Navigation – Plan du site

Marco Saraceno, Pourquoi les hommes se fatiguent-ils ? Une histoire des sciences du travail (1890-1920)

Joël Jung
Pourquoi les hommes se fatiguent-ils ?
Marco Saraceno, Pourquoi les hommes se fatiguent-ils ? Une histoire des sciences du travail (1890-1920), Toulouse, Octarès Editions, coll. « travail & activité humaine », 2018, 176 p., ISBN : 978-2-36630-080-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Vatin, directeur de la thèse dont le livre est issu, a écrit sur ces questions un ouvrage (...)

1Les machines peuvent s’user, chauffer, tomber en panne. Elles ne se fatiguent pas. Les « sciences du travail », dont Marco Saraceno reconstitue la brève histoire, au tournant du XIXe et du XXe siècles, ont cherché dans la fatigue la spécificité du travail humain, au carrefour des sciences de la nature et des sciences sociales. Mais pour l’auteur, et comme le souligne dans la préface François Vatin1, cette histoire est celle d’un échec, particulièrement instructif.

  • 2 Marco Saraceno souligne que le projet « ergologique » d’une science du travail ainsi définie, n’a r (...)

2Les ingénieurs français qui ont forgé le concept physique de travail comme « produit d’une force par le déplacement de son point d’application » l’ont appelé « travail » en se référant à l’expérience humaine du travail la plus commune. Les « sciences du travail » ambitionnent, par une sorte de mouvement de retour, de produire une « ergologie2 », reposant sur une mesure objective de « l’homme au travail », une « métrologie ». Un tel projet soulève dans son principe même une série de problèmes épistémologiques. Il risque en effet d’ôter au travail humain toute spécificité, en n’y voyant que l’une des innombrables transformations de l’énergie auxquelles la physique thermodynamique réduit l’univers. Il risque du même coup d’ignorer que le travail est aussi « activité pratique » et effort volontaire : ce que le « pourquoi » équivoque du titre, dans lequel il faut entendre les causes, mais aussi les motifs, entend justement rappeler.

3Dans ce cadre, la considération de la fatigue joue un rôle central, dont les différents moments du livre de Marco Saraceno rendent compte. Ainsi (pour ne rappeler que quelques étapes de ce parcours), un portefaix immobile se fatigue, et donc travaille, alors même qu’à la différence de ce qu’exige le concept physique de travail, il n’effectue aucun déplacement : il faut donc supposer la production d’un « travail physiologique interne », que théorise Auguste Chauveau. Après lui, Angelo Mosso (dont l’« ergographe » perfectionne les dispositifs d’enregistrement et de mesure du mouvement d’Etienne-Jules Marey), étend la notion de travail physiologique au « travail cérébral » que nécessite toute activité musculaire volontaire. Dès lors, la fatigue ne peut plus être considérée comme le seul effet d’une dépense physique à laquelle elle serait proportionnelle, et son étude invite à s’intéresser de manière privilégiée aux conditions réelles du travail et de l’effort volontaire, ce qui suppose par définition la considération du but intéressant ou utile à atteindre. Le travail humain n’est donc pas seulement, résume Marco Saraceno, « activité physiologique de transformation énergétique », mais aussi « activité anthropologique de production de valeur », ce dont les « sciences du travail » peinent à rendre compte.

4Une seconde partie porte sur les développements auxquels cette difficulté donne lieu, développements très divergents, mais qui ont en commun de lier fatigue et volonté, et de substituer à la problématique de la mesure celle de l’évaluation. Des chercheurs comme Théodule Ribot (pour qui la volonté correspond à la prise de conscience de l’effort qu’impose un but lorsqu’il ne peut être directement atteint, comme dans l’apprentissage d’une technique), Emil Kraepelin, ou encore l’économiste William Jevons contribuent ainsi à penser la volonté non comme ce qui fournit l’énergie nécessaire à l’effet utile, mais aussi et surtout comme ce qui détermine l’utilité même de l’effet. L’auteur souligne que l’aptitude d’un individu à travailler n’est plus dès lors la résistance à la fatigue, mais « la capacité à réaliser un but ». À ces transformations peuvent être encore rattachées d’autres démarches, comme celles d’Alfred Binet et de Jean-Maurice Lahy, qui développent les concepts d’aptitudes naturelles et de profils professionnels ; celle d’Étienne Solvay, dont « l’énergétisme social » interprète les actes volontaires et l’organisation sociale elle-même comme des modes de transformation et d’échange énergétique ; ou encore la « démocratie industrielle » d’Armand Imbert, pour qui la fatigue perçue adapte utilement le geste à la tâche, et permet au « moteur humain » de se réparer lui-même. Un second passage consacré à Angelo Mosso souligne le caractère conservateur de sa démarche qui dénonce les méfaits de la société industrielle, nie que les machines allègent la fatigue humaine, et oppose la « bonne fatigue » du paysan au surmenage qu’occasionne le « travail dégénéré » de l’ouvrier. Sa promotion de l’homme nouveau que « l’éducation physique scientifique » rendrait apte à servir sa nation, deviendra chez son disciple Robert Michels une apologie du fascisme italien, où la volonté individuelle se dépasse en s’incarnant dans le chef charismatique, emprunt explicite à Max Weber.

  • 3 Marco Saraceno s’appuie sur des textes peu connus en France, du fait qu’ils n’ont été traduits que (...)
  • 4 La théorie marginaliste donne à la valeur des marchandises une origine subjective, contrairement au (...)
  • 5 Georges Canguilhem, « Milieux et normes de l’homme au travail », Cahiers internationaux de sociolog (...)
  • 6 Parmi d’autres ouvrages, on peut consulter la thèse d’Yves Schwartz, Expérience et connaissance du (...)

