Navigation – Plan du site

Philippe Hambye et Jean-Louis Siroux, Le salut par l’alternance

Jean Bernatchez
Le salut par l'alternance
Philippe Hambye, Jean-Louis Siroux, Le salut par l'alternance. Sociologie du rapprochement école-entreprise, Paris, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2018, 222 p., ISBN : 978-2-84303-294-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’école est en crise et il faut la réformer, prétendent de nombreux acteurs et observateurs du monde scolaire. Leurs constats et argumentaires sont contrastés, mais une proposition souvent évoquée consiste à rapprocher l’école de l’entreprise et à promouvoir la formation en alternance. Cette option est justifiée par l’idée que l’école est coupée de la réalité et que l’entreprise incarne le réel auquel les institutions doivent s’adapter pour être en phase avec le monde. Le livre s’inscrit dans le champ de la sociologie du rapprochement entre écoles et entreprises. Ses auteurs combinent l’enquête ethnographique et l’analyse de discours. La Belgique francophone et la France sont d’emblée considérées, mais le livre glane des exemples dans d’autres espaces nationaux, entre autres en Allemagne où l’alternance occupe une place importante et est considérée comme un facteur de prospérité économique. Le titre du livre fait référence à la métaphore religieuse du salut parce qu’un phénomène n’a pas à être argumenté dès qu’il relève du sacré, au sens qu’en donne Émile Durkheim1. C’est l’absence de débat autour du phénomène qui préoccupe les auteurs puisque le consensus dissimule la dimension politique des enjeux. L’ouvrage compte quatre chapitres, complémentés par une introduction et une conclusion substantielles.

2L’introduction évoque ce consensus autour des bienfaits de la formation en alternance qui se décline par une portion de formation à l’école et par une autre portion en entreprise. En France, ce modèle a connu les faveurs des trois derniers présidents de la République. En Belgique francophone, tant les partis politiques de droite que ceux de gauche partagent une vision positive des relations entre écoles et entreprises. Les organisations syndicales sont plutôt favorables au principe de confier aux entreprises une portion de la formation scolaire, considérant que les politiques néolibérales tendent à diminuer les ressources octroyées à l’école publique et que le secteur privé se présente comme un acteur légitime pour prendre le relais. L’éloge de la réalité, au sens où l’entend Emmanuel Terray2, est le vecteur de cette option de formation qui suppose l’adhésion au déjà-là et l’injonction à être de son temps. « Privilégier le réel sur le possible, l’existant sur l’envisageable permet d’absolutiser des choix politiques circonstanciées, censés être dictés non par des volontés et des intérêts particuliers, mais par les contraintes d’un réel que l’on suppose transparent à lui-même » (p. 14-15), selon l’argumentaire de Luc Boltanski3.

3Le premier chapitre présente ce que veut dire être formé en entreprise. Il n’existe pas de définition unique puisqu’il faut distinguer les formations en alternance selon qu’elles sont offertes hors du système scolaire (par un organisme d’intérêt public) ou à l’intérieur du système (dans des écoles ou des centres spécialisés). Ces formations sont légion, mais alors que l’éducation est pensée comme le produit d’une délibération politique, la formation l’est en termes techniques, guidés par des impératifs d’efficacité. Ainsi, une meilleure formation est une formation mieux adaptée au marché. Comme les techniques de production évoluent rapidement, il ne suffit pas de former aux aspects techniques d’un métier, il faut former surtout aux normes de l’entreprise, aux comportements et à l’état d’esprit souhaités par l’entreprise. Selon le consensus observé, cela est nécessaire car « l’école est pensée comme un lieu où règne le laxisme, un lieu caractérisé par un manque de dynamisme, par opposition au monde de l’entreprise censé être efficace et mobilisateur » (p. 39). Or, selon les auteurs du livre, rien ne permet d’affirmer cela : l’absence de données empiriques fait en sorte que « la littérature spécialisée épouse trop souvent une vision enchantée, nourrie de ces lieux communs qui prêtent toutes les vertus aux entreprises, et que ce type de littérature vient alimenter en retour » (p. 41).

4Le deuxième chapitre s’intéresse à la promotion de l’alternance pour valoriser l’enseignement qualifiant, lequel a mauvaise réputation et constitue une filière de relégation. Cette dévalorisation du qualifiant traduit la survalorisation des compétences intellectuelles au détriment des compétences manuelles et la hiérarchisation tributaire d’une vision bourgeoise de l’éducation. Les auteurs rappellent « qu’il ne faut pas moins de talent pour travailler le bois ou la terre que pour résoudre une équation à plusieurs inconnues, et que l’on peut y trouver autant d’épanouissement » (p. 75). Des professions prestigieuses (chirurgien par exemple) intègrent d’ailleurs une part importante de travail manuel. Dans un autre ordre d’idée, la perspective de fuir le salariat pour devenir son propre patron est une motivation omniprésente dans le discours des stagiaires. Le mythe de l’entrepreneur en marge du système scolaire, parti de rien pour devenir riche à force de courage et de détermination, est nourri par le discours dominant caractérisé par l’individualisme contemporain, laissant entendre qu’il suffit de vouloir pour pouvoir.

