Navigation – Plan du site
Théâtre et charlatans dans l'Europe moderne

Théâtre et charlatans dans l'Europe moderne

Jennifer Ruimi, Eric Negrel, Beya Dhraïef (dir.), Théâtre et charlatans dans l'Europe moderne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 366 p., post. Jean-Paul Sermain, ISBN : 978-2-87854-996-6.
Notice publiée le 21 janvier 2019

Présentation de l'éditeur

« Tout le monde est charlatan. Les écoles, les académies, les compagnies les plus graves ressemblent à l’apothicaire Arnoud ». Lorsque Voltaire écrit ces lignes en 1768, cela fait un siècle que le mot charlatan possède le sens figuré de « trompeur, manipulateur », tout en conservant son sens initial qui renvoie à une pratique non académique de la médecine. Qu’il soit faux médecin ou imposteur quelconque, le charlatan a partie liée avec la mise en scène de soi et l’usage d’une parole artificieuse. L’arracheur de dents ou le vendeur de drogues s’entourent de farceurs et de musiciens : l’empirisme médical est un spectacle. La charlatanerie métaphorique rencontre aussi le jeu et le dédoublement de l’être : faux savant ou faux dévot, faux prophète ou faux héros, les mystificateurs en tous genres sont des comédiens. Réunissant des contributions pluridisciplinaires, ce volume entend cerner la réalité ambivalente du charlatan, les conditions d’exercice de ce métier en marge des institutions, les rapports étroits qu’il noue entre médecine empirique et théâtralité, la manière, enfin, dont la notion mouvante qu’il recouvre innerve les arts et nourrit la littérature de l’Europe moderne.

Haut de page

Auteurs

Jennifer Ruimi (dir.)

Jennifer Ruimi est chercheuse FNS senior à l'Université de Lausanne où elle mène des recherches sur la pratique du théâtre de société de Voltaire. Elle est l'auteur de La Parade de société au XVIIIe siècle (Honoré Champion, 2015).

Eric Negrel (dir.)

Eric Négrel est chercheur associé au CNRS (IHRIM). Ses travaux actuels articulent l'histoire du théâtre et l'anthropologie. 

Beya Dhraïef (dir.)

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Tunis, Beya Dhraïef est Docteure de l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle a notamment étudié la représentation du cynisme et de l'amoralité dans la comédie "fin-de-règne" et la comédie nouvelle.

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Littérature

Histoire

Sciences du langage

Urbanisme - architecture

Sciences

Haut de page