5C’est précisément à Max Weber3 que s’intéresse la troisième partie. Dès ses premiers travaux, Max Weber conçoit l’efficacité professionnelle de manière sociologique. À l’opposition tranchée entre déterminisme et libre choix, entre nature objective et volonté subjective, il substitue la compréhension des motifs des actions dans un contexte déterminé. Dans sa discussion du marginalisme de Lujo Brentano4, Max Weber montre que le besoin économique est irréductible au stimulus physiologique. Au psychiatre Emil Kraepelin, qui tente de théoriser et de mesurer » l’impulsion de la volonté », il oppose que les valeurs qui commandent l’action ne sont pas irrationnelles, mais qu’elles sont irréductibles à des facteurs physiologiques ou économiques. Le travail est « utilisation de soi par soi », et l’adaptation au milieu de l’usine n’est ni simple mécanisme, ni pure volonté, mais s’opère toujours sous forme « d’autodiscipline » à travers des choix individuels. La conclusion de Marco Saraceno lie cette approche aux thèses de Georges Canguilhem sur l’individu vivant, qui redéfinit constamment les normes de son action en fonction du contexte, et sur « l’homme au travail5 » ; ainsi qu’à leurs prolongements dans l’ergologie d’Yves Schwartz6. Selon Marco Saraceno, l’échec des « sciences du travail » devrait conduire à une conclusion principale : « l’homme en tant qu’être qui travaille ne peut être connu qu’en participant à sa production » ; l’homme est « un sujet qui modifie son propre être jusque dans sa physiologie même, afin de réaliser sa vie comme un projet à l’intérieur d’un système de contraintes matérielles, sociales et morales » (p. 148).

  • 7 Anson Rabinbach, The human motor. Energy, fatigue and the origins of modernity, University of Calif (...)
  • 8 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, rééd., Aubier-Montaigne, 1969, p. 241.

6Le livre de Marco Saraceno propose une exploration historique riche et instructive, articulée à une perspective épistémologique (par où il entend se distinguer de celui qu’Anson Rabinbach avait consacré à ces questions7). On y retrouve, nonobstant leur présence discrète, l’écho des interrogations marxiennes de l’Introduction de 1857 ou du livre I du Capital : « nécessité éternelle », le travail est aussi « une catégorie des plus modernes » ; la valeur des marchandises se mesure à la quantité de travail qu’elles incorporent, mais il s’agit du « travail socialement nécessaire », plus que de la dépense physique individuelle, ce qui change la « mesure » de cette quantité. Il montre de manière frappante à quel point le concept de travail est problématique, tiraillé entre des perspectives et des sens divergents, auxquels le livre n’échappe peut-être pas entièrement lui-même. Ainsi, l’auteur rapproche l’idée de l’homme comme « “instrument” de lui-même » de la définition que Gilbert Simondon donne du travail. Mais dire qu’« il y a travail seulement lorsque l’homme doit donner son organisme comme porteur d’outils8 », comme le fait Gilbert Simondon, c’est précisément ne pas définir le travail comme activité humaine générale et « anthropologique » de production et d’autoproduction : il y a travail seulement « quand l’homme ne peut confier à l’objet technique la fonction de médiation entre l’espèce et la nature ». Une confrontation entre ces perspectives serait passionnante.

Haut de page

Notes

1 François Vatin, directeur de la thèse dont le livre est issu, a écrit sur ces questions un ouvrage qui fit date (et dont Marco Saraceno retrouve globalement le cadre historique et conceptuel) : Le travail. Économie et physique, 1780-1830, Paris, P.U.F., coll. « Philosophies », 1993.

2 Marco Saraceno souligne que le projet « ergologique » d’une science du travail ainsi définie, n’a rien à voir avec l’ergologie telle que l’envisage aujourd’hui Yves Schwartz, comme démarche philosophique globale portant sur l’activité humaine, dont il est question à la fin du livre.

3 Marco Saraceno s’appuie sur des textes peu connus en France, du fait qu’ils n’ont été traduits que partiellement (entre autres par ses soins), ou pas du tout.

4 La théorie marginaliste donne à la valeur des marchandises une origine subjective, contrairement au classiques (Adam Smith, David Ricardo, Karl Marx…) qui rapportent leur valeur à la quantité de travail qu’elles représentent. Lujo Brentano espère fonder l’économie marginaliste sur la psychophysique de Gustav Theodor Fechner, et sur la loi dite de Weber-Fechner, qui établit un rapport mathématique entre la grandeur du stimulus et la sensation, ce que récuse Max Weber. La Revue française de sociologie a consacré un numéro (2005/4, vol. 46) à la traduction et à l’interprétation de l’article de Max Weber, « La théorie de l’utilité marginale et la "loi fondamentale de la psychophysique" ».

5 Georges Canguilhem, « Milieux et normes de l’homme au travail », Cahiers internationaux de sociologie, III, p. 120-136.

6 Parmi d’autres ouvrages, on peut consulter la thèse d’Yves Schwartz, Expérience et connaissance du travail, Paris, Éditions sociales, 2012.

7 Anson Rabinbach, The human motor. Energy, fatigue and the origins of modernity, University of California Press, 1992; en version française Le Moteur humain, La Fabrique Éditions, 2004 (épuisée). Cf. également « L’âge de la fatigue. Énergie et fatigue à la fin du xixe siècle », revue vrbi, 1979.

8 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, rééd., Aubier-Montaigne, 1969, p. 241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Jung, « Marco Saraceno, Pourquoi les hommes se fatiguent-ils ? Une histoire des sciences du travail (1890-1920) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30438

Haut de page

Rédacteur

Joël Jung

IA-IPR honoraire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page