Navigation – Plan du site

Mary Beth Meehan, Fred Turner, Visages de la Silicon Valley

Maxime Mécréant
Visages de la Silicon Valley
Mary Beth Meehan, Fred Turner, Visages de la Silicon Valley, Caen, C&F Editions, 2018, 112 p., traduit de l'anglais par Valérie Peugeot, ISBN : 978-2-915825-86-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Steve Jobs.
  • 2 Mark Zuckerberg.
  • 3 Idées véhiculées en particulier par le magazine techno-utopiste Wired.
  • 4 Elon Musk.
  • 5 Point hypothétique à partir duquel l’intelligence artificielle dépasserait qualitativement l’intell (...)
  • 6 Idée selon laquelle tout problème (économique, social, politique, écologique, etc.) possède une sol (...)
  • 7 Travail peu rémunéré, effectué par des enfants, avec des matériaux nocifs pour les ouvriers et l’en (...)
  • 8 Scandale lié aux révélations d’Edward Snowden en 2013. Plus récemment, scandale « Cambridge Analyti (...)
  • 9 L’« humain augmenté » est l’objectif des posthumanistes et transhumanistes : une humanité qui aurai (...)

1La Silicon Valley désigne pour beaucoup le lieu du progrès technologique. Région dans laquelle sont concentrées les principales entreprises high-tech aux États-Unis, telles que Google, Facebook, Apple ou encore Tesla, cet espace est aussi porteur d’un nombre important de représentations quasi-mythiques : celle de l’individu génial révolutionnant les sociétés humaines depuis son garage1 ou sa chambre d’étudiant2, celle d’une société libre, égalitaire et sans État3 grâce aux nouvelles technologies, la possibilité de coloniser Mars4, de construire le posthumain ou encore d’atteindre la « singularité technologique »5. La Silicon Valley serait ce nouvel espace utopique où l’avenir se construit un avenir radieux grâce à des technologies supprimant nos dépendances et dysfonctionnements corporels, résorbant les inégalités économiques et les discriminations, tout en mettant un terme à la crise écologique et aux problématiques politiques. Ce « solutionnisme technologique »6 utopique a cependant subi de nombreuses critiques, pointant d’une part la reproduction des inégalités économiques et les dégâts environnementaux dont ces entreprises sont responsables, par l’externalisation de leur production en Asie7, et d’autre part les conséquences de leurs technologies sur nos sociétés, loin des promesses d’utopie attendues : collectes massives de données8, hégémonie de certains acteurs, etc. Mais la plupart de ces critiques éludent une problématique importante : quels effets concrets a eu l’implantation de ces entreprises sur la Silicon Valley elle-même ? Les individus vivent-ils dans l’opulence promise par ces entrepreneurs du high-tech ? Appartiennent-ils à un îlot utopique futuriste, avec ses voitures autonomes, ses maisons intelligentes, ses technologies vertes et ses « humains augmentés »9 ? Ce sont ces questions qu’explore l’ouvrage Visages de la Silicon Valley. Un essai de Fred Turner introduit le livre tandis que le travail photographique et les récits de vies collectés par Mary Beth Meehan en forment la matière centrale.

  • 10 La Silicon Valley compte vingt-trois sites « Superfund », espaces considérés par l’Agence de protec (...)
  • 11 Voir le récit de Mark, illustrant cela, page 67.
  • 12 L’une des plus anciennes villes fondées par les colons.

2Dans son essai court et dense, Fred Turner dévoile l’envers du mythe de la Silicon Valley. Il souligne tout d’abord que, derrière les paysages magnifiques du lieu, se cachent des sols et sous-sols parmi les plus pollués des États-Unis10 : en effet, avant d’être externalisée en Asie, la production très polluante de matériaux utiles à l’industrie électroniques – tel le silicium, qui a donné son nom à la vallée – était assurée sur place (entre les années 1950 et 1980). Cette pollution est responsable d’un certain nombre de déformations congénitales11 et de fausses couches. Ensuite, derrière les discours d’accès universel aux nouvelles technologies et d’opportunités pour tous, se creusent des inégalités économiques importantes. L’auteur propose une analogie pertinente avec la cité de Plymouth au XVIIe siècle12, où les premiers colons, rejetant les populations autochtones, se rêvaient comme une communauté de saints. Car la Silicon Valley d’aujourd’hui produit des représentations similaires, dans lesquelles les entrepreneurs, majoritairement mâles et blancs, sont considérés comme des « saints en devenir » (p. 8). Ce sont ces images à connotation religieuse qui masquent la réalité de la vallée, celle de ces milliers, voire des millions d’individus qui ont rendu possibles les parcours de ces entrepreneurs : codeurs, employés de maison, artisans, commerçants, etc. Ces personnes, au cœur de l’ouvrage, sont bien différentes des figures iconiques censées représenter la Silicon Valley : plus hétérogènes, plus marquées corporellement, elles sont aussi moins riches. Nombreuses sont celles qui vivent sous le seuil de pauvreté et dont les enfants sont mal nourris. Les populations non blanches sont celles qui ont le plus de difficultés financières. En définitive, loin de l’image mythique de richesse et d’opportunités pour tous, la Silicon Valley est l’un des lieux où les inégalités sont les plus marquées aux États-Unis.

