Navigation – Plan du site

Michel Adam, Un deuxième monde. La nuit des Kikuyu du Kenya

Gabriel Voisin-Moncho
Un deuxième monde
Michel Adam, Un deuxième monde. La nuit des Kikuyu du Kenya, Nanterre, Société d'ethnologie française, coll. « Anthropologie de la nuit », 2018, 88 p., ISBN : 9782365190244.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bronislaw Malinowski, Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963 (1922).
  • 2 Jomo Kenyatta, Facing mount Kenya. The traditional life of the Gikuyu, Londres, Heinemann, 1985 (19 (...)
  • 3 Godfrey Muriuki, A history of the Kikuyu, 1500-1900, Nairobi, Londres, New York, Oxford University (...)

1À l’instar de Malinowski qui offre une étude de la place de la propriété privée et de l’État dans la société trobriandaise1 à travers leur relation complexe au kayak, Michel Adam fait le point sur les évolutions d’un passé colonial encore récent de la société traditionnelle des Kikuyu par le prisme de son rapport avec la nuit. C’est en s’appuyant sur son voyage et ses échanges avec les Kikuyu ainsi que sur les travaux de ses prédécesseurs, tels que Jomo Kenyatta2 ou Godfrey Muriuki3, que l’ethnologue français nous fait comprendre la place qu’occupe le temps de la nuit dans la vie du principal groupe bantou du Kenya.

  • 4 Cette réforme fut imposée par l’administration britannique et elle obligea le regroupement des parc (...)

2Le premier des quatre chapitres présente la manière dont l’obscurité, puis la nuit, enveloppent les villages installés sur les sommets de collines séparées par des vallées profondes et proches du fleuve Tana. Michel Adam décrit les chants d’oiseaux et les bruits des plus grands animaux qui se succèdent au fil de la disparition du soleil, illustrant son propos de dessins et de photos. Il nous offre ainsi une immersion complète dans cet instant particulier, dont la description et l’analyse flirtent avec la poésie. Le même style élégiaque se retrouve dans l’explication de l’imaginaire nocturne des Kikuyu. Leur culture témoigne d’une certaine défiance envers la nuit, qui est perçue comme le moment où l’astre solaire se repose et où il laisse sa place à la lune, dont les halos peuvent être des présages de guerre ou de maladie. Cette section souligne aussi la place importante de l’agriculture dans les villages, puisque chaque famille possède en moyenne deux hectares d’exploitation. L’auteur revient sur les changements qu’a provoqué la réforme agraire de 19524 et sur la place croissante des activités artisanales et commerciales, lesquelles drainent les populations vers les agglomérations environnantes. Cette « transhumance » (p. 23) vers les villes concerne principalement les hommes, entraînant une restructuration de l’organisation des foyers dans laquelle les femmes prennent une place plus importante. Celles-ci deviennent alors les nouveaux chefs de famille dans une société jusqu’alors exclusivement patriarcale et patrilinéaire.

3L’ouvrage aborde ensuite les activités nocturnes au sein du foyer. Le crépuscule amorce un nouveau temps, qui débute par le retour des champs, que les Kikuyu abandonnent aux sorciers et aux êtres de la nuit. Cette dernière est propice au resserrement du cercle familial, particulièrement depuis la quasi-disparition de la polygamie sous l’influence des missionnaires anglais. Cette transformation de l’organisation familiale (de la mũcii, l’unité domestique) a provoqué la disparition des huttes réservées aux hommes (thingira) au profit de la nyũmba, l’habitation du couple et des enfants. Au souper, préparé par les femmes qui mangent avec les enfants et avant les hommes, succède la veillée durant laquelle la famille, se réunit autour du feu pour prendre un peu de tabac, écouter les vieillards raconter des histoires anciennes, poser des devinettes et chanter ensemble. La description du foyer est l’occasion d’aborder un élément important de la vie conjugale des Kikuyu, à savoir la place et la symbolique de la sexualité, prohibée hors du couple et restreinte aux périodes nocturnes. En effet chez les Kikuyu, l’acte sexuel possède une vertu thérapeutique « largement négligée – voire ignorée – par le reste du monde » (p. 45) : il est le moyen par lequel l’individu peut transmettre le thahu, une souillure de la force vitale apparue suite à l’« intrusion en quelque sorte “immatérielle” d’une entité naturelle insatisfaisante » (p. 44), à son partenaire, ce qui est la seule façon de le conjurer. Ainsi, une femme frappée par le thahu pourra le donner à un amant de passage qui n’en sera nullement affecté, car le rapport sera fait sans intention malveillante. Toutefois, les Kikuyu distinguent les rapports sexuels au sein du couple des rapports extra-conjugaux, ce qui participe de leur symbolique et de leur perception de l’amour. En l’occurrence, le transfert ne fonctionne pas dans le couple car, selon eux, les deux époux possèdent la même âme.

4Le troisième chapitre se concentre sur « les fantômes de la nuit » (p. 47). Les sorciers (les arogi, ou mũrogi au singulier) sont des individus, le plus souvent des femmes, qui se retrouveraient nuitamment pour préparer des poisons, lancer des malédictions et s’entretenir avec les esprits maléfiques. Comme cela a pu être le cas en Occident, ces sorcières sont le plus souvent des « êtres de rumeurs » (p. 53). C’est par les on-dit qu’une personne va être accusée de sorcellerie. C’est aussi leur réputation qui distingue d’un côté le sorcier et de l’autre le guérisseur (mũndũ mũgo), titre conféré par les maîtres lors d’une cérémonie nocturne. L’auteur constate que les politiques répressives liées à la colonisation et à l’évangélisation ont entrainé un recul de la plupart de ces pratiques, telles que la magie ou la chasse aux esprits, parachevé par l’émergence de nouveaux enjeux socio-économiques au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

  • 5 Référence à Montesquieu, De l’esprit des lois, livre XX, Paris, Classiques Garnier, 1973 (1748).

