet d’analyser les formes de polarisation au sein de chaque classe et les alliances locales improbables à l’échelle nationale. Le chapitre 2 fait un usage exemplaire de l’entretien ethnographique6 en décrivant les différenciations entre petites bourgeoisies rurales à partir de l’analyse conjointe des situations et des contenus des entretiens, avec une place de premier plan accordée à la restitution du matériau dans la démonstration. En étudiant les conditions de survie et de prospérité d’une association de chasse populaire, Héloïse Fradkine (chap. 1) met en évidence l’existence d’une gamme variée de relations dans l’espace social localisé. L’alliance locale entre un couple de notables et un groupe d’hommes incarnant les fractions stables des classes populaires dans la reconquête territoriale entreprise par ces derniers mêle domination personnalisée et relations d’interdépendance : la réussite de la trajectoire notabiliaire du couple dépend de la reconnaissance de ses pratiques par des dominés.

  • 7 Ainsi que les autres publications issues de l’enquête, listées aux pages 259-262.
  • 8 Beaud Stéphane, « Les angles morts de la sociologie », in Beaud Stéphane, Confavreux Jacques, Lindg (...)

10Ce livre7 contribue ainsi à la réduction d’un des angles morts de la sociologie française8, celui de la dynamique des positions et des rapports de classe et de leurs modes d’inscription spatiale.

Haut de page

Notes

1 Ripoll Fabrice, « Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations résidentielles et jeux d’échelles dans La Distinction » in Coulangeons Philippe, Duval Julien (dir.), Trente ans après La Distinction, de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 2013, p. 365-377

2 Et les termes utilisés de façon équivalente : analysée localisée, échelle locale…

3 Laferté Gilles, « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, n°4, 2014, p. 423-439

4 Pour une présentation et une discussion de la notion de « capital d’autochtonie », nous renvoyons à l’article très clair de Nicolas Renahy, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n°40, 2010, p. 9-26).

5 Les pôles scolaires sont le produit d’une politique de concentration de l’offre scolaire dans les chefs-lieux de cantons au détriment des petites écoles de village.

6 Beaud Stéphane, « L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l' « entretien ethnographique » », Politix, n°35, 1996, p. 226-257

7 Ainsi que les autres publications issues de l’enquête, listées aux pages 259-262.

8 Beaud Stéphane, « Les angles morts de la sociologie », in Beaud Stéphane, Confavreux Jacques, Lindgaard Jade, La France invisible, Paris, La découverte, 2006 ; Beaud Stéphane, « Ethnographie et angles morts de la sociologie », dans « Représentations et transformations sociales des mondes ruraux et périurbains », Rapport d'information n°257 (2012-2013) de M. Raymond VALL et Mme Laurence ROSSIGNOL, fait au nom de la commission du développement durable, déposé le 20 décembre 2012, disponible en ligne : http://www.senat.fr/rap/r12-257/r12-257.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaspard Sénéchal, « Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi, Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 janvier 2019, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30157

Haut de page

Rédacteur

Gaspard Sénéchal

Étudiant en sociologie à l’École Normale Supérieure.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page