Navigation – Plan du site

Djamel Kerkar, Atlal

Nicolas Lepoutre
Atlal
Djamel Kerkar, Atlal, Paris, Éditions Capricci, 2018.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karima Lazali, Le trauma colonial. Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporain (...)
  • 2 À la suite de la victoire du Front islamique du salut (FIS) au premier tour des élections législati (...)
  • 3 Citations du livre de Karima Lazali reprises de l’article de Dorothée Myriam Kellou, « Enquête. Alg (...)

1Dans un récent ouvrage remarqué par la critique1, la psychanalyste Karima Lazali tâche de mettre en lumière et d’expliquer les effets de la colonisation française sur la société algérienne actuelle. Elle analyse notamment la guerre civile de 1992-19992, qu’elle baptise « guerre intérieure », comme une « résurgence du non-dit de l’effacement » de l’identité et de l’histoire algériennes par le pouvoir colonial. Selon elle, le « projet des islamistes » aurait été « de purifier la société algérienne des résidus du colonial » et aurait obtenu une audience importante précisément du fait de l’absence de véritable travail de mémoire collectif3. La question de la mémoire de cette même guerre civile de la décennie 1990 est au cœur du film Atlal de Djamel Kerkar, même s’il s’agit plus ici d’étudier les traces de cette guerre sur la société algérienne que d’expliquer ce conflit par une forme d’amnésie collective. Il convient de souligner en premier lieu que, contrairement à ce que pourraient laisser penser la jaquette du DVD et l’ouverture du film (cinq minutes d’images tournées dans les années 1990), Atlal n’est pas un récit de la décennie noire dans un village algérien. Le documentaire ne donne quasiment aucune information sur les événements et la plupart des habitants interrogés n’y font mention que de manière très allusive ; ils emploient les termes assez vagues de « tragédie », « années noires » ou « terrorisme », sans préciser les acteurs mis en cause ou les origines du conflit (même lorsqu’ils racontent des épisodes précis de la violence touchant le village). Le spectateur non familier de cet épisode pourrait donc souffrir de cette absence de contextualisation.

  • 4 Au pouvoir depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika a été gravement affecté par un AVC en 2013. Depuis, il (...)

2Le but du long-métrage est ainsi plutôt de mettre en lumière les séquelles de ce conflit sur le village de Ouled Allal, situé dans une région agricole au sud d’Alger, voire de décrire la société algérienne plus largement. De nombreux éléments montrent que le village a été durement touché par la violence des années 1990 : outre les images tournées à l’époque qui mettent en scène la destruction et la désolation (à travers une botte égarée dans un paysage ravagé, un bâtiment éventré par un obus, des bruits de balles etc.), les prises plus récentes laissent également entrevoir d’importantes dégâts. Le film proprement dit s’ouvre d’ailleurs sur plusieurs plans montrant toute une série de ruines, images entrecoupées par celles d’un ensemble de bâtiments en construction. Le premier habitant qui s’exprime dans Atlal raconte quant à lui comment 2 000 pommiers ont dû être abandonnés pendant la guerre civile alors qu’ils venaient d’être plantés ; ces arbres desséchés sont brûlés sous l’œil de la caméra avant d’être replantés. La métonymie du gâchis qu’a constitué la guerre civile puis de la reconstruction (tardive) du pays apparaît relativement transparente. Djamel Kerkar ne se contente pas de nous montrer les ravages de la guerre : il insiste également sur le sentiment d’abandon complet des villageois par l’État. Cet abandon est d’abord suggéré dans plusieurs scènes qui montrent des habitants seuls, sans moyens techniques importants, tenter de construire leur propre demeure ; le sentiment d’abandon est ensuite explicité par certains personnages qui expliquent n’avoir jamais reçu aucune aide de l’État. Abdou, le personnage central du film, estime ainsi que la pauvreté de l’endroit et le désintérêt total des pouvoirs publics pour le sort des habitants, « c’est du terrorisme aussi ». Âgé d’une vingtaine d’années, Abdou cristallise bien la question du rapport au temps que Kerkar met en exergue : il doit naviguer entre un passé gâché (une enfance marquée par « le terrorisme », le bruit des balles et des bombes, la disparition jamais élucidée du père), un présent caractérisé par la pauvreté et l’ennui (que l’on tente de tromper par la musique ou la consommation de drogue) et une absence complète de perspectives dans le futur (du fait de l’impossibilité de trouver un emploi et d’avoir accès aux soins dans « le pays du piston », ou du fait de la présence au pouvoir d’un président maintenu artificiellement en vie4). En définitive, la seule solution envisagée est l’exil : porteur d’une critique politique acerbe et ouverte de l’Algérie contemporaine, Abdou préfère mourir de faim ailleurs plutôt que « d’humiliation » dans son pays natal. Difficile de ne pas voir une métaphore dans la scène suivante où un cheval attaché à un pieu tourne de longues secondes en rond puis parvient à s’échapper.

  • 5 C’est ce que le réalisateur affirme lui-même dans l’entretien présent en complément dans le DVD.
  • 6 Cf. la présentation du réalisateur dans le DVD.
  • 7 Voir par exemple Abderrahmane Moussaoui, « Algérie, la réconciliation entre espoirs et malentendus  (...)

