Navigation – Plan du site

Nicolas Maisetti, Marseille ville monde. L’internationalisation d’une métropole morcelée

Margot Bergerand
Marseille, ville du monde
Nicolas Maisetti, Marseille, ville du monde. L'internationalisation d'une métropole morcelée, Paris, Karthala, coll. « Questions transnationales », 2017, 304 p., préf. André Donzel, ISBN : 978-2-8111-1883-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Renaud Payre (dir.), Lyon, ville internationale. La métropole lyonnaise à l'assaut de la scène inte (...)

1Étudier l’internationalisation de la métropole marseillaise permet de dévoiler certains rouages de la gouvernance urbaine de ce territoire morcelé. C’est ce que propose Nicolas Maisetti dans cet ouvrage. L’analyse des processus d’internationalisation et de métropolisation prend une importance croissante dans les champs de la sociologie politique, avec une multiplication des ouvrages scientifiques qui participent parfois eux-mêmes de la légitimation de ces processus1. Ici, l’auteur mobilise la sociologie politique et la sociologie de l’action publique pour proposer une analyse distanciée, en privilégiant une entrée par les acteurs, les régulations et les institutions.

2Depuis les années 1990, un processus de formalisation et de professionnalisation des pratiques liées à l’internationalisation des territoires au sein des collectivités territoriales s’est enclenché. Devenue un enjeu incontournable pour les villes dans un contexte de compétition mondialisée, la mise en œuvre de l’internationalisation reste cependant intrinsèquement liée aux contextes politiques locaux. Son étude permet ainsi de dévoiler à Marseille la persistance et les recompositions de rivalités partisanes, territoriales (entre communes et ensembles de communes du territoire métropolitain) et institutionnelles (entre les échelons des collectivités territoriales) dans le cadre notamment d’une construction métropolitaine conflictuelle. C’est à travers l’étude de plusieurs types de dispositifs que Nicolas Maisetti déploie son argumentaire. Il explore ainsi les enjeux de la coopération décentralisée, de la diplomatie décentralisée dans le cadre européen, des politiques d’attractivité et, enfin, des labellisations internationales.

3La première partie de l’ouvrage aborde le « récit méditerranéen » sur lequel les politiques d’internationalisation de Marseille reposent. Ce récit confère à la ville un destin international unique et historique. Le fait migratoire y tient une place importante, prenant corps à travers les « communautés », présentées comme autant d’entités homogènes dont la cohabitation pacifique serait le symbole d’un cosmopolitisme consensuel. Les techniciens et les élus qui œuvrent à l’internationalisation de la ville s’appuient sur ce « récit méditerranéen » pour mettre en œuvre des politiques urbaines visant à inscrire la ville dans la compétition métropolitaine mondialisée. Nicolas Maisetti montre comment la reconversion du port, vers les activités de croisière ou le développement urbain du front de mer, par exemple, est présentée comme la continuité logique et naturelle de l’histoire de cette « ville-monde ».

4La seconde partie s’intéresse spécifiquement aux politiques de coopération décentralisée. Ces partenariats privilégiés avec d’autres villes portuaires du bassin méditerranéen prennent essentiellement la forme d’échanges de savoirs. Nicolas Maisetti s’attache ici à montrer la façon dont l’internationalisation, à travers la mise en œuvre de ces projets, constitue un espace de compétition politique. Cette compétition répond à des enjeux électoralistes par le développement de relations clientélaires avec les associations communautaires ou par l’adaptation des argumentaires politiques en fonction des forces en jeu ; pour illustration, la percée du Front national aux municipales de 2014 aurait ainsi entrainé un tournant économiciste dans le vocabulaire utilisé par les élus, qui ont ensuite préféré parler de « partenariats » plutôt que de « coopération » pour décrire leurs activités internationales. La compétition politique locale s’exerce aussi au sein des relations entre institutions qui, malgré une façade institutionnelle commune, peinent à cacher leur manque de coordination dans le déploiement des politiques d’internationalisation. La compétition se joue également dans l’espace politique européen, puisque la coopération décentralisée constitue un levier permettant aux villes de l’Europe du Sud de s’affirmer dans le cadre de l’expansion européenne vers l’Est. Enfin, malgré une intervention « à distance » de l’État, le ré-échelonnement de ces politiques au niveau européen rebat également les cartes.

