Navigation – Plan du site

Isabelle Surun, Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880)

Sébastien Zerilli
Dévoiler l'Afrique ?
Isabelle Surun, Dévoiler l'Afrique ? Lieux et pratiques de l'exploration (Afrique occidentale, 1780-1880), Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 384 p., ISBN : 9791035100759.
Haut de page

Texte intégral

1« Désymboliser l’exploration », tel aurait pu être le sous-titre de Dévoiler l’Afrique. « L’image rebattue de l’explorateur solitaire, maître de son chemin, qui se taille un passage à la machette dans la végétation luxuriante d’une forêt vierge de tout passage, doit être battue en brèche », avance l’auteure (p. 134). Isabelle Surun entreprend l’historicisation de cette geste exploratoire en se penchant sur 43 voyages, effectués majoritairement par des Français, des Britanniques et des Allemands entre 1780 et 1880 en Afrique occidentale, une zone du continent regroupant majoritairement des pays du pourtour du golfe du Bénin.

2L’historienne se penche longuement sur les expériences vécues par ceux qui ont mené ces expéditions. Elle ne réduit pourtant pas son analyse à l’épreuve du terrain. Appréhendée comme un tout formé par un large éventail de pratiques, rythmées par de nombreuses séquences et localisées dans plusieurs espaces, l’exploration trouve effectivement son impulsion dans le cabinet du savant qui cartographie les zones à découvrir, et se prolonge par les échanges des membres des différentes sociétés de géographie qui apprécient la valeur des découvertes faites sur place.

  • 1 On emprunte la notion, quoiqu’en en diluant quelque peu le sens, à Marcel Mauss. L’anthropologue la (...)

3La richesse du travail d’Isabelle Surun semble nous autoriser à parler à propos des explorations de « fait social total »1, tant sont nombreuses les différentes focales thématiques au prisme desquelles elles sont abordées. L’analyse de ces expéditions croise directement l’histoire matérielle des savoirs. Pour se déplacer, accumuler ou retranscrire des données, les explorateurs mobilisent effectivement de nombreux outils associés à des techniques savantes. L’histoire de ces explorations réfracte aussi celle de l’institutionnalisation des sciences. Une grande partie des voyages auxquels l’auteure s’intéresse a effectivement été entreprise sous l’égide de sociétés savantes. Les recommandations de l’African Association, créée en Angleterre en 1738, tout comme les consignes adressées aux voyageurs par les sociétés géographiques de Paris (fondée en 1821), de Berlin (née en 1828) ou de Londres (établie en 1830) ont d’ailleurs garanti une certaine forme de standardisation dans le déroulement des périples. L’institutionnalisation des explorations va de paire avec une dépersonnalisation des échanges entre commanditaires et aventuriers, longtemps confondus dans un entre soi élitiste. Les expéditions peuvent également générer des controverses internationales. Il est alors question du prestige des nations sur la scène diplomatique. L’étude d’Isabelle Surun aborde aussi des aspects esthétiques : le récit de plusieurs explorateurs emprunte effectivement aux canons romantiques et leurs hauts faits ont stimulé l’imagination des auteurs de romans d’aventure…

4Un thème, pourtant, parcourt tout l’ouvrage. Dans chacune des séquences que distingue l’historienne pour penser les explorations, il est question d’épistémologie : les logiques intellectuelles qui déterminent la réalisation des cartes, les façons d’appréhender sur place l’espace africain, tout comme le déclenchement de controverses relatives à l’évaluation des savoirs accumulés par les explorateurs témoignent de la fixation d’une certaine définition de la géographie et de la pratique de cette science. Dans son livre, Isabelle Surun avance aussi une thèse forte : l’exploration de l’Afrique occidentale entre la fin du XVIIIe siècle et celle du XIXe ne doit pas être considérée comme l’acte inaugural de la colonisation des peuples africains par les Européens. Les expéditions auxquelles l’auteure s’intéresse révèlent, au contraire, « une expérience […] de la rencontre, constituée dans et par l’interaction » (p. 19) des seconds avec les premiers.

5C’est le blanc de la carte à l’endroit de l’Afrique occidentale qui a enclenché une sorte de pulsion exploratrice en direction de cette partie du continent, explique Isabelle Surun. Comme si ce vide cartographique insinuait que l’espace ainsi représenté était vierge de tout obstacle, et ouvert à tous les parcours. Or, poursuit l’auteure, il est possible de dater « une invention du blanc de la carte » (p. 46) dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle qui « procède d’un remaniement des catégories du connu et de l’inconnu » (p. 52). Longtemps, les cartes du continent africain ont contenu des données appartenant en quelque sorte à différents registres de connaissance. Aux informations proprement géographiques représentées par le tracé des côtes ou l’indication précise de noms de lieux s’ajoutaient des éléments iconographiques. La figuration d’animaux sauvages, par exemple, illustrait alors des connaissances plus qualitatives que strictement topographiques. Avec l’établissement d’une géographie positive, que les cartes du géographe Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) symbolisent, « [i]l ne s’agit plus de représenter un lieu par ce que l’on sait de lui mais par sa localisation. Par conséquent, tout ce qu’on ne peut localiser précisément disparaît » (p. 48). Le développement de la géographie botanique, parallèlement à celui de la géologie à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, est en quelque sorte le reflet empirique de ces évolutions cartographiques. Lui aussi témoigne de l’apparition d’« une nouvelle grille de lecture de la surface de la terre » (p. 233) et substitue à la logique de la collecte celle de la mesure. Les plantes ne sont plus alors considérées par les explorateurs comme les éléments de vastes collections botaniques à constituer, mais comme des marqueurs permettant de pointer rigoureusement les frontières végétales de différents espaces.

