Navigation – Plan du site

Pascale Molinier, Le care monde. Trois essais de psychologie sociale

Jean Zaganiaris
Le care monde
Pascale Molinier, Le care monde. Trois essais de psychologie sociale, Lyon, ENS Éditions, coll. « Perspectives du care », 2018, 175 p., ISBN : 979-10-362-0032-8.
Haut de page

Texte intégral

1À la croisée entre la psychologie sociale et la philosophie morale, les approches du care s’inscrivent également dans une perspective politique. L’augmentation du nombre des personnes à besoins spécifiques, les luttes pour la reconnaissance et les droits sociaux ainsi que les mutations que connaissent actuellement les professions de santé montrent l’importance de ce domaine d’investigation dans le domaine de l’éthique.

2L’auteure précise d’emblée quelle est la démarche des pratiques de recherche sur le care : être capable d’écouter de quelle façon certaines personnes se soucient des autres et pouvoir faire entendre leurs voix. Pascale Molinier a été à l’écoute des infirmières, des aides-soignantes, des auxiliaires de vie, de celles et ceux qui sont en contact directe avec la souffrance, la maladie et la vulnérabilité des autres. Dans l’introduction, l’auteure attire l’attention sur les problèmes de réception des travaux de recherche sur le care dans le champ académique français ainsi que des critiques dont ils font l’objet. Le but du livre n’est pas de verser dans le misérabilisme, de produire un discours moralisateur ou de donner des ressources cognitives aux politiques managériales des milieux de santé mais de comprendre le souci à l’égard d’autrui et de soi-même à partir d’un regard humaniste et « d’un optimisme performatif » (p. 10). Plutôt que de prescrire des attitudes morales à tenir, l’auteure invite à écouter les façons dont les gens parlent du sens moral qu’ils attribuent à leurs actions et de comprendre leurs propos à partir des concepts et des outils de la psychologie sociale, susceptible de devenir une psychologie morale.

  • 1 Luc Boltanski, De l’amour et de la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’actio (...)

3Le premier chapitre attire l’attention sur ce point, en parlant de l’approche care comme d’une « morale non moralisante » (p. 30). Il met en avant, de manière fort convaincante, l’importance de prendre en compte « l’amour » dans les travaux en sciences sociales. Comprendre les pratiques de soin consiste aussi à comprendre les affects de ceux qui s’occupent des autres. Les travaux de recherche sur le care s’appuient sur des données empiriques, des expériences analysées par des personnes qui ont pu les vivre, à l’instar d’Eva Feder Kittay qui remet en cause « les théories qui refusent le statut de personnes aux handicapés cognitifs graves » (p. 39). En effet, la philosophe a pratiqué le care envers sa fille en situation de handicap et c’est à travers sa façon de s’en occuper au quotidien, de partager certaines émotions en écoutant de la musique classique ou en riant ensemble, qu’elle a put penser ce que signifie le rapport d’attention à cet autre auquel on reconnait toute son humanité. Comme a pu le montrer également Luc Boltanski1, l’amour est un concept pertinent pour penser la nature de certaines pratiques. Pascale Molinier parle avec enthousiasme de la « démesure du care », entendu comme un « nouveau langage pour créer un nouveau monde » ou comme « une forme de vie » (p. 43). L’apport éthique peut s’avérer être fort utile pour cadrer les recherches médicales, notamment celles qui mobilisent des nanotechnologies. Pascale Molinier évoque le cas de cellules souches d’un bébé mort-né immortalisé à l’insu de la mère par des chercheurs d’un hôpital. Elle a montre comment l’avancée des technosciences amène à construire un nouveau rapport anthropologique à la mort et à la définition de l’être humain, et à suspendre dès lors la pensée éthique pour poursuivre la recherche médicale dans le domaine des soins. À partir de là, l’auteure affirme que « l’identification à la position de patient (que nous pouvons tous être) joue un rôle capital dans la possibilité de stabiliser un point de vue éthique sur la nanomédecine et constitue un maillon non négligeable dans l’établissement d’une responsabilité relationnelle » (p. 63).

  • 2 Ce travail d’enquête a été publié dans Pascale Molinier, Le travail du care, Paris, La Dispute, 201 (...)