5La troisième partie porte justement sur la diplomatie décentralisée dans le contexte européen, en mettant en lumière la façon dont l’Union européenne est sollicitée non seulement comme principal financeur mais également comme partenaire potentiel. Les collectivités tentent ainsi de peser sur la définition même des politiques européennes, mais leur capacité à les infléchir demeure faible. Ce chapitre apporte deux considérations intéressantes. D’une part, l’importance croissante des financements européens dans ces projets a transformé le cadre de la coopération méditerranéenne, ce que l’auteur appelle « l’européanisation du partenariat euroméditerranéen ». D’autre part, les collectivités locales, villes, départements, régions, tout comme l’Europe, ne sont pas des échelles mais bien des acteurs à part entière de l’internationalisation des villes.

6L’enjeu principal de cette internationalisation étant bien d’inscrire le territoire dans une compétition mondiale, les stratégies d’attractivité sont au centre de ces politiques. La fragmentation politique mais aussi économique du territoire est souvent identifiée par les experts (économistes, universitaires, techniciens…) comme la raison principale de son manque d’attractivité. Les politiques d’attractivité se fondent sur le développement de dynamiques événementielles, l’exportation d’une expertise économique ou encore l’accueil d’institutions ou d’organisations internationales, mais Nicolas Maisetti fait le constat qu’elles ne permettent pas de déboucher sur une réelle action collective.

7Finalement, c’est autour de l’enjeu des récompenses territoriales, trophées ou labels que les fragmentations territoriales peuvent parfois êtes dépassées. Cependant, lorsque des alliances entre acteurs concurrents se font pour l’obtention d’un label, elles sont généralement le résultat d’une injonction à la mutualisation formulée comme condition d’attribution. Bien souvent, les rivalités politiques ou institutionnelles interfèrent à nouveau dans ces collaborations temporaires. Les injonctions à jouer collectif portées par l’État ou par l’Europe, qui ont pour objectif de favoriser les collaborations notamment métropolitaines, se heurtent aux dynamiques plurielles d’un territoire politiquement et institutionnellement morcelé.

8L’internationalisation des villes est le théâtre de nouvelles concurrences au sein des institutions où se développe une compétition à la fois inter et intra-territoriale. L’internationalisation de Marseille, mobilisée comme un outil de construction du territoire métropolitain, révèle en réalité la conflictualité locale et l’existence d’une « coopération sans coordination » face aux injonctions des financeurs. Les acteurs économiques privés jouent un rôle croissant dans la mise en œuvre de ces politiques, comme cela a été le cas pour la sélection de Marseille comme capitale européenne de la culture.

9Cet ouvrage apporte ainsi un éclairage intéressant sur la façon dont le développement du territoire est pensé dans les sphères politiques et techniciennes, ainsi que par les acteurs économiques. On peut cependant regretter qu’il n’aborde pas plus certains acteurs comme les citoyens ou les habitants, ce qui aurait permis d’interroger la place que les politiques d’internationalisation et de métropolisation leur réservent.

Haut de page

Notes

1 Renaud Payre (dir.), Lyon, ville internationale. La métropole lyonnaise à l'assaut de la scène internationale, 1914-2013, Lyon, Éditions Libel, 2013 ; compte rendu d’Étienne Faugier pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/12690. Frédéric Gilli, Grand Paris. L'émergence d'une métropole, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2014 ; compte rendu d’Anne-Marie Thirion pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/15053.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Bergerand, « Nicolas Maisetti, Marseille ville monde. L’internationalisation d’une métropole morcelée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 janvier 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30329

Haut de page

Rédacteur

Margot Bergerand

Doctorante en urbanisme et aménagement à Paris Nanterre (ED 395), UMR 7218 LAVUE, Centre de recherche sur l’habitat.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page