Navigation – Plan du site

Milena Doytcheva, Le multiculturalisme

Alexandre Diallo
Le multiculturalisme
Milena Doytcheva, Le multiculturalisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2018, 127 p., 1re éd. 2005, ISBN : 978-2-348-03753-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette troisième édition entièrement remise à jour de son ouvrage, Milena Doytcheva apporte une réflexion synthétique et empiriquement documentée sur le multiculturalisme. Elle restitue sa genèse et présente les impasses, conceptuelles et pratiques, à la mise en place de politiques multiculturelles. La démarche choisie permet d’approfondir un concept qui interroge le rapport des sociétés modernes à leurs citoyens et la capacité des États dans un monde globalisé à respecter les droits et les cultures individuels. La présentation des nombreux modèles théoriques ainsi que l’analyse détaillée des mesures législatives relevant du multiculturalisme, se référant à la lutte contre les discriminations ou aux politiques de discrimination positive témoignent de la profusion de débats et des déclinations multiples et changeantes du multiculturalisme.

  • 1 Schnapper Dominique, La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 19 (...)

2Si l’adjectif « multiculturel » a émergé dans les années 1940 pour désigner la présence de groupes ou d’individus ayant des origines ethniques multiples, le substantif « multiculturalisme » a été créé dans les années 1970 au Canada. Il s’est développé d’abord dans les pays anglophones (Canada, Australie, États-Unis), puis en Europe et en Amérique latine. Alors que la période actuelle se caractérise par un phénomène migratoire, complexe et prégnant, et par un « affaiblissement des processus d’intégration nationale » (p. 3), le concept de multiculturalisme apparaît, selon l’auteure, comme « une des manières de répondre à ces problématiques » (p. 5). Permettant l’intégration du pluralisme culturel dans une perspective élargie à la lutte contre les inégalités et en faveur de la justice sociale, il participe d’une volonté de reconnaissance « équitable » d’individus et de collectifs dans l’espace public1. Par la prise en compte des avancées et des difficultés, passées et récentes, des politiques multiculturelles, le livre se propose d’« aller au-delà des oppositions dichotomiques de principes – universalisme versus différencialisme, individu versus communautés, reconnaissance versus “aveuglement” aux différences – pour apporter une connaissance nuancée et empiriquement documentée des enjeux intellectuels et politiques qui entourent la problématique et les réalisations multiculturelles, sans en occulter les impasses ni en diaboliser le projet » (p. 6).

3Huit chapitres structurent la présentation de Doytcheva. Dans les deux premiers, l’auteure retrace la genèse démocratique du multiculturalisme, puis présente des exemples de politiques d’intégration. Invention récente articulée autour d’un principe d’égalité, le multiculturalisme nécessite l’intervention de l’État-providence afin de permettre « l’adaptation des structures de la société nationale – services publics, école, travail, citoyenneté et représentation politique » (p. 16). S’attardant sur les modèles théoriques, les chapitres 3 et 4 restituent les différences conceptuelles entre libéraux et communautariens et au sein du courant féministe. Après avoir expliqué les critiques formulées par les communautariens à l’encontre de la théorie de la justice sociale de Rawls (1971), Doytcheva présente trois « solutions politiques » multiculturalistes : la « reconnaissance des droits des minorités » (Will Kymlicka), la « politique de la reconnaissance » (Charles Taylor) et enfin la solution, qualifiée par Doytcheva de démocratique et de républicaine, « le pluralisme politique » (MichaëlWalzer). Dans le quatrième chapitre, la présentation de trois approches critiques et féministes de la reconnaissance (Nancy Fraser, Judith Butler et Anne Philips) permet d’engager une réflexion non seulement sur les forces symboliques qui exercent une domination symbolique sur certains groupes sociaux (catégories ethnoraciales, « sexualités méprisées ») mais aussi sur les problèmes de compatibilité entre les luttes pour les droits des femmes et les luttes pour les autres minorités. En s’intéressant aux nombreuses pratiques relevant du multiculturalisme dans le monde (États-Unis, Europe, Amérique du Sud), Doytcheva montre dans le cinquième chapitre que le multiculturalisme est non seulement encastré dans des cadres institutionnels et culturels, mais aussi façonné par ces derniers. La présentation des moyens législatifs de lutte contre les discriminations et en faveur de l’action positive, dans le sixième chapitre, permet de comprendre une situation française caractérisée par la construction d’une discrimination positive territoriale (« quartiers sensibles ») et l’émergence d’un terme « positivement connoté » (la diversité). Enfin, le huitième chapitre se focalise sur les controverses épistémiques et politiques puis engage un débat autour de la popularité des politiques multiculturelles.

