Navigation – Plan du site
L'envers du travail

L'envers du travail

Le genre de l'émancipation ouvrière
Rolande Pinard, L'envers du travail. Le genre de l'émancipation ouvrière, Montréal, Lux, coll. « Humanités », 2019, 382 p., ISBN : 978-2-89596-257-1.
Notice publiée le 18 janvier 2019

Présentation de l'éditeur

Dans l’histoire du travail, les femmes ont joué un rôle méconnu, voire ignoré par la plupart des historiens et sociologues. Quelques historiennes, au cours des dernières décennies, se sont employées à pallier ce manque. Se nourrissant de leurs travaux, Rolande Pinard propose ici une analyse sociohistorique de l’activisme des travailleuses ayant contribué, dans le mouvement ouvrier, à élaborer le sens social-politique du travail. Richement documentée, cette recherche soutient que, de leur solidarité initiale avec les travailleurs, les travailleuses ont progressivement été marginalisées dans les formes de syndicalisme qui ont suivi. En bout de ligne, l’émancipation par le travail a quasi exclusivement été le lot des hommes, qui ont bénéficié des institutions (comme le syndicalisme) construites par les luttes ouvrières, sociales et politiques.

Soulignant l’aspect pluridimensionnel de la formation de la classe ouvrière, Rolande Pinard rappelle que comprendre le travail d’un point de vue critique implique de tenir compte de ses différents agents à travers les périodes historiques de transformation du capitalisme.

Haut de page

Auteur

Rolande Pinard

Rolande Pinard est sociologue. Elle a pratiqué la sociologie du travail en milieu syndical, puis la sociologie de l’emploi comme chercheure indépendante. Elle est l’auteure de La révolution du travail. De l’artisan au manager (Presses universitaires de Rennes, 2000 et Liber, 2000 et 2008).

Haut de page