Navigation – Plan du site

Robert Darnton, Un tour de France littéraire. Le monde du livre à la veille de la Révolution

Paul Rozière
Un tour de France littéraire
Robert Darnton, Un tour de France littéraire. Le monde du livre à la veille de la Révolution, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2018, 400 p., trad. Jean-François Séné, ISBN : 9782072744921.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’aboutissement d’un travail de recherche commencé il y a plus de cinquante ans, en 1965, quand Robert Darnton a entrepris d’étudier les archives de la Société typographique de Neuchâtel (STN). Pour imprimer un livre sous l’Ancien Régime, il fallait disposer d’un privilège délivré par l’administration royale. Or, ces privilèges étaient la plupart du temps concentrés par les grands libraires parisiens. Pour s’approvisionner plus rapidement et à moindre coût, les libraires des autres villes de France faisaient souvent appel à des imprimeurs étrangers, de Suisse ou des Pays-Bas principalement, qui imprimaient des éditions contrefaites de ces mêmes ouvrages. La STN est une de ces maisons d’édition suisses qui imprimaient des contrefaçons, ainsi que des livres censurés, pour ensuite les faire passer en France illégalement, par voie de contrebande. Le travail de Darnton, qui s’appuie sur les quelques 50 000 lettres et livres de comptes de la STN, aboutit à un résultat capital pour les historiens qui veulent tracer une genèse idéologique de la Révolution française puisqu’il reconstitue la demande en littérature dans les vingt années qui ont précédé la Révolution. Tel est le principal apport de cet ouvrage, qui est en réalité la synthèse d’un long itinéraire de recherche. Robert Darnton a en effet déjà publié plusieurs livres et de nombreux articles qui se fondent sur les archives de la STN, si bien que le lecteur familier de son œuvre n’apprendra peut-être pas grand chose. Néanmoins, les résultats de ses recherches sont réunis ici et exposés de manière plaisante et originale, et permettent au lecteur de comprendre finement les ficelles de la contrebande de livres sous l’Ancien Régime.

2L’auteur nous fait suivre l’itinéraire de Jean-François Favarger, un commis voyageur employé par la STN, qui part pour un tour de France de plusieurs mois afin prendre des commandes, se faire connaître des libraires dans les différentes villes, évaluer leur fiabilité, régler des litiges, etc. Robert Darnton s’appuie sur les lettres échangées entre la direction de la STN et Favarger, ainsi que sur le carnet de voyage de ce dernier, contenant de scrupuleuses notes sur son itinéraire et sur les différents libraires auxquels il a rendu visite. L’ouvrage consiste donc en une narration : chaque chapitre rend compte d’une étape du voyage. À travers les notes de Favarger dans son carnet et ses échanges avec ses patrons, on comprend l’attitude de la STN vis-à-vis de ses clients. Favarger va de porte à porte et évalue les librairies selon leur réputation locale, leur santé financière et leur capacité à payer leurs dettes, le type d’ouvrages qu’elles vendent, et le plus ou moins bon achalandage de leurs rayons. On voit ainsi pourquoi l’entreprise cherche à commercer avec certains libraires et en évite d’autres, pourquoi elle concentre ses efforts sur certaines régions et en délaisse d’autres, ou encore pourquoi elle tolère des retards de paiement de la part de certains libraires et pas d’autres.

3Mais chaque chapitre est aussi un prétexte pour nous donner à voir de manière tout à fait concrète un aspect différent de la contrebande de livre : le passage de la douane et des contrôles (chap. 2), les échanges de livres entre les différents imprimeurs (chap. 7), le colportage hors des grandes villes (chap. 10), etc. Ainsi, on apprend par exemple que la STN envoyait les livres aux librairies sous forme de feuilles volantes, empaquetées dans des balles, et n’étaient reliés que plus tard par les libraires français. À la frontière, l’officier des douanes fermait les balles avec un sceau en plomb et émettait un acquit à caution : les balles ne pouvaient alors être descellées légalement que par un membre de la chambre syndicale de la ville la plus proche, qui contrôlait leur contenu avant de signer l’acquit à caution, lequel était ensuite retourné à l’officier des douanes. La STN devait donc trouver des intermédiaires de confiance pour signer les acquits à caution, et des moyens de contourner le contrôle des chambres syndicales, soit en en soudoyant les membres, soit en contrefaisant les sceaux en plombs. L’auteur détaille aussi les effets des réformes mises en place par l’administration royale sur le commerce du livre : par exemple, après la directive de Vergennes en 1783, tout ouvrage importé devait transiter par la chambre syndicale de Paris (et non plus par celle de la ville la plus proche).Si cette mesure visait à empêcher la corruption, elle a eu pour conséquence de multiplier les coûts de transport, contraignant la STN à recourir à des porteurs qui passaient la frontière à pied, clandestinement, pour que les livres soient ensuite considérés comme des envois domestiques.