  • 2 Doytcheva Milena, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques anti (...)
  • 3 Banting Keith, Kymlicka Will, « Is there really a backlash against multiculturalism policies? New e (...)
  • 4 Il s’agit d’un indicateur permettant d’évaluer les politiques multiculturelles et d’étudier celles- (...)

4La lecture de l’ouvrage de Doytcheva permet d’appréhender la complexité d’un concept au croisement de la justice sociale, de la cohésion sociale et de la reconnaissance des droits individuels. L’auteure explique non seulement les enjeux pratiques des débats, mais aussi les fondements philosophiques et politiques du multiculturalisme. Par sa dimension comparative, le livre montre que les contours du multiculturalisme ne sont pas universels et que les configurations institutionnelles et culturelles façonnent son champ d’action. Les politiques américaines, ayant œuvré pour l’égalité raciale, diffèrent des politiques indianistes en Amérique latine, qui entérinent une gestion ethnique des populations, et des politiques qui gèrent les « minorités nationales » dans les pays européens de l’Est. En l’Europe de l’Ouest, plusieurs variations sont observées : le système de compartimentage (« pillarization ») aux Pays-Bas ; le modèle reposant sur l’égalité des chances et la tolérance mutuelle à l’école et sur le multiculturalisme municipal au Royaume-Uni ; l’intégration différenciée et incomplète en Allemagne ; le modèle républicain d’intégration en France. L’auteure reprend aussi un résultat déjà présent dans la littérature consacrée aux politiques multiculturelles et contre les discrimination en France2 : la substitution, facilitée par les entreprises, de la notion clivante de discrimination par celle de diversité. Si l’ouvrage restitue bien les dimensions temporelles, les débats théoriques et les cadres institutionnelles nationaux, on regrette l’absence d’extraits de discours de femmes et d’hommes politiques qui auraient fourni une représentation incarnée des oppositions, parfois caricaturales, suscitées par le recours au multiculturalisme. Dans un contexte de montée des partis d’extrême droite et d’obsession sécuritaire, on regrette aussi, même si une attention particulière est accordée à l’analyse par Banting et Kymlicka3 du Multicultural Policy Index4, l’absence de résultats d’enquêtes d’opinion permettant d’étudier le degré d’acceptation des populations à l’égard des politiques publiques multiculturelles. 

5Cet ouvrage peut se lire comme une synthèse concise et érudite. La recherche d’exhaustivité de l’auteure permet de comprendre les défis et les réalisations du multiculturalisme dans des sociétés marquées par une lutte entre « globalisme » et « localisme ». Alors que les craintes sécuritaires sont en hausse et que certaines populations sont stigmatisées médiatiquement (population musulmane, « migrants »), le multiculturalisme représente une solution politique, sociale et philosophique dont les contours sont le siège de tensions permanentes. Ce livre permet aussi de nourrir une réflexion approfondie sur les moyens permettant de concilier la reconnaissance des cultures individuelles et la cohésion sociale. À ce titre, le concept de « superdiversité », présenté succinctement en fin d’ouvrage (p. 115), apparaît comme un cadre analytique et théorique stimulant pour de nouvelles recherches.

Haut de page

Notes

1 Schnapper Dominique, La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1998.

2 Doytcheva Milena, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail, Bruxelles, PIE Peter Lang, coll. « Travail & Société », 2015 ; Sénac Réjane, L’invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le Lien social », 2012 ; Wieviorka Michel, La diversité. Rapport à la Ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, Éditions Robert Laffont, 2008.

3 Banting Keith, Kymlicka Will, « Is there really a backlash against multiculturalism policies? New evidence from the multiculturalism policy index », GRITIM-UPF Working Paper Series, n° 14, 2012.

4 Il s’agit d’un indicateur permettant d’évaluer les politiques multiculturelles et d’étudier celles-ci à travers le temps. Le site Internet du MCP Index : https://www.queensu.ca/mcp/home.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Diallo, « Milena Doytcheva, Le multiculturalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30339

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Diallo

Chercheur affilié au Centre Maurice Halbwachs (EHESS, CNRS, ENS). Docteur en sociologie (EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page