Navigation – Plan du site

Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud, Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. Enquête sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques

Florence Thiault
Des tweets et des likes en bibliothèque
Marie–Françoise Audouard, Mathilde Rimaud, Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. Enquêtes sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques, Villeurbanne, ENSSIB, coll. « Papiers », 2018, 272 p., préf.Dominique Boullier, ISBN : 979-10-91281-44-7.
Haut de page

Texte intégral

1Que font des institutions culturelles telles que les bibliothèques publiques sur les réseaux sociaux numériques ? Comment investissent-elles ces réseaux ? Qu’espèrent-elles et que reçoivent-elles en échange de cette présence plus ou moins active ? Cet ouvrage, fondé sur une étude du programme de recherche de de la Bibliothèque publique d’information (2016), se propose d’enrichir la réflexion des tutelles et des professionnels à partir d’arguments et d’outils mis en valeur dans le cadre de stratégies de communication d’institutions. Un bilan d’étape est aujourd’hui possible après dix ans d’investissement des professionnels des bibliothèques sur le web social. L’enquête s’appuie sur un corpus de données et d’entretiens réunis dans quatre établissements de lecture publique actifs sur les médias sociaux généralistes (Facebook, Twitter, Youtube) : le réseau des bibliothèques de Brest, celui de Metz, et deux établissements plus modestes, la médiathèque de Quimperlé et la bibliothèque Louise-Michel de la ville de Paris. L’analyse menée permet de rendre compte de la courte histoire de la présence des bibliothèques publiques sur les réseaux sociaux à travers la temporalité propre à chacune des structures (du réseau de Brest, pionnier avec la mise en service d’un compte Facebook en 2004, à la bibliothèque Louise-Michel ouverte en 2014).

2Dans une perspective communicationnelle, la recherche porte sur la caractérisation des contenus des publications et des messages diffusés. Les établissements privilégient une communication axée autour des évènements et des activités qu’ils proposent. Les contenus publiés relèvent de plusieurs catégories : des informations pratiques générales, des sélections de ressources documentaires, des prescriptions d’œuvres culturelles et des moments de la vie des bibliothèques. Les auteurs soulignent une redondance de la communication entre la page Facebook et le compte Twitter des établissements. La médiathèque de Metz, quant à elle, propose une communication différenciée sur Twitter avec des tweets liés à la couverture d’événements en direct (livetweet) et d’autres consacrés à la veille professionnelle. Les bibliothèques étudiées ont aussi mis en place une chaîne YouTube qui regroupe les vidéos postées au sein d’un espace unique. Les vidéos disponibles concernent la captation d’évènement culturel, la présentation d’œuvres, des interviews, des bandes annonces, des tutoriels… La spécificité de la communication des bibliothèques est fondée à la fois sur des logiques de médiation numérique et sur des logiques d’animation de communautés du Web social.

3Une double analyse infométrique (indicateurs issus des plateformes sociales numériques) et sociologique (entretiens semi-directifs) auprès des acteurs professionnels et des usagers assidus sur les réseaux sociaux a été menée pour chacune des bibliothèques. Ces matériaux sont complétés par l’éclairage de l’expérience particulière de la bibliothèque numérique Gallica de la Bibliothèque nationale de France. Celle-ci est présentée au fil des pages dans des encarts spécifiques. L’ouvrage est organisé en trois parties. La première partie relate les stratégies et adaptations des professionnels expérimentateurs pour développer leur présence sur les réseaux sociaux. Ils ont ajusté leurs approches aux contraintes auxquelles ils ont pu être confrontés en fonction des établissements. Ces contraintes sont parfois liées au design des plateformes mais elles sont le plus souvent d’ordre organisationnel (rapport avec le service communication, nécessité de convaincre les tutelles). Le passage de comptes personnels (limités à 5 000 « amis ») à des pages sur Facebook (fan page) marque ainsi une évolution dans les stratégies de communication et d’identification des publics.

