Navigation – Plan du site

Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn, Mathis Stock (dir.), Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

Magali Chatelain
Migrations, circulations, mobilités
Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn, Mathis Stock (dir.), Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques à l'épreuve du terrain, Aix-en-Provence, Université de Provence, coll. « Sociétés contemporaines », 2018, 238 p., ISBN : 979-10-320-0173-8.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement d’un colloque organisé en 2014 à Vaulx-en-Velin, qui avait pour objectif de cerner les outils et approches épistémologiques liés aux migrations et aux mobilités. Partant du constat que ces deux objets de recherche ont donné lieu à des champs de réflexion approfondis depuis les années 1980, sans toutefois se croiser, cette publication collective entend faire le point sur la manière dont ils ont été abordés par la recherche, revenir sur les définitions qui en ont été proposées et explorer les méthodes qui y ont été associées. Prenant à bras le corps l’héritage des mobility studies et les enjeux du mobility turn, Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn et Mathis Stock proposent de mettre en perspective les réflexions développées à travers différentes disciplines des sciences sociales, afin de faire émerger un dialogue entre elles. Aussi, c’est en vue de décloisonner les approches épistémologiques que la collaboration entre les auteurs de cet ouvrage, issus de champs disciplinaires distincts (la géographie, la sociologie et l’anthropologie), permet de revenir sur les différents outillages méthodologiques et théoriques liés à ces questions. Après avoir pris le soin de retracer dans un premier temps les évolutions conceptuelles des trente dernières années, les directrices et directeur de la publication rassemblent au fil de trois grandes parties onze propositions de chercheurs, visant à questionner « les liens, les porosités et impermanences » (p.9) entre migrations et mobilités.

2À travers un état de la littérature dense et structuré, le chapitre inaugural fait le point sur les définitions plurielles des notions de migration et de mobilité proposées dans les différents champs scientifiques qui les ont prises pour objets. Ce chapitre s’avère bien utile puisqu’il retrace les grandes évolutions épistémologiques qu’ont connu les recherches sur les mobilités et les migrations : il revient en effet sur les spécialisations disciplinaires opérées dès les années 1970, avant d’analyser l’héritage des mobility studies menées depuis les années 1990, et de proposer un bilan des enjeux du mobility paradigm des années 2000. Les directrices et directeur mettent ainsi au jour la difficulté d’articuler des approches disciplinaires distinctes, fonctionnant « avec un vocabulaire et des outils propres qui ne circulent pas nécessairement » (p. 42), d’autant moins conciliables, selon eux, que les principaux théoriciens anglophones des mobilités n’ont pas pu prendre en compte les avancées des travaux francophones. C’est ce qui explique pourquoi le mobility turn des années 2000, en produisant un décloisonnement de ces différentes approches, a conduit à une confusion croissante entre les termes de migration et de mobilité. Si ce tournant a permis d’intégrer le champ des études migratoires au paradigme des mobilités, c’est néanmoins toujours dans le cadre de « fondements conceptuels rest[ant] extrêmement hétérogènes » (p. 32), amenant les auteurs à engager une réflexion concernant le terme de paradigme, jugé excessivement simplificateur. Au final, c’est plutôt la question des mobilités qui est mise au premier plan dans ce chapitre, tandis que les champs de recherches portant sur les migrations sont présentés dans leurs complémentarités ou leurs divergences par rapport à elle. Mais c’est en abordant le fait migratoire comme un phénomène complexe, allant « au-delà du mouvement » (p. 40) et pouvant être notamment appréhendé par le concept de mobilité, que cette publication entend faire avancer le débat scientifique.

