Navigation – Plan du site

Thibaud Trochu, William James. Une autre histoire de la psychologie

Leonardo Capanni
William James
Thibaud Trochu, William James. Une autre histoire de la psychologie, Paris, CNRS, 2018, 376 p., ISBN : 978-2-271-08942-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Même si on ne fait commencer son travail proprement « philosophique » que pendant les années 1890, (...)

1Entreprise vaste et minutieuse, cette « étude génétique » (p. 14) vise à mettre l’accent sur un des territoires les moins explorés de la longue carrière (1873-1910) du savant new-yorkais. Aujourd’hui relativement « canonisé », William James reste célèbre pour être l’un des pères fondateurs de la psychologie scientifique (titulaire de l’un des premiers cours et du premier laboratoire « didactique » aux États-Unis, en 1875 à l’Université de Harvard) et en même temps de l’école pragmatiste en philosophie, à la suite des travaux de Ralph Waldo Emerson, Chauncey Wright et Charles Sanders Peirce (avec les deux derniers, il a animé les débats du célèbre Metaphysical Club, au cours de l’année 18721). Actuellement, son rôle d’inspirateur semble donc bien reconnu, et ces deux disciplines demeurent parfaitement intégrées et « légitimées » dans leurs milieux respectifs.

2L’ouvrage de Thibaud Trochu, comme l’indique son sous-titre, ne cherche ni à retracer ce genre d’histoire, ni à esquisser une fois de plus l’image du penseur qui se bat pour trouver la vérité ou – au moins – la cohérence de son propre système. Au contraire, l’auteur s’efforce de révéler la face cachée d’un tel parcours et de mettre en évidence l’attitude de James face au « rationalisme dogmatique » (p. 262) de son temps, caractérisé par la position intellectuelle de ceux qui préfèrent souligner leurs réussites que de revenir sur leurs doutes. Le livre s’occupe en particulier de la première partie de l’activité de James, jusqu’au 1892 environ ; une vingtaine d’années durant lesquelles il a été fortement engagé envers la « cause » d’une psychologie nouvelle, « objective », en montrant néanmoins un intérêt constant « pour les phénomènes que l’on classerait aujourd’hui comme mystiques ou paranormaux » (p. 11).

  • 2 Les 16 volumes des Œuvres complètes sont publiés chez Harvard University Press et les 12 opus de Co (...)

3Dérivée d’une thèse de doctorat défendue en 2015 à Paris 1 (William James et la psychologie des états seconds), cette monographie aborde le côté plus intime d’un « grand philosophe », en essayant de ne pas séparer l’architecture de ses œuvres, la seule qui est prise en compte dans la plupart des cas, du désordre structurel de son « atelier de travail ». La méthode appliquée donne en effet la préférence à des sources qui sont généralement négligées par les récits traditionnels : correspondances savantes, pièces d’archives, notes de lectures et évènements institutionnels soutiennent l’analyse de la quasi-totalité des écrits de James, réédités récemment en 28 volumes2 (1984-2004).

  • 3 Ce manuscrit est « à première vue déconcertant, car sur les dix-huit écrits dont il est question se (...)

4Trochu utilise par exemple un manuscrit rédigé par l’épouse de James, Alice Gibbens, comme une sorte d’épine dorsale de l’ouvrage, une trace à partir de laquelle suivre plusieurs itinéraires dans les débats et les relations des contemporains. « Les livres de valeur tenus en haute estime par W. J. »3 raconte une histoire de la psychologie « différente » de celle qu’on peut lire dans les manuels, et dans beaucoup d’autres recherches, finalement attentive au « point de vue des acteurs » (p. 21) et pas seulement à leurs résultats. Il s’agit surtout d’une histoire consciente du fait que, pour la plupart d’entre eux, la grande innovation de l’époque ne réside pas dans la possibilité de détecter les valeurs des seuils sensoriels, ou dans l’amélioration des appareils de laboratoire, mais dans la mise au jour d’une région qui ne correspond plus à notre Moi volontaire – mais pourtant agit constamment sur nos vies.

5Dans le premier chapitre, Trochu se concentre sur la situation de la psychologie expérimentale en Allemagne, à la fin des années 1870. Il examine en particulier deux controverses. La première est celle qui eut lieu à Leipzig entre Wilhelm Wundt (porte-parole de la faction « moderne », bien plus que James) et l’astronome Johann Zöllner, qui essayait de montrer l’existence d’une « quatrième dimension » en s’inspirant des recherches de Gustav Fechner et de Bernhard Riemann, et surtout des habilités du médium Dr Slade (nœuds par la seule imposition des mains, sensations de présences, « écriture sur ardoise »). La seconde controverse est liée plutôt aux efforts du physiologiste Rudolf Heidenhain qui, au contraire de Zöllner, s’est attaché à ramener les spectacles du magnétiseur Carl Hansen (sommeil artificiel, « don des langues », rigidité absolue des membres) à des explications d’ordre médical, invoquant par exemple l’inhibition nerveuse, la catalepsie ou la paralysie réflexe.

  • 4 Voir Pierssens Michel, « Le merveilleux psychique au XIXe siècle », Ethnologie française, vol. 23, (...)

6James est tenu informé sur ce genre de questions par son élève G. Stanley Hall qui, juste après la fin de son doctorat (en 1878, le premier assigné aux États-Unis), a effectué un « tour scientifique » de dix-huit mois en Allemagne. Il s’agit d’un élève particulier, que Trochu définit comme une sorte d’alter ego de James, et d’une relation complexe qui traverse les quatre chapitres du livre. Cependant, les deux psychologues finissent par s’éloigner au fil des années, jusqu’à devenir « rivaux » à partir de 1886 ; Hall choisit en effet ce qu’on nomme « la ligne dure de la psychologie de laboratoire de tradition allemande » (p. 28), en privilégiant la collecte de données statistiques et en se détournant par principe de toute « spéculation » abstraite. Il finit même pour fonder une nouvelle revue, l’American Journal of Psychology (toujours publié, depuis 1879), avec l’objectif déclaré de s’écarter de toute fascination envers ce qu’on appelle le « merveilleux psychique »4.