5Ces changements sont en partie décrits dans le dernier chapitre, plutôt hétérogène dans sa composition, qui présente une constellation d’activités ludiques, traditionnelles et économiques de la nuit. En plus d’être propice aux attaques des esprits, la nuit était aussi le moment où avaient lieu les raids guerriers, notamment les échauffourées avec les Maasai, principaux rivaux des Kikuyu. C’est également au cours de la période nocturne que se fait la récolte du miel : ce « doux commerce »5 s’est affirmé comme activité privilégiée de la nuit, autrefois placée sous le signe des guerres tribales et des peurs ancestrales. Au fil du temps, les apiculteurs ont acquis un statut et une position élevés au sein de la société Kikuyu grâce au développement du commerce du miel, de l’hydromel, des pâtisseries et des remèdes qui en sont issus. Les bars ont pris une place importante autour des marchés ruraux, devenant des lieux privilégiés de sociabilité exclusivement masculine, se substituant ainsi aux anciennes thingira. Ces lieux sont la cible de fortes critiques de la part des associations de femmes, ainsi que de l’Église protestante qui veulent lutter contre l’alcoolisme et la prostitution qui s’y sont développés, celle-ci étant en outre l’une des raisons de la propagation du VIH dans la région. Puis il est question des trois principales cérémonies familiales. Tout d’abord la circoncision (l’excision ayant été interdite par les missionnaires), qui est un rite de passage offrant une sorte de blanc-seing aux jeunes garçons pour aller rendre visite aux filles, la nuit, dans leur hutte. Ensuite le mariage, lequel semble un événement peu célébré, notamment à cause des diverses restrictions imposées par les missionnaires au sujet des musiques, des danses ou des chants traditionnels. Enfin, les funérailles sont des veillées nocturnes qui réunissent la famille et tout le cercle du voisinage afin de se recueillir tout en récitant des proverbes.

6Michel Adam conclut son ouvrage en revenant sur l’idée que la nuit est un deuxième monde et non pas une symétrie du jour. La vie nocturne possède, elle aussi, ses normes et ses contraintes, ses pratiques et ses rituels, sa réalité et sa mythologie. Cet angle d’analyse de la société des Kikuyu met en exergue son évolution et notamment le recul de la vie rituelle ainsi que des activités festives. Au travers de l’étude de cette société à mi-chemin entre la nyctophilie et la nyctophobie, l’anthropologue réussit à interroger nos sociétés et nos perceptions.

7La forme du livre est caractérisée par sa pédagogie, voire sa dimension interactive : le texte comprend divers encadrés revenant sur des éléments à étayer, tels que des clarifications lexicales, des précisions sur l’’organisation socio-politique, ou encore des mises au point sur les rituels de vie. Le corps du texte est précédé d’une riche introduction présentant la place des Kikuyu dans la société kényane. Il se clôt par un rappel des espèces arboricoles mentionnées ainsi que par un lexique des termes utilisés, lesquels témoignent tous deux du respect de l’’auteur, pour les populations présentées – respect que l’on perçoit d’ailleurs dans l’ensemble de l’ouvrage.

8On pourrait regretter la taille réduite du livre qui, hors dessins et annexes, ne fait qu’une soixantaine de pages. Cependant, le contenu est en réalité très dense, chaque phrase venant apporter un élément significatif de la présentation de l’auteur. Cette écriture apurée a parfois pour conséquence de priver le lecteur profane de certains éclairages sur des notions d’anthropologie et de sociologie. C’est pourquoi l’ouvrage semble moins s’adresser à des néophytes qu’à un public averti, possédant déjà les outils réflexifs et recherchant ici le traitement détaillé d’un exemple particulier.

9Il reste qu’en mêlant poésie et érudition, Michel Adam propose une analyse redoutable d’efficacité qui nous donne envie d’approfondir chacune des thématiques abordées. Ce livre parvient en peu de pages à nous en apprendre beaucoup sur les Kikuyu comme sur nos sociétés. En nous parlant des autres, l’anthropologie nous parle autant de nous.

Haut de page

Notes

1 Bronislaw Malinowski, Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963 (1922).

2 Jomo Kenyatta, Facing mount Kenya. The traditional life of the Gikuyu, Londres, Heinemann, 1985 (1938).

3 Godfrey Muriuki, A history of the Kikuyu, 1500-1900, Nairobi, Londres, New York, Oxford University Press, 1974.

4 Cette réforme fut imposée par l’administration britannique et elle obligea le regroupement des parcelles dans de vastes quartiers, séparés et clôturés sous l’autorité des chefs de lignage. Il est possible de voir dans cette réforme l’un des déclencheurs de la rébellion anti-coloniale Mau Mau qui commença en octobre de la même année et dont les Kikuyu furent les principaux acteurs.

5 Référence à Montesquieu, De l’esprit des lois, livre XX, Paris, Classiques Garnier, 1973 (1748).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Michel Adam, Un deuxième monde. La nuit des Kikuyu du Kenya », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30173

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Voisin-Moncho

Étudiant en sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page