Navigation – Plan du site
En bas à droite

En bas à droite

Amélie Beaumont, Raphaël Challier, Guillaume Lejeune (dir.), « En bas à droite », Politix, n° 122, décembre 2018, 244 p., Liège, De Boeck, ISBN : 9782807392014.
Notice publiée le 15 janvier 2019

Présentation de l'éditeur

Les classes populaires contemporaines auraient-elles massivement basculé à droite ? Beaucoup d’interprètes de la vie politique répondent aujourd’hui à cette question par l’affirmative, évoquant la montée du « populisme » dans plusieurs groupes sociaux. Les travaux de sociologie politique montrent pourtant que ni le FN ni les partis de droite ne rassemblent la plus grande partie des votants des groupes populaires : l’abstention demeure bien le « premier parti » dans ces groupes, dont de nombreux segments restent par ailleurs politisés à gauche. Quant aux études socio-historiques, elles rappellent à raison que le « peuple de droite » a toujours existé : même dans les années 1970, marquées par l’hégémonie du PCF et du PS, le vote à gauche n’excède pas 70 % chez les ouvriers. Mais si toutes les classes populaires ne sont pas « de droite », il y a, aujourd’hui plus encore qu’hier, des classes populaires qui votent « à droite », et qui n’en finissent pas de poser question aux intellectuels, notamment aux chercheurs en sciences humaines et sociales.

Étant donné la charge politique et idéologique que recouvrent actuellement les termes du débat, c’est par les enquêtes de terrain et en se saisissant du concept d’espace social tel que défini par P. Bourdieu dans La distinction en 1979 que ce numéro entend déplacer la focale et examiner la question de la « droitisation ». L’objectif de ce dossier est ainsi d’analyser le rapport au politique de groupes relativement peu dotés en ressources (situés dans la moitié basse de l’espace social), mais disposant de relativement plus de capital économique que de capital culturel (situés à droite de l’espace social). Ainsi, en étudiant ce quart « en bas à droite », nous cherchons à aller au-delà de l’indistinction apparente du « bas » du monde social pour explorer les rapports au travail, au politique et les visions du monde qui rassemblent des groupes plutôt populaires mais caractérisés par leurs investissements vers le capital économique et leur éloignement au capital culturel.

SOMMAIRE : 

Dossier : En bas à droite

- Amélie Beaumont, Raphaël Challier et Guillaume Lejeune – En bas à droite. Travail, visions du monde et prises de position politiques dans le quart en bas à droite de l’espace social

- Raphaël Challier – S’engager « du côté des gens bien ». La conscience sociale légitimiste des soutiens populaires de l’UMP en banlieue parisienne

- Benoît Coquard – « Déjà nous ». Un sentiment d’appartenance sélectif en milieu populaire

- Amélie Beaumont – Tirer parti de l’ordre établi ? Les socialisations politiques au travail dans un hôtel de luxe

- Guillaume Lejeune – Les chauffeurs de taxi face à Uber. Une mise à l’épreuve économique et politique

Stéphane Latté et Simon Hupfel – Des « ouvriers en costume-cravate » ? Mobilité économique et ancrage à droite des classes populaires frontalières

Varia

Notes de lecture

Haut de page

Auteurs

Amélie Beaumont (dir.)

Amélie Beaumont est doctorante en science politique et sociologie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Raphaël Challier (dir.)

Raphaël Challier est docteur en sociologie à Paris 8.

Guillaume Lejeune (dir.)

Guillaume Lejeune est doctorant en sociologie à l’Université Paris Descartes, rattaché au Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS). Sa thèse préparée sous la direction d’Olivier Schwartz porte sur les conditions de travail et de vie des chauffeurs et des conductrices de taxis en milieu urbain et les évolutions actuelles de leur métier. 

Haut de page