Navigation – Plan du site

Véronique Rohrbach, Le courrier des lecteurs à Georges Simenon

Élodie Hommel
Le courrier des lecteurs à Georges Simenon
Véronique Rohrbach, Le courrier des lecteurs à Georges Simenon. L'ordinaire en partage, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2018, 314 p., ISBN : 978-2-7535-5476-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce terme de l’historien Robert Darnton (« La lecture rousseauiste et un lecteur “ordinaire” au XVII (...)

1À l’heure où le rapport entre écrivains et lecteurs se métamorphose via internet et les réseaux sociaux, où les frontières entre production et réception des biens culturels se brouillent avec la généralisation du numérique, Véronique Rohrbach revient dans cet ouvrage sur une forme plus traditionnelle de la relation à l’auteur : le courrier des lecteurs. À la croisée des études littéraires et de la sociologie de la réception, ce travail porte sur les lettres reçues de ses lecteurs et admirateurs par l’écrivain Georges Simenon, connu en particulier pour ses romans policiers, notamment les enquêtes de l’inspecteur Maigret. Ce courrier abondant, qui permet à l’auteure d’appréhender la réception ordinaire1 de l’œuvre, trop souvent délaissée par l’analyse littéraire, invite également à s’intéresser de façon plus générale au rapport du public à la figure de l’auteur et aux effets de sa médiatisation.

2Après un bref retour historique et un rappel des recherches antérieures sur la pratique de la lettre à l’écrivain, Véronique Rohrbach présente dans un premier chapitre son corpus d’analyse. Sur plus de 5 000 lettres de lecteurs conservées dans les archives simenoniennes, sont retenues celles qui correspondent aux années d’écriture romanesque de l’écrivain, de 1953 à 1973, soit 2 083 lettres examinées. Les copies carbone des réponses, quasi-systématiquement adressées aux lecteurs par Simenon lui-même ou par son épouse, sont prises en compte dans l’analyse. Ce corpus, « doublement ordinaire » dans la mesure où il correspond à une pratique de l’écriture ordinaire (et non littéraire) à propos d’une lecture elle-même ordinaire, laisse entrevoir des profils de lecteurs variés. Bien que les informations socio-démographiques soient souvent manquantes, des écarts culturels sont visibles dans l’écriture et le contenu des lettres. Si certaines témoignent de compétences culturelles et littéraires, les lettres qui font état de lectures savantes des romans restent minoritaires. En outre, toutes les lettres reçues n’émanent pas de lecteurs : certaines s’adressent avant tout à la personne médiatique de l’écrivain. C’est pourquoi les chapitres suivants organisent l’étude des lettres entre celles qui marquent un intérêt pour l’œuvre et celles qui témoignent d’un attrait pour la figure de l’écrivain.

3Le deuxième chapitre, postulant que les lettres « disent […] quelque chose des romans et de leurs propriétés littéraires » (p. 65), s’intéresse à l’articulation entre les caractéristiques formelles de l’écriture et ses effets sur les lecteurs, tels qu’en témoigne leur courrier. La combinaison de l’analyse littéraire des textes et de l’approche sociologique de leur réception est particulièrement productive ici, puisqu’elle permet de mettre en évidence la concordance des appréhensions intellectuelles de l’œuvre et des impressions des lecteurs, notamment autour de « l’atmosphère » des romans et de la représentation de la « médiocrité ». Dans un contexte littéraire marqué par l’essor du roman populaire, Simenon incarne un entre-deux, avec une œuvre multiforme à la légitimité ambiguë. Ce caractère « moyen » de l’écriture simenonienne est renforcé par le contenu fictionnel, autour de la thématique du fait divers et de la description de milieux sociaux spécifiques, mais également par une posture d’écrivain-artisan besogneux, loin de l’archétype du génie littéraire.

  • 2 « Recognition ». Rita Felski, Uses of Literature, Oxford, Blackwell Publishing, 2008.

4Le chapitre suivant développe les réactions des lecteurs face au roman et l’impact de la lecture dans leur existence. Les récits de Simenon, qui garantissent un dépaysement géographique mais aussi social, sont décrits comme propices à l’évasion, et la lecture donne lieu à des découvertes, à des voyages « rêvés ou réalisés » (p. 95), puisque les lectures se prolongent parfois par des visites sur les lieux romanesques. Véronique Rohrbach décrit l’importance de l’attachement aux personnages qui transparait dans le courrier des lecteurs, et notamment aux personnages récurrents de la série Maigret. Ceux-ci sont à l’origine d’émotions intenses, et à travers eux les lecteurs s’attachent au monde fictif qui leur devient familier. L’importance accordée à l’« humain », le souci du détail et la teneur éthique, qui caractérisent, d’après leurs lecteurs, les romans de Simenon, donnent lieu à un phénomène de « reconnaissance »2, au cours duquel les lecteurs établissement des liens entre le contenu des romans et ce qu’ils peuvent vivre eux-mêmes.