6Les discussions savantes consécutives au retour des explorateurs révèlent, elles aussi, des consensus sur plusieurs principes issus d’un « répertoire commun qui dessine les contours de la science normale » (p. 288). Plus encore, les polémiques relatives à l’appréciation des discours des voyageurs éclairent des « régimes de véridicités » partagés (p. 276 et 281). Les débats à propos du témoignage de René Caillé, premier Européen à être revenu vivant en 1828 de Tombouctou au Mali, en sont la preuve. L’aventurier français doit alors faire face à plusieurs enquêtes. Elles puisent dans un registre moral et tiennent compte de considérations sociales, autant qu’elles se basent sur les principes de la logique scientifique. Leur développement à cette époque amoindrit le crédit naissant accordé à l’expérience de terrain par rapport aux productions de la science de cabinet.

7La « mise en carte » des savoirs est l’ultime séquence qui boucle en quelque sorte le cercle analytique tracé par l’auteure dans son étude (du blanc de la carte… à son remplissage). Cette opération pointe une dernière fois la fixation de critères légitimes de définition et de pratiques de la géographie. En cherchant par exemple à représenter de manière spatiale des distances appréciées sur le terrain en jour(s) de marche, les géographes transfigurent plusieurs données. Si le témoignage des indigènes, précautionneusement recueilli par l’explorateur, est utile au savant européen, l’utilisation de leurs propres cartes est impensable. Non pas parce qu’elles sont fausses, mais parce qu’elles représentent des connaissances accumulées, formalisés et exploitées en fonction d’autres manières de penser.

  • 2 Isabelle Surun, « L’exploration de l’Afrique au xixe siècle. Une histoire pré-coloniale au regard d (...)

8Si son étude pousse l’auteur à multiplier les remarques sur les manières de penser et de pratiquer la géographie entre 1780 et 1880, elle lui permet aussi d’avancer une idée-force : les explorations en Afrique occidentale à cette période ne sont pas synonymes de domination, pas plus qu’elles ne représentent les débuts de la colonisation de cet espace. Aussi l’historienne regrette-t-elle l’établissement « d’un lien […] univoque entre exploration et colonisation [opéré] en transformant la proximité chronologique en opérateur de causalité »2.

9De l’analyse fine du récit des aventuriers, il ressort que leur parcours est jalonné d’échanges dans lesquels ils n’ont pas l’avantage. L’obstacle de la langue, la dépendance logistique, la progression dans un territoire maillé de nombreuses institutions politiques « place[nt] le voyageur en situation d’interaction avec les individus ou les groupes en l’obligeant à penser les modalités de la réciprocité de la relation » (p. 218). Les séquences d’échanges de cadeaux entre les explorateurs et les élites locales figurent parmi ces instants. La valeur des présents était en quelque sorte indexée sur l’appréciation réciproque du prestige de l’autre, évalué par des acteurs stratèges.

10Durant les nombreux moments de rencontres entre Européens et Africains, le corps se révèle être un opérateur symbolique décisif. Il est d’une certaine façon le premier des outils de l’explorateur, puisque la progression physique dans l’espace est la condition essentielle de l’accumulation des connaissances géographiques. Mais il est aussi un des éléments les plus signifiants de l’interaction : la couleur différente de leur peau ne signifie-t-elle pas que les explorateurs croient en d’autres dieux ? Leur faut-il alors cacher leur foi ? Pour faciliter leur avancée, doivent-ils porter des vêtements traditionnels locaux ? Dans quelle mesure les différences culturelles altèrent-elles les relations de genre dont les corps sont à la fois les images et les vecteurs ?

  • 3 Au Moyen-Âge, le héraut est « un officier chargé de vérifier les titres de noblesse, de signifier l (...)

11Avec cet ouvrage, Isabelle Surin opère une désymbolisation de l’exploration, disions-nous en guise d’accroche. Une désymbolisation double, faudrait-il plutôt conclure. D’après l’auteure, l’explorateur n’est effectivement ni un héros prométhéen qui s’est glorieusement approprié l’Afrique, ni un héraut3 civilisateur dont la venue sur le continent annonce la naissance des empires.

Haut de page

Notes

1 On emprunte la notion, quoiqu’en en diluant quelque peu le sens, à Marcel Mauss. L’anthropologue la mobilise à la fin de son étude sur le don. L’analyse de ce phénomène est « tout[e] d’indication », écrit le neveu de Durkheim. Elle révèle « un principe heuristique que nous voudrions dégager. Les faits que nous avons étudiés sont tous, qu’on nous permette l’expression, des faits sociaux totaux ou, si l’on veut […] généraux : c’est-à-dire qu’ils mettent en branle dans certains cas la totalité de la société et de ses institutions ». Marcel Mauss, « Essai sur le don, Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 2009 [1950], p. 273-274.

2 Isabelle Surun, « L’exploration de l’Afrique au xixe siècle. Une histoire pré-coloniale au regard des postcolonial studies », Revue d’histoire du XIXsiècle, n° 32, 2006, p 22 et 23.

3 Au Moyen-Âge, le héraut est « un officier chargé de vérifier les titres de noblesse, de signifier les déclarations de guerre et de faire les proclamations solennelles ». Au figuré, le mot s’emploi au sens de « messager, annonciateur ». Dictionnaire encyclopédique Quillet. Tome IV, Paris, Librairie Aristide Quillet, 1969, p. 3104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Isabelle Surun, Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880)  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30273

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page