4La deuxième partie interroge le fonctionnement et la pertinence des indicateurs et métriques fournis par les plateformes de réseautage social, de microblogging et d’hébergement de vidéos via les comptes administrateurs. Des pistes méthodologiques sont proposées pour croiser ces métriques avec des données de gestion classique comme le nombre d’inscrits. À partir de l’analyse de plusieurs séries de publications (copies d’écrans de la page Facebook des médiathèques de Brest, du compte Twitter des médiathèques de Metz et de la chaîne Youtube de la bibliothèque Louise Michel de Paris), les auteurs tentent de dégager des critères pour que les bibliothèques mettent en œuvre une politique éditoriale efficace (périmètre des sujets, ligne éditoriale, ton des billets) en tenant compte des conventions d’usage des codes de communication, selon les plateformes numériques.

5La troisième partie est centrée sur la connaissance et la compréhension qu’ont les usagers followers de l’activité de la bibliothèque sur un réseau social. Des usagers actifs (inscrit-emprunteur et/ou fréquentant intensif) ont été interrogés par téléphone afin de connaître leurs pratiques, leurs représentations et le type d’interactions qu’ils déploient sur les comptes sociaux des bibliothèques. Ainsi, il apparait que, malgré le peu de réactions (likes, partages, commentaires) que génèrent les publications de la bibliothèque, celles-ci ont une influence réelle sur la fréquentation des activités (animations, rencontres) proposées par la structure. Pour compléter ces portraits d’usagers, l’équipe de recherche a interrogé des booktubeurs, promoteurs engagés dans la recommandation de lecture de livres sur Youtube en vue d’explorer leurs modalités d’engagement et d’interaction dans des communautés d’intérêt identifiées.

6La synthèse proposée en début d’ouvrage met en évidence quelques résultats de l’étude. Les réseaux sociaux numériques permettent aux bibliothèques d’établir une communication moins institutionnelle mais qui reste cependant toujours descendante vers leurs publics ; ils impliquent des modes de travail plus autonomes et moins hiérarchiques et nécessitent une évolution des compétences professionnelles pour l’animation de communauté en ligne ; ils apportent peu de nouveaux publics mais offrent une relation approfondie avec les publics acquis et révèlent une communauté d’usagers très concernés par leur bibliothèque. Au-delà du public traditionnel des bibliothèques, les réseaux sociaux d’institutions culturelles regroupent une communauté professionnelle (dans un rapport d’homophilie) de bibliothécaires qui dans une perspective de veille et d’autoformation s’informent sur les innovations menées dans ce domaine.

7Un autre résultat de l’étude, qui correspond aux normes de publication sur les réseaux sociaux, concerne l’intérêt manifeste des usagers pour les publications portant sur les coulisses des établissements, les anecdotes concernant le personnel, sur un mode d’autodérision, d’humour ou de parodie. La prépondérance de l’image et de la vidéo, la brièveté des messages, la régularité de la présence sont également des éléments susceptibles d’améliorer la portée des publications et les potentialités d’engagement du public (fréquence des interactions).

  • 1 Dossier « Bibliothèques et réseaux sociaux. Des interactions renouvelées avec le public », Arabesqu (...)

8Cette étude menée par des spécialistes de la filière du livre et des usages du numérique montre combien l’approche des relations entre les bibliothèques et leurs publics est renouvelée. Développer la présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux numériques est devenu une activité professionnelle à part entière. Cette question concerne également les bibliothèques académiques1 qui investissent ces nouvelles pratiques de médiation numérique.

Haut de page

Notes

1 Dossier « Bibliothèques et réseaux sociaux. Des interactions renouvelées avec le public », Arabesques, n° 91, octobre-décembre 2018, disponible en ligne : http://www.abes.fr/Publications-Evenements/Arabesques/Arabesques-n-91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Thiault, « Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud, Louis Wiart, Des tweets et des likes en bibliothèque. Enquête sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30574

Haut de page

Rédacteur

Florence Thiault

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page