3Atlal est bien un documentaire sur la mémoire et sur la nécessité d’une transmission de cette dernière, transmission qui apparaît incomplète5. En effet, Djamel Kerkar interroge trois générations d’hommes que de nombreux éléments semblent séparer. Chaque personne interrogée choisit le lieu dans lequel elle s’exprime face à la caméra : les habitants les plus âgés optent pour les terres sur lesquelles ils travaillent tandis qu’Abdou, incarnant la troisième génération, est plutôt filmé dans la rue ou près d’une maison en construction, mais jamais dans les ruines. Le rapport au réalisateur est également manifestement beaucoup plus aisé pour Abdou qui parle longuement et semble-t-il spontanément que pour les plus anciens qui apparaissent plus pudiques et économes de leurs mots. Mais si les deux premières générations racontent parfois la décennie noire dans le village (l’impossibilité croissante à côtoyer les « terroristes » puis le départ de tous les habitants en 1996 après l’égorgement d’une petite fille) ou en Algérie plus largement (le service militaire de Lakhdar pendant cette période), Abdou parle bien plus du présent. Le titre du long-métrage éclaire également sur le projet de Djamel Kerkar : en arabe, atlal signifie « ruines » (au pluriel) mais désigne aussi les quatre vers qui servaient à ouvrir un poème à l’ère pré-islamique et que les poètes appelaient « se tenir face aux ruines », avec l’idée de partir de quelque chose de matériel, de physique pour s’orienter vers un élément plus spirituel. Le film cherche à cheminer depuis les ruines matérielles (les maisons détruites, les arbres brûlés) vers des ruines plus personnelles ou spirituelles, des stigmates « sous la peau »6. Il s’agit donc bien ici de « se tenir face aux ruines pour faire surgir la mémoire », comme l’affirme le sous-titre du documentaire, c’est-à-dire de parvenir à surmonter le traumatisme de la guerre civile pour pouvoir reprendre une vie normale. Toutefois, cette volonté de « faire surgir la mémoire » entre ici en contradiction avec la politique menée par les autorités algériennes : la loi de la « Concorde civile » puis la « Charte pour la paix et la réconciliation nationale » adoptées respectivement en 1999 et 2005 mettent en place une amnistie quasiment complète de tous les crimes dans le but de restaurer l’ordre public mais sans chercher à faire la lumière sur les événements et les responsabilités des différents acteurs (au contraire, par exemple, de la commission Vérité et réconciliation créée en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid)7.

4D’aucuns pourraient être rebutés par les partis-pris formels du réalisateur qui privilégie les longs plans assez fixes (sur des personnages, parfois en gros plan, ou sur le décor) et qui n’hésite pas à laisser de grands moments de silence, seulement entrecoupés des bruits environnants : il faut par exemple attendre dix-huit minutes pour voir un premier habitant du village s’exprimer. Ces choix sont cependant parfaitement cohérents avec la démarche du réalisateur de s’effacer le plus possible pour porter la parole de ces Algériens modestes et, semble-t-il, trop souvent ignorés. Avec Atlal, Djamel Kerkar nous prouve à nouveau la richesse contemporaine du cinéma et du documentaire algériens, à l’image de ses compatriotes Karim Moussaoui (qui a réalisé En attendant les hirondelles) ou Hassen Ferhani (dont le récent documentaire Dans ma tête un rond-point ne manque pas de faire écho, dans sa démarche, aux différentes réalisations de Djamel Kerkar, Atlal mais aussi Archipel, inclus en bonus dans le DVD).

Haut de page

Notes

1 Karima Lazali, Le trauma colonial. Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, La Découverte, 2018.

2 À la suite de la victoire du Front islamique du salut (FIS) au premier tour des élections législatives de décembre 1991, l’armée décide de prendre le pouvoir et de suspendre le processus électoral. L’Algérie sombre dans une longue guerre civile dont elle ne sort qu’au début des années 2000, au prix de 150 000 à 200 000 morts.

3 Citations du livre de Karima Lazali reprises de l’article de Dorothée Myriam Kellou, « Enquête. Algérie-France, retrouver une mémoire saccagée », Orient XXI, 20 décembre 2018, https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/algerie-france-retrouver-une-memoire-saccagee,2818. Voir aussi l’entretien de Rachida El Azzouzi avec l’auteure dans l’émission « Maghreb Express » de Mediapart le 15 octobre 2018, https://www.mediapart.fr/journal/international/151018/karima-lazali-le-colonise-est-d-abord-et-avant-tout-un-possede.

4 Au pouvoir depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika a été gravement affecté par un AVC en 2013. Depuis, il n’apparaît quasiment plus en public et a pratiquement cessé de recevoir ses homologues étrangers, nourrissant de graves doutes sur sa capacité à gouverner le pays. Une partie de la classe politique (comme Djamel Ould Abbès, dirigeant du Font de libération nationale (FLN), le parti au pouvoir depuis l’indépendance) plaide pourtant pour qu’il soit candidat à un nouveau mandat lors des élections présidentielles prévues en avril 2019.

5 C’est ce que le réalisateur affirme lui-même dans l’entretien présent en complément dans le DVD.

6 Cf. la présentation du réalisateur dans le DVD.

7 Voir par exemple Abderrahmane Moussaoui, « Algérie, la réconciliation entre espoirs et malentendus », Politique étrangère, 2007, p. 339-350, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2007-2-page-339.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Djamel Kerkar, Atlal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30227

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page