3Les photographies de Mary Beth Meehan et les récits qu’elle rapporte sont le fruit d’un travail de terrain effectué dans la vallée en octobre 2017. Ce sont ainsi vingt-deux récits de moins d’une page que présente l’ouvrage, chacun accompagné de photographies. Ce qui frappe tout d’abord, c’est le mal-être et l’insécurité qui transparaissent dans la plupart des récits, malgré la pluralité des situations. On découvre par exemple Imelda, qui travaille pour une entreprise de nettoyage et vit dans une caravane devant le garage d’un de ses amis ; n’ayant pas accès à l’eau ou à l’électricité, elle va régulièrement chez ce dernier pour utiliser sa salle de bain et sa cuisine. On découvre aussi Gee et Virginia, lui co-fondateur d’une start-up, elle travaillant à Hewlett-Packard ; à eux deux, ils gagnent 350 000 dollars par an mais n’ont pas assez d’argent pour meubler la maison qu’ils ont achetée en 2016. Il y a aussi Elizabeth, dont le récit est poignant : diplômée de Stanford, travaillant pour des entreprises high-tech, elle reste pourtant sans domicile fixe. Selon elle, sa situation n’est pas isolée.

4Les photographies alternent entre portraits de ces individus, images du délabrement et de la pauvreté dans la région (celles de la caravane d’Imelda aux pages 48-49 et 51 sont emblématiques) et représentations du high-tech de la Silicon Valley (comme celles des pages 88-89 où l’on voit des individus munis de Ipad prendre en photo une visualisation des bureaux d’Apple en réalité augmentée). Cette association d’images est tout à fait complémentaire des récits : au milieu de cette pauvreté et de cette détresse, les bienfaits supposés des technologies high-tech se révèlent absents. La plupart des personnes présentées dans l’ouvrage vivent dans des caravanes ou des abris, n’ayant pas assez d’argent pour payer un loyer. L’appartement d’une seule pièce loué 3 000 dollars par Ravi et Gouthami, couple d’ingénieurs indiens aux nombreux diplômes, illustre cette situation. Après l’installation des entreprises high-tech, la hausse des prix a été telle que la majorité des individus s’est trouvée réduite à vivre sous le seuil de pauvreté.

5L’association entre les récits et les photographies crée une proximité avec les personnes vivant dans la Silicon Valley. Au-delà des statistiques sur les inégalités dans la vallée, nous découvrons une détresse et une insécurité généralisées, aussi bien chez les travailleurs dits peu qualifiés que chez ceux qui relèvent de catégories plus riches économiquement (ingénieurs, start-uppers, etc.). La force de cet ouvrage tient à cette association entre l’exposition par Fred Turner des faits « objectifs » relatifs aux antagonismes de la Silicon Valley (le nombre d’individus vivant sous le seuil de pauvreté, les inégalités au détriment des minorités, les problèmes écologiques) et l’exposition photographique et narrative, par Mary Beth Meehan, du vécu de ces antagonismes. Loin du mythe de l’utopie technologique, ce que la photographe découvre est une « dystopie », pour reprendre le terme de son amie dans l’épilogue (citée p. 109). Visages de la Silicon Valley est un ouvrage qui permet de percevoir une réalité vécue anxiogène : la Silicon Valley, bien loin de désigner un avenir radieux pour l’humanité grâce aux technologies, est une nouvelle incarnation des contradictions du capitalisme.

Haut de page

Notes

1 Steve Jobs.

2 Mark Zuckerberg.

3 Idées véhiculées en particulier par le magazine techno-utopiste Wired.

4 Elon Musk.

5 Point hypothétique à partir duquel l’intelligence artificielle dépasserait qualitativement l’intelligence humaine. Ray Kurzweil, cofondateur de l’Université de la singularité et directeur de l’ingénierie chez Google, est l’un des principaux représentants de cette hypothèse.

6 Idée selon laquelle tout problème (économique, social, politique, écologique, etc.) possède une solution technologique.

7 Travail peu rémunéré, effectué par des enfants, avec des matériaux nocifs pour les ouvriers et l’environnement. Mais aussi, fait moins connu, externalisation de tâches telles que la modération de contenus, microtasking via le Mechanical Turk d’Amazon, création de « fermes à clics », etc. À ce propos, voir Antonio A. Casilli, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, coll. « La couleur des Idées », 2019.

8 Scandale lié aux révélations d’Edward Snowden en 2013. Plus récemment, scandale « Cambridge Analytica » impliquant Facebook.

9 L’« humain augmenté » est l’objectif des posthumanistes et transhumanistes : une humanité qui aurait, grâce à ses technologies, augmenté ses capacités physiques et mentales et aurait développé son pouvoir de résistance à la maladie ou à la mort.

10 La Silicon Valley compte vingt-trois sites « Superfund », espaces considérés par l’Agence de protection de l’environnement comme étant parmi les plus pollués. Aucun autre comté des États-Unis ne totalise autant de sites pollués.

11 Voir le récit de Mark, illustrant cela, page 67.

12 L’une des plus anciennes villes fondées par les colons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Mécréant, « Mary Beth Meehan, Fred Turner, Visages de la Silicon Valley », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30369

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page