5Le troisième chapitre porte sur le lien entre l’alternance et l’emploi. En plus des arguments selon lesquels l’alternance propose une meilleure formation et qu’elle contribue à l’épanouissement des élèves, le discours dominant prétend qu’elle permet de trouver un emploi. Des nuances s’imposent toutefois, soutiennent les auteurs. Les données confirment que la principale cause du chômage est le manque d’emplois. Comme la demande d’emplois est supérieure à l’offre, les diplômés acceptent des postes requérant un degré de formation inférieur au leur. De plus, « la montée en puissance de la logique de la compétence consacre le pouvoir dévolu au marché de déterminer, de manière toujours provisoire, la valeur économique de chacun en fonction non des acquis passés, mais de ses performances présentes » (p. 136). En effet, la reconnaissance sociale de la qualification repose non seulement sur le parcours scolaire mais aussi sur l’expérience ; quant à la compétence, sujette à l’obsolescence, elle est rattachée à des savoir-être individuels difficilement objectivables (motivation, dynamisme, loyauté, par exemple). Les entreprises disposent alors d’un pouvoir discrétionnaire leur permettant de moduler la valeur économique et la rémunération d’un emploi en fonction des compétences de l’individu qui l’occupe.

6Le quatrième chapitre s’intéresse aux implications de la familiarisation précoce des jeunes avec le monde de l’entreprise, pour les travailleurs qu’ils deviendront et qu’ils sont souvent déjà dans le contexte de la formation en alternance. Les discours présentent la socialisation, voire la resocialisation des élèves comme un objectif prioritaire de l’alternance. Dans le langage sociologique, il est question de socialisation de conversion ou de transformation4 : transmettre de nouvelles manières d’être, en décalage ou en rupture avec la socialisation passée. Les jeunes formés en alternance sont-ils des élèves ou des travailleurs ? Les documents officiels prétendent qu’ils sont des élèves, mais les observations confirment qu’ils sont des travailleurs. « Dans certains secteurs, des stagiaires succèdent à d’autres stagiaires, au point de former un segment à part entière sur le marché de l’emploi » (p. 193). Cela profite à l’entreprise puisque la rémunération des stagiaires est très faible en comparaison de celle des autres travailleurs et que le contrat d’alternance peut facilement être rompu par l’entreprise, advenant que le candidat ne soit pas jugé compétent.

7En conclusion, les auteurs proposent de rompre l’enchantement. Certes, le modèle de l’alternance profite à certains élèves et peut contribuer au développement de compétences qui leur permettent d’être plus immédiatement efficaces sur le marché de l’emploi. En outre, « l’intérêt du patronat, et partant de leurs employés lorsqu’ils s’occupent de stagiaires, ne coïncide pas avec celui de ces derniers, et ne se confond pas davantage avec les intérêts de la collectivité » (p. 207). L’école publique et l’entreprise privée, soutiennent les auteurs, n’ont pas la même finalité. L’école doit se soucier des intérêts de la société dans son ensemble ; en confiant aux entreprises le soin de former les élèves, elle renonce au contrôle sur les moyens et sur les fins de l’éducation et de la formation.

8L’ouvrage de Philippe Hambye et Jean-Louis Siroux constitue une riche contribution à la sociologie du rapprochement entre écoles et entreprises, grâce à la combinaison de l’enquête ethnographique et de l’analyse de discours. L’enquête a été menée en 2012 dans un centre d’éducation et de formation en alternance de Bruxelles : une stratégie d’observation couplée à une trentaine d’entretiens auprès d’élèves, d’enseignants, d’accompagnateurs et d’employeurs permet de rendre compte du phénomène d’une manière qui correspond davantage à la réalité que celle véhiculée dans le discours des promoteurs du modèle. Ce discours justement est formalisé dans l’ouvrage grâce à une stratégie d’analyse des discours politiques et médiatiques dont le corpus, qui ne constitue pas un échantillon contrôlé, est néanmoins très large et hétérogène. L’intention des auteurs de fragiliser le consensus sur la formation en alternance est manifeste à la lecture de l’ouvrage, et c’est même une remise en question du système légitimant la formation en alternance qui est proposée en conclusion : « le capitalisme, et plus spécifiquement sa déclinaison néolibérale, ce n’est pas comme la mort ou une maladie incurable : on peut envisager d’y échapper » (p. 210). Et c’est grâce entre autres à un débat démocratique sur les enjeux politiques de la formation en alternance que les auteurs souhaitent échapper à la fatalité néolibérale. Un ouvrage à lire, assurément, pour aller au-delà des lieux communs véhiculés dans le discours dominant.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France, 1968 [1912] ; compte rendu de Rémi Rouméas pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/19118.

2 Emmanuel Terray, Penser à droite, Paris, Galilée, 2012.

3 Luc Boltanski, Rendre la réalité inacceptable. À propos de « La production de l’idéologie dominante », Paris, Demopolis, 2008 ; compte rendu de Sébastien Fleuriel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/687.

4 Muriel Darmon, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2016 [2007].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Philippe Hambye et Jean-Louis Siroux, Le salut par l’alternance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30629

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page