3L’une des réussites de l’ouvrage réside dans le fait que ces réflexions épistémologiques initiales se poursuivent ensuite au fil des chapitres. Les contributeurs reprennent en effet certains outillages conceptuels afin d’approfondir leurs questionnements sur les différentes postures et regards portés sur les personnes mobiles, comme le font Aurore Flipo, en confrontant le dominocentrisme de Claude Grignon et le dominomorphisme de Jean-Claude Passeron, ou encore Fabien Barthélémy, en reprenant la nomadologie de Gilles Deleuze et Félix Guattari. D’autres auteurs proposent de s’appuyer sur certaines notions afin d’en renouveler l’approche : c’est ce que proposent Constance de Gourcy avec la double présence et la double absence, ainsi que Cecilia Santilli avec la notion de migrant-mobile. Il est intéressant que certaines modalités de mobilité soient abordées selon des perspectives qui diffèrent en fonction des contributions : tel est le cas des expatriés, dont l’exemple est traité respectivement par Sylvain Beck et Barbara Dellwo. Seul le chapitre de Julian Devaux portant sur les pratiques de mobilité quotidienne des adolescents ruraux ne s’appuie pas sur une étude de cas mettant à l’œuvre des dynamiques transnationales.

4La structuration en trois grandes parties de cet ouvrage semble cohérente, même s’il aurait été intéressant que les raisons qui ont conduit à leur choix thématique soient explicitées. La première partie est centrée sur la manière dont le domaine politique et les différentes administrations contribuent à produire des catégories, et s’attache à analyser leurs effets. La deuxième se consacre à l'analyse des représentations des mobilités et des migrations. Enfin, la dernière interroge l’impact des nouvelles technologies dans la reconfiguration de ces deux termes. Les différentes contributions permettent d’aborder des objets d’analyse variés, mettant à l’étude aussi bien des situations de mobilité et d’immobilité, des expériences de circulation documentées ou non, des représentations portées par les personnes mobiles elles-mêmes et par les sociétés dans lesquelles elles s’insèrent. Les auteurs y proposent une habile déconstruction des discours produits sur les migrations et véhiculés par les politiques migratoires. Ils s’attachent à analyser de manière précise les choix de vocables communément utilisés, en soulignant à quel point la situation socio-économique des individus (considérés comme migrants, expatriés, étrangers, itinérants ou réfugiés) intervient dans les représentations qu’entraînent leurs pratiques de mobilité, et induit des conséquences en termes d’identification ou de positionnement dans l’espace public. La conclusion de l’ouvrage revient sur le bilan de ces approches empiriques : mobilité et migration renvoient donc à des expériences différentes, relevant davantage de ce qui est connu pour la première, tandis que la seconde implique un franchissement (spatial ou symbolique) ainsi qu’une adaptation. C’est ce qui amène les directrices et directeur de publication à faire l’hypothèse d’une « mobility transition » (p. 199), où un régime de mobilité fondé sur les circulations aurait remplacé la prégnance des migrations.

5La grande diversité des formes de mobilité et de migration abordées dans cet ouvrage s’inscrit dans la lignée du bilan dressé dans les premières pages, et permet de mettre en évidence la complexité de la question. Les profils mobiles qui émergent – ceux des étudiants transnationaux, des artistes, des réfugiés ou encore des expatriés – sont présentés non seulement au regard de leurs expériences de circulation, mais également des pratiques et des formes d’action et de représentation qui en découlent. Si les auteurs donnent une grande place à la prise en compte du collectif (qu’il prenne la forme des administrations, des États-nations, ou encore des associations, des collectifs et des communautés d’expatriés), ils s’attachent également de manière fine à l’échelle des individus, pour mettre en évidence la transformation des pratiques et de soi au cours de l’expérience de mobilité. En somme, cet ouvrage regroupe un ensemble de publications de qualité, dont la lecture permet de nourrir utilement des réflexions sur les questions de mobilités et de migrations. La solidité du bilan épistémologique proposé, la richesse des réflexions développées et la diversité des études de cas proposées sont tout à fait susceptibles d'intéresser les lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Chatelain, « Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn, Mathis Stock (dir.), Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30278

Haut de page

Rédacteur

Magali Chatelain

Doctorante en géographie à l’Université Lyon 2, en cotutelle avec l’Université libre de Bruxelles et en codirection avec l’Université Grenoble-Alpes. Chargée de cours à l’Université Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page