4Au-delà de ces explications techniques, Darnton a sélectionné dix-huit libraires parmi ceux auxquels Favarger a rendu visite, qu’il étudie plus en profondeur. Pour chacun d’entre eux, il a écumé leur correspondance avec la STN de 1769 à 1789. Le récit du voyage de Favarger s’interrompt donc régulièrement pour laisser la place à l’histoire de ces libraires : on suit leur développement ou leur faillite, on découvre leur façon de gérer leur commerce et l’évolution de leurs relations avec la STN. On comprend ainsi le commerce du livre du point de vue des libraires. Par exemple, certains cherchent une grande qualité d’impression et de papier car ils s’adressent à un certain type de clientèle, exigeante. D’autres négocient âprement les coûts de transport qu’ils trouvent trop élevés, ou refusent de partager avec les imprimeurs les risques liés à la contrebande. La plupart insistent pour être livrés le plus rapidement possible, avant qu’un libraire concurrent n’épuise la demande pour tel ou tel ouvrage en vogue. Le panel de libraires étudiés est très varié : certains ont noué une longue relation de confiance avec la STN, d’autres sont au bord de la faillite et retardent sans cesse leurs paiements, quand ils ne s’enfuient pas pour échapper à leurs dettes (tel le libraire Caldesaigues, à Marseille). Certains sont des libraires exerçant légalement au sein des villes, mais d’autres sont plus marginaux. C’est par exemple le cas du maître d’école et viticulteur Constantin Lair, à Blois, qui vend des livres de manière informelle aux notables de la ville, et propose de payer la STN en vin, eau-de-vie et spécialités locales. Ou encore Malherbe, à Loudun, une sorte de grossiste qui fournit en livre tous les colporteurs de la région.

5Pour chaque région visitée par Favarger et chaque libraire étudié, un bilan local des commandes d’ouvrages est dressé. Mais Robert Darnton n’en conclut pourtant pas que ces comptes dessinent une représentation juste et fidèle de la demande générale en littérature. En effet, il s’interroge dans le dernier chapitre. Son ambition n’est-elle pas vouée à l’échec ? « Comment le commerce d’un seul éditeur peut-il représenter de façon adéquate la demande pour quasiment toute la littérature française à l’époque ? » (p. 283). Ce dernier chapitre constitue néanmoins une réflexion méthodologique dans laquelle l’auteur défend la possibilité de tracer une vue d’ensemble de la demande en littérature. Il se fonde pour une part sur les données statistiques des commandes des dix-huit librairies étudiées qui forment un échantillon de 1 145 ouvrages commandés. Ensuite, il corrige et nuance ces statistiques, en considérant d’une part les spécificités de la STN (par exemple le fait que c’est une entreprise protestante, qui édite donc peu d’ouvrages catholiques), et d’autre part les spécificités locales, que la riche correspondance étudiée a permis de mettre au jour. Par exemple, le libraire Charmet de Besançon a une forte demande en ouvrages liés à la guerre car l’armée est en garnison dans la ville ; mais cette demande se tarit après 1780 car la garnison est réduite en conséquence de la guerre d’indépendance américaine, à laquelle la France participe. De même, à Montpellier la faculté de médecine attire une forte demande pour les ouvrages médicaux. Enfin, alors qu’il y a parfois une forte demande pour certains ouvrages, la STN peine à les fournir à temps, ce qui pousse les libraires à se les procurer auprès d’autres imprimeurs. Tout ceci est à prendre en compte pour nuancer les statistiques disponibles. Robert Darnton souligne enfin que la liste des ouvrages commandés par ces dix-huit librairies, si elle n’est pas parfaitement représentative, n’est pas non plus complètement aléatoire : ces 1 145 titres « représentent le jugement d’experts (les libraires et la STN) qui se faisaient un devoir de satisfaire la demande aussi bien qu’il était possible de l’envisager dans les conditions du XVIIIe siècle » (p. 294). Il s’autorise donc à terminer son livre par une typologie des types d’ouvrages les plus demandés entre 1769 et 1789 en France, parmi lesquels il désigne les quelques « best-sellers » des Lumières.

6Soulignons pour finir que Robert Darnton a mis en ligne sur son site1 l’intégralité de son corpus de recherche : la totalité du journal de Favarger et sa correspondance avec la STN ; un dossier sur chaque libraire avec l’intégralité de sa correspondance avec la STN, l’historique de ses commandes et un tableau statistique ; la correspondance de la STN avec les intermédiaires qui servaient à assurer le fonctionnement de la contrebande (ceux qui recrutaient les passeurs, ceux qui soudoyaient la chambre syndicale, ceux qui cherchaient à ouvrir de nouvelles routes, etc.). Pour chacune des lettres mises en ligne, on peut consulter le manuscrit original scanné ainsi que la transcription de cette même lettre. Enfin, on trouve divers tableaux statistiques généraux de la demande en littérature, compilés selon plusieurs critères. Par ailleurs, plus d’une trentaine de ses articles universitaires – dont une dizaine sur la STN – sont disponibles en libre accès sur ce même site. Robert Darnton continue ainsi à promouvoir une science ouverte2 qui non seulement rend sa recherche plus accessible mais aussi lui confère une plus haute valeur scientifique, puisque tous les matériaux sont disponibles pour être vérifiés, discutés, retravaillés et nuancés par ses pairs chercheurs.

Haut de page

Notes

1 http://robertdarnton.org.

2 En sa qualité de directeur de la bibliothèque de l’université Harvard, Robert Darnton est un ardent promoteur de l’« open access ». Voir Darnton Robert, « The Case for Open Access », The Harvard Crimson, 12 février 2018, en ligne : https://www.thecrimson.com/article/2008/2/12/the-case-for-open-access-the/. Il a notamment dans cette perspective mis sur pied en 2013 la Digital Public Library of America (DPLA), qui met en libre accès plusieurs millions de livres numérisés : https://dp.la/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Rozière, « Robert Darnton, Un tour de France littéraire. Le monde du livre à la veille de la Révolution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30317

Haut de page

Rédacteur

Paul Rozière

Étudiant d’histoire de la philosophie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page