  • 5 Woodward William R., Ash Mitchell G. (dir.), The Problematic Science: Psychology in Nineteenth-Cent (...)

7Dans le cas de James, la fascination peut être attribuée – au moins en partie – à l’inquiétude religieuse qui lui a été transmise par son père Henry Sr, « transcendantaliste » lecteur de Swedenborg et de Fourier, et extrêmement sceptique à l’égard de toute autorité (y compris scientifique). Mais ce que Trochu essaie de montrer c’est que, pendant ces années, l’attirance pour le « département mystique de l’expérience humaine » (p. 13) constituait un phénomène beaucoup plus répandu de ce qu’on peut imaginer, notamment en ce qui concerne un contexte résolu, de l’autre côté, à institutionnaliser une discipline ancienne et « problématique »5 comme la psychologie. James partage l’avis du neurologue américain George M. Beard : « peu de psychologues sont des experts dans cette branche spéciale, pourtant seulement ceux qui sont experts dans cette branche peuvent se dire psychologues » (p. 96).

8Le livre se concentre ensuite sur l’état des « recherches psychiques » en Grande-Bretagne et aux États-Unis (fondation de la Society of Psychical Research à Londres, débats sur la « transmission de la pensée », phénomènes de transe), puis sur les différentes approches françaises au problème du « somnambulisme provoqué » (Bernheim, Charcot, Delbœuf, Richet, Bergson, Janet) et enfin sur le « chaos » épistémologique dans lequel se retrouvent l’ensemble des psychologues au début des années 1890, et en particulier sur l’esprit de William James lorsqu’il achève son premier livre, The Principles of Psychology (qui lui a coûté douze ans de travail).

9La foule de personnages et de problématiques décrits par Trochu a constituée, pour un long moment, l’horizon de la recherche en Occident sur ce qui concerne l’explication de nos processus mentaux. Cette effervescence théorique peut être résumée par une hypothèse « mineure » de James, formulée en référence aux études d’Alfred Binet (1883) sur l’hypnose : cette dernière constituerait en effet une expérience « autre », paradoxale à bien des égards, où l’absence d’expressivité du sujet va de pair avec une augmentation exceptionnelle de sa sensibilité (p. 112). James définit l’hypnotisme comme un « état mental non-analytique », qui serait plus proche des modalités perceptives des enfants, des hommes primitifs ou des animaux que de toutes les opérations « normales », adultes – à savoir : blanches, masculines, chrétiennes – auxquelles nous avons été habitués par de siècles d’évolution cognitive (et culturelle).

  • 6 « Cette perspective non téléologiques et, en un sens, “continuiste” bien que non cumulative, se jus (...)

10Comme bien d’autres scientifiques, James fait donc référence à l’observation de phénomènes « singuliers » comme à une forme d’expérimentation menée directement par la Nature, dans un des domaines traditionnellement plus difficiles à formaliser. Cette stratégie permet de dépasser les limites propres à chaque examen intérieur (temporaire, fragile, subjectif) et de lancer finalement une « science de la vie mentale » fondée sur des données plus solides. Trochu, du point de vue historique, tente de faire la même chose, et il s’interdit de juger les excès des protagonistes de sa narration6 : il s’intéresse moins à la « scientificité » de leurs conclusions qu’aux zones d’ombre du chemin de leur recherche. Son principal objectif reste ce « domaine des croyances, des attendus et des prémisses parfois non rationnels qu’un savant a partagé (ou non) avec ses contemporains » (p. 24).

Haut de page

Notes

1 Même si on ne fait commencer son travail proprement « philosophique » que pendant les années 1890, avec une série d’articles ensuite collectés dans The Will to Believe, and Other Essays in Popular Philosophy (1897).

2 Les 16 volumes des Œuvres complètes sont publiés chez Harvard University Press et les 12 opus de Correspondance chez University of Virginia Press.

3 Ce manuscrit est « à première vue déconcertant, car sur les dix-huit écrits dont il est question seul un d’entre eux apparaît comme source dans un des livres de James » (p. 271).

4 Voir Pierssens Michel, « Le merveilleux psychique au XIXe siècle », Ethnologie française, vol. 23, n° 3, 1993, p. 351-366 ; ou Plas Régine, Naissance d’une science humaine : la psychologie. Les psychologues et le « merveilleux psychique », Rennes, PUR, 2000.

5 Woodward William R., Ash Mitchell G. (dir.), The Problematic Science: Psychology in Nineteenth-Century Thought, New York, Praeger, 1982. Voir aussi le numéro spécial : Valentine Elisabeth R. (dir.), « Relations between Psychical Research and Academic Psychology in Europe, the USA and Japan », History of the Human Science, vol. 25, n° 2, 2012.

6 « Cette perspective non téléologiques et, en un sens, “continuiste” bien que non cumulative, se justifie ici par le fait que l’histoire des savoirs sur le psychisme a trop souvent été marquée par des reconstructions mythiques de ruptures fondatrices » (p. 22-23).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonardo Capanni, « Thibaud Trochu, William James. Une autre histoire de la psychologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30193

Haut de page

Rédacteur

Leonardo Capanni

Doctorant contractuel en philosophie, en cotutelle entre l’Université de Parme et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Mes recherches portent sur l’histoire scientifique et culturelle du concept de synesthésie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page