5Le quatrième chapitre explore les lettres qui rapprochent l’œuvre de son auteur, notamment à travers le personnage de l’inspecteur Maigret. Des caractéristiques communes (origines modestes, réussite professionnelle, persévérance et application au travail) entre l’auteur et son personnage donnent lieu à des glissements, voire à des amalgames dans l’esprit des lecteurs. Ces confusions sont par ailleurs entretenues par les médias, qui jouent sur ce rapprochement : « le public et le commentaire, spécialisé ou non, se passionnent pour les correspondances possibles entre l’être de fiction, la personne civile de l’écrivain et la personne publique et médiatique (la vedette) » (p. 181). La figure de l’écrivain en artisan et artiste, renforcée par le rapprochement avec son personnage emblématique, suscite à la fois admiration et identification.

6En raison de l’aspect psychologique et social des romans simenoniens, une fonction de conseiller est attribuée à l’écrivain par une partie des lettres reçues, étudiées dans le cinquième chapitre. Si les romans peuvent servir de guide moral, l’auteur médiatisé qu’est Simenon est fréquemment sollicité pour des conseils ou des confidences. Cette lecture psychologisante des romans, et par extension ce recours à l’écrivain comme conseiller moral, pourrait avoir été encouragé, explique Véronique Rohrbach, par une diffusion importante des travaux de sciences humaines et sociales dans le grand public au cours des années 1960. Simenon est ainsi sollicité pour mettre en mots des situations compliquées, par les lecteurs pour qui la forme romanesque permet de mieux appréhender la psychologie humaine ou le monde social, ou encore il est pris à témoin de récits de vie et de récits de soi. Ces confidences expriment chez les lecteurs concernés un besoin de reconnaissance de leur existence, à la manière dont l’écrivain reconnait celle des « petites gens » qu’il met en scène dans ses romans. L’auteur est également sollicité par des aspirants écrivains, qui lui demandent des conseils, des relectures, des recommandations à un éditeur ou bien la rédaction d’une préface. Certains correspondants souhaitent porter un problème ou une affaire à l’attention publique, et sollicitent Simenon pour en faire un roman, ce qui témoigne d’un fort pouvoir sur le réel prêté au roman policier.

7Enfin, le courrier n’est pas adressé uniquement à l’écrivain Simenon, mais aussi à la vedette, d’autant plus qu’il est connu que l’auteur répond à ses lecteurs. Le sixième et dernier chapitre rassemble ce type de lettres. « Simenon est au cœur d’une nouvelle étape de ce processus, qui voit le vedettariat littéraire entrer, avec les nouveaux médias du XXe siècle, dans un régime de visibilité intensifiée » (p. 229). L’intérêt médiatique pour la personne de l’écrivain croit parallèlement à l’attention du public, qui peut désormais le voir et l’entendre parler. Les lettres de cette catégorie sont marquées par une rhétorique spécifique au courrier adressé aux célébrités, avec un enjeu de taille pour celui qui rédige : se particulariser en tant qu’individu au sein de la masse de missives reçues. À travers ces lettres transparait également la part de « lettres fantômes », jamais écrites ou jamais envoyées, ainsi que les aspects matériels de la relation à la vedette (dédicaces et collections).

8En conclusion, Véronique Rohrbach revient sur les trois formes de lecture qui apparaissent dans les lettres étudiées : la lecture pragmatique (évasion, réconfort, sociabilité, aspects didactiques), la lecture passionnelle (« lien du cœur », immersion) et la lecture de reconnaissance (liens entre fiction et vie du lecteur). L’œuvre de Simenon, appréhendée ici à travers le courrier de ses lecteurs, incarne en outre « une transformation du statut de l’auteur, de la littérature et de sa consommation » (p 278). La chercheuse invite ainsi à poursuivre l’analyse de ces évolutions à l’ère numérique, et plus généralement encourage à une ouverture de la recherche littéraire sur les usages courants et contemporains de la littérature. Alors qu’internet rend possible de nouvelles interactions entre auteurs et lecteurs et que l’espace de la critique amateur en ligne se développe, les horizons de recherche semblent effectivement vastes en ce domaine.

9Véronique Rohrbach livre dans cet ouvrage une analyse particulièrement riche, qui lance des pistes de réflexion nombreuses sur la lecture ordinaire et sur la figure de l’écrivain. L’articulation des approches littéraires et sociologiques varie selon les chapitres, mais s’avère toujours fructueuse, puisque l’auteure réussit avec adresse à équilibrer les apports de l’une et de l’autre. L’analyse de la réception des textes s’enrichit ainsi de l’étude de leurs caractéristiques formelles, tandis que l’analyse littéraire des textes est renforcée via l’étude de leur perception par les lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Ce terme de l’historien Robert Darnton (« La lecture rousseauiste et un lecteur “ordinaire” au XVIIIe siècle », in Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Payot et Rivages, 1985), largement repris dans les analyses sociologiques des pratiques lectorales, rassemble tous les modes de lecture (évasion, divertissement, usages éthiques et pratiques…) qui se distinguent de la lecture « savante » des textes, celle qui s’appuie sur des critères esthétiques et littéraires.

2 « Recognition ». Rita Felski, Uses of Literature, Oxford, Blackwell Publishing, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Hommel, « Véronique Rohrbach, Le courrier des lecteurs à Georges Simenon », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30323

Haut de page

Rédacteur

Élodie Hommel

ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès (ESPE/CERTOP), chercheure associée au Centre Max Weber, auteure d’une thèse sur les lectures de littératures de l’imaginaire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page