4Le deuxième chapitre, intitulé « La chasse aux Arabes », revient sur une enquête menée au sein d’un établissement d’hébergement pour personne âgée dépendantes2. L’auteure justifie son parti-pris d’avoir privilégié la parole des soignantes de proximité au détriment des travailleuses qualifiées ou de la directrice de l’établissement. Il s’agissait de rendre audible la parole étouffée des subalternes et de montrer les effets du racisme dans le milieu professionnel du soin. Autant nous pouvons rejoindre Pascale Molinier sur sa volonté de rendre publique les violences managériales, les licenciements jugées arbitraires et les paroles racistes, autant cet usage a-critique de l’épistémologie de la « blanchité » et de la « racialisation » nous a posé problème. Si le care est une approche en situation, en rapport avec les expériences vécues au contact de la souffrance et des émotions avec les patients, ce n’est pas en appliquant des conceptions homogénéisantes du social, notamment celles de « femmes blanches » ou de « femmes noires », que l’on peut saisir à notre avis les interactions et les ressentis complexes des acteurs. Est-il important de savoir si la soignante licenciée pour avoir eu un flirt avec un résident est une « femme blanche » ou une « femme noire » ? Il nous semble plus utile de rendre visible la nature des paroles et des sentiments de cette dernière vis-à-vis de son patient, la façon dont elle a pu vivre le rapport aux normes de déontologie médicale conjointement à sa relation avec lui, que de se focaliser sur sa « race ». Il en est de même au sujet de la directrice de l’établissement, réduite à ses discours racialisant les soignantes « noires » et « arabes ». Et si, derrière ces paroles que Pascale Molinier qualifie de « racisme latent », se cachait un mépris de classe ou un manque de confiance en soi, se traduisant par une attitude méprisante ou autoritaire à l’égard de l’autre ?

5Si le care consiste à prendre les dires d’autrui au sérieux pour comprendre les pratiques sociales autour du soin, il ne peut occulter les risques d’une surinterprétation des paroles. Autant il est important de prendre en compte le sentiment des soignantes disant vivre dans un univers raciste, d’être victimes de paroles racistes, autant il est nécessaire également de rompre avec les conceptions unilatérales, manichéennes et structurellement figées de la domination. Les comportements racistes de l’équipe d’encadrement et de la direction sont-elles forcément homogènes, invariantes et pérennes ? Il serait également intéressant de savoir quelles sont les émotions des personnes racisées, quelles sont leurs stratégies de résistances, et quelles sont les éventuelles expressions de mépris ou de haine des « Non-Blancs » à l’égard des « Blancs » perçus comme racistes. Si le souci d’écouter la parole des victimes, qu’il ne faut pas confondre avec celles de ses agresseurs, est légitime, cette écoute doit se faire à partir d’une posture axiologiquement neutre, pas forcément positiviste d’ailleurs. La chercheuse ou le chercheur qui étudie ces questions a un rapport aux valeurs qui reste présent durant le travail d’investigation et d’analyse, mais doit les mettre également à distance afin de restituer l’ambivalence et la fragilité du réel dans son enquête. Il nous semble réducteur de dire que les soignantes « noires » et « arabes » vivent dans un monde raciste mais que ce n’est pas le cas de leurs chefs « blanc » (p. 93). S’il est aujourd’hui courant de déconstruire les discours ethnocentriques qui tendent à parler à la place des personnes racialisées, il est plus rare de décrire empiriquement les processus d’interaction complexes et mouvants entre dominants et dominés ainsi que les situations où les rapports de domination s’inversent ou sont remis en cause par ceux qui les subissent. L’auteure est d’ailleurs plus convaincante lorsqu’elle montre empiriquement de quelle façon la parole d’un homme européen faisant partie du personnel soignant remet en cause « les explications culturalistes du bon care maghrébin » (p. 99). Les métiers du soin peuvent être pratiqués avec dévotion tant par des personnes maghrébines que par des personnes non maghrébines, et les parcours biographiques des individus ne se limitent pas à leurs appartenances culturelles (qui peuvent être multiples ou métissées). Nous rejoignons également Pascale Molinier lorsqu’elle définit l’éthique du care en parlant de l’amour exprimé par les soignantes et les soignants à l’égard des malades, ou la façon dont les malades expriment à leur tour des formes d’affection à leur égard.

6Le troisième chapitre dresse le profil de certaines héroïnes du care. Pascale Molinier a étudié l’association colombienne Avanzar d’aide aux personnes défavorisées, qui permet à certaines femmes de s’identifier à d’autres qui sont passées par le même vécu douloureux de la précarité et s’en sortir. L’éthique féministe du care permet de se soucier de soi entre semblables, de créer des dispositifs d’entraide mutuelle et de thérapeutique de soi. L’auteure cite également Bertha Pappenheim, née en 1859 et considérée comme la première travailleuse sociale, Val Plumwood, figure amérindienne de l’écoféminisme dont les idées peuvent faire écho à l’éthique du care, et encore Maria Ovidia Palechor, militante associative colombienne.

7L’ouvrage conclut en rappelant que le care accorde une attention particulière à la parole et à l’écoute, l’auteure indiquant avec beaucoup de lucidité et d’humanisme que l’expérience de la maladie peut aussi aider à vivre et à aimer. Ce livre représente incontestablement un apport important pour la diffusion de l’éthique du care au sein de différents champs sociaux, tant médicaux qu’universitaires.

Haut de page

Notes

1 Luc Boltanski, De l’amour et de la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Metaillé, 1990.

2 Ce travail d’enquête a été publié dans Pascale Molinier, Le travail du care, Paris, La Dispute, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Pascale Molinier, Le care monde. Trois essais de psychologie sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 18 janvier 2019, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30386

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

École de gouvernance et d’économie de Rabat, Université polytechnique